URQR : Chapitre 11 : Antagonistes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

URQR : Chapitre 11 : Antagonistes.

Message  Le Rat qui rit le Mer 7 Jan 2009 - 10:55

Une petite semaine seulement avait passée depuis l’expédition qu’il avait réalisée avec Laureline, Voice, Mathias e Antoine. Les décorations du nouvel an venaient juste d’être décrochées, et a l’effervescence avait suivi l calme. C’est donc ce jour la ou Eric se retrouva convoquer dans le bureau du rat.
Il s’y rendit perplexe, se demandant pourquoi on l’appelait.
Une fois devant le domaine du commandant de la base, la porte était entrouverte, et il vit que Lucien était assis a la place du rat, rédigeant des papiers. Le rongeur quand a lui était perdu dans ses pensée, observant le paysage hivernal par sa fenêtre. A cet instant, Tely et Mira arrivèrent également, visiblement convoqué eux aussi.

Lucien : bon je crois que tout le monde est devant ta porte…
Le rat : n’entrez pas ! On arrive.

A ces mots, le rat sortit de sa rêverie, et sortit de la pièce, suivit de prés part Lucien qui la ferma a clef.

Le rat : veuillez nous suivre.

Et le petit groupe, diriger par le samouraï, se faufila ans le dédale de couloir, et arriva dans une impasse bien connu par tous sauf par Tely. Il grommela la formule d’ouverture, toujours aussi incompréhensible, et ouvrit le mur de pierre d’une poussé de la main. Les cinq amis pénétrèrent dans les entrailles de la terre, et après l’escalier en colimaçon débouchèrent sur l’étrange lieu caché par le rat. Le décor avait changé, ils étaient désormais sur une gigantesque plage, la bande de sable mesurait dans les trente mètres de larges, et la mer s’étendait à perte de vu, au delà. Les étranges cercles étaient toujours la, gravés dans des rocs plats, en partit enfoui dans le sable fin.

Tely : drôle de lieux, je me demande comment vous avez construit ça dans votre base…
Le rat : Erreur, j’ai construit la base sur l’entrée de ses lieux, caché près d’une bibliothèque millénaire, que j’ai englobée dans mes murs également.
Eric : il ne nous l’avait pas dis la dernière, fois.
Le rat : vous ne l’aviez pas demandé…
Mira : tu cache décidément beaucoup de chose.
Le rat : plus que tu ne peux en imaginer, mais la plupart ne vous concernent pas directement.
Eric : tu vas tester Tely ?
Le rat : non pas pour le moment, il est temps que je fasse la part des choses dans un lieu connu de moi seul et que les dieux ne pourront espionner. Et ce lieu est ici …
Eric : tu a l’intention de t’opposer aux dieux?
Le rat : certainement pas, mais je risque de marcher sur leur plates bandes, et il se pourrait qu’ils n’apprécient guère… Enfin ce n’est pas sur qu’en des temps actuel ça les intéresse, mais prudence est mère de sureté.
Lucien : bon viens en au fait, on a beaucoup de chose à dire, et peu de temps pour !
Le rat : bien, déjà un point sur la situation, pour des raisons obscures a mes yeux, la puissance et l’influence de certains groupes augment de façon importante. L’un des exemples que je peux citer, est bien entendu l’équipe de Schlangan, mais c’est loin d’être le seul.
Mira : ca nous concerne en quoi ?
Le rat : et bien si la raison est obscure, le moyen lui est facile a connaître, il n’existe qu’un moyen d’augmenter la puissance d’un groupe c’est d’augmenter la puissance des membres du groupe. Ceci ne peut se faire que par l’entrainement et l’obtention de reliques, donc les processeurs de ses reliques vont avoir à subir de nombreux combat …
Eric : je ne vois pas le rapport…
Le rat : vous ne vous en rendez pas compte mais il y’a ici déjà deux reliques, Poséidon, la lance de Lucien, et le fouet de Tely, Hurlevent il me semble.
Tely : et alors, nous n’aurons qu’a vaincre ceux qui viendront nous défier !
Le rat : vous n’avait clairement pas le niveau, a part peu être Lucien, et encore. Il nous faut donc augmenter votre faculté au combat…
Tely : on va donc devoir s’entrainer ?
Le rat : non, du moins ce n’est pas ma priorité.
Lucien : vous allez cherchez les armes qui vont son destinée…
Tely : vous ? Tu ne viens pas ?
Lucien : m’en parle pas, je suis de corvée de protection de la base…D’ailleurs, Mira restera avec moi pendant le temps durant lequel vous serez parti…
Tely : quelles sont les particularités de ses armes ?

Le rat : elles réveillent vos propres capacités…

Et le rat raconta ce qu’il savait des armes et ce que Mesna leur avait appris.

Eric : bien, et donc tu dois avoir une idée d’où sont ses armes…
Le rat : en effet de ce que Mesna a dit j’ai tiré une conclusion qui s’avère très intéressante. J’ai donc sans avoir de précision la position de deux de ses armes, j’ai les planètes ou elles on été caché.
Tely : c’est bien beau tout çà, mais pourquoi on se cache ?
Le rat : les dieux sont peut être ceux qui les ont dissimulé ses artefact, ou qui les cherches. Eux aussi sont en quête de puissance, du moins les plus faibles d’entre eux…
Eric : et ben ça s’annonce bien !
Lucien : tu l’a dis bouffi !
Le rat : bon allé on se bouge, Eric et Tely avec moi. Mira, Lucien, bonne chance, en espérant qu’il n’arrive rien.

Tous sortirent de la cachette secrète, et se séparèrent une fois dan les couloirs tortueux de la base. Tandis que le rat, Eric et Tely montait dans le croiseur du rongeur, Mira suivit Lucien dans le Bureau du commandant, dont le second du samouraï avait la clé. Le jeune homme s’installa dans le fauteuil, reprenant son travail et Mira regarda l’heure et se rendit compte qu’il s’était passé seulement deux petites minutes depuis que le groupe était parti du bureau pour l’endroit étrange. Mira pensa alors que ce lieu devait avoir une importance et des particularités importante pour que le Rongeur décide d’installer sa base ici.
Le vaisseau décolla, et se mis en direction d’une planète asse lointaine, Eric profita du voyage pour apprendre la base des échecs a Tely. Quand ils arrivèrent a proximité de leur destination, le jeune homme s’approcha du cockpit et fut stupéfait de ce qu’il vit.

Eric : mais c’est ma planète !
Le rat : en effet…
Tely : alors comme ça tu ne viens pas de la même planète que notre ami rongeur ?
Eric : Non. Mais il aurait pu me dire qu’on venait ici !
Le rat : et non je ne médis pas !
Eric : v’la qu’il va prendre la place de Lucien et de ses jeux de mot vaseux.
Le rat : bon dans notre situation, on mène des recherches via les écrits, et les monuments, hors de question de poser des questions à des inconnus sur un sujet si grave.
Eric : puis je aller voir mes parent ?
Le rat : non, pas pour le moment, on va éviter de les mêler a ca, ca pourrait être dangereux pour eux. Mais des qu’on a fini tu auras le loisir d’aller leur faire une visite !
Eric : ok, je comprends...
Tely : donc on cherche quoi au juste ?
Le rat : on va dans une grande ville, plutôt adepte de la technologie. Donc il nous faut chercher tout ce qui pourrait s’apparenter a une puissance mystérieuse, non expliqué par la science. Ce qui risque d’être un poil difficile si on considère que les scientifiques on tendance a caché les documents qui parlent de choses qu’ils n’ont put expliquer.
Eric : ok, c’est noter.
Le rat : une dernière chose je viens ici incognito, donc appelez moi Yevian.
Eric : c’est un pseudonyme ?
Le rat : non, mon nom de famille, que tout le monde à oublier.
Tely : donc tu t’appelle Harakiri Yevian ?
Le rat : non plus, mais mon nom importe peu.

Un léger choc se fit sentir, signe d’un atterrissage en douceur sur un espace prévu pour cela. Le rat mis alors la longue capuche de sa cape et descendit l’escalier, suivit par ses acolytes.

Le rat : une dernière chose, Eric, tu es officiellement le chef du groupe…
Eric : je vois…
Tely : et maintenant on va ou ?
Le rat : nous allons vite le savoir !

Il fit signe au jeune homme de prendre la tête du groupe, et de ce diriger vers le bâtiment de contrôle. Le passage fut une formalité, et une fois a l’extérieur de du spatioport, le trio consultât une carte.

Eric : et bien nous voila bien avancer : quatre bibliothèques, cinq églises, une cathédrale, et plusieurs monument anciens…
Le rat : il va nous falloir nous séparer…
Eric : c’est paré ! Dans ce cas, Yevian s’occupe des monuments, moi des églises et Tely des bibliothèques !
Tely : c’est ce qui appelle ce mettre dans la peau du personnage…
Le rat : en espérant trouver le pot aux roses !
Eric : y’a un poteau rose ?
Tely : ça vire au pot pourri…
Le rat : et ben si même Tely s’y met ça va virer au n’importe quoi.
Eric : on se rejoint ou et a quelle heure ?
Le rat (regardant sa montre) : dans trois heures, sur la place de la mairie.

Le petit groupe se dispersa donc, chacun partant de son coter. Le rat se rendit d’abord dans un ancien temple païen, mais n’appris rien d’intéressant. Il se dirigea alors vers une ancienne arène, et nota consciencieusement les guerriers les plus réputés de ce temps reculé, et leurs armes de prédilection. Ceci fait il se rendit dans une sorte de capitole ou était entreposer les archives de la ville, il ne trouva absolument rien dans ses archives faisant état d’une dévastation inexpliqué a une quelconque époque. Pourtant, le fait que des catacombes ait été découverte il y’a de cela deux siècles l’intéressa fortement, malgré que leurs accès soit interdit, la voute des souterrains n’étant pas sure. Une fois que le rongeur eut noté leur disposition, il se rendit compte que le temps avait passé très vite e se rendit au lieu de rendez vous.

Tely avait commencé par la plus grande bibliothèque, mais se rendit compte que les rayons ne comprenaient guère que des volumes très généralistes, de l’histoire de l’univers au roman en vogue à ce moment. Et finalement peu de chose parlait de la ville même. Elle décida donc d’aller directement a la plus ancienne des bibliothèques, et en fut bien inspirée. Après de longues recherches parmi les contes et légendes, elle finit par dénicher une copie d’un livre ancien qu’elle emprunta, puis rallia le lieu du rendez vous, un peu en avance, mais persuadée qu’elle ne trouverait pas mieux.

Eric avait lui fais le tour des quatre églises, se demandant pourquoi le rongeur lui avait demandé d’explorer les lieux de culte. En arrivant à la cathédrale, il se mêla a un groupe de touriste, qui suivait un guide. Il apprit ainsi que cet édifice était le plus ancien de la ville et qu’il avait du être reconstruit deux fois, en raison de guerres de religions. Le reste parlait de l’histoire qu’il connaissait déjà dan les grandes lignes. La seule information qui paru utile au jeune homme lui fut révéler une fois dans la crypte, c’est ici qu’avait étés enterrés les plus grand guerriers et Rois de la ville. Eric sortit donc du bâtiment et arriva en retard au lieu du rendez vous.

Une fois réunis, les trois compagnons allèrent se réfugier dans un bar car il ne faisait pas chaud, et s’échangèrent les informations qu’ils avaient recueillies… Le soir tombait, et le froid commençait à s’amplifier.

Tely : bon que fait-on maintenant ?
Le rat : nous allons trouver un lieu ou dormir et demain…
Eric : on fini notre exploration !
Le rat : je ne suis pas trop pour une explo de ration…
Tely : on fera quoi alors ?
Le rat : on en reparlera en temps voulu si vous le voulez bien.

Eric compris qu’il était inutile d’insister et pris la tête du groupe, les guidant a travers sa ville, et dégotta un hôtel pour la nuit.
Après le réveil du lendemain, lors du petit déjeuner, le rat expliqua ce qu’il avait derrière la tête.

Le rat : bien voila, la nuit porte conseil dit-on, nous allons donc commencer par visiter la cathédrale.
Eric : mais je l’ai déjà fouillée, on ne ferait pas mieux d’aller voir la ou nous n’avons pas été ?
Tely : ou bien d’aller dans le seul endroit caché dans cette ville, les catacombes ?
Eric : pourquoi aller dans des souterrain insalubre ou sont enterré des morts.
Le rat : un maure ne mord pas…
Tely : et bien si quelqu’un à posséder cette arme, il est probable que cette personne soit enterrée avec l’artefact.
Le rat : en effet j’ai déjà pensé aux catacombes, mais je pense qu’une fouille approfondie du plus ancien monument de cette ville en premier serait plus judicieux…
Eric : tu pense à la crypte ?
Le rat : ou tout autre part dans ce gigantesque bâtiment. C’est sans doute le lieu idéal pour cacher quelque chose.

Décidément le rongeur faisait bien des mystères, en cachant des choses qu’il savait… Ou bien alors marchait-il à l’instinct ?
Toujours est-il que le petit groupe se rendit de bonne heure de ce lieu de culte. Pas un badaud ne déambulait devant l’imposante porte surmonté de son tympan gravé finement par un artiste méconnu, la scène représentait Moise fendant les eaux. Le trio rentra dans la Cathédrale, quasiment déserte, à part un moine qui lisait paisiblement assis sur l’un des nombreux bancs de bois disposé dans la nef. Le rat, ressemblant plus a un religieux que les deux autre, avec sa cape et sa capuche, s’assit également sur un banc, celui qui était le plus proche de la nef et du cœur, et commença à détailler la bâtisse discrètement. Ses deux amis eux firent comme beaucoup de badaud, et errent dans les allée et le long des murs, observant les diverses œuvre d’art, gravure, vitraux et sculptures en tout genre. Puis une fois que les deux jeunes gens eurent fais le tour, ils s’assirent de chaque coter du rat.

Eric (murmure) : je ne vois rien de plus, on va voir la crypte ?
Tely : (murmure) : il y’a beaucoup de ses œuvres qui peuvent êtres des indices…
Le rat : (murmure) : vous ne voyez rien ?
Eric (murmure) : quoi donc Yevian ?
Le rat (murmure) : « toi qui cherche la protection de dieu, je soutiens le ciel dans mes yeux. »
Eric (murmure) : à ce vitrail qui représente un chevalier auréolé recevant son titre ?
Le rat (murmure) : oui, nous avons notre début de piste…
Tely (murmure) : j’avoue que je ne comprends pas !

Le rat se leva alors, et se dirigea vers le cœur, sans pourtant s’approcher de l’autel. Puis ayant fais une première fois le tour du piédestal, il sortit discrètement une boussole, la regarda et la rangea tout aussi discrètement. Tely et Eric qui restait assis finirent par se lever lorsqu’ils virent le rongeur passer derrière une colonne qui soutenait le plafond, à l’ endroit ou il était le plus élevé. La colonne ne comportait aucun signe, si ce n’est une gravure au pied représentant des ronces qui entourait le chiffre neuf.

Tely (murmure) : alors ?
Le rat (murmure) : je réfléchis…
Eric (murmure) : je ne vois pas pourquoi on s’acharne ici…
Le rat (murmure) : parce que cette colonne et celle qui est désigné par le regard du chevalier.
Tely (murmure) : je vois, très astucieux…
Le rat (murmure) : ouais mais je ne comprends pas la signification de ce neuf entouré par les ronces.

Et tout le monde ce mit a réfléchir quand soudain Eric lança alors :

Eric (murmure) : j’ai trouvé !


Dernière édition par Le Rat qui rit le Jeu 8 Jan 2009 - 21:28, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 11 : Antagonistes.

Message  Le Rat qui rit le Jeu 8 Jan 2009 - 21:27

Le rat (murmure) : bon alors ?
Eric (murmure) : c’est des ronces neuves !

Le rat ne pu se retenir de frapper son subordonnée, et le coup claqua dans le silence de la Cathédrale, les deux trois personne entrées depuis l’arrivé du groupe cherchèrent d’où venait le bruit, mais ne virent pas les trois amis caché derrière l’imposante colonne.

Eric (murmure) : roh ca va, même plus le droit de rigoler…
Tely (murmure) attendez, j’ai une idée !

Elle se mit à longer le mur en direction de l’entrée, les colonnes séparant le petit groupe des rangée de bancs. Après une dizaine de maitres, la jeune fille observa une sculpture, mais paru troublée. Puis elle se tapa le front du plat de la main et fis signe aux autres de se diriger en direction de l’autre mur de l’église.
Une fois le trio en face de cette sculpture, ils virent un œuf couvert de ronce dans la main d’un angelot.

Tely (murmure) : voila, un œuf couvert de ronce…
Eric : et ben le créateur de l’énigme à du bien se fouler la rate…

Un grondement de tonnerre se fit entendre au loin…

Le rat (murmure) : tient y’a de l’orage.
Tely (murmure) : d’après ce qu’il y’a écrit sous la statue : « Pour suivre la voie de l’eau, il suffit de chercher dans l’air »

Un nouveau silence plein de réflexion se fit…

Le rat (murmure) : un rapport avec l’orage, et l’humidité de l’air ?
Eric (murmure) : ouais, il a l’air bien … Ah ! Je sais !
Le rat (murmure) : t’est sur ce coup ci ?
Tely (murmure) : a mon avis si c’est encore une blague ca va mal finir…

Eric ce dirigea directement vers l’autel, et commença son inspection. Puis il se pencha vers l’assiette encastrée dans la pierre, dans laquelle on servait le pain traditionnellement. Lorsque ses deux compagnons arrivèrent, il les regarda avec un sourire mi-triomphant, mi-interrogateur. Les deux autres membres du trio observèrent de près l’assiette, et purent apercevoir le chiffre quatre-vingt douze graver dans la boucle du R de la citation « ceci est mon corps ».

Eric (murmure) : ca ne nous avance pas à grand-chose…
Le rat (murmure) : pas de suite a notre énigme apparemment…
Tely (murmure) : une fausse piste ?
Le rat (murmure) : grmmfff !

Le rongeur reparti d’un bon pas vers l’entrée de l’édifice religieux, la ou un support maintenait des bougies a un mètre du sol. Il passa derrière le promontoire et s’agenouilla face à un ruban rouge tendu par deux pieds. Eric et Mira passèrent alors de l’autre coté des bougies et virent ce qui intéressai le rat. C’était une prière gravée dans une dalle, elle disait : « Ici le très Haut vous écoute, sachez qu’il Note tout, et se prosterner au Sol est la Clé de sa complaisance. Ainsi il n’y aura aucune Misère, car la Facilitée n’est pas salvatrice, et la Sollicitude primordiale. Si par hasard vous ne croyez pas ses mots, ne restez pas Docile et protestez avec votre cœur, mais vous risquez fort de vous attirer les foudres du Remord »

Eric (murmure) : j’ai pas tout compris la ?
Le rat (murmure) : et bien la voix de l’eau, c’est la voix du très haut !
Eric (murmure) : ça ca va, mais ce que nous dis cette prière…
Le rat (murmure) : ca malheureusement les discours religieux sont toujours obscurs !
Eric (murmure) : donc ce n’est qu’un écran de fumée qui nous plonge dans le noir, quoi…
Tely (murmure) : j’en viens à regretter Lucien, il pourrait nous apporter sa lumière…
Eric (murmure) : ca a l’air d’être encore un leurre…
Le rat (murmure) : non ce n’est pas l‘heure !
Tely (murmure) : et les majuscules ? Ca ne vous parait pas bizarre ?
Eric (murmure) : ben non, on met toujours une majuscule au début d’une phrase !
Le rat (murmure) : Boulet ! Les mots Remord, Docile, Sollicitude, Misère, Clé, Facilité, Haut, Note, et Sol ne devrais pas avoir de majuscule.
Eric (murmure) : l’auteur de ce texte a peut être voulu mettre ces mots en valeur ?
Tely (murmure) : on peut aussi obtenir ceci : « (le) Très Haut Note (au) Sol (la) Clé (de la) Misère (et de la) Facilitée, (par) Sollicitude (envers le) Docile, (avec) Remord ».
Eric (murmure) : un peu tirée par les cheveux cette histoire…
Le rat (murmure) : Il vaut mieux vérifier !


Le petit groupe se dispersa alors et chercha un nouvel indice au sol, mais après un quart d’heure de recherches, rien qui aurais pu les guider n’avait été trouvé, et le rat, une fois le groupe réuni au centre de l’allée, fini par dire :

Le rat (murmure) : retournons a la dalle, nous avons du manquer quelque chose !
Eric (murmure) : en parlant de dalle, je commence à avoir un creux !
Le rat (murmure) : il faut croire que ta tête sonne creux aussi !
Eric (murmure) : Quedal !
Tely (murmure) : en tout cas vos jeux de mots font un bide!
Le rat (murmure) : ca s’appelle de la bidouille !

Pendant qu’ils parlaient, il étaient revenu dans le coin sombre ou était gravé la prière.
Le rat relu a voix basse les quelque lignes.

Eric (murmure) : le rat bâche…
Le rat (murmure) : Bache y Bouzouque !
Tely (murmure) : je ne connais pas !
Eric (murmure) : bon de toute manière on connaît la musique, il va ne pas tarder à me frapper !
Le rat (murmure) :…. Je crois que c’est râpé ce coups ci, je viens de…
Eric (murmure) : ca tombe bien j’ai faim, le fromage viendra à point !

Contrairement a ce que pensait le jeune homme le rat ne le frappa pas, mais lui fit signe de se taire, puis entoura du doigt les mots suspects, traçant une auréole dans la poussière pour chacun d’eux. Puis le samouraï pris le carnet qui ne le quittait jamais, et nota quelque chose. Puis il s’arrêta, sembla hésiter, et rajouta un mot de plus. Ni Tely ni Eric ne purent apercevoir ce qu’il avait noté. Puis le rat se dirigea vers le fond de la Cathédrale, suivit par ses deux compagnons incrédules. Une porte était percée a cet endroit de l’édifice, une porte visiblement fermée mais que le rat força discrètement, faisant mine de s’intéresser a une sculpture proche. Le chef du groupe jeta rapidement un coup d’œil circulaire sur le bâtiment, ils n’y avaient pas grand monde par ce matin froid, et l’endroit ou ils étaient tout les trois était sombre. Ils pénètrent donc dans la salle sans se faire remarquer, toute la place dans ce lieu était occupé par un immense orgue.

Tely : c’est quoi ce truc ?
Eric (murmure) : doucement ! C’est un instrument de musique, celui-là doit dater de mathusalem !
Le rat (qui s’approchait du clavier) : t’inquiète, les murs sont épais, tant que personne ne crie ca ira.
Tely : un instrument de musique ?
Eric : oui, c’est instrument a vent, en quelque sorte constitué par une série de flutes ou de sifflet de très grande taille. Pourquoi est-on la Yevian ?
Le rat : bas parce que c’est la qu’est la suite de notre jeux de piste !
Eric : heu je ne sais pas comment tu en déduis ca toi…
Le rat : venez voir la !

Il s’était mis accroupi face a un endroit du clavier, et lorsque ses deux amis furent assez proches, ils purent distinguée gravé dans la tranche des lourdes touche d’ivoire : O L C C H E.

Eric : je ne comprends toujours pas…

Le rat sortit son carnet et leur désigna ce qu’il y avait écrit : les mots suspect auquel il n’avait gardé que deux ou trois lettres. Ce qui donnait : Note, Sol, Clé, Mi, Fa, Sol, Si, Do et Re.

Le rat : c’est simple, le mot note devait nous aiguiller sur note de musique, ensuite il faut prendre des note en clé de sol, et après le notes concerné. De la on obtient les touche sur lesquelles sont gravée les lettres.
Eric : ah je comprends mieux, le fait de parler de musique t’a mis sur la voie.
Le rat : ben oui, sinon je n’aurais pas été aussi indulgent.
Tely : si on remet les lettres dans l’ordre, on obtient cloche.
Le rat : oui, nous devons donc monter au sommet du clocher…
Eric : Génial…

Le petit groupe sortit discrètement de la salle de l’orgue, puis du ruser pour pouvoir emprunter l’escalier menant au sommet de la Cathédrale. Le rat déclencha un claquement avec un pétard près de banc qui provoqua une légère panique, pendant laquelle le petit groupe s’engagea dans l’escalier. Après une longue montée, parsemée d’escalier et d’étroites corniches les trois amis se retrouvèrent a coté des quatre cloches de bronze massif.
Après l’observation minutieuse de chacun des immenses carillons, le rat se rendit compte que l’un deux portait un drôle de signe dont il devait être le seul à connaître la signification.

Le rat : c’est celle la !
Eric : comment tu sais que c’est celle-ci ?
Le rat : trop long a expliquer, il faut trouver ce que ce truc nous cache.

Il fallu aller sous le dôme de bronze pour s’apercevoir que la tige qui portait la boule possédait des anneaux amovible gravé de chiffre…

Eric : je me demande pourquoi personne ne l’a remarqué.
Le rat : tu peux être sur que ca a été vu, mais il n’y ont prêté aucune attention, croyant sans doute a une signature du forgeron. Il s’agit ans doute d’un code à rentrer…
Tely : essayons quatre-vingt douze pour voir…

La jeune femme entra le code, mais ce fut sans résultat. Il y’avait en tout huit molettes, ce qui faisait un grand nombre de possibilités. Mais Eric essaya tout de même quelques combinaisons au pif.

Eric (qui venait d’échouer pour la douzième fois) : de toute manière même en se doutant qu’il y’a anguille sous roche, ca doit être bien compliqué de trouver le bon code.
Tely : ca me parait difficile sans indication en effet…
Le rat : doit y’avoir un rapport avec Quatre-vingt douze…
Tely : ou alors ce n’est qu’un hasard…

Un déclic retenti alors et quelque chose tomba alors sur le sol, dégageant un nuage de poussière. Tely et le rongeur virent alors Eric revenir de sous la cloche un sourire triomphant. Il avait à la main un rouleau d’un papier jauni par l’âge, d’une dizaine de centimètres, tenu parfaitement cylindrique par trois rubans de soie bleue. Le papier avait sans doute passé un long moment dans la boule de la cloche. Le rat le prit et le mis délicatement dans une poche de sa cape.

Tely : y’en a qui sont chanceux…
Le rat : plutôt que ce chant !
Eric : bas non, j’ai bel et bien rentré quatre vingt douze comme combinaison…
Tely : tu t’étais trompé la première fois ?
Eric : non, j’ai bêtement entré quatre, vingt, douze, et zéro…
Le rat : bon ne nous attardons pas ici et allons dans un lieu sur pour voir ce que va nous apprendre ce document.

La redescente fut longue, mais ne pas se faire remarquer par le garde fut plus compliqué et il fallu une nouvelle ruse du rat qui du décrocher discrètement la tenture au dessus de lui, qui s’abattit sur l’homme, le recouvrant pendant quelques seconde qui suffirent au trois amis pour passer et s’éloigner. Le gardien quand a lui ne put que maudire le courant d’air qui avais fait tomber cette pièce de musée inestimable.
Une fois sortis de la Cathédrale, le trio décida d’aller se restaurer avant tout, il était plus d’une heure et demie, et Eric n’en avait que pour son estomac. Après s’être repus d’un copieux repas, le petit groupe retourna à son hôtel ou il tint conseil dans l’une des chambre louée par les trois amis.
La première chose qu’ils firent fut de jeter un coup d’œil a ce qu’ils avaient repérer. Quelle ne fut pas leur surprise de voir que c’était une carte, et qui plus est la carte d’un souterrain…

Eric : y’a de fortes chances que ce soit la carte des catacombes…
Tely : toi qui est originaire de cette ville, tu les a peu être déjà visité ?
Eric : surement pas, j’avais entendu parler de rumeur sur des souterrains, mais jamais sur des catacombes. De plus j’ignore ou se trouverait l’entré de ce tombeau !
Le rat (désignant un point de la carte ou était écrit quelques mot) : Elle est sans doute ici, l’ouverture.
Tely : c’est petit, cela dit quoi ?
Le rat : « au cœur des animaux se trouve la porte dérobée… »
Eric : encore une énigme génial…
Tely : il n’y a pas d’autre précision ?
Eric : a si, il est dis en haut de la carte, « tout chose commence par un bon combat »
Le rat : il nous faut donc nous rendre aux arènes. Bon on va faire deux trois achats et on va la bas demain matin.
Eric : pourquoi demain ?
Le rat : le temps d’acheter ce dont nous aurons besoin, les visites seront fermée, et il vaut mieux rester le plus discret possible, donc on ne va pas foncer tête baissée.

Le petit groupe se dispersa donc en ville et fit l’ensemble des achats nécessaire, des piles électrique (Lucien étant absent, ils en auraient besoin) , de la corde, deux autres boussoles quelques habit chaud, des provision pour trois jours, et trois sac a dos pour loger tout le matériel.
Ceci fait ils rentrèrent a l’hôtel, prirent leur repas et approfondirent l’étude de la carte avant d’aller se coucher. Il y’avais plusieurs point intéressants qui pouvait renfermer ce qu’ils recherchaient, mais les catacombes étaient vastes, et ils espéraient ne pas a avoir à visiter tout ses lieux. Sur la carte, ses lieux étaient designer par des phrases énigmatiques.
Le lendemain ils se levèrent tôt, et furent a la première heure au colisée, ou l’homme qui s’occupait du guichet fut surpris de voir des clients si matinaux. Une fois dans l’arène le petit groupe ce dirigea directement a l’animalerie d’époque ou l’odeur de fauve régnait encore, malgré la désertion des lieux par les bêtes.
Finalement, ce fut Eric qui trouva l’entrer, dissimulée sous une lourde statue de lion, il avait eu l’idée de se pencher sous la bête, et avait actionné un levier cacher entre ses pattes, au niveau du cœur de l’animal.
Le petit groupe s’engagea dans l’escalier qui descendait en dessous, et la statue se remit en places, ils durent alors allumer leurs lampes torches. Tandis qu’il continuait à s’enfoncer, une conversation commença.

Eric : ca va être sport pour ressortir !
Le rat : bah non doit y’avoir un mécanisme identique que pour l’entrée.
Eric : je me demande ce que nous réserve le plat de résistance alors…
Tely (qui était en tête) : nous voilà arrivés au bout de l’escalier !

Ils entrèrent alors dans une grande salle qui a leur grande surprise était… éclairée ! Ils éteignirent alors leurs lampes et commencèrent à détailler la salle. C’était une sorte de caves dont le haut plafond était soutenu par de multiples piliers maintenant des arches de pierres. La pièce devait bien faire trente mètres de larges, et à peu près autant de long. En face du groupe on distinguait à peine une porte en chêne, maintenu par de très anciennes ferrures. Le trio se dirigea prudemment vers la porte, lorsqu’une voix retentit :

Voix Rauque 1 : qui êtes vous ?
Eric : a tient, y’a forcement un deuxième larron, sinon y’aurait pas de 1 !
Le rat : nous somme des explorateurs !
Voix Rauque 2 : cet endroit est interdit à toute présence humaine !
Le rat : il se trouve que nous avons obligation d’y pénétrer !
Voix Rauque 1 : dans ce cas mourrez !

Un lourd bruit de course se fit entendre, mais le rat esquiva facilement l’attaque venue de sa gauche.

Le rat : ca ne suffira malheureusement pas !
Voix Rauque 2 : cet homme a l’air puissant, autant nous débarrasser de lui tout de suite : Dédale !

Un trou noir englouti le rongeur sans qu’il n’ait aucune chance d’esquiver.

Voix Rauque 1 : voila, désormais nous devrions plus avoir de problèmes !


Dernière édition par Le Rat qui rit le Sam 10 Jan 2009 - 13:45, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 11 : Antagonistes.

Message  Le Rat qui rit le Sam 10 Jan 2009 - 13:45

Tely : et bien ils se sont débarrassés facilement de notre ami à poils…
Eric : il n’était pas nu…De plus je suis sur qu’il ne va pas mettre longtemps à réapparaitre.
Tely : et on ne sait toujours pas a quoi ressemble nos adversaires…
Voix Rauque 1 : si cela vous pose problème…

Les deux ombres qu’ils avaient entraperçues, apparurent dans la lumières. On ne pouvait guère savoir à quoi ressemblaient les deux êtres, il était couvert des pieds à la tête par de lourdes armures. Elles semblaient faite de métaux rare et résistant, et ne laissaient aucune partie du corps à découvert, un casque englobait le haut du corps des deux individus, ne laissant voir qu’une étroite grille au niveau des yeux, pour finir l’un était armé d’une hallebarde, l’autre d’une épée bâtarde ainsi que d’un bouclier du type pavois….

Eric : je sens qu’ils vont nous faire casquer !
Armure 1 : nous allons vous faire passer l’envie de plaisanter !
Eric : a tient, l’auteur a eu la flemme de mettre inconnu en armure….
L’auteur : ça pose problème ?
Eric : pas le moindre, je comprends que ça fais perdre de la place dans un post, et qu’en plus c’est long a écrire.
Armure 2 : c’est déshonorant pour nos personnes !
L’auteur : dans ce cas la aucun souci, battez les et je vous donnerez un nom !
Armure 1 : ils vont le payer cher !
Tely : c’est ce que nous allons voir !

Les deux individus masqués se ruèrent chacun sur l’un des deux compagnons. Eric et Tely sortirent chacun leur armes, et arrêtèrent chacun l’attaque qui lui était destinée. Mais les deux boites de conserve avait réussi a séparer les deux amis, ce qui était visiblement le but de leur manœuvre. Désormais Eric faisais face a l’inconnu a l’épée, et Tely a celui qui possédait la hallebarde.
Le jeune homme décida donc de passer a l’attaque et envoya une série de coup avec son épée a deux mains, mais ce fut en pure pertes, les coups qui passait la garde assez molle de son adversaire butait irrémédiablement sur l’armure de celui-ci. Tely avait beau redoubler les attaques elle aussi n’arrivait pas a percer la carapace de métal.

Eric : ça commence à me lourder : Perce Muraille !
Tely : La morsure du scorpion !

Les deux coups surpuissant avait projeté les deux êtres en armure qui traversèrent et démolirent plusieurs colonnes, pourtant ils purent se relever sans dommage.

Armure 1 : bien, nous allons devoir nous activer un peu mon frère, si nous ne voulons pas perdre !
Armure 2 : en effet, ils n’ont pas l’air aussi mauvais que ceux qui arrivent jusqu’ici d’habitude…

L’énergie qu’ils dégageaient décupla, et leur vitesse fit de même ! Eric subit un assaut violent, et du avoir recours a son bouclier de carbone pour éviter de se retrouver embroché de part en part. Il riposta comme il put, c'est-à-dire en fragilisant la base d’un pilier sur lequel il avait posé la main, et avait ensuite mis un grand coup de sabre dedans faisant s’crouler la colonne de pierre sur son adversaire.
Quand a Tely, anticipant que son Tornado n’aurait aucun effet sur son adversaire, maintenait un maximum de distance, tout en continuant d’attaquer. Mais l’individu en armure s’approchait de plus en plus.
L’armure avec l’épée et le bouclier se releva, elle avait évité la chute de la colonne, mais avait trébuché en faisant un pas en arrière…

Eric : bon pas trop le choix, je gardais cette technique pour un autre combat : Fulguration !

Le jeune homme qui avait joint ses deux mains et laissé son épée planté dans le sol, avait tendu ses bras vers son adversaire. Les membres supérieurs d’Eric furent parcourus d’énergie électrique, et une boule de foudre, projetant des éclairs dans toute la direction, jaillie des paumes de ses mains lorsqu’il les écarta, au moment ou l’inconnu en amure se relevait. L’attaque toucha de plein fouet l’armure métallique,
Tely avait, quand a elle, de sérieux souci, elle était presque rattrapée, et en voyait aucun animal existant pouvant l’aider. Du coup elle prit le partit d’utiliser son imagination…

Tely : je n’ai jamais essayé d’invoquer quelque chose qui n’existait pas, Créature mythique !

Mais l’inconnu en armure était déjà sur elle, et elle du se jeter au sol pour éviter un coup de hallebarde, puis du rouler sur elle-même pour éviter d’être piétinée. Elle finit par se relever tandis que l’individu se ruait à nouveau sur la jeune femme, cette fois celle-ci ne resta pas sans agir et enroula sont fouet autour du manche de l’arme longiligne, esquiva de justesse, et tira un grand coup sur le fouet faisant tourner sur lui-même l’homme a l’armure, et lança une nouvelle morsure du scorpion au niveau d’une articulation de la jambe. Le sang commença a gouté alors preuve que le coup avait porté.

Tely : et bien ce n’est pas trop tôt…
Armure 1 : il va nous falloir être sérieux mon frère !
Armure 2 (se relevant, une légère fumé sortant de la grille du casque) : en effet…
Armure 1 et 2 : Puissance Maximale !
Eric : punaise avec ce que je lui aie balancé comme électricité, il a encore du jus !
Tely : ça va commencer à être compliqué !

L’énergie dégagée par les deux hommes en armure se faisait écrasante, et chacun des deux individus se dirigea calmement vers son adversaire, d’un pas lent et assurer, sans même faire mine de se protéger.

Eric : bon on va donc devoir y’aller plus fort : Le marteau de Thor !
Tely : dans ce cas : Twister !

L’épée d’Eric fut changée en marteau, et chargée de foudre, suite à cela il se rua sur son adversaire, qui esquiva facilement un coup, puis un second coup, et un troisième. Eric furieux, fit frapper le marteau au sol, et hurla « Toile foudroyante ». La toile d’électricité surgit alors au sol et immobilisa l’individu à l’épée. Voyant que la foudre n’était pas sans effet, mais qu’elle ne suffisait pas à mettre hors d’état de nuire son adversaire, Eric modifia alors la structure du sol en sable. Profitant de l’immobilisation de son ennemi, le jeune homme venait de créer des sables mouvant qui engloutirent l’armure.
Pendant ce temps, Tely avait tressée les deux parties du fouet ensemble et faisait frapper la pointe ainsi unie dans tout les sens, et a tout vitesse, essayant de touché les articulations, seul point faible détecté jusqu’alors. Mais la puissance et la vitesse de l’individu a la hallebarde avait considérablement augmenté, et il bloquait tout les coups qu’il estimait dangereux et laissait les autres s’abattre vainement sur la carapace métallique.

Armure 2 : aller, Terra !

Sur cet unique mot, la Hallebarde sembla se diviser, et l’homme qui la maniait la pointa dans la direction de Tely, qui ne pu éviter toutes les têtes pointues qui s’abattirent sur elle.
Heureusement une seule l’atteignit réellement et la jambe droite de la jeune fille fut gravement touchée, et cette dernière s’effondra dans l’incapacité de rester debout. A ce moment là, Eric voulu intervenir se croyant enfin débarrasser de son ennemi, pourtant…

Armure 1 : Désolation !

Le premier des deux frères venait d’envoyer une décharge d’énergie en l’air qui avait fait voler le sable, provoquant un nuage opaque. Cela avait aussi dégagée la fosse ou l’individu avait été bloqué par le poids du sable, ce dernier volant dans la pièce l’homme n’eut aucun mal à sortir du trou, et Eric ne put que bloquer le coup dont il était la cible, ne pouvant ainsi aller aider Tely. Elle était menacée par le second frère qui était prés a l’embroché …

Armure 2 : un dernier mot peut être ?
???? : HOUBA !!!

Il se retourna alors, et vit un étrange animal, jaune rayé de bande noir, de la taille d’un singe. Mais l’homme a l’armure n’eut pas le temps de détaillé plus l’étrange créature, une sorte de boule formée par sa queue longue d’au moins six mètres s’abattit sur son armure, la puissance peu commune du coup projeta une nouvelle fois l’individu qui alla s’écraser au sol. Tout le monde resta figé, surpris par la soudaine apparition.

???? : houubaa ?
Eric : tu parle d’une créature mythique toi…
Armure 1 : vous savez ce que c’est ?
Eric : ça devient n’importe quoi cette histoire…Je n’arrive pas a croire que je vais dire ça : c’est un Marsupilami.
Tely : et comment il est arrivé la ?
Eric : c’est toi qui a du l’appeler, ce qui veut dire qu’il est de notre coté, et c’est plutôt heureux !

L’homme a la hallebarde se releva, et paru plutôt déçu :

Armure 2 : pardon mon frère j’ai été imprudent …
Armure 1 : ce n’est pas grave, finissons en !
Eric : punaise, galère, tant pis, Explosion !
Marsupilami : HOUBBBA !

L’étrange animale, saisi alors l’homme en armure numéro 2, l’enserrant avec sa puissante queue, sans pourtant pouvoir lui faire de dommages. Puis ainsi emprisonner, l’homme senti ses pied être décoller du sol.
Pendant ce temps Eric venait de créer une explosion en décomposant l’oxygène de l’air, et créant une étincelle avec la pierre d’un briquet, il embrassa brutalement ce nuage instable.
Son adversaire pu éviter, en se protégeant derrière l’un des nombreux piliers de la salle, mais il fut mal inspirer, car soudain il entendit le jeune homme dire « In Cube », et des murs venant du sol enfermèrent le premier des deux frères. Puis avant que l’homme a l’armure ne pu se dégager, une nouvelle explosion eu lieu dans l’espace réduis, qui vola en éclat devant la violence de l’explosion. L’homme était encore debout, visiblement épuiser, mais encore debout. C’est alors que le Marsu lâcha sa prise sur l’homme qui s’accrochait toujours à sa hallebarde, qui vint alors s’écraser sur son frère dans un fracas étourdissant. Eric vint alors à coter de Tely avec l’intention de pansé la blessure.

Armure 1 : et bien voila longtemps que nous n’avions pas eu a faire appel a cette technique…
Armure 2 : en effet mon frère, mais nous les avions gravement sous estimés, heureusement que nous n’avons pas eu à nous battre contre le troisième intrus simultanément !
Marsupilami : Grrr !
Eric : mais c’est quoi ses types ? Ils sont indestructibles ?
Armure 1 et 2 : Ghost Run !

Un courant froid traversa alors la pièce, pétrifiant de terreur les deux amis. Le courant d’air sembla alors converger vers les deux frères, qui se relevèrent, leur puissance une nouvelle fois augmentée…

Eric : c’est craignos votre technique !
Armure 1 et 2 : Ghost Trogoth !

Une vague d’énergie maléfique se dirigea alors vers Eric et Mira. Si le jeune aurait pu esquiver, son amie était elle dans l’incapacité de bouger. Heureusement le marsu se plaça devant eux et encaissa l’attaque sans subir de dommage apparent. Pourtant il poussa un dernier « Houba » qui semblait signifier « bonne chance »…
Eric se décida alors à employer les grands moyens…

Eric : Éléments Déchainés !
Tely : Le Serpent Bleu !

Un vent froid et portant poussière se leva et des éclairs parcoururent l’atmosphère. La visibilité devint nulle, et les deux frères furent plusieurs fois toucher par les vagues d’énergie foudroyante, et par le fouet de Tely dont le vent amplifiait la puissance et l’impact, mais résistèrent malgré tout au assauts déchainés. Puis le vent et la poussière tombèrent, et Eric avec totalement vidé de son énergie par l’attaque qu’il venait d’exécuter. Les deux hommes en armures étaient tout de même bien amochés, leurs protections fissurées en plusieurs endroits et certaines pièces de ses protections s’était détaché comme les épaulières et les genouillères. Aux endroits où les vêtements portés sous les armures étaient apparents, ils étaient lacérés, et on pouvait voir du sang coulé doucement.

Armure 1 : très impressionnant, nous aurions pu y rester s’il avait eu plus d’énergie…
Armure 2 : bon finissons ce combat qui n’a que trop duré !
Tely : que faire ?
???? : Il ne reste plus qu’un joker, je pense…
Tely (pense) : tu es l’âme lié à Hurlevent ?
???? : Oui, mais l’heure n’est pas aux présentations, il faut que tu m’appelle…
Tely (pense) : je ne comprends pas !
???? : fais comme si tu voulais appeler un animal, sauf qu’il faut que tu recréé l’image que tu a vu dans le souterrain du temple, lorsque tu as obtenu ton arme…
Tely : ok, on va essayer ça!

Les deux frères prenait leur temps, ménageant leur blessures pour revenir du mur ou l’attaque les avaient fais reculer, ce temps permis a une forme sombre et indistincte de prendre forme devant Tely. Les deux hommes s’arrêtèrent face à ce nouvel adversaire.

Armure 1 : un fantôme ? Pitoyable !
Armure 2 : Exorcisation !

L’attaque se dirigea vers l’ombre mais n’eut pas d’effet sur elle. La forme ramassa alors l’épée d’Eric qu’il avait lâché, et la pointa dans la direction de ses deux ennemis. Les deux frère répondirent au défi en se ruant face a cet étrange adversaire. Les hommes en armures avait toujours leur Ghost Trogoth d’activé, et la vitesse a laquelle il se déplaçait et attaquait était effrayante, Tely se rendit compte qu’elle et Eric n’aurait pas fait long feu contre eux. Pourtant l’ombre tenait les deux individus en respect, et avec une certaine facilité d’ailleurs.

Armure 1 et 2 : Ghost Records !
Forme : Lueur Bénie !

Deux attaques, vagues d’énergie malsaine se dirigèrent vers Tely, mais furent balayer par un flash lumineux.

???? : Tu n’a plus assez d’énergie pour me maintenir longtemps en ce lieu, il faut tenter un dernier coup d’éclat !
Tely (pense) : y’a des risques ?
???? : Tu risque fort d’y laisser ta vie, ça te videra du peu d’énergie vitale qu’il te reste !
Tely (pense) : pas grave, si ça peut permettre de battre ses deux ploucs, et de sauver Eric.
???? : C’est loin d’être sur…
Tely (pense) : temps pis, faut essayer.
???? : Dans ce cas, avec moi :
???? et Tely : HOLY CROSS…
Armure 1 et 2 : Démonicide !

L’épée d’Eric lança alors une croix d’énergie sacrée, guidé par la forme sombre, l’attaque butta littéralement sur l’attaque des deux frères, spirale funeste formant une sorte de vrille d’énergie négative. Mais au moment ou la lance négative sembla disperser la croix, cette dernière explosa en en flash lumineux, et les deux attaque disparurent. Tely s’écroula entre la vie et la mort, l’ombre invoqué par la jeune fille resta une seconde face au deux homme en armure, elle semblait écouter…

Armure 1 : bon on les a battu, l’auteur mets nous des noms…
L’auteur : désoler, mais malheureusement ça ne sert a rien …
Armure 2 : ben pourquoi ?
L’auteur : on va plus vous revoir…
Armure 1 : quoi, la suite ça sera pas « une histoire a d’armure debout »???
L’auteur : vous allez voir…
???? : Et bien je vous laisse la suite, je suppose que vous n’aurez aucun mal à finir, mais je plains ses deux pauvres diables.
Armure 1 : elle parle a qui la ?

Et la forme disparu.
BRAAAAAAAAAAOOOOOOOOOOUUUUUUUUUUM

Les deux frères se retournèrent vers l’endroit d’où venait le bruit.
La grande porte qui fermait la pièce venait de voler en éclat. Les ferrures pendaient, ne retenant plus rien.
Au milieu de l’ouverture ils purent voir le rat, la veste ouverte, laissant voir une chemise blanche. Les deux hommes en armure purent apercevoir un mince filet d’énergie se dégagé de ce qu’il avait pris pour un humain.

Armure 1 : impossible ! On l’avait envoyé à l’autre bout des catacombes !
Armure 2 : personne ne peut aller aussi vite ! Il faut au moins une journée pour les traverser….
Le rat : Bon j’ai horreur d’être pris au dépourvu comme ça ! Vous m’avez eu l’imprudence de me mettre en rogne, vous allez gouter au tranchant de mes lames !

Il sortit alors les étranges sabres en forme demi lune et un éclat funeste passa sur les deux lames.

Armure 1 : tes deux amis n’ont pu trancher nos armures, et tu pense pouvoir réussir ?
Le rat : sans aucun souci : Nightfall !

Soudain, le rat disparu du champ de vision des deux frères, et les deux individus le cherchèrent partout autour d’eux. Lorsque le rongeur réapparu, il avait Eric sur une épaule, et Tely sur l’autre, un sabre dans chaque main, et s’apprêtait a sortir de la salle…


Dernière édition par Le Rat qui rit le Sam 17 Jan 2009 - 22:50, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 11 : Antagonistes.

Message  Le Rat qui rit le Dim 11 Jan 2009 - 14:11

Armure 2 : arrêtons-le !
Armure 1 : bien : Terra !

Mais au moment où il bougea, l’armure se disloque tranchée net en plusieurs endroits. Pourtant cela n’arrêta pas l’homme qui lança sa vague d’énergie. Le rat posa Eric, et dévia l’énergie qu’on lui avait envoyée avec sa lame.

Armure 2 : il est très fort…
Armure 1 : en effet… près ?
Armure 1 et 2 : CATACOMBES !
Le rat : pas mal, mais insuffisant… : Time to Ashes !

De son sabre libre il envoya une vague d’énergie gigantesque qui balaya l’attaque qu’on lui avait envoyé, ceux qui l’avait envoyé, et une partie des piliers qui maintenait le plafond de la salle qui s’écroula, un bon nombre de ses soutient ayant disparus.

Le rat : oups j’y aie été un peu fort la….

Dix minutes se passèrent, le rat avait posé ses deux subordonnés au sol, dans une petite salle proche de la première. Si l’état d’Eric ne semblait pas inquiétant, il en était tout autre pour Tely. La jeune fille était dans une situation ou son énergie vitale était si proche de zéro que le peut de fluide vital qu’elle produisait ne suffisait plus a compenser l’énergie qui s’échappe naturellement du corps.
Le rat se contenta de poser sa cape sur ses épaules et commença à secouer Eric, qui finit par se réveiller.

Eric : hein ?
Le rat : pas trop tôt. Je vais avoir besoin de ton aide !
Eric : que c’est il passé, Tely à invoquer un marsupilami, puis j’ai du employer ma technique ultime et après je ne me souviens pas…
Le rat : un marsupilami ? Bon on demandera des explications à la principale intéressé, une fois réveillée !
Eric : elle est dans les vapes ?
Le rat : pire que cela, je vais avoir besoin de ton pouvoir, modification…
Eric : euh je ne vois pas en quoi il pourrait être utile…
Le rat : bon autant commencer par le commencement, mais je veux une promesse, tu peux me l’accorder ?
Eric : sans savoir sur quoi ?
Le rat : je veux que tu ne raconte a personne ce que je vais te dire…
Eric : bien, c’est d’accord, vaux mieux se dépêcher non ? Elle tiendra combien de temps ?
Le rat : bien je dirais environ une heure… Bon puisque j’ai ta promesse, allons-y : je suppose que tu ignore quelle est ma capacité a moi ?
Eric : je ne sais pas trop, j’ai l’impression que c’est le pouvoir de création, comme lorsque tu créer tes ailes. Mais ça me semble contredire la nature de tes arcanes, qui sont de type destruction.
Le rat : ce n’est pas vraiment ça, mais on peut le rattacher à l’arcane de création, en effet, j’ai donc deux pouvoirs antagonistes… Ma spécialité à pour nom Morphose, il me permet de contrôler absolument tout ce que contient mon organisme, de la simple cellule, jusqu'à l’énergie qui me traverse… je peux donc créer des ailes en déplacement certaines cellules ce qui va diminuer ma puissance musculaire, mais me permettra de voler.
Eric : je vois, mais en quoi ça me concerne ?
Le rat : et bien ta capacité est l’exacte contraire de la mienne, encore un pouvoir antagoniste, toi tu peux maitriser tout ce qui se trouve hors de ton corps…
Eric : et bin oui, mais je ne vois toujours pas ou tu veux en venir…
Le rat : et bien comme je peux contrôler l’énergie qui me parcourt, tu dois donc pouvoir toi contrôler l’énergie qui circule dans l’espace… Tu va donc réinsuffler la déperdition d’énergie dans le corps de Tely, et jusqu’a ce que l’équilibre énergétique soit rééquilibrer…
Eric : bon on va essayer…Mais je ne vois pas pourquoi tu m’as donné ton pouvoir en exemple…
Le rat : pour que tu sois persuader d’en être capable, sinon tu arriveras a rien, et on n’a pas de temps à perdre. Bon assis toi en tailleur et concentre toi sur l’énergie ambiante, ferme les yeux ça sera mieux !

Eric s’exécuta, et ferma les yeux. Il lui fallu plusieurs essais pour percevoir le flux, mais il y’arriva après une dizaine de minute, grâce aux conseils du rat. Il fallu bien vingt minute de plus pour qu’il puisse plus ou moins diriger cette énergie, et encore dix de plus pour qu’il puisse la réinsuffler a son amie. Pendant cette dernière phase de l’opération, le rat montait la garde, semblant inquiet.
Puis un soupir paru délivrer Eric, il venait de Tely. Le jeune homme pu enfin s’étirer et se dégourdir les jambes, ça faisait presque une heure qu’il était assis en tailleur, et les fourmis s’étaient installées dans ses muscles… Le rat qui était parti un peu plus loin, revint et finit par dire.

Le rat : bien quand tu auras assez d’expérience tu feras ça en un dixième de seconde…
Eric : euh, çà t’a pris combien de temps ?
Le rat : c’est sur que tu seras dans l’étang !

Tely se releva alors, avec difficulté…

Tely : ou sont passé les deux autres ?
Le rat : englouti sous des tonne de roches, mort ou vivant peu m’importe. Alors comme ça on invoque des marsupilami maintenant ?
Tely : oui, mais c’est une technique aléatoire, j’ignorais ce qui allait venir… Comment ça se fait que ses deux types étaient si fort ?
Le rat : je pense que c’est du au fait qu’ils étaient dans leur élément.
Eric : dans leur élément ?
Le rat : et bien, les catacombes où les âmes errent étaient un lieu idéal. Je suppose qu’au fur et à mesure qu’ils se trouvaient en difficulté, ils ont dû fusionner et puiser dans un plus grand nombre de ses esprits errants, le risque pour eux étant élevé que l’un de ses esprit prenne le dessus sur la personnalité première….
Eric : en clair c’était des sortes d’exorcistes…
Le rat : en gros oui.

Le rat remis sa cape sur ses épaule et ménagea un pansement de fortune pour la jambe de Tely.
Le petit groupe se mit doucement en marche, La jeune femme appuyée sur Eric et le rat un pas devant pour devancer toute attaque ou piège pouvant les surprendre. La discussion continua, le rat les guidant vers le premier lieu suspect dont il était dit « le prince des ténèbres vit ici ».

Eric : on devrait essayer de ressortir, faut soigner Tely !
Tely : non ça ira, il faut retrouver cet artefact avant que l’on ne se fasse doubler !
Eric : et comment ? La seule entrée est bouchée !
Tely : doit y’avoir d’autres issues, faites après le plan.
Le rat : en effet. J’ai déjà eu un vague aperçu de l’endroit et c’est assez glauque…
Eric : c'est-à-dire ?
Le rat : ben les deux autres blaireaux m’on balancer a l’autre bout du labyrinthe, si je n’avais pas eu le plan, et si j’étais aussi lent que vous, je n’aurai jamais pu arriver a temps…
Eric : le voila qui se vante !
Le rat : a mince je suis éventer !
Eric : le rat est donc un cétacé !
Le rat : et toi tu peux retourner au crétacé !

C’est alors qu’ils arrivèrent dans une grande salle, au plafond presque invisible la lumière des flambeaux ne l’atteignant pas. La pièce n’était que peu meublée, seule une bibliothèque sur le mur de droite, poussiéreuse et couvert de toiles d’araignée, et au centre une immense table jonché d’objets hétéroclites…
Le rat s’était arrêté regardant avec insistance le fond de la salle… Eric cru apercevoir une sorte de trône sur lequel était assis un squelette…

Le rat : veuillez rester en arrière, toi et Tely…
Eric : pourquoi ?
Le rat : cela me gênerait !

Le rongeur avança, et au moment ou il franchit l’endroit ou la table commençait, une énergie néfaste écrasa Eric et Tely… Le squelette sembla s’animer alors, et regarda s’avancer le samouraï, qui se présentai face a lui, les bras croisés.

Squelette : et bien qui donc est tu pour venir en ce lieu ?
Le rat : je suppose que tu es le roi de cet endroit ?
Squelette : en effet, je me nomme Ralhenvi, roi éternel qui a été enfermé ici pour qu’il ne puisse plus régner sur terre.
Le rat : je vois…Bien je suppose que la malédiction qui vous touche vous est encombrante ?
Ralhenvi : oui, mais je finirai par revenir a la surface un jour, et je serais a nouveau le roi de ce monde, et non plus seulement des catacombes…
Le rat : et bien, dans ce cas, je vais me contenter de passer mon chemin, vous n’avez rien d’intéressant…
Ralhenvi : je n’étais pas réveiller la première fois ou vous êtes passé, sinon je vous aurez arrêté…
Le rat : et pourquoi donc ?
Ralhenvi : il se trouve qu’il faut payer un droit de passage, qui va rejoindre mon trésor personnel…
Eric (murmurant à Tely) : je crois qu’avec ce squelette le rat est tombé sur un os…
Le rat : et que vous faudrait il ?
Ralhenvi : l’un de vos étranges sabres, cela devrai suffire…
Le rat : je crains que ce ne soit impossible, ses deux sabres n’ont aucun égal, ou que vous cherchiez…
Ralhenvi : dans ce cas je vais vous les prendrais moi-même !

Le squelette se leva alors, il était habillé de riche manière, il dégaina alors sa propre épée, sans doute la meilleur de celle qu’il devait posséder, puis la pointa sur le rongeur qui avait lui pris ses deux sabres.

Ralhenvi : Rayon De Gel !
Le rat : Arcane de Glace : Poussière de Diamant !

Le rongeur avait repoussé l’attaque le plus simplement du monde, en le déviant au sol. Puis il avait réduis la couche de glace qui s’était former au sol en morceaux très fins, qu’il faisait tournoyer en l’air. Le samouraï retenait sa respiration et avait les yeux fermé, pour éviter tout les effets nocifs de cette poussière.

Ralhenvi : je ne vois pas l’intérêt d’une telle attaque certes redoutable pour un être de chair et de sang, mais pas pour moi : Demonic Slash !
Le rat : arcane d’eau : Bruine !

Le rongeur avait évité facilement le coup de sabre, et le squelette se trouvait désormais au cœur du nuage de pluie et de poussière gelée.

Le rat : arcane de glace : Congélation !

L’eau et la glace se solidifièrent alors brutalement, et Ralhenvi fut emprisonner dans un bloc de glace. Le rat allait rengainer ses sabres, lorsqu’il vit la glace se fissurer, et puis éclater, sous la puissance de l’énergie qui venait du roi déchu.

Ralhenvi : je vois, très intelligent…
Le rat : mais insuffisant, Mortimer !

Le rongeur fit un bond impressionnant et le premier de ses sabres fut parer au dessus de la tête du squelette par ce dernier. Mais le second sabre trancha net le bras du roi, et le bras d’os tomba au sol, l’épée encore dans la main. Le roi paru amuser…

Ralhenvi : Vuclano !

Un souffle de feu se dirigea alors vers le rat qui esquiva facilement une nouvelle fois. Mais ce coup ci le roi décida de se bouger un peu plus, Eric compris alors que l’énergie qu’il dégageait était loin d’être factice, et que depuis le début, le maitre des lieux testait la force de son adversaire ! En effet le squelette se déplaçait désormais un peu moins vite que le rat, mais n’était pas loin de l’égaler, et le combat était ainsi très difficile a distinguer. Le tas d’os lançait de plus des souffles de feu à tout bout de champs, et le samouraï semblait ne pas vouloir riposter, comme surpris par la soudaine vitesse de son adversaire. Pourtant il n’en était rien, et le rat répondis comme a son habitude, d’une façon imprévue :

Le rat : arcane de destruction : Effondrement !

Le sol se déroba alors sous le squelette qui tomba alors dans la fosse.

Le rat : arcane d’eau : Chute torrentielle ! Et Pour finir arcane de Glace : Congélation ! Technique secrète : Le Cercueil de Glace.

La cascade d’eau remplie la fissure dans le sol de liquide, liquide qui avait gelé sous l’action de l’attaque du rongeur. Ce dernier clôtura sa technique en comblant le vide de la fosse avec des rochers détachés par effondrement. La victoire lui semblai acquise facilement lorsque les trois personne présente ressentirent un tremblement venant de sous le sol, puis de la lave commença à surgir de l’endroit ou était enfoui le Roi, et du flot de lave fini par émerger ce qu’il restait du cercueil de glace, qui se dissipa qu’une fois qu’il fut a l’abri du flot magmatique. Le squelette bien sur n’avait pas subit le moindre dommage.

Ralhenvi : ÉRUPTION ! encore une fois dommage !
Le rat : qu’est ce que ?

L’épée du roi venait de traverser l’épaule du rongeur, la main squelettique toujours accroché à la poignée ! Le rat avait toutefois empêché que la lame lui embroche le cœur et il retira tant bien que mal l’âme, et une fois qu’elle fut au sol, la main revint au maitre des lieux, avec l’épée. Mais le samouraï était blessé, et semblait souffrir.

Ralhenvi : j’ai bien failli te tuer…
Le rat : je vois, tu n’es pas un mort comme les autres, tu es du type liche, insensible au attaque physique…
Ralhenvi : je suis invincible tout bêtement…
Le rat : bien je vais donc devoir te prouver le contraire…
Ralhenvi : et comment va tu faire avec la blessure que tu a à l’épaule ?
Le rat : on va commencer par ça : Zanmato !

Le rongeur rengaina l’un de ses deux sabres, et utilisa donc son attaque la plus rapide et la plus puissante, mais le squelette semblant très peu enclin a encaisser l’attaque et mis son arme face a lui, pour parer. Le rat assena son coup et on entendit un cliquetis de métal, signe que le coup de sabre avait heurté l’épée…

Eric (oubliant de murmurer) : c’est la première fois que je le vois blessé, et la première fois que quelqu’un pare cette attaque, décidément ce combat est mal engagé !
Le rat (a Eric) : cette attaque est imparable…
Ralhenvi : tu es vraiment un combattant d’exception : Brûlure Glaciale !

Le sabre avait tranché net l’épée du roi, et le cliquetis qui avait retenti n’était autre que la lame brisée tombant au sol. Le squelette avait sans doute lui aussi subit des dommages, mais pour sans conséquence aucune, car une attaque physique ne pouvait le blesser. Pour riposter a ce coup de maitre, le Roi avait descendu la température bien en dessous de zéro, avec pour but de tout geler….

Le rat : bien ça m’arrange : Arcane de glace : Avalanche !

Soudain, de la neige tomba non pas sous forme de flocon, mais comme une calotte massive qui avait pour but d’ensevelir le squelette, mais ce dernier ne l’entendait pas de cet oreille, et il riposta en créant une gigantesque flamme en forme de bouclier au dessus de lui. L’eau s’évapora, puis regela directement, formant une sorte de dôme de glace autour du Roi. Le rongeur fut quand a lui enseveli, mais puis se sortir sans dommage de sa technique.

Ralhenvi : bien préparatif finis : Le Supplice de L’empalement !
Le rat : en effet voila qui va être compliqué…

Des pics de glace étaient pointés vers le rat, ne laissant aucune ouverture, le rat ressorti a nouveau son second sabre, et l’attaque se déclencha, et tout les pics partirent dans la direction du rongeur. Le samouraï ne pouvant esquiver décidât de détruire tout les pics, et usant de sa vitesse surhumaine il pu en détruire le plus grand nombre, mais deux d’entre vinrent se planter l’un dans la jambe l’autre au niveau de l’estomac. Il retira les deux pic des plaies béante, et fit une nouvelle fois face a son adversaire.

Ralhenvi : tu es décidément increvable !
Le rat : pourtant je suis percé de part en part, et je ne me suis toujours pas dégonflé !
Ralhenvi : tu ne va plus faire ton malin longtemps. Je te prépare ma meilleure attaque !
Le rat : bon dans ce cas je vais devoir te montrer un peu de ma puissance : Première forme : Le roi des Bêtes !

Soudain l’énergie du rat balaya littéralement celle du roi maudit, il se redressa, les plaies refermées, semblait en pleine forme, les poils au niveau du cou étaient désormais plus long et dorés. Une paire d’ailes, couverte de plumes avait poussé dans son dos, son visage n’avait pas changé mais son regard était devenu encore plus perçant que d’habitude…

Le rat : je te sens moins sur de toi tout d’un coup, même si depuis le départ je suis dans ma première forme, je maintenais mon énergie en moi afin de ne pas en gaspiller, mais je pense que tu mérite que te laisse voir la toute puissance de cette forme !

Ralhenvi : du bluff ! EXECUTION !
Le rat : bien alors : Arcane de Glace : ZERO OBSOLU !


Dernière édition par Le Rat qui rit le Sam 17 Jan 2009 - 22:51, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 11 : Antagonistes.

Message  Le Rat qui rit le Sam 17 Jan 2009 - 22:48

Le roi maudit dispersa les os de ses bras et de ses jambes, et chacun se couvrit d’un feu presque invisible, presque blanc, mais les os ne se consumaient pas. L’air était d’un froid si vif que la moindre parcelle d’eau pouvait geler à son contact, le sol avait gelé, a part autour du rongeur, qui restait les bras croisés l’air tranquille. Soudain les parties du corps du squelette se ruèrent vers le samouraï, tout en dégageant une épaisse vapeur, faite par sublimation de la glace. Ce dernier se contenta de faire un geste de la main, et utilisa un arcane d’eau pour crée un mur autour qui gela instantanément. La tête du roi, toujours perché sur le buste d’os, qui flottait dans les airs se mit à parler…

Ralhenvi : ca ne suffira pas pour arrêter cette attaque : FINALE !

Le feu collé aux os gagna en taille et en puissance et firent dans le mur de glace de nombreux trous par lesquels ils passèrent, dégageant un nuage de vapeur si épais que personne ne pouvait voir a travers. Les ouvertures se refermèrent ensuite en raison du froid combiné avec la vapeur.

Ralhenvi : et voila, ce qu’il en coute de se surestimer…
Le rat : tu ne crois pas si bien dire…

Le squelette se retourna, et vit alors le rat avancer vers lui avec l’un de ses sabre ou il était en train de chargé une attaque…

Ralhenvi : comment tu ?
Le rat : c’est simple j’ai fais disparaître mon énergie et j’ai volé par-dessus le mur de glace, le tout sans être vu grâce a la vapeur…
Ralhenvi : dans ce cas, je vais donc…
Le rat : tes os on finit par dissiper l’énergie que tu leur avais insufflée, et ils sont actuellement enfermés dans un épais bloc de glace…
Ralhenvi : cela ne m’arrêtera pas !
Le rat : dommage il est déjà trop tard…

Le roi essaya de bouger, en vain, le buste était enfermer dans la glace, et la tête suivit… Le rat tendit alors la main, le torse se décongela sur une petite surface et le samouraï arracha à Ralhenvi un médaillon, puis tourna le dos a son adversaire, fis trois pas puis pointa le sabre dans la direction de ce qui restait du squelette, dont la gangue de glace commençait déjà a fissuré.

Le rat : quel malheur, mais je ne te laisserai pas reprendre ton règne : Atomisation !

La vague d’énergie destructrice jaillie du sabre du rat, et réduisis en atomes tout ce qui trouvait sur son chemin, y compris le bloc de glace ou se trouvaient les os manquant du roi…Suite a cela l’air revins a sa température normale, l’eau, l’a neige et la glace disparurent, et il ne resta plus que le trou dans le sol pour témoigner du terrible combat…

Le rat : quel gaspillage de temps et d’énergie…
Eric (rejoignant le rongeur avec Tely) : et bien tu nous a fais des frayeurs…
Le rat : bas il était bien plus costaud que les dragons de Schlangan, il a fallu que j’y aille plus sérieusement…
Tely : pourquoi tu lui as enlevé son médaillon ?
Le rat : il me semble l’avoir déjà vu quelque part, mais impossible de dire où…
Tely : tes blessures ont disparu ?
Le rat : ah oui, tu fais bien de m’y faire penser, on fait une pause.

Tandis que les deux autres s’assirent sur le sol, et commencèrent a puiser dans leur provision, le rat se posa sur le trône et ferma les yeux, comme perdu dans ses pensée. Il resta à peine deux minutes dans cette position, puis se mit à fouiller son propre sac et en sortit à manger. Après un repas silencieux, le rongeur se leva et examina la plaie de Tely …

Le rat : mmmmhhh… Eric, tu vois comment marche le processus de cicatrisation ?
Eric : euh, tu veux que ?
Le rat : oui, mais ne fait que refermer la plaie…
Eric : bon je dois pouvoir le faire…

Il prit dans ses mains sur la jambe amoché de Tely, et ce concentra. Il fallu bien un quart d’heure pour obtenir un résultat plus que moyen. La plaie était refermée, mais une excroissance était encore visible, et la douleur, bien qu’atténuée était toujours présente. Le rat fit alors signe de continuer leur route, et le groupe se remit en marche, Tely boitillant, et le rat en tête.

Ils passèrent ainsi l’après-midi à explorer les souterrains, ils trouvèrent notamment la tombe du fondateur de la ville (« ici git le créateur » dixit la carte»), des ouvrages d’une valeur inestimable qu’ils ne purent emporter (« la ou la connaissance repose »), quelques joyaux que seul Eric osa prendre (« dans la pénombre ils brillent de milles feux ») et pour finir ils découvrirent une salle ou était stockés plusieurs œuvre d’art. Là le rat décida de s’arrêter pour la nuit…

Eric : on est mal barré, aucune sortie à l’horizon, et personne qui sait où on est…
Tely : au pire notre ami peut bien nous faire un trou dans le plafond…
Le rat : je n’ai pas envie de dégommer l’araignée qui se balade là haut…
Eric : tu n’es vraiment pas net toi…
Le rat : ouais c’est sur je n’ai pas internet la !
Tely : bon si on pouvait décider de l’ordre des tours de garde…
Le rat : je peu m’en chargé seul…
Tely : donc il finira, moi je ferai le second tour, Eric, tu commenceras ok ?
Eric : c’est sensé être moi le chef temporaire.
Le rat : bonne nuit !
Tely : de même !

Eric se retrouva donc de garde, la première chose qui le surpris, c’est lorsque vers vingt-deux heures les torches s’éteignirent comme par magie (et c’était sans doute le cas). Il décida alors de prendre l’un des tisons encore chaud, et de le rallumer, chose faite en un clin d’œil. La seconde fut les bruit qui raisonnait dans les deux boyaux menant a la salle ou se reposait le petit groupe, le jeune homme n’était pas froussard, mais ca ne lui disait rien qui vaille. Aussi fut il soulagé de passer le flambeau (au sens propre comme au figuré) a Tely. Cette dernière passa son temps tant bien que mal, peu rassurée elle aussi par les bruits qui commençait à se généraliser, et semblait devenir de plus en plus proche. Aussi vers cinq heures du matin fut-elle heureuse de réveiller le rat.
Pourtant ce dernier, au moment ou son amie allait se recoucher lui mit la mains sur l’épaule.

Le rat : ca fait longtemps que l’on entend ses bruits ?
Tely : d’après Eric depuis minuit à peu prés…
Le rat (poussant Eric du pied) : debout feignasse !
Eric : gné…. ?
Tely : qu’y a-t-il ?
Le rat : un problème, et si il n’est pas de taille, il est pour le moins nombreux !
Eric : euh, j’ai rien vu, tu es sur de toi ?
Le rat : préparez vous, et soyez près à courir !

Les préparatifs furent rapides, et les trois compagnons se tinrent aux aguets ! Puis le rat fit signe d’allumer les lampes torches, et les rayons lumineux commencèrent à balayer l noir, dans l’espoir de distinguer la menace invisible. Puis le rongeur fit signe au groupe d’avancer, ce qu’ils firent pendant au plus une minute. Puis le samouraï s’arrêta brutalement, et pris deux pas d’élan pour lancer le flambeau qu’il avait amené le plus loin possible. La flamme éclaira un spectacle des plus ahurissants, une rangée de cadavres en décomposition qui s’avançaient lentement, mu par magie, et ce en direction des trois amis…

Le rat : des zombies, manquait plus que ca…
Tely : j’ignore ce que c’est, a part que si on inverse les syllabes ca donne Bison…
Eric : t’a qu’a faire le bœuf et les pulvériser, ca serait plus simple non ?
Le rat : dans le registre des bovins, toi tu serais un mufle ! Cela serait une perte de temps, et surtout d’énergie, de les pulvériser, à peine on se sera débarrasser de ceux la qu’il en reviendra autant !
Eric : super je n’ai pas l’air d’une truffe moi !

Les zombies commençaient à s’approcher de façon dangereuse…

Le rat : bon je crois savoir ou se trouve la sortie, donc ne me perdez pas de vue.
Tely : ca va être difficile avec ma jambe…
Le rat : essaye quand même !

Et le rongeur se mit à courir, la carte a la main, et les deux autres le suivirent, tant bien que mal. Le rongeur a chaque intersection jetait un rapide coup d’œil sur la carte, et choisissait un chemin, mais il était parfois contraint à prendre des détours par les zombies lui barrant la route. Finalement, après dix minutes d’une course effrénée, le rat et ses amis débouchèrent sur une très grande salle circulaire, dans laquelle s’ouvrait un large gouffre, presque un cercle parfait qui descendait dans les profondeur des catacombes. Sur cette pièce circulaire débouchais une bonne dizaine d’entrée, et l’on pouvait voir déjà les mort vivant arriver par certaines d’entre elle. Le samouraï commence à contourner le gouffre, toujours au pas de course, et désignant deux entrée proches l’une de l’autre.

Le rat : c’est par la allez, dépêchez !
Eric : ce n’est pas l’endroit de la carte qui disait « ici se cache la mer de toute » ?
Le rat : oui et ce gouffre me dit rien qui vaille, aller on accélère ! Et pas un regard, ne serait ce qu’un coup d’œil, derrière vous !

Le groupe après avoir contourné le trou béant commença alors à courir vers les deux entrées désignées par le rongeur. Soudain un craquement se fit entendre, et Tely et Eric se serait retournés si le rat n’avait pas ordonné de ne pas regarder derrière eux. Le rongeur qui avait trois quatre mètres d’avance s’arrêta et regarda derrière lui, tandis que ses deux amis le doublèrent. Au moment ou lui et Eric se croisèrent, le rat fit passer à ce dernier la carte et le médaillon, que le jeune homme attrapa dans le mouvement sans s’arrêter. Le samouraï put apercevoir quelque chose sortir de la fosse circulaire, quelque chose de très grande taille ce qui poussa le rongeur à reprendre sa course vers la sortie. Alors qu’il n’était plus qu’a quelques mètres et allait accélérer pour repasser devant ses deux compagnons, il sentit soudain son pied se bloquer et s’étala au sol dans un râle. Lorsqu’il regarda alors au niveau de ses chevilles, il était scotché au sol par une sorte de glue pâteuse, il détourna son regard et vit Eric et Tely s’engager dans le mauvais passage. Il allait leur crier de changer de passage, mais il vit une horde de zombie s’approcher de l’ouverture par laquelle les deux humains avaient fui.

Le rat : arcane de destruction : effondrement.

Et la voûte du passage qu’avaient emprunté Eric et Tely tomba sur les premiers morts vivant qui s’engageait dans le tunnel… Alors les êtres en décrépitude se tournèrent vers le rongeur, qui s’était relevé, et qui avait gelé la glue pour ensuite la briser. Une fois libre, le rat commença par regarder le gouffre, la chose semblait peu décidée à sortir plus, visiblement elle attendait que les zombies fasse reculer le samouraï vers elle.

Le rat : bon puisque c’est ainsi, allons-y… : Time to Ashes !

Il dégaina son sabre et envoya la vague d’énergie sur les zombies qui furent purement annihilés par elle.
Puis il fit s’effondrer toute les sortie une a une, en faisant le tour de la salle, ne laissant libre que celle qu’il avait indiqué a ses amis.
Le rat se tourna ensuite vers la forme qui se cachait, tapie dans son trou.

Le rat : bon vu qu’ils vont devoir faire demi-tour, il va leur falloir repasser par ici, et donc il me faut faire le ménage, donc te mettre hors d’état de nuire…

Après un moment d’attente finalement la chose sortit de son trou, c’était une araignée, de la taille d’un homme, mais don la tète semblait différente a celle des autres, même si mandibules et grappe d’yeux était présents…

Le rat : je vois, pas sur que tu puisses me comprendre, en tout cas c’est sur qu’il avait une araignée au plafond de celui qui a construit ce lieu…

C’est a ces mot que l’arachnide lança un jet de glue, du même type que celle qui avait immobilisé et empêcher le rongeur de partir. Pourtant cette fois ci, voyant le coup venir il esquiva facilement…

Le rat : et ben c’est ce qu’on appelle un pot de colle… Pourvu que je ne me fasse pas coller !

L’araignée ce décida à attaquer de front, et elle se rua sur le samouraï, s’en suivit un échange de coups virulent, et le rat dû sortir son deuxième sabre pour parer les attaque de six des huit pattes de l’arachnide qui se servait des deux dernières pour se maintenir debout. Pour finir, l’insecte essaya de l’attraper avec ses mandibules…

Le rat : Nightfall !

Le premier coup lui servit à s’éloigner de la « gueule de l’animal », et les suivant tentèrent tant bien que mal de trancher les pates de l’immonde bestiole. Finalement le rat se retrouva à quelques mètres de l’araignée, sans lui avoir causé le moindre dommage.

Le rat : hum, animal de type arachnide à carapace… Bon on va essayer ca : Zanmato !

Le second sabre fut rapidement rengainé, et le rat lança son attaque… Pourtant une fois qu’il se fut retourné pour constater les dégâts, il fut surpris de ne voir aucun résultat, et fronça les sourcils…

Le rat : mmh, étrange !
Arachnide (voix ressemblant à un sifflement) : en effet voila une attaque dévastatrice, encore faut-il l’encaisser !
Le rat : et en plus ca parle, mais pour esquiver ce coups la il faut une vitesse importante !
Arachnide : tu peux dire qu’il est étrange que je parle, mais il en est de même pour toi…
Le rat : c’est vrai, un rat qui parle ce n’est pas super communs, mais ca existe…

Soudain l’araignée, profitant de la seconde d’inattention du rat, disparu de la vue du rongeur et se retrouva derrière le samouraï, puis l’arachnide écrasa son adversaire avec l’une de ses pattes !

Le rat : arcane d’eau : Mirage.

Le coup n’avait en fait que traverser l’image du rat, parfaitement similaire à l’original, qui lui se trouvais au dessus, maintenu en l’air par un une plateforme de glace.

Arachnide : voila qui est étonnant…
Le rat : je sens que cela va être intéressant monsieur araignée !
Arachnide : on m’a jadis appelé Antarpen…
Le rat : peu m’importe ton histoire, si tu refuse de partir, tu risque de finir ta vie ici !
Antarpen : nous allons bien voir ca !

L’araignée disparue à nouveau, mais le rat allait aussi vite qu’elle, et les coups des deux adversaires se perdirent dans le vide. Agacée, l’arachnide commença à répandre de sa glue un peu partout dans l’espoir d’attraper le rongeur, mais ce dernier ne tomba dans aucun des pièges tendus par l’insecte. Antarpen, voyant que le match restait désespérément sans vainqueur, décida alors qu’un peu d’aide ne serait pas de trop, et se dirigea petit à petit vers les décombres signalant les sorties condamnées par le rongeur.

Le rat : Mortimer !

L’araignée venait d’arriver le long du mur, dans un renfoncement ne lui permettant aucune fuite, et le samouraï en profita donc pour sauter en l’air et abattre son sabre de toutes ses forces sur son adversaire. Ce dernier fut surpris, en effet, le coup de sabre avait entamé sa carapace, bien que la blessure fut bénigne… Cela se solda tout de même par un vol planer du rongeur, qui malgré sa parade n’avait pu stopper la contre-attaque.
Le rat n’eut pourtant aucun mal à se rattraper, mais il resta en retrait, réfléchissant à un plan d’action…
C’est ce moment la que choisi Antarpen pour rouvrir un passage, par lequel entrèrent non seulement des zombies, mais encore des araignées de la taille d’un ballon de football, et quelques canidés de type mort-vivant…

Le rat : mord bide, ca me fais mal au ventre que d’y penser !
Antarpen : voyons comment tu va t’y prendre désormais….

L’armée de bestioles fonça alors sur le rat, qui ne prit même pas la peine de lancer une attaque, il se contenta de trancher les vivants et de désintégrer les morts… Cela aurait pu tourner à la victoire facile, si Antarpen était resté à observer, mais ce n’était pas le cas. Le rat avait bien du mal a gérer tous ces ennemis a la fois, il se contentait d’esquiver les coups de l’arachnide pour pouvoir neutraliser les nouveaux arrivant, mais a chaque fois qu’il abattait une créature, deux autres revenait.

Le rat : arcane de glace : Congélation ! Et Nightfall !
Antarpen : Toile !

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 11 : Antagonistes.

Message  Le Rat qui rit le Mer 4 Fév 2009 - 18:55

Le rongeur avait commencé par bloquer la sortie par un bloc de glace, puis avais commencé a littéralement dévaster les rangs ennemis grâce a ses deux sabres, mais il fut stoppé net, empêtrer dans une toile fais de fin fils de soies extrêmement résistante….

Antarpen : te voila pris au piège ! Tu es fait comme un rat !
Le rat : le sujet devient rat zoir la…

L’araignée n’attendit cependant pas la réaction du rongeur, et elle l’emprisonna dans un cocon de soie. Pourtant au moment ou l’arachnide allait piquer le samouraï avec un dard couvert d’un poison incapacitant, la soie commença a gelé, formant un bloc dur, et Antarpen ne pu atteindre la chair du rat. Décidant d’en finir une bonne fois pour toute, quitte a se priver d’un repas de choix, la créature projeta le cocon geler dans le gouffre par lequel l’insecte était arrivé.

Antarpen : dommage, je pensais qu’il valait mieux que ça, fin douloureuse que de s’écraser au fond d’un rat vin….

Pourtant il sentit alors un coup de sabre, et l’une de ses pattes se détacha, tranchée net…
Antarpen commença à regarder de droite et de gauche pour savoir d’où venait le l’attaque, mais ce fut en regardant en l’air qu’il pu apercevoir son adversaire, le rat était au dessus de la fosse, il ne semblait même pas avoir été blessé, et une paire d’’aile battait tranquillement dans son dos, le permettant de voler tranquillement.

Le rat : bon maintenant que la glace est brisée, on va pouvoir passer aux choses sérieuses…
Antarpen : ce n’est pas parce que tu à réussi à me toucher que cela se reproduira !

Et le combat repris, mais malgré l’absence d’une patte, la vitesse de l’araignée n’était en rien diminuée, et le rat aurait peut être été en difficulté si il n’avait pas utilisé ses ailes qui lui servaient à la fois pour parer les coups, mais aussi se déplacer avec une grande rapidité, et bien sur pour voler, et donc se mettre hors de portée du monstre. La respiration de l’arachnide se faisait bruyante, et des longs sifflements se faisaient entendre, signe d’agacement, d’impatience et de fatigue.

Antarpen : cela commence à bien faire !
Le rat : c’est sur : ZANMATO !

Le rat s’était laissé tombé en piqué au dessus du monstre, et le coup de sabre fendit l’air, mais pas seulement, car une autre patte s’écroula, détacher du reste du corps d’Antarpen.

Le rat : haha ! Tu n’as pu complètement l’éviter celui la ! Tu ne serais pas au bout du rouleau ?
Antarpen : FILIATION !

Soudain surgissant de tous les interstices, et surtout du gouffre, des milliers d’araignée de toutes tailles, de celle de la taille d’un enfant à celle de la taille d’un bouton de manchette, surgirent et commencèrent à tisser des toiles dans tout les sens. Ainsi, plusieurs épaisseurs de soie furent disposées autour d’Antarpen, lui fournissant une protection importante, mais l’empêchant de passer à l’attaque.
Pour cela, c’était les autres araignées qui se chargeaient d’en finir, en effets elles forçaient le rat à dépenser énormément d’énergie, puisqu’ils essayaient de venir a bout et des araignées et des toiles qu’elles tissaient, mais la encore, tout arachnide abattu était immédiatement remplacer par un autre, et le samouraï se trouvait dans une situation délicate…

Le rat : punaise, me faudrait quelqu’un affilié a l’arcane de feu ! Bon bas je n’ai pas le choix alors, c’est partit pour la première forme : le Roi des Bêtes !

Les poils autour de son cou s’allongèrent et prirent leur teinte dorée, les ailes se couvrirent de plumes blanche, et l’énergie dégagée par le rongeur devint écrasante…

Antarpen (voix étouffée par les murs de soie) : ainsi, voici comment tu as battu le roi maudit…
Le rat : tu aurais été seul, je n’aurais as eu à utiliser cette forme, enfin, bref, on en finir vite fais bien fais : FATAL BLOW !

Le rat avait levé les deux sabres au dessus de sa tête, tout les deux était chargé d’une énorme quantité d’énergie destructrice. Les araignées tentèrent alors de l’immobilisé en projetant des fils sur le rongeur, mais ce fut peine perdu et les deux arme s’abaissèrent, et l’énergie fut projetée dans la direction d’Antarpen, tout ce qu’il y’avait en face du rat se retrouva littéralement transpercé. Le père de toutes les araignées s’était effondré tué net par le coup, un trou béant dans le poitrail.
Ce qu’il restait d’insecte s’enfuit effrayés par la puissance du Samouraï…

Le rat (retrouvant sa forme normale) : ben voila, pendant plus d’un an j’ai réussi a pas utiliser ma première forme, et v’la que des que je me pointe dans un lieu un peu dangereux je suis obligé d’enchainer les dépenses d’énergie… Faut croire que je me suis rouillé moi….

Il partit vers la seule entrée restée ouverte…La il s’arrêta, semblant hésiter, puis s’enfonça dans le boyau de gauche, non sans un signe désapprobateur de la tête…
Pendant ce temps, Tely et Eric avait commencé par consulter le plan. Ils avaient alors remarqué que les deux passages proches l’un de l’autre menait a une sorte de chapelle souterraine, et que le chemin qu’ils avaient emprunté et que le rat avait condamné était bien plus long que l’autre…

Tely : que fait-on ? On essaye de déblayer et de passer par l’autre sortie ?
Eric : ça me semble être une idée plutôt moyenne, si le rat à clôturer la sortie ce n’est pas sans raisons…
Tely : au fait tu sais pourquoi il t’a filé le plan et le médaillon ?
Eric : je ne sais pas, mais je suppose qu’il avait prévu que nous prendrions deux chemins différents, et je pense que pour nous éviter des ennuis il nous aurait laissé le chemin le plus court, pendant que lui explorerai ce passage ou nous sommes actuellement.
Tely : donc nous avons ce qui est nécessaire à sortir, le collier serait la clé pour quitter ce lieu selon le rat ? Il va devoir nous attendre alors…
Eric : ouais faut croire que c’est ce qui lui est passé dans la tête, dans ce cas on ferait bien de se dépêcher…

Et les deux amis reprirent leur route, dans le tunnel qui avait prix l’aspect d’un couloir de vieux château, avec des pierres inégales liée entre elles par un mortier craquelé. Le plafond était lui soutenu par des arches de pierre, d’un aspect fatigué et usé, donnant au tout un aspect délabré, et peu sur.
Le duo croisa plusieurs croisements, menant sans doute a d’autres salles et lieux inconnus, mais grâce au plan, il évitaient toute perte de temps, et se dirigeait droit au but. But qu’ils étaient sur le point d’atteindre, puisque la carte n’indiquait plus aucun embranchement avant la chapelle, lorsque le chemin que les deux amis suivaient déboucha sur une salle monumentale, c’était le cas de le dire !
Haute d’au moins six mètres de hauts, et large d’une quinzaine, la pièce était tout en long, comme un couloir a la taille d’un géant, avec deux rangées de colonnes de pierre, toute deux placé a trois mètres des murs. Adossé à ces parois, des statues de la hauteur de la pièce, représentant des héros mythiques et des rois d’antan, semblaient scruter la salle d’un air bienveillant.

Eric (s’avançant d’un pas hésitant dans la salle) : ouah, dans le genre grandiose on est servi !
Tely : je me demande pour quoi ou pour qui on a construit tout cela…
Eric : quelque chose me dit que nous n’allons pas tarder à le savoir…

Ils s’aventurèrent donc dans la grande allée, avec l’impression de n’être que des fourmis par rapport aux statues.
Ils marchèrent ainsi le long des cinq cent mètres que mesurait la salle en longueur, et arrivèrent face a une porte gigantesque, couverte de divers bas relief et dorures. Quand Eric tenta d’en pousser les battants, il ne pu les faire bouger d’un millimètre, c’était fermé.

Tely : je crois qu’il va la falloir défoncer ce truc…
Eric : je doute que nous puissions le faire, de plus c’est plutôt le rat ou Lucien qui emploient ce genre de manières. Ça ne nous rat porte pas grand chose de faire comme ça…
Tely : et on fait comment alors, gros malin ?
Eric : on utilise la clé pardi !

Sur ces mots il sortit le médaillon, le plaça dans un interstice presque invisible perdu dans la masse des décorations de la fresque représentée sur le battant, et il fit faire a cette clé d’un autre genre, deux tour et demis sur elle-même. Un cliquetis ce fis, et les deux partie de la porte roulèrent sur le sol, rentrant dans les murs qui était sensés soutenir les imposants panneaux…

Eric : j’aurais bien voulu voir comment tu aurais pu ouvrir çà avec la manière forte ?
Tely : laisse-moi réfléchir, t’à pas un pouvoir qui te permet de changer la disposition de la matière ? T’aurais pu faire une entrée très simplement non ?
Eric : heu… oui… Je crois….
Tely : CQFD…

Le duo traversa alors le seuil de la porte, et pénétra dans une nouvelle salle, circulaire cette fois, et qui ressemblais a s’y méprendre aux arènes romaine, avec des bancs de pierre surélèves de deux mètre par un mur qui donnait sur la piste, et qui formait une tribune autour d’un terrain central de forme ovale. Deux issues donnaient sur ce colisée miniature, la première était celle par laquelle les deux amis étaient entrés, la seconde se trouvait très exactement en face d’eux, et un vieil homme assit en tailleur sur le sol, apparemment en train de dormir. Il semblait assez grand, portait un habit de gladiateur qui laissait voir des muscles en rien diminuer par l’âge, enfin son visage portait les stigmates de nombreux combats, cicatrices à demi caché par une barbe blanche toute juste naissante. Une large épée était attachée à son flanc droit et une armure légère, faite de bronze, recouvrait le torse de l’inconnu. Eric se décida à avancer au milieu de l’arène, et le combattant d’un autre âge releva la tête laissant apercevoir deux yeux vert turquoise.

Eric (surpris de voir qu’il y’avait encore des humains qui pouvait survivre en ces lieux) : Bonjour !
Gladiateur : bien le bonjour gamin !
Eric : je ne suis pas vraiment un gamin, j’ai plus de vingt ans…
Gladiateur : pour quelqu’un qui a vécu presque quatre cent ans, tu reste un gamin, gamin !
Eric : et, ce n’est pas possible pour un humain de vivre aussi longtemps vieux bouc !
Tely : si, c’est possible, mais ce n’est pas a la portée d’humain comme les autres…

Un silence pesant s’installa, et le vieil homme se releva, faisant face au duo de voyageur.

Gladiateur : bien, j’aimerais savoir ce que vous faites ici ! Selon votre réponse je déciderai de vous laisser passer ou non…
Eric : je rêve ou il …
Tely : nous somme des explorateurs, et nous cherchons la sortie de ce labyrinthe.
Gladiateur (désignant la carte que tenais Eric) : vous êtes presque a la sortie de la chapelle, mais ça vous devez déjà le savoir grâce a ce bout de papier….
Tely : vous connaissez ?
Gladiateur : si je connais, c’est moi qui ait dessiné ce plan, il y’a fort longtemps. Mais je doute que vous soyez venu par hasard vous perdre dans ces catacombes…
Tely : en fait nous sommes venu faire des recherches archéologiques, et…
Gladiateur : Balivernes, de simples archéologues n’auraient pas pu pénétrer en ces lieux, la preuve c’est qu’en trois cent cinquante ans, je n’ai pas vu un scientifique s’aventurer ici !
Eric : et bien autant jouer franc jeux, on n’est pas vraiment archéologues, mais on fait de l’archéologie puisque nous recherchions un artefact enfoui ici…
Gladiateur : hum, je vois, et bien dans ce cas je crains de devoir vous affronter !

Il dégaina son épée, et la pointa dans la direction du duo.

Gladiateur : voici l’épée de mes ancêtres, un artefact enfermé ici il y’a trois cent cinquante ans, avec moi en guise de gardien, je vous présente Durandal !
Tely : je commence à comprendre pourquoi Yevian voulais prendre ce chemin.
Eric : et bien, on a plus qu’à faire ce que le rat s’était réservé pour lui seul !

Leur adversaire ne dégageait aucune énergie, ce qui empêchait toute évaluation, même sommaire de sa force. Eric sorti donc sa propre épée, et Tely son fouet, puis la jeune femme, après un regard interrogateur a son ami, se lança a l’assaut.

Gladiateur : deux contre uns, voila qui est peux loyal, mais qui pourrait s’avérer intéressant !
Tely : pour le moment, il n’y a que moi : j’en appelle aux communautés troglodytes !

Une nuée des chauves souris descendirent alors du plafond et se jetèrent sur le gladiateur, qui fut littéralement recouvert par les animaux suceur de sang. Tely enchaina avec « une morsure du serpent » et le vieil homme fut projeté contre le mur de protection de l’arène, pourtant lorsqu’il se releva, il n’avait aucune blessure apparente.

Gladiateur : bien je vois que vous savez plutôt bien vous battre : Percée !

Il se déplaça a grande vitesse, et se retrouva face a la jeune femme qui dut reculer, et reculer encore et encore lorsque que le gladiateur répéta plusieurs fois son attaque, au final l’ami d’Eric fut coincée entre le mur et le combattant, avec guère d’autre options que se jeter d’un coté ou d’un autre.

Gladiateur : Percée !
Tely : ça commence à bien faire : Déluge Cinglant !

Tendis que le dernier coup du vieil homme se perdait dans le mur, Tely avait sauté au dessus de la paroi, et du haut de ce promontoire, elle avait lancé une attaque ou les deux têtes de son fouet tombait au sol puis balayait la zone ou se trouvait l’ennemi, puis remontait en haut afin de recommencer, le tout ce déroulant a très haute vitesse bien sur.
Le sable s’envola sous l’action répétitive de l’arme, et quand le nuage tomba, le combattant était amoché, mais quelle ne fut pas la surprise de le voir se régénérer comme si de rien était !

Tely : çà, ça risque d’entre une histoire compliquée !
Eric : surtout quand on voit le trou qu’il a fait dans le mur !
Gladiateur : bien vous allez peut être vous battre sérieusement tout les deux ?
Eric : bon puisque c’est comme ça : Perce Muraille !
Gladiateur : peuh, rien à craindre d’une épée de pacotille : Fissure !

Les deux épées s’entrechoquèrent avec fracas, et l’attaque d’Eric fit une large entaille dans la peau du bras de son adversaire. Mais en contre partie, une importante fêlure s’étendait sur la lame, et la blessure de leur ennemi se referma presque aussitôt…

Gladiateur : a mon tour, Éclipse !

Le vieux gladiateur recula d’un pas, leva sa lame et l’abattit de toute ses force sur le jeune homme qui ne pu que mettre sa propre épée en garde, afin de parer le coup. Pourtant contrairement a ce qu’il pensait le coup ne venait pas d’au dessus de sa tête, mais de son coté droit et il ne préserva la vie que dans un réflexe qui le jeta en arrière. Malgré tout l’ami de Tely était blessé, même si la plaie était peu profonde, et le vieux aurait sans doute achevé son adversaire si la jeune femme ne s’était interposée, et avait renvoyé valdinguer la carcasse du vieil homme.

Eric : hmf, une technique d’occultation de lame !
Tely : ce n’était pas une illusion ?
Eric : non, c’est une technique d’escrime qui consiste à faire croire que l’épée suit une trajectoire, alors qu’en fais cette trajectoire est déviée !
Tely : en même temps avec un âge de quatre cent ans, il ne doit pas manquer d’expérience ni de technique !
Eric : oui mais doit y’avoir un truc concernant la régénération de ce type !
Tely : bon dans ce cas on va essayer de lui coller un maximum de dégâts : Créature Mythique !

Le sol pourtant sablonneux se fissura et de la crevasse sortit une étrange créature, mi homme, mi taureau avec des cornes sur la tête, et habillé d’une lourde armure de plate.

Gladiateur (se relevant, une fois encore indemne) : ohoh, voila quoi promet, un minotaure !


Dernière édition par Le Rat qui rit le Dim 8 Fév 2009 - 21:56, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 11 : Antagonistes.

Message  Le Rat qui rit le Dim 8 Fév 2009 - 21:55

A peine ces mots prononcés, que le vieil homme revenait dans l’arène, l’air amuser d’en découdre avec cette créature légendaire. Cette dernière ne chercha pas midi a quatorze heure et envoya un coup de poing qui fit voltiger de nouveau le gladiateur qui se releva une nouvelle fois toujours indemne. L’humain utilisa alors sa vitesse qu’il pensait supérieure, mais le monstre lui démontra le contraire en évitant la Percée de son adversaire, et en ripostant par un autre coup de poing qui se perdit dans le vide cette fois.

Gladiateur : bon pas le choix ! Éclipse !

Le vieil homme répétât l’attaque qu’il avait exécuté contre Eric, et l’attaque toucha le monstre, mais le contre fut terrible, la bête furieuse avait attrapé le combattant par les mains et lui donna un coup de tête qui embrocha le gladiateur et la créature acheva l’enchainement en envoyant le pauvre homme contre le mur d’enceinte.

Gladiateur (se relevant une fois encore régénérer de ses blessures) : bon, je lui ferait pas grand-chose si je me bat sans énergie !

Une soudaine pression se fit sentir, et Eric put enfin estimer la puissance de leur adversaire, bien que de puissance inférieur, il devait être du niveau du Roi squelette rencontré la veille…
Le minotaure ne se laissa pas démonter pour autant, et il tenta de frapper son adversaire qui esquiva facilement le coup…

Gladiateur : Mirage Funeste !

La contre attaque ne laissa aucune chance a l’animal, s’étant décaler a droite, le vieil homme avait tout le flanc gauche du monstre a portée. Et le duo de spectateur ne vit même pas l’attaque lancée par le combattant, tout ce qu’ils purent en apercevoir, c’est le résultat, le minotaure avait une plaie de dix centimètres de largeur le long du bras et du flanc… La bête s’étala vaincu et se désintégra en un nuage de fumée.

Eric : la, on est mal…
Tely : y’a que le rat pour pouvoir faire face a ce type…
???? : La fuite serait un déshonneur !
Tely : et alors, la fuite est préférable a la mort !
Eric : Hu ? Je n’ai pas parlé de fuite moi, surtout qu’il n’y a pas de tuyauterie dans le coin, donc des fuites…
Tely : faut toujours que tu prennes tout au premier degré !
Eric : bon de toute manière on doit récupérer l’épée, donc va falloir le battre !
???? : voila qui est plus noble !
Tely (pense) : a deux contre un, forcement, je n’ai pas vraiment le choix.
Gladiateur : bien j’espère juste que vous valez un peu plus que ce que vous m’avez montré pour le moment…
Eric : et bien nous allons voir ça ! Explosion !
Tely : Twister !

Le vieil homme réussi à s’éloigner suffisamment de l’explosion pour ne pas finir en charpie, mais il fut malgré tout touché par le souffle, et profitant de son déséquilibre, les deux parties tressé ensemble du fouet se dirigèrent vers le gladiateur impuissant…
BOOOUUUM !
Une nouvelle explosion retentit, bien plus puissante que la première, et un nuage de sable recouvrit l’arène. Tely ramena son fouet a elle, sur que son attaque n’avait pas touchée.

Tely : pourquoi t’a fais ça Eric ?
Eric : ce n’est pas moi qu’il l’est provoqué cette explosion !

Le sable retomba, et le vieil homme apparu de nouveau, toujours indemne…

Gladiateur : allons bon, quel étrange hasard m’a mis sur votre route ?
Eric : Tely ?
Tely : Heu, oui ?
Eric : peux tu rester en retrait s’il te plait, c’est a moi de vaincre ou périr lors de e combat…
Tely : mais, tu n’a …

Elle ne put en dire plus, la main d’Eric s’était tendu, et du doigt désignait les tribunes. La jeune femme alla s’assoir a contre cœur dans les gradins.

Eric : bien nous voila face à face, j’aimerais savoir quel est votre nom.
Gladiateur : en effet Eric, il est peut être temps de dévoiler cette part de moi-même, je suis le chevalier Roland, qui jadis est mort en combattant, a Roncevaux…
Eric : je vois, un spectre parmi les autres, exilé de la terre de ses ancêtres et sans autre but que de se battre…
Roland : bien, en garde !

La première passe d’arme fut brutale, toute la force des combattant était concentrer dans leur coups, mais
Le chevalier était bien plus rapide que le jeune homme, et ce dernier aurait été blessé plusieurs fois s’il n’avait pas eu son armure en carbone, fabriqué avec ses vêtements. Après cet échange virulent, les deux adversaires reculèrent d’un pas.

Roland : intéressante défense que tu a la !
Eric : mais insuffisante si vous vous battiez comme avec le minotaure…
Roland : voyons, j’évalue tes ressources, se serait bête de me faire surprendre par un contre assassin.
Eric : bien dans ce cas inutile de vous cacher ce dont je suis capable : Perce Muraille !

L’ami du rat se jeta sur Roland, et le terrible coup capable de trancher le roc, rencontra Durendal, ce qui stoppa net la lame d’Eric, et la fit voler en éclat sous violence du choc. Pourtant le jeune homme n’en avait pas finit, et lorsque la garde de son épée toucha le sol plusieurs pics rocailleux surgirent du sable et transpercèrent le chevalier.

Eric : stalagmite…
Roland (se dégageant, les blessures se referment a vu d’œil) : Bon je crois qu’il va falloir en effet passer la vitesse supérieure : Eclipse !

La vitesse de l’attaque fut fulgurante, et Eric avait beau savoir que le coup était dissimuler, il ne savait pas comment, il décida donc d’esquiver de façon la plus imprévisible, en se jetant au sol, ce qui fonctionna, et en profita pour faire un croc en jambe a Roland qui trébucha. Le jeune homme choisi ce moment pour utiliser In cube, qui enferma le chevalier. Mais Eric n’eu pas le temps d’achever sa technique, le vieil homme, en partie blessé par des lames terrestre, avait déjà fait voler la pierre en éclat et relança une explosion a laquelle ne pu échapper complètement Eric.
Les deux combattant se firent alors face tout deux amoché, mais ce qui ne posait toujours pas de problème a Roland, dont les blessures se refermaient déjà…

Eric : bordel, t’est quoi au juste !
Roland : je me demande pourquoi tu me voue une telle haine !
Eric : tu n’a pas à le savoir !
Tely (murmure pour elle-même) : c’est étrange, mais j’ai l’impression qu’Eric est bien plus fort et rapide que lors du combat contre les armures, et ses transformation de matières sont elles aussi plus rapides, pourtant il ne s’est passé que deux jour à peine…
???? : Oui, le milieu hostile, et peut être quelques mots du rats on dû agir comme déclic… Mais il reste en grande difficulté dans ce combat, son ennemi est bien plus fort que lui, et il va lui falloir trouver un moyen pour le vaincre malgré leur différence de niveau.

Une nouvelle passe d’arme eu lieu, cette fois Roland se battait beaucoup plus sérieusement et Eric, surpasser tant en vitesse qu’en puissance se retrouva en piteux état, plusieurs blessures lui ayant été faites au niveau du bras gauche, du torse et du dos, mais aucun coup mortel ne lui avait était encore infligé…

Roland : allons, tu va bien pour voir me le dire qu’a tu contre les membres de a famille ? Car c’est cela n’est ce pas ?
Eric : mêle toi de tes oignons, et mange toi ça : INDIGNATION !

Aussi brutale qu’inattendue, une lance de foudre sortie du plafond et tombât sur le chevalier qui se retrouva paralysé tandis que l’énergie électrique traversait son corps. Le jeune homme décida d’en finir avec ce combat, et utilisa Découpage, qui découpa Roland en morceaux, puis il finit en enfermant chacun de ses morceaux avec In Cube. Le redoutable enchainement fini, Eric se laissa tomber au sol, épuisé…

Roland (transperçant Eric dans le dos) : tu ne m’as pas répondu…
Eric : c’est… Impossible… avec nos pouvoirs,… nous ne pouvons nous régénérer…. Nous même…
Roland : bien, je vois que tu ne veux pas répondre, a ma question, quel dommage de devoir tuer l’un de mes descendant, adieu a toi, chevalier Eric de Roland !

Il voulu extraire Durandal du corps du jeune homme, mais il ne put y’arriver, ce dernier ayant attrapé la lame a pleine main. Il allait forcer lorsqu’il entendit Eric murmurer :

Eric : je crois avoir….compris,… et sache que je suis plus…. de ta famille ! Mjöllnir !

Un éclair parcouru Durandal, forçant Roland à lâcher l’arme. Eric se retourna alors vers le chevalier, l’épée toujours planté dans le dos, et lui attrapa le pied.

Eric : je dois remercier … le rat…. pour cette technique … Désagrégation !

Le corps de Roland commença à se disloquer puis les membres finir par se dissoudre, comme si ils étaient plonger dans l’acide, puis lorsque l’intégralité fut réduit en poussière, Eric pris la poignée de Durandal, mais voyant qu’il ne pourrait l’enlever seul, il fit signe a Tely qui s’était approchée, mais qui semblait redouter encore le retour du gladiateur. Finalement elle finit par s’arrêter à coter de son ami, et lui tira l’épée du corps, enfin chose étrange, l’arme lui glissa des mains une fois qu’elle eu quitté le jeune homme. Mais la jeune femme ne se préoccupa guère que de panser la plaie importante, qui maintenant que la lame était sortie rependait le sang d’Eric.

Eric (tendit la main et attrapa Durandal) : bien, voila une bonne chose de faite….
Tely (qui avait réussi à stopper l’hémorragie) comment tu a fais ce mec était invincible !
Eric : ce n’était pas un « mec », c’était juste une marionnette crée par Roland, grâce au lien qui le relie a ce monde, a savoir cette épée !
Tely : mais alors ?
Eric : et oui, a chaque fois Roland reformait ce corps qui lui servait à agir dans ce monde, des que j’ai pris l’épée, je l’aie obligé à arrêter…
Tely : il ne devait pas être d’accord…
Eric : non, mais on ne peut déroger au règles d’une arme, il a du se plier aux lois…
Tely : en tout cas, tu t’es bien débrouiller !
Eric : oui, mais si il n’avait pas été aussi sûr de lui, j’aurais perdu, il m’aurait balayé en un coup…Je vais…

Et il s’évanoui, épuiser par le combat et par la perte de beaucoup de sang… Tely fit appel à un cheval et elle chargea Eric sur son dos, puis s’avança vers la chapelle, lieu ou se devait se trouver la seconde sortie des catacombes…
Après quelques minutes de marche, la jeune femme et l’équidé arrivèrent dans le lieu saint, mais n’avait de saint que le nom… En effet, les tentures sur les murs affichait le noir ou le rouge, l’autel au fond de la salle était couvert de sang, et au mur derrière le cœur était accroche un tableau représentant l’apocalypse…
Au milieu de ce décor qui faisais froid dans le dos, les bancs avaient été bousculés et la plupart étaient brisés, et au centre de ce fouillis indescriptible, Tely aperçu le rat de dos, dont elle ne voyait guère que la cape et l’arrière du crane, et chose bizarre, il n’avait plus ses oreille de rongeur. Elle vit aussi un être ressemblant un humain portant des cornes, et ayant des grandes ailes de chauve souris allongé au sol, maintenu a l’impuissance par le samouraï…

Le rat : il est grand temps de redonner à ce lieu sa dignité d’autrefois !

Mais revenons quelques minutes plus tôt, au moment ou…
Lucien : et minute l’auteur !
Auteur : mmmh ? Plaît-il ?
Lucien : Ça ne serait pas mieux de laisser le suspense du combat du rat, et de parler un peu de moi et de Mira ?
Auteur : a tient il s’est passé quelque chose entre vous deux ?
Lucien : tu sais bien que non, puisque c’est toi qui écris l’histoire….
Auteur : a c’est vrai j’avais oublié !
Lucien :…… Bon donc ça serait mieux d’enchainer sur un « pendant ce temps sur Shandora… »
Auteur : tu dis çà parce que tu en a marre que je ne parle plus de toi…
Lucien : et alors ? Tant que je ne suis pas insultant, je ne vois pas ou est le souci ?
Auteur : tu ressemble de plus en plus à Boromir….
Lucien : c’est qui ça ?
Auteur : c’est Kiçah, bon donc on reprend à la base, mais si tu te plains encore il va t’arriver des trucs très moches !

Pendant ce temps sur Shandora, Lucien était en train de se taper la paperasse, en attendant que le rat rentre. Il aurait pu ne pas la faire, et d’ailleurs avait eu une forte envie de flemmarder, mais le rongeur lui avait promis une punition exemplaire si il ne faisait pas, tout en assurant que si il remplissait cette tache, il aurait épongé son ardoise d’heure en retard….
Mira quand a elle était en train d’étudier a la bibliothèque comme a son habitude.
La première journée se passa tranquillement, de façon presque ennuyeuse, Lucien regrettant qu’il ne se passe rien qui puisse le sortir de la comptabilité. La seconde journée était bien entamé, et cela faisait presque deux heure que le second du samouraï était plonger dans les calculs lorsque un bruit assourdissant retenti…

Voix OFF : ALERTE ! INTRUS DETECTES ! VAISSEAUX EN APPROCHE DE NOTRE ORBITE !

Un bruit de cavalcade retenti dans le couloir et trois personnes surgirent par la porte entrainât un courant d’air, qui malgré le réflexe de Lucien qui s’était allongé sur ses feuillets pour éviter qu’ils s’envolent, fit tournoyer en l’air certains d’entre eux.
Les trois personnes qui venaient de débarquer était deux sergents et Mira.

Sergent 1 : que doit-on faire ? Utiliser le téléporteur ?
Sergent 2 : ou bien préparer la flotte ?
Lucien : j’ai des instructions bien précises, faites en sorte qu’ils se posent sur le terrain prévu aux arrivées inconnues, qui se trouve devant nos portes !
Sergent 1 et 2 : Compris Capitaine !

Et ils partirent en courant….

Mira : et bien, étonnant comme le rat a pu prévoir ce qu’il allait arriver.
Lucien : oui, mais en même temps ce n’est guère amusant, ce qui allait arriver ne surprendra même pas le lecteur.
Mira : Quoi ?
Lucien : bon aller, allons voir a quoi ressemble nos amis intrus…

Le duo arriva alors à la grande porte, peu utilisée finalement, car on quittait généralement la base avec les vaisseaux abrités au sein même du complexe militaire. Sur l’ère dite « d’intrusion », deux vaisseaux étaient posés, à l’intérieur, les spectres thermiques avaient évalué le nombre de personnes à une quarantaine au total.
Lucien et Mira franchirent la porte sereinement, tout les canons de la base étant dirigés vers les deux appareils interstellaires. Une fois suffisamment proches, les deux amis s’arrêtèrent et Lucien héla les individus cachés…

Lucien : bien le bonjour messieurs-dames, nous aimerions savoir ce que nous pouvons faire pour vous.

Une dame d’une trentaine d’année sortit alors prudemment du vaisseau, elle était en tenue de combat, habillé d’un treillis et avec un casque sur la tète. Pour couronné le tableau elle était lourdement armée.

Soldat féminin : nous somme à la recherche d’une propriété de notre empire qui s’est égaré sur vos terres…
Mira : allons donc, et à quoi ressemble cette chose que vous recherchez ?
Soldat féminin : et bien d’après les informations de note empereur, il s’agirait d’une lance d’une valeur historique inestimable qui aurait appartenu a l’un de ses ancêtres…
Lucien (sortant Poséidon et en dépliant la Hampe) : je suppose que vous parlez de ceci ?
Soldat féminin : en effet, il semblerait que ce soit cela, nous vous sommons de nous rendre cet objet sous peine de déclarations dans l’heure !
Lucien : et bien il vous suffira de répondre à la question suivante avec exactitude : quel est le nom de cette lance ?
Soldat féminin : d’après notre chef, il s’agirait de Poséidon…
Lucien : bien dans ce cas je peux vous la confier…
Mira : mais !
Lucien : voyons, je suis un homme de parole ma chère, je vais donc le la leur donner.

Et il s’approcha vers la femme en treillis, la lance a la main…


Dernière édition par Le Rat qui rit le Ven 27 Fév 2009 - 19:17, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 11 : Antagonistes.

Message  Le Rat qui rit le Sam 21 Fév 2009 - 17:51

La jeune femme hésita un instant et empoigna l’arme tendue par Lucien. Elle soupesa l’arme, puis commença a l’observer, cherchant sans doute a déterminer si l’objet était authentique, Lucien fronça un instant les sourcils, se demandant si il avait bien fait, lorsque le soldat féminin lâcha la lance et commença a prendre sa tête dans ses mains…

Lucien : a je m’disait aussi !
Mira : je me suis demandé si tu n’avais pas perdu la tête…
Lucien : je préfère éviter, se retrouver décapiter sa doit pas être drôle !
Soldat resté en retrait : que s’est-il passé ?
Lucien : ben pour faire simple, cette lance ne peut être portée que par moi…
Soldat resté en retrait : dans ce cas il suffit de vous ramener avec ! Mort ou vif ! A l’assaut !
Lucien (ramassant sa lance) : ou t’a vu un lasso toi ? En plus je n’ai pas cette arme mythique la…
Mira (déviant les balles que les soldats venait de tirer) : si tu avais écouté tu saurais que cette arme la n’existe pas !
Lucien (balançant aco light sur un vaisseau qui explosa) : nan, je n’essore pas moi, ce n’est pas mon rôle.
Mira (envoyant un arcane de gravité qui immobilisa les soldats voulant se rapprocher) : c’est sur que sortir des âneries ca tu sais faire…
Lucien (utilisant heterok Light pour neutraliser les soldats restant) : Pourquoi, je ne connais pas qu’un rat qui rit, et aucun âne qui rit.
Mira (faisant le point sur le résultat du combat) : toujours aussi désespérant, un vrai âne bâté…
Lucien (ne voyant aucun survivant) : bon on va pouvoir rentrer et faire un rat port…
Mira : ce serait plus sur de détruire…
Lucien : boh aucun risque, on rentre, finalement ce n’était pas amusant, y’avait personne de costaud…

Les deux amis repartirent donc vers la base, et au moment de passer la grande porte, la jeune femme jeta un coup d’œil en arrière, et vis que l’un des vaisseaux venait de fermer le sas de sortie. Elle tira donc Lucien par la manche qui s’arrêta sans comprendre tout d’abord, puis remarqua l’anomalie, il reparti alors en arrière en courant. Malheureusement, il arriva trop tard devant l’engin spatial en train de décoller, il utilisa donc Aco Light, mais les dégâts furent en grande partie absorber par le bouclier que venait d’activer la personne au commandes du vaisseau.
Lucien ne pu rien faire d’autre que repartir en courant vers la base, ou il fit donner des ordres précis. C’est la que Mira le rejoignit…

Mira : alors ?
Lucien : et bien je vais limiter la casse, mais je vais sans doute me faire rabattre les oreilles quand le rat va revenir…
Mira : fais pas comme si je ne t’avais pas prévenu hein !
Lucien : merci de ta sollicitude, je vais retourner à la paperasse.

Et il repartit dans le bureau sans se douter que son erreur aurait de telles conséquences sur la suite des événements.
Mais revenons on en au rat. Ce dernier après avoir battu l’araignée, avait donc suivit le chemin le plus court, et était arrivé a la chapelle environ un quart d’heure avant que Eric et Tely ne découvrent l’étrange lieu. La pièce était certes semblable à la description que j’en aie déjà faite, mais a la différence près que les bancs étaient disposée avec ordre et symétrie, de chaque cotée d’un allée prévu pour accéder au fond de la salle ou se trouvait l’autel couvert de sang. La première réaction du rat fut l’indignation, la seconde fut la méfiance, car il sentait une aura néfaste proche de lui, et il s’approcha donc lentement du fond de la pièce, tous sabres dehors.
Il arriva enfin à l’autel et passa derrière, observant avec une grimace de dégoût la toile représentant l’apocalypse.
C’est en détaillant la peinture qu’il s’aperçu que quelque chose clochait, et il jeta un regard circulaire autour de lui. Pris d’un doute, il se dirigea vers la seconde entrée de la pièce, celle par laquelle Tely er Eric arriveraient plus tard. Il n’eu pas le temps de l’atteindre, une forme semblant venir de nulle part s’interposa entre le rongeur et la sortie. La chose était grande de stature, et le samouraï senti de suite qu’elle n’était pas humaine, malgré la capuche qui couvrait son visage et ses larges habits luxueux tissés de rouge et de noir.

Le rat : voila donc celui qui a décoré les lieux de façon si déplorable…
Voix Gutturale : en voila des façons de traiter le maitre de cet endroit, seriez vous religieux ?
Le rat : pas le moins du monde, mais j’estime que la croyance et quelque chose qu’il faut protéger et non détruire, peu importe en ce que l’on croit.
Voix Gutturale : allons dont ! Un idéaliste en ses lieux, voila des siècles que ce n’était arrivé…
Le rat : bon dans tout les cas je me retire, je crains d’avoir eu la malchance d’avoir raison.

Il contourna l’étrange énergumène et se dirigea vers la sortit, pourtant arrivé a un mètre de l’arche donnant sur le second couloir, l’individu fit de nouveau obstruction au Samouraï…

Voix Gutturale : je ne pense pas pouvoir vous laisser sortir sans que vous vous soyez plié à ma volonté, très cher ami rongeur.
Le rat : dans ce cas, je vais vous décevoir, je n’obéis qu’à moi-même !
Voix Gutturale : en ce cas, je ferais comme pour les autres, je plierais votre volonté par la force !

L’étrange individu pointa un doigt en direction de la poitrine du samouraï, et prononça un mot, et le rat se senti propulser en l’air, en direction du mur derrière lui. Il pu se retourner et se rattraper, les pieds tournés vers la cloison de pierre, et il en profita pour donner une impulsion, ce qui permit au de repartir très vite en direction de son adversaire, auprès duquel il fut en deux bonds, puis pivotant sur lui-même il adressa un double coup de sabre en rotation a l’inconnu.

Le rat : Clash !
Voix Gutturale (présentant la paume de la main aux deux lames) : Rebond !

C’était comme si les deux sabres avait butté sur une lourde armure métallique, et le mouvement du rat fut stoppé net, offrant une nouvelle ouverture a l’ennemi, qui cette fois lança a bout portant, une boule de feu qu’il venait de créer au creux de sa main. Le samouraï fut durement toucher et vola en l’air pour mieux retomber sur un banc qui vola en morceaux. L’énergumène, sûr de lui s’approcha alors du rongeur, mais ce dernier avait déjà régénérer sa blessure, et profita de la seconde de surprise de son hôte pour lui adresser un coup de sabre que ce dernier ne pu tout à fait éviter, ce qui trancha le tissu de la capuche révélant le « visage » de l’habitant des lieux.
C’était un être qui avait un crane allongé, avec un menton pointu, le haut du crane complètement lisse de forme ovale, le nez était quasi inexistant, ne laissant a la place qu’une protubérance et deux fentes en guise de narine. La bouche était fine et large laissant parfois apparaitre une foule de petites dents pointues, les yeux (au-dessus desquels il n’y avait aucune forme de pilosité) étaient petits et allongé, et pour clore le tout, les oreilles finissaient en pointes.

Le rat : un membre de la famille des démons…
Démon : on ne peut rien te cacher, maintenant, meurs !

Il fit un geste de la main, qui envoya une lance enflammée dans la direction du rat, qui cette fois ci ne pris même pas la peine d’esquiver, il souffla littéralement le javelot enflammé d’un coup de sabre…

Le rat : mouais, j’aime les cachés, la pilule et toujours dure a avalée…
Démon : bien, je vois que tu n’a pas échappé a la mort par chance, mais je pense que ma pleine puissance ne me mènerait qu’a une perte d’énergie, donc je vais diviser ma force par deux !
Le rat : comme tu veux, ça l’air marrant de se battre contre des moitiés de corps !

Le démon se mit alors a dégager une impressionnante vague d’énergie, qui semblait était plus imposante que celle que l’on obtiendrait en ajoutant celle de tout les ennemis affronté par le rongeur depuis son arrivé dans les catacombes… Il sembla disparaitre tellement il allait vite, et se mit sur le flanc droit du rongeur, dans son angle mort, et pointa à nouveau son doigt en direction du samouraï. Ce dernier dû faire appel a toute sa vélocité pour esquiver le nouveau sort, et lançai un arcane de destruction en direction du monstre qui esquiva sans peine. L’être démoniaque pris alors le rat une nouvelle fois de vitesse et créa un lame de feu qu’il abattit sur le rat désemparé qui ne chercha même pas a esquiver.

Démon : voyons voir jusqu’où peut te mener ta capacité de régénération !
Le rat : malheureusement pour toi tout n’est pas toujours affaire de puissance ! Mortimer !

Le démon ne compris pas pourquoi le rongeur avait prononcé ces quelques mots lorsqu’il vit l’attaque arriver. Mais lorsqu’il se senti trébucher et tomber, a cause d’un banc s’étant retrouver derrière lui sans qu’il s’en rende compte, il comprit que l’arcane de destruction n’avait servit que de diversion. En déséquilibre et donc dans l’impossibilité de se défendre, la créature machiavélique encaissa le coup et tomba a terre.
Il se releva quasi instantanément, une entaille profonde sur le torse, mais chose étrange, le sang n’en sortait pas, le rat quand a lui avait préféré mettre de la distance entre lui et son adversaire.

Le rat : oh, la barbe ! Si tu encaisse des coups comme celui la, va falloir te couper en deux pour te mettre au tapis !
Démon : m’aurait tu sous estimer ?
Le rat : je te mésestime, mais je ne savais pas jusqu’où allait ta capacité de contrôle… Décidément, vous me cassez les pieds ici, ça fait la troisième fois que je dois me servir de ceci : Le roi des bêtes !

Une nouvelle fois le rongeur venait de passer à la pleine puissance de sa forme animale, mais le démon n’en paru pas plus impressionner, et attendit que son ennemi lui fasse une démonstration de sa puissance. Le rat décida donc de passer a l’attaque, sa vitesse ayant augmentée, il savait pertinemment qu’il pouvait aller aussi vite que son ennemi, mais pourtant il n’en montra rien et commença par lancer Nigtfall, que le démon évita difficilement, malgré la vitesse contenue du rongeur. Puis le samouraï enchaina avec une Fissure, qu’il créa dans le sol obligeant la créature à faire un bond sur le coté ce qui permit au rat d’en finir avec son enchainement :

Le rat : Hurricane !
Démon : tu ne m’auras pas si facilement !

Le rat avait bondi afin de couper la trajectoire de son adversaire, le tout en tournoyant sur lui-même à grande vitesse, les sabres près à broyer le monstre. Mais ce dernier réussit à modifier sa course en l’air, et ce en utilisant ses ailes (qui ressemblaient à des ailes de chauves-souris) qu’il avait dissimulé sous sa cape. Le contre attaqua alors, lançant un rayon de feu ardent à l’ endroit ou l’être démoniaque se trou ait un instant plus tôt. Le samouraï pu éviter en utilisant ses propres ailes, mais il était malgré tout en difficulté…

Démon : Affliction !
Le rat : Zanmato !

Une vague d’énergie sombre envahit la pièce, ce concentra dans la paume du monstre et fut relâchée en direction du rongeur qui accéléra malgré le fait qui fut parti toucher par l’attaque. L’attaque du rat porta ses fruits et le monstre perdit un bras, qui tomba inutilement par terre…Dos a dos, quelques mètres les séparant, les deux protagonistes semblaient souffrir tout deux.

Démon : et bien me voila débarrasser de toi, mais j’avoue que me faire perdre un bras, c’est très fort de ta part !
Le rat : ….
Démon : tu a l’air d’avoir horriblement mal ! Tu sais qu’il n’existe aucun…

Le rat déglutit alors brutalement, puis s’essuya le coin de la bouche avec le pouce…

Le rat : hum ? Que disais-tu ? Ah oui tu parlais de la substance que tu m’as injectée avec ton attaque ! Un vrai poison, encore heureux, j’ai pu en partit dissocié une partie avant d’en rejeter ce qui m’aurait pris trop de temps à neutraliser…
Démon : t’est quoi au juste…
Le rat : un simple rat d’eau, perdu dans des catacombes bien sombres ! Et toi tu es un seigneur de l’abysse, envoyer ici pour protéger l’accès du gouffre que j’ai vu plus tôt, n’est ce pas ?
Démon : comment peut tu savoir que …
Le rat : j’ai donc vu juste, je comprends beaucoup mieux les choses maintenant, tu es bloqué ici, et tu ne peux même pas remonter à la surface, donc tu guide ce petit bout de monde vers le chaos… Je vais donc t’arrêter maintenant ! FATAL BLOW !
Démon : Malédiction !

Les deux attaques butèrent l’une sur l’autre, et s’annihilèrent en une explosion qui mit à terre les deux combattant, et qui projeta les bancs dans tout les sens. Quand la mini tempête se dispersa, le rat n’avait toujours pas une blessure, les ayant refermées au fur et à mesure qu’elles apparaissaient. Il en était tout autrement pour la créature démoniaque qui n’était pas sortit indemne de la combinaison dévastatrice des deux attaque. Mais pourtant, il semblait toujours aussi sur de lui, et il sortit deux kriss qu’il bloqua avec trois petits doigts présents a la jonction des armatures de ses deux aile.
Ainsi il reparti a l’assaut, s’en suivit un échange de coups virulents, parfois en l’air, parfois au sol, les kriss servant tantôt à parer les attaques des deux sabres du rat, tantôt a essayé d’atteindre se dernier. Malgré tout le statut quo semblait persister, et le monstre lança une nouvelle vague d’énergie empoisonnée que le rat évita difficilement. Cela permit au démon de trouver une faille dans la garde du samouraï, et de planter ses deux Kriss dans son dos, ce dernier n’hésita pas une seconde et profita de ce contact impromptu pour lancer l’arcane congélation, qui obligea l’être démoniaque à reculer, tandis que les deux blessures du rat se refermait une nouvelle fois…

Démon : j’ai du mal à cerner la limite de cette capacité de régénération, je vais donc devoir me battre a pleine puissance, alors que j’aurais pu te battre sans si tu n’avais pas cette faculté…
Le rat : bien ça va devenir intéressant…

L’énergie du monstre s’amplifia et devin suffocante présente dans toute la pièce, écrasant tout de sa puissance démesurée. Les blessures du démon se refermèrent, et le bras perdu repoussa, comme si c’était quelque chose de naturel… Voyant cela, le rat n’attendit pas que les blessures ait finit de se régénérer…

Le rat : et bien, je n’est pas vraiment le choix n’est ce pas ? Si je reste en première forme, je vais me faire tuer…
Démon : de quoi parles-tu ?
Le rat : en même temps, pas besoin de l’utiliser dans sa forme véritable hein…

Le rat couvrit alors son visage avec ses ailes qui tout d’un coup disparurent laissant place à la cape du rat qui retomba dans son dos, découvrant alors un masque artisanal fait de bois, peint à la main, représentant un rat, cachant le visage du rongeur. Les oreilles pointues avait disparues, laissant place a des longs poils gris hérissé et dirigé vers l’arrière, et le samouraï semblait bossu d’un coup, sans que l’on puisse expliquer pourquoi.
La quantité d’énergie ne semblait pas avoir augmentée, le démon cru que cette transformation n’était qu’une autre diversion et s’envola près à découper le rat en morceaux…
Le rongeur se contenta de tendre la main droite, et au moment ou les deux individus devaient se percuter, un vague d’énergie destructrice jaillie de la main du samouraï. Le démon pu plus ou moins esquiver, mais un trou avait été fais dans l’une de ses ailes rendant son vol stationnaire instable.

Démon : comment ça se fait que je ne t’aie pas touché ?
Le rat : malheureusement tu n’es simplement pas assez vigilant, je n’aie fais que me baisser…
Démon : bien dans ce cas : Désespoir !

Toute l’aura du monstre se concentra entre ses deux mains, tendis que le rat semblait attendre calmement que l’énergumène se pose, puisqu’il restait en l’air et donc hors de portée du samouraï. Puis une fois l’énergie rassemblée, et joignit les mains, dispersant l’énergie néfaste accumulée en une dizaine de pic qui se dirigèrent tous vers le rat fermant toute issue.


Dernière édition par Le Rat qui rit le Ven 27 Fév 2009 - 19:18, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 11 : Antagonistes.

Message  Le Rat qui rit le Ven 27 Fév 2009 - 19:17

Le rat : Coup Miroir !

L’énergie sembla être absorbée par le corps du rat, et puis se réassembla face a lui, puis reformèrent des pic qui repartirent vers leur précédant lanceur ! Ce dernier ne pu que se faire empalé par ses propres pics, incapable de contrer sa propre attaque. Il était sérieusement blessé, et semblai proche de la rupture…

Démon : un expert en contre hein ? Je suppose que toutes les attaques énergétiques ne servent à rien contre toi…
Le rat : apparemment tu ne peux pas te régénérer sans remplir certaines conditions, voila qui va me simplifier la tache…
Démon : bien cela ne va pas suffira pour me battre, tu manque trop de puissance ! VERITAS !

Soudain, l’aura qui était présente depuis le début du combat disparue, et ce concentra autour de la créature démoniaque. Celle-ci plongea alors en direction du rongeur, qui semblait se demander ce qu’il allait faire. Le choc fut violent mais le rat ne recula que d’un petit mètre, il avait attrapé les ailes de son adversaire afin de l’arrêter, ce qui était chose faite désormais. Surpris par cette démonstration de force, l’être maléfique était resté une seconde interloqué, mais voyant que son ennemi était obliger de rester dans cette position pour que le démon ne se ré-envol pas, ce dernier disposais d’une grande ouverture sans possibilités de contre au niveau du thorax. Il fit lâcher les deux kriss a ses ailes, et les rattrapa avec ses mains, mais alors qu’il allait les planter dans le torse du rongeur et l’éventrer proprement, il sentit ses deux mains agrippées par celle du rat. Il essaya alors de se dégager en essayant de voler, mais ses ailes était elle aussi bloquée par les même mains du rat ! C’est seulement maintenant qu’il s’aperçu que le rongeur avait deux paire de bras depuis sa transformation ! Il assistât impuissant a la suite de l’action, jeté au sol par le rat, ce dernier lâcha les ailes et repris ses sabres qu’il leva au dessus du démon immobilisé, qui tentait de le faire lâcher prise avec ses ailes en vain :

Le rat : il est grand temps de redonner à ce lieu sa dignité d’autrefois !

C’est a ce moment la qu’arrivèrent Tely et Eric qui n’entraperçurent le mouvement final, le rat découpant d’abords la paire d’aile, puis planta ses deux sabres dans le corps du démon, et pour finir prononça deux mots, que personne a part l’être démoniaque n’entendit. Puis ce dernier eu un soubresaut et rendit son dernier soupir. Suite à cela le samouraï se releva, rengaina ses sabres, et fouilla rapidement son corps. Il récupéra ainsi un bout de papier chiffonné qu’il mit rapidement dans sa poche, et ramassa également un bracelet qu’il garda à la main. Puis ses deux compagnons virent le masque monter au dessus de ses poils hérissés et disparaitre désagréger comme si il était fait de poussière, la fourrure repris son aspect habituel, et les oreilles semblèrent se redresser. Ainsi lorsque le rongeur se retourna il avait repris sa forme la plus connue…
Il aperçu alors Eric, qui, dans un état second avait observé la scène, toujours juché sur son cheval et Tely regardant son chef d’un drôle d’air, plein d’interrogations.

Le rat : bon voila une bonne chose de faite ! Je vois que vous en avez bavé… Il est grand temps pour nous de regagner la surface, tant pis pour l’artefact, si nous ne l’avons pas trouvé, d’autres le ferons et nous le leur reprendrons a ce moment la !
Tely : heu, à ce propos, je pense qu’on a mis la main dessus !
Le rat : Vraiment ? Bon tant mieux alors, vous me raconterez cela plus tard, il me tarde de quitter ce lieu maudit.

Le rongeur s’approcha d’Eric, lui demanda le pendentif et pris le médaillon que lui tendait péniblement le blessé. Puis le samouraï dégaina son sabre trancha en deux le tableau de l’apocalypse, et introduit le pendentif dans un creux destiner à l’accueillir caché derrière la toile. Le pan de mur descendit alors dans le sol et le rat fit signe a ses compagnons d’avancer dans le nouveau boyau…

Tely : et le médaillon ? On ne le récupère pas ?
Le rat : pourquoi tu voulais garder un souvenir ? Nan, il est très bien de ce coté du mur !
Tely : bon d’accord…

Le couloir n’était pas très long et aboutissait a un escalier, la jeune femme du renvoyer le cheval et le rat se mit a porter Eric, appuyer sur son épaule. Tely s’était bien proposée pour cette tache, mais le samouraï avait dit que la galanterie ne lui permettait de laisser un tel effort a une femme, fut elle une guerrière. Une fois en haut de l’escalier, ils se retrouvèrent dans ce qui semblait être une cave. Il fallut tâtonner pour trouver la sortie, visiblement condamnée, le rat se moqua bien de ca et explosa le mur avec un arcane de destruction.
Ils débouchèrent alors a l’air libre, dans une ce qui semblait être une grande cour, avec des allée de gravillons circulant entre des massifs de fleurs tous plus beau les uns que les autres (d’ailleurs, les trois amis avait débouchés sur un parterre de bégonias en piteux état après qu’une partie du mur lui soit tombé dessus).
Plusieurs portes de chêne massif débouchaient dans cet endroit qui semblait être une ancienne abbaye, le rat se gratta la tête d’un air contrarié…

Le rat : c’est malin, y’en a qui font le mur pour s’enfuir, nous on fait le mur rentré…
Tely : je n’aie pas tout compris….
Eric : ce lieu…
Le rat : Y fais pas noir ici, et pis je n’aime pas le poisson !
Eric : c’est…
Tely : ca j’ai compris, mais parler d’un poisson alors que l’on débarque chez des inconnu, je ne trouve pas ca très poli !
Le rat : bon j’ai déjà fait la blague avec pascal Legitimus, donc, on va dire que pour une fois tu ne te fais pas mener en bateau…
Eric : je connais cet endroit, ….
Tely : hein j’ai pas tout compris ce coup ci Yevian ?
Le rat : ben c’est simple les barques sont de petits bateaux…
Eric : Y’EN A MARRE ! J’AI DIS QUE J’AI DEJA HABITE ICI !

Devant le hurlement de rage de colère du jeune homme, une dizaine de personnes entrèrent dans la cours via les différentes portes, certaines d’entre elle armées, et se retrouvèrent abasourdi devant la scène qui se déroulait sous leurs yeux. Trois hurluberlus se trouvaient devant un mur défoncé, l’un deux avait l’aspect d’un rat et se grattait l’oreille en maugréant comme quoi il n’entendrait plus de l’oreille gauche, le second était un homme blessé et couvert de sang étendu a terre, et la troisième personne était une jeune fille qui essayait tant bien que mal de relever son ami. Quand le rongeur vit qu’ils n’étaient plus seuls, il lâcha une remarque pleine de bon sens :

Le rat : oups, grillé !
Eric : on est… cuits…
Tely : et pourquoi tu as lâché Eric ?
Le rat : ben il m’a surpris !
Garde : pas un geste, ou on vous brule la cervelle !
Le rat : bien dans ce cas ca va sentir le roussis !
Eric : stop… J’aimerais… que l’on soit amener devant le patriarche,… c’est l’usage normalement …dans ce cas non ?
Garde : L’usage peut être, mais…
Le rat : dans ce cas tu te dois de respecter les us et coutume, l’ami ! En avant ! Euh, c’est dans quelle direction ?

Eric désigna une porte, et le rat fit signe a ses deux compères qu’ils l’accompagnèrent jusqu'à l’ouverture…

Garde : STOP !
Le rat : si vous voulez tirer, libre a vous, mais je crains que de considérer cela comme un acte d’abus de pouvoir, et donc d’y répondre par la force en conséquence…
Garde : dans ce cas vous n’aurez aucune objection à ce que je vous accompagne et a vous tuer si jamais vous ne rendez pas visite au patriarche ?
Le rat : aucun, même si parler de nous tuer est un peu présomptueux !

Le trio suivit donc le garde, qui restait dextrement vigilant, et le moindre geste suspect de l’un de ses « captifs » faisait se soldait par la sortie de l’arme de service du milicien, mais toujours en vain. Ils arrivèrent ainsi dans un gigantesque bureau (qui fit pâlir le rat de jalousie) richement décoré par de nombreux meubles et tableaux anciens. Là devant une bibliothèque imposante qui s’étaler sur tout le mur du fond, un homme d’un certain âge, mais pas encore d’un âge avancé, assis face a un luxueux bureau en bois ancien, griffonnait sur un livre de compte avec une plume d’oie. Il avait les cheveux grisâtres et les nouveaux arrivants purent voir qu’il portait une parie de lunettes aux verres ronds lorsque l’homme releva la tête pour voir qui était ceux qui lui rendait visite…
Il resta un moment interdit, puis fis signe au garde qu’il pouvait prendre congé, celui-ci allait protester lorsque son regard croisa celui du patriarche, et l’homme d’arme partit sans demander son reste…

Patriarche : tient donc le retour du déserteur… Si je m’attendais à ca ! Assis toi donc, tu a l’air en piteux état, et vous qui l’accompagnez, prenez place également !

Eric s’assit lourdement, et Tely qui l’avait porté depuis la cours décida de prendre un peu de repos elle aussi, seul le rat, occuper à admirer les merveilles renfermé dans cette pièce ne pris pas la peine d’obéir.

Patriarche : va-t-il prendre cours à la conversation ?
Eric : je l’ignore… Il a l’habitude d’agir comme bon lui semble.
Tely : heu, c’est peut être indiscret, mais ou sommes nous ?
Patriarche : je vois qu’Eric n’a pas été bien bavard, nous sommes dans la demeure ancestrale des Roland, et j’en suis en quelque sorte le chef, ainsi on m’appelle patriarche bien que je ne sois pas vraiment ni le plus ancien ni le plus sages des hommes qui vivent sous ce toit.
Le rat : (toujours dans sa contemplation) : vous oubliez de dire que les membres de cette famille sont des descendants de la famille du chevalier Roland, neveux de Charlemagne…
Patriarche : comment savez vous cela ?
Eric : vu que c’est sous sa tutelle qu’est placée la planète ca m’étonnera qu’il n’en connaisse pas les grands noms, et leur histoire…
Patriarche : dans ce cas cela veut dire que ?
Tely : on l’appelle également Un rat qui rit, ou Harakiri ou infos…
Patriarche : c’est plutôt culoté de venir ici pour quelqu’un de votre rang ! Moi qui pensait que ce n’était qu’un pseudonyme, alors vous êtes vraiment un rat !
Le rat (qui avait pris un livre et le feuilletait) : je n’ai pas grand-chose à craindre, je pense… Mais ne vous occupez pas de moi.
Patriarche : ce serait le cas si vous n’étiez pas rentrer par effraction !
Le rat : j’aurais plutôt tendance à dire que nous somme sortis par effraction !
Eric : en effet, apures ce que je viens de voir et d’apprendre, je pense que certaines personne de ce lieu on caché l’existence d’un souterrain menant aux catacombes de la ville…
Patriarche : alors c’est de la d’où vous venez ?
Eric : et ou j’y aie trouvé ceci !

Eric avec difficulté, sortit Durandal et posa l’épée de légende sur le bureau…

Patriarche : malheureux ! Qu’avez-vous fait ! Cette épée était faite pour retenir les forces démoniaques de ce souterrain…
Le rat : abattu de ma main, cela va sans dire…Hors de question de laisser une telle menace en vie !
Patriarche : vous plaisantez ?
Le rat (s’approcha du bureau et y déposa un instant le papier qu’il avait enfourné dans sa poche, mais le repris avant que son interlocuteur ne puisse en vérifier le contenu) : satisfait ?
Patriarche : pas vraiment, mais je suppose que je n’aie pas le choix n’est ce pas ?

Et il tenta de prendre l’épée qui était sur son bureau, mais sa main ne pu attraper la poignée, qui s’était couverte de pics…

Le rat : apparemment chaque arme a sa propre façon de se défendre !
Patriarche : cela prouve que c’est la vraie… Lorsque le démon est arrivé, beaucoup de nos ancêtres on péri de sa mains et il a fallu que l’âme de cette épée nous demande de la laisser s’occuper de lui, et qu’a défaut de ne pas pouvoir le battre il l’arrêterait…
Eric (reprenant Durandal désormais sienne) : bien, et voila l’ironie du sort, le petit cancre qui préférait étudier la mécanique et l’électronique plutôt que l’histoire qui se retrouve en position de la continuer...
Patriarche : oui c’est vrai que tu n’étais pas intéressé, mais tu avais quand même du talent dans la Maitrise de la matière…
Eric : une école qui est la seule chose m’ayant servi…
Patriarche : tu devrais revenir au sein de ta famille, maintenant que Durandal est tienne, c’est ta destinée, cette épée ne t’apportera rien de bon, et nous pourrons te protéger, …
Eric : HORS DE QUESTION !

Eric commença alors à tousser bruyamment et à cracher du sang…

Le rat : bien sur ce j’en sais suffisamment les intentions d’Eric, maintenant je dois le faire soigner…
Patriarche : et si je vous empêchais de partir ?
Le rat : vous n’en n’êtes pas capable : arcane d’espace : GATE !

Une porte s’ouvrit alors au milieu de la pièce. Elle semblait donner sur un complexe militaire, et le rongeur la passa portant Eric sur le dos, Tely adressa un regard au patriarche qui semblait dire que si il s’amusait a faire un geste incongru, il allait mal finir, puis passa l’étrange ouverture qui se referma aussitôt après son passage.
Le patriarche resta figer un instant, avant de murmurer pour lui-même « que l’honneur t’accompagne ».
Une fois de l’autre coté de l’étrange portail, Tely vis qu’ils étaient de retour dans la base du rat, et ce dernier fit transporter rapidement Eric a l’infirmerie, ou on lui annonça que le jeune homme s’en tirait bien et qu’il avait juste perdu trop de sang. Sur ce il fut emmener pour bénéficier d’une transfusion, et pour que l’on fasse les points de sutures nécessaires.
Mira et Lucien rejoignirent le rat des qu’ils surent que ce dernier était de retour, et Lucien fit un rapide rapport au rongeur de ce qu’il s’était passé, ce dernier pris bonne note des événements, mais n’engueula pas son subordonné…

Tely : au fait c’était quoi cette porte que tu a crée Yevian ?
Le rat : Un arcane d’espace qui nous fait revenir ici, peut importe ou l’endroit ou l’on se trouve…
Lucien : Yevian ?
Le rat : oui ?
Lucien : c’est quoi ce nom ? Tu veux te mettre des marques à d’eau ?
Le rat : peut importe…
Mira : en tout cas, cet arcane sera bien utile !
Le rat : tu parle c’est le seul arcane stable que j’arrive a utilisé de type espace !
Tely : au fait je me demandais, tu savais qu’Eric était de la famille des Roland ? Puisque tu les connaissais eux ?
Le rat : je ne les connais que par l’histoire qu’ils ont vécue, et j’ignorais totalement qu’Eric portait leur nom…
Lucien : je ne suis pas tout la…
Tely : on te racontera plus tard… Au fait c’est quoi cette histoire de démon ?
Le rat : boh, rien d’intéressant, un type que j’ai rétamé, c’est tout…
Lucien : … J’ai l’impression que tu ne nous dis pas tout ?
Le rat : c’est possible ! Mais je doute que ça ait de l’importance pour la suite des événements !
Mira : si « mossieu » le dis, alors « mossieu » doit avoir raison…
Le rat : tient tu es vexée ?
Mira : j’en ai juste marre que tu nous dise que la moitié de ce que tu sais…
Le rat : heu vous en savez jamais plus d’un dixième, ca serait trop long et inutile d’en dire plus…
Tely : et bien en tout cas on a récupérée l’épée !
Lucien : ce n’est pas fin !
Tely : mais non, l’artefact sombre abruti !
Lucien : pas de ma faute si tu n’es pas Claire…
Mira : en tout cas Eric a bien mangé, il est ouvert de partout !
Le rat : ouais, mais aucun organe vital n’a été touché. Mais bon, le point positif, c’est que mon antagoniste a enfin appris à se servir correctement de son pouvoir, et ca ça promet ! La suite risque d’être fort intéressante !

Fin du chapitre.

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 11 : Antagonistes.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum