URQR : Chapitre 15 : Comment tout à débuter.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

URQR : Chapitre 15 : Comment tout à débuter.

Message  Le Rat qui rit le Dim 10 Jan 2010 - 18:12

Il neigeait, et ce depuis trois jours déjà, sans interruption aucune. Autour de la base du rongeur, le manteau neigeux dépassait le mètre, rendant impossible tout déplacement hors du refuge, a part bien sur en vaisseaux spatial. Les indénombrables cours de l'édifice était l'objet de toutes les attentions,constamment déneigée, afin qu'il reste possible de prendre l'air.
L'aube venait de se lever, Eric, Mira, Tely et Lucien étaient déjà dehors, se livrant a leur exercices et entrainements habituels, malgré les intempéries. Le rat les regardait d'un œil distrait depuis un toit, la neige s'accumulant déjà sur ses épaules.
Ils avaient bien progressé les quatre membres de l'équipe du rongeur, mais même pour ce dernier il était difficile de savoir si il seraient près a temps, même si il leur restaient encore bien des épreuves a passé. Le rongeur tenait la boule qu'il avait déjà utilisé auparavant, la faisant passé, d'une main a l'autre, semblant attendre quelque chose.
Depuis son retour, après le crash du vaisseau, et leur aventure sur la planète pénitentiaire, Lucien avait remarqué que son chef n'avait jamais lâcher l'étrange appareil des yeux. Il supposait que cela avait un rapport avec les quelques mot que le samouraï avait échanger avec l'homme au yeux bleu..
C'est ainsi qu'après cinq jour d'attente, au matin d'un jour de neige, ou le paysage blanc était synonyme de pureté, que le cour des événements se mit en marche, lorsque la fameuse boule se mis a pulser de la lumière a intervalles réguliers. Le rat une fois se signal reçu, se leva et s'éloigna de l'ouverture dans le toit faite par la cour, pour atteindre le point culminant de sa base, un balcon aménagée au sommet d'une petite tour, ou personne ne se risquerait par ce temps, et donc ou le maitre des lieux serait tranquille. Une fois arrivé, il s'assit posa la boule au sol face a lui. et joignit les index et les pouces formant un triangle, et prononça un mot. Il fallu un certain temps pour qu'il se produise quelque chose, et ce fut quelques mot incompréhensibles qui rompirent le silence :

Artefact en forme de boule : « Uith Troussin Garzt »
Le rat : Dreethero Hayadran Yevian.
Artefact en forme de boule : « Luizna prusisca zo.... Inast cato : Balin »
Le rat : pff, et le vieux est même pas foutu de venir prendre des nouvelles lui même....
Artefact en forme de boule : bouh, tu dis même pas bonjour a ton vieux pote Balin!
Le rat : je me demande toujours pourquoi je t'ai autoriser a nous rejoindre...
Artefact en forme de boule : Vilain, tu mériterais que ce sois moi qui vienne, histoire que je corrige tes mauvaise habitudes!
Le rat : ben rien ne t'en empêche...
Artefact en forme de boule : (voix de Balin redevenant sérieuse) : ca bouge part chez nous. Tes dernières aventures avant de rejoindre le point Mu on réveiller les autres. Du coup le vieux préfère éviter de concentrer nos forces au même point, si ce n'est de façon temporaire...
Le rat : bon, et la raison pour laquelle le vieux me demandait?
Artefact en forme de boule : ca urgeait pas, mais ton grand ami en a profiter pour te passer le message, le vieux va te faire parvenir les raison de ton voyage au point Mu.
Le rat : bien ou dois-je récupérer le colis?
Artefact en forme de boule : a ton point d'arrivé, on a pas encore trouvé d'autre point de similitude... Tu va avoir une surprise la bas. Bon je te laisse, on parlera de nos vie quand le vieux sera plus sur mon dos.

La voix se tut, et la lumière cessa. Laissant le rat avec une certaine appréhension...

Le rat : une surprise? Je sens qu'elle ne vas pas me faire rire...

Le rongeur repartit dans les couloir de la base afin d'arrivé dans sa chambre, dans laquelle il pris quelques effets dont ils auraient besoin. Puis il s'enferma dans son bureau un long moment. Lucien après la douche de fin d'entraînement se dirigea vers le bureau en question, et alors qu'il arrivait devant la porte, le samouraï en sortit précipitamment, collant le battant dans la tronche au jeune homme qui se retrouva par terre.
Le rat continua d'un pas rapide, visiblement pressé, laissant son subordonné par terre...

Lucien : pourquoi ca n'arrive qu'a moi?
Gilgamesh (dans la tête de Lucien) : c'est ton karma de casse pied ca...
Lucien : ca me fais une belle jambe ca...
Gilgamesh (dans la tête de Lucien) : un poing, c'est tout...
Lucien : bon tachons de rat trapé cet autobus.

Le second de la base partit donc a la suite de son chef, qui arriva dans le réfectoire alors que tout le monde mangeait, y compris Mira, Tely et Eric. Une fois dans la salle de restauration, le rongeur se dirigea droit vers leur table.

Le rat : bon finissez moi ca en vitesse! On part dans trois minutes!
Eric (la bouche pleine) : chmai, onb bien chuste de commencher!
Le rat : et parle pas la bouche pleine!

Le samouraï reparti donc vers la sortie du réfectoire, et croisa Lucien, passant dans l'autre sens...

Le rat : tu tombe a pic! On part dans deux minutes!
Lucien : aille! J'aime pas les aiguilles!
Le rat : bon si tu as assez de temps pour faire ce genre de remarque tu 'a pas besoin que l'on attende que tu mange.

Et le rat pris son second par le bras, et le trainât a l'astroport. La bas, Lucien ne pu s'empêcher de faire remarquer au rat que le croiseur jaune de ce dernier s'était crasher... ce qui ne gêna pas le rongeur qui appuya sur un interrupteur caché, ce qui ouvrit la trappe sous laquelle traqueur jaune avait été spécialement amélioré pour les besoins du maitre des lieux.
Le second de la base fut ensuite trainé de force a bord, ou tout deux furent rapidement rejoint par le reste de l'équipe, qui s'était empressé de suivre les ordre de leur chef.

Eric : on pourrait savoir ou on va?
Le rat : on retourne au point d'origine!
Lucien : c'est vraiment si pressé que ca?
Le rat : assez oui, j'attends un colis qui devrait atterrir la bas...
Eric : euh, c'est ou le point d'origine?
Lucien : ben, c'est...
Le rat : trêve de bavardage, vous verrez bien lorsqu'on y sera.

Le traqueur se mit en branle, et se dirigea rapidement vers la destination que le rongeur lui avait fixer. Le voyage fut court, la planète de destination étant proche de de Shandora. Une fois sur place, le rongeur activa le camouflage optique et fit une descente prudente dans l'atmosphère. Puis il se dirigea vers le cœur de l'un des nombreux océan de ce monde, pour enfin arrivé a voir une ile.

Lucien : ca me rappelle de bien mauvais souvenirs...
Le rat : donc tu connais la rengaine, on va devoir se poser près de la plage.

Le traqueur se posa en douceur dans un espace dégagé près de l'étendue de sable fin. L'équipe du rat débarqua sur le plancher des vaches, laissant l'appareil dissimulé par son camouflage. Le petit groupe pris alors la suite de son commandant qui semblait connaître les lieux.

Eric (marchant) : tu connais le coin Lucien?
Lucien : oh oui! On devrait pas tarder a arriver a la cabane...

A peine eu-t-il achevé, que le groupe déboucha sur une cabane de bois, dont les « planches » (des morceau de bois a peine dégrossis) étaient sommairement assemblées, le toit était fait de feuilles et de branchages, et devant l'édifice il restait encore les vestige d'un feu... Le tout semblait en piteux état, mais tenait tout de même debout.

Lucien : la vache, je pensait pas qu'elle aurait tenue si longtemps! Tient ca fait combien maintenant?
Le rat (répondant a son second, qui semblait perdu dans ses pensées) : un peu moins de cinq ans...
Lucien (sifflant d'admiration) : comme quoi on étaient pas si nuls que ca... Dire que Mathias voulais en faire un palais!
Le rat : arrête donc de revenir sur le passé, et avançons...

S'en suivi une longue demi heure d'une marche éprouvante au cœur de la jungle. Chose étonnante, celui qui semblait le plus a l'aise dans ses lieux était Lucien, qui semblait connaître bien les environs. Finalement le groupe déboucha sur un lieu ou des arbres morts étaient couché, mais ou les fougères et divers arbustes rendait l'avancée du groupe bien difficile. C'est ainsi qu'en écartant les diverses plantes le groupe tomba.... Sur un carlingue en acier, visiblement issue d'un avion, en train de rouillé avec l'humidité des lieux. Chose étonnante, la tôle présentait un trou étrangement régulier a un endroit, comme si il avait été fait par quelque chose, ou quelqu'un. Le rat pourtant ne laissa pas a Lucien le temps de faire un quelconque commentaire, et continua sa route, grimpant sur des rocher qui annonçait un élèvement du terrain. Finalement après un autre long moment ou le groupe avançant avec difficulté, au milieux des roches et des arbustes, notre quintet arriva devant un trou...

Lucien : grmfl, me revoilà ici après tout ce temps...
Le rat : allume la lumière s'il t plait...
Lucien : la dernière fois que je suis venu ici, il m'est arrivé un tas de bricoles...
Le rat : et il va encore t'en arriver si tu a pas de bol. En tout cas, fait de la lumière, sinon ils vont commencer tout de suite tes ennuis.

Lucien activa sat et light, libérant une boule de lumière pour chaque membre du groupe. Ainsi équipé, le groupe pu s'adonner a la spéléologie, afin de descendre dans l'étroit boyau. La progression fut lente et périlleuse, mais le groupe arriva enfin au point que le rat appelait le point d'origine. C'était une immense salle abritant un lac souterrain tout aussi démesuré, et on pouvait voir au loin quelque chose dépasser de la surface.
Le rat, commença alors a suivre le bord de l'étendue d'eau, tandis que le reste du groupe s'extasiait sur la beauté des lieux, et que Lucien boudait dans son coin.
Puis le chef du groupe rappela a l'ordre ses troupe, il venait de passer derrière un rocher, et lorsque le reste de la troupe arriva, elle découvrit une barque, visiblement d'un certaine age, faite a la main. Lucien voulu protester, mais fut obliger de manière... Violente, de monter a bord. Les trois autres suivirent, intrigués. La traversé fut rapide, malgré la barque un peu petite pour le groupe de cinq. Donc après avoir failli couler une ou deux fois le quintet aborda une petite ile étrangement plate au milieu de laquelle s'élevait deux pilier. Mira remarqua que ses deux dernier jouxtait un étrange signe gravé sur le sol.

Lucien : peuh, quelle galère cette traversée...
Le rat : laisse coulé, tu veux?
Eric (les manches trempées a force d'écoper) : il en découle que nous somme mouillé.
Lucien : nous n'avons pas mouillé l'ancre...
Mira : en tout cas vous allez faire couler beaucoup d'encre avec vos jeux de mot pourris.
Le rat : joli, Mira, tu va finir par nous damé le pion!
Lucien : il ne neige pas sous terre, pas besoin de la damé.
Mira : bon c'est bon y'en a marre la!

Tout le monde se regarda, et puis finalement Lucien regarda le rat de façon insistante...

Lucien : bon il arrive quand ton colis?
Le rat : excellente question! Il devrait pas tarder normalement.

A peine eu-t-il dis ces quelques mot, qu'un paquet de la taille d'un boite a chaussure lui tomba sur la tête, sans doute parce qu'il se trouvait au centre du cercle gravé au sol. Cherchant au-dessus de lui d'où venait le colis, il aperçu une espèce de membrane noire au dessus de lui, et eu juste le temps de se reculer, lorsqu'un type tomba du ciel.
Ce dernier amorti agilement sa chute, et se releva. Il portait une longue cape brodée du signe de l'étoile (mais dont l'ordre des signe l'entourant était changé), une capuche, un pull épais, un jean délavé et des lunettes de soleil, avec lesquelles il devait pas voir grand chose dans l'obscurité ambiante, peu éclairée par Lucien.

Encapuchonné : yop! T'a reçu ton colis?
Le rat : peuh, c'est toi qui me l'a apporté... Rien de bien épique, indigne d'un colis zé.
Encapuchonné : toujours ce sens de l'humour tordu a ce que je vois! Bon fermons le passage.

D'un claquement sec de doigt, le nouveau venu ferma le trou par lequel il était arrivé, sans que les membres de l'équipe sachent vraiment ce que c'était, car si il ressemblait vaguement au tunnel du rongeur, il semblait différent de par l'émanation même qui se faisait.

Le rat : le pige pas tout la, Balin m'a dis que le vieux voulais pas regroupé nos forces au même endroit, tu devrais donc repartir non?
Encapuchonné : c'est un peu plus compliqué que ca en fait. Le pouvoir de Balin n'est pas adéquat pour t'assister dans la mission que t'a confier le vieux. Hors, selon ce dernier, tu aura bien du mal seul.
Le rat : Eh! Il est gonflé lui, normalement c'est moi le guide ici! Bonjour la surprise qu'il m'a laissée.
Encapuchonné : laisse tombé la haute montagne, après tout c'est le sage du groupe, même si tu est le meilleur question stratégie, c'est lui qui décide des moyen qu'il peut t'allouer. Et puis tu devrais être content que je vienne te filer un coups de main non?
Le rat : nan, t'a pas piger.... Lucien, Eric, Tely, Mira, on dégage, ca pue le plan foireux!
Encapuchonné : je vous accompagne!
Lucien : heu faudrait éviter on va couler la barque ce coup-ci!

Mais il n'eurent pas le temps d'en dire plus, des ombres parcoururent le sol se regroupant près des deux piliers, s'assemblant pour former des quatre êtres humains en chair et en os! Ils étaient tous vêtus de façon excentrique, avec des armures de plates des jambières de cuir et des casques d'acier. Sur leur tabard on pouvait déchiffrer « je suis garant de l'intégrité des choses ».

Capitaine des garde en armure : je me demandait qui avait dérogé a la règle, et voilà que l'on tombe sur deux des plus grosses primes de la croisée.
Garde en armure 1 : on va pouvoir s'en mettre plein les fouille!
Encapuchonné : je suppose que c'est ca le plan foireux?
Le rat : oui, le vieux a utiliser ton arrivée comme diversion, et il t'a envoyer toi pour les empêcher de repartir faire leur rapport...
Encapuchonné : bon commençons par ca alors : Sigle d'enfermement!

Quatre rayons noir touchèrent les quatre soldats qui s'apprêtaient a passer a l'attaque. Il furent déportés en arrière, mais ne prirent apparemment aucun dégât.

Le rat : bon tu va m'écouter vite fais, je m'occupe d'eux, toi tu accompagne mes amis dehors et tu m'attend! J'avais pas prévu çà, sinon je les aurais pas emmener avec moi...
Encapuchonné : heu t'est sur que c'est une bonne idée? Tu va pas cramer trop de forces?
Le rat : je dépasserais pas la seconde forme promis!
Encapuchonné : bon je veillerai sur eux, tache de faire vite.

A peine l'ami du rat se fut il retourner, que les garde en armures, voulurent l'attaquer dans le dos, dégageant une dose d'énergie stupéfiante qui pétrifia les compagnons de route du rongeur. Pourtant ce dernier s'interposa, se transformant en roi des bêtes, et lançant son attaque « path of glory » qui coupa la route des quatre chevalier qui durent reculer pour ne pas être réduit en bouillie.
Profitant du court instant de répit, l'encapuchonné força Eric, Mira, Lucien et Tely, a monter dans la barque et les obligea a ramer a toute vitesse. Il purent atteindre la rive opposé tandis que le rat combattait les soldat en armure, combat dans lequel il était largement dominé, et avait déjà du se régénérer un bon nombre de fois. L'homme a la capuche regarda le déroulement des choses sans grande inquiétude et tandis qu'il poussait les amis du rongeur, afin qu'il remonte a la surface au plus vite.

Capitaine : et bien je suis déçu pour tout dire, je m'attendais a mieux de la part d'un individu qui défie l'autorité tel que toi. Vous deux, rattrapez les fuyard, et faites attention au mec a capuche, il est dangereux!
Le rat : comme si j'allais vous laisser faire! Effilochage!

De nombreux zanmato se dirigèrent vers le groupe de gardes, mais ces derniers purent esquiver l'attaque et deux d'entre eux commencèrent a courir sur l'eau afin de rejoindre le boyau par lequel s'était enfui l'encapuchonné et le reste du groupe du rat. Ce dernier voulu les empêcher de les suivre, mais le capitaine et le dernier soldat s'interposèrent, obligeant le samouraï a déclencher un arcane de glace formant un mur afin de se protéger. Le mur fut désagrégé d'un coups par les attaques dirigé contre le rongeur, formant de la vapeur rendant impossible toute visibilité. Lorsque le nuage de fumée fut dissipé le rat était toujours debout un large sourire au lèvres. Le chef de la garde voulu l'attaquer plus ou moins excéder par le sourire moqueur du rat. Mais lorsqu'il le frappa, il se rendit compte que se n'était qu'une réflexion faite par des particules de glace en suspension.
L'officier chercha alors ldu regard son adversaire, avant de se rendre compte qu'il était derrière le dernier soldat, toujours ébahi devant le tour de passe passe...

Capitaine : ATTEN...
Le rat : atomisation...

L'attaque à bout portant toucha le chevalier qui fut réduit en poussière. Le rat tourna alors son regard vers le capitaine médusé de voir l'un de ses soldat s'être si facilement avoir.

Le rat : bon voilà, tout s'est passé comme prévu. Les autres devrait s'en sortir contre tes soldat.
Capitaine : tu faisais exprès de ne pas te battre a fond, afin que je pense inutile le soutient de mes deux soldats...
Le rat : et oui... Il fallait aussi que j'éloigne les autres, notre combat risque de faire pas mal de grabuge...
Capitaine : tu t'est moqué de moi! Pour la peine je vais donner tout ce que j'ai!
La vague d'énergie qui s'en suivit déferla avec tant de force que l'eau fut agiter d'un mouvement d'onde, et le rat regarda son adversaire d'un air triste....


Dernière édition par Le Rat qui rit le Ven 29 Jan 2010 - 16:03, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq
avatar
Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 15 : Comment tout à débuter.

Message  Le Rat qui rit le Sam 16 Jan 2010 - 18:23

Le rat échangea quelques coups, mais sous sa forme animale, il ne faisais clairement pas le poids... Il passa donc directement à sa seconde forme sans pourtant en dévoiler la pleine puissance, le combat s'éternisait, et le rat arrivait a tenir la dragée haute a son adversaire, et ceux malgré la différence de puissance qui penchait clairement en faveur du capitaine de la garde. Finalement les deux protagonistes de ce combat se retrouvèrent essouffler, face a face, au deux bout du petit ilots, les deux piliers s'élevant entre eux.

Capitaine de la garde : bien il est temps d'en finir! PUNISHMENT!
Le rat : THE BLESSED HOME!

L'adversaire venait de lui lancer une attaque qui ressemblait a une lance argentée, faite d'une haute densité d'énergie, et le rat, qui s'était bien garder jusqu'à maintenant de montrer qu'il pouvait contrer les attaque, activa son bouclier. Ce dernier absorba plus ou moins l'attaque envoyée par le chevalier, causant malgré tout de graves brulure au rongeur qui se régénéra tant bien que mal.

Capitaine : bien il semblerait que tu ne puisse pas en encaisser beaucoup des attaques comme celle la : Punishment!
Le rat : je me demande ce que ca va donner... Enfin allons-y : Sacred!

Ainsi le rat renvoya l'attaque que lui avait envoyer précédemment son adversaire, qui étonner ne pu rien faire d'autre que regarder les deux énormes quantités d'énergie se percuter....
Pendant ce temps, l'équipe du rat et l'homme a la capuche était sortit de la grotte, et courrais dans la forêt en direction du vaisseau, voyant l'un des deux gardes les rattraper, malgré son armure, l'homme venu de nul part lança :

Encapuchonné : dites y'a pas moyen d'accélérer l'allure?
Lucien : t'est... marrant toi... on cours déjà vite....
Encapuchonné : bon du coup, il ne reste qu'une solution, courrez devant, je m'occupe de lui.

L'homme a la capuche sortit alors la lame qu'il possédait de son fourreau, c'était une épée bâtarde, venant d'un temps ancien probablement.
Le choc des armes du garde et du nouveau venu , résonna d'un lugubre éclat métallique renvoyé en échos par la jungle.

Encapuchonné : autant te le dire tu n'a aucune chance!
Garde : peut être... Estocade!

Le sabre du garde traversa le torse du nouveau venu... Pourtant la pointe ne sortait pas par le dos de l'encapuchonné, qui souriait vaguement, le garde ressentit alors la douleur et vit que le bout de sa la lame sortait de son propre corps! Pourtant il voyait bel et bien son arme enfoncé jusqu'à la garde dans le torse de l'homme a la capuche. Il lui fallu mieux observé pour voir qu'une sorte de contour noir se faisait a cet endroit, et comprenant ce qu'il s'était passé il saisi le bout de fer qui le traversait de part en part.

Garde : impressionnant... voilà de quoi est capable celui qui maitrise l'espace. Tu a déformé ce dernier a l'endroit ou ma lame allais te transpercé afin d'ouvrir un passage qui aboutirait derrière mon dos... Pourtant je crois pas que tu puisse bouger tant que ton sort est en cours, et je crois ne pas me tromper en disant que tant que je tiendrait le bout de la lame tu ne pourra pas l'annuler.
Encapuchonnée : et alors ? Dans tout au plus une petite minute tu sera mort. Et si je ne peut pas bouger ni annuler mon trou, je peut très bien en lancer un autre.
Garde : et bien, une minute ca devrait suffire pour que le capitaine tue ton ami le rongeur, et surtout pour que l'autre garde prenne la vie des quatre fuyards.
Encapuchonné (entendant des cris dans la forêt) : gné? Si ils crèvent, Dree va devenir chiant! Tu veux pas me lâcher?
Garde (commençant a faiblir) : hors de question, je vais même t'emporter dans la tombe.

Il rassembla toute son énergie, bien décidé a se faire exploser afin d'emporter dans la mort son adversaire. Sans doute afin de laver l'affront de s'être fait battre si facilement a cause d'une erreur d'appréciation.
La d'où venait les cri ca n'était pas rose, le dernier garde en état de se battre (même si il l'ignorait), avait attaqué par surprise le groupe de fuyard, blaissant gravement Mira a deux reprise. Eric était donc indisponible, trop occupé pour se battre, essayant tant bien que mal de soigné son amie.
Du coups il n'était que deux a combattre, et Tely elle même ne se sentait pas bien utile, la vitesse et la puissance du garde la dépassant de loin. Pourtant elle couvrait Lucien qui avait du activer l'aura blanche de niveau un et cosmo peau light, et qui malgré ca se serait déjà fait battre sans la présence de la jeune femme qui bloquais le garde a chaque fois qu'il tentais d'attaquer le second du rat das le dos. Les illusions semblaient sans effets sur l'homme en armure, qui déjouait sans cesse les tour de passe passe du maitre de la lumière.

Lucien : ca commence a bien faire : Mega Light
Garde : Inébranlable!

Le garde mis son bouclier face a lui pour se défendre contre l'explosion de lumière de Lucien, amplifiée par le pouvoir de l'aura blanche. Ainsi protéger, le soldat n'avait subit aucun dégât, et fonça sur Tely, bien décider a supprimer ce poids qui l'empêchait de battre le second du rat. Pourtant ce dernier s'interposa, et stoppa l'homme en armure, qui stoppa le coup de son adversaire en saisissant la hampe de l'arme de son ennemi.

Garde : tu viens de signer ton arrêt de mort!
Lucien : tu peut détecter les présence invisibles, mais pas les objets apparemment : Mono-Light!

Des liens de lumières s'échappèrent de Poseidon, et enserrèrent le garde, qui ne lâchât pas la lance qu'il avait saisi... Lucien déclencha alors les sat et light qu'il avait dissimuler, provoquant un effet de résonance décuplant l'explosion qui se produisit. Tely regardait impuissante la scène, voyant le nuage de poussière, de feuille et de branches, ne sachant ce qu'elle devait faire. Le monde sembla rester en suspens durant une dizaine de seconde, même Eric avait relâché son attention se demandant ce qu'était devenu Lucien. Enfin ils aperçurent le résultat de l'attaque du second du rat : ce dernier protéger par Light o sphère, était a genou épuiser, face au garde, encore en état de se battre mais gravement amoché. Le militaire s'apprêtait a donner le coups de grâce, le boucler du jeune homme faiblissant et Tely regarda alors Eric, incapable de bouger, sous peine de laisser mourir Mira...

Tely (pense) : c'est foutu on peu rien faire...
Jeanne (dans la tête de Tely) : tu m'oublie bien vite je trouve...
Tely (pense) : je dois t'appeler alors?
Jeanne (dans la tête de Mira) : non le moment n'est pas encore venu, cela serait trop dangereux. Essaie ca : « nodib seuqigam selumrof sed ertiam »
Tely (pense) : heu pas tout compris...
Jeanne (dans la tête de Tely) : dépêche toi de dire ca a voix haute, et réfléchit après!
Tely (sans conviction a voix haute) : nodib seuqigam selumrof sed ertiam?

Il ne sembla rien se produire, et le bouclier de Lucien flancha laissant ce dernier a la merci du garde... Mais au moment ou ce dernier allais frapper, il vola dans les airs propulser par une force inconnue. Tout le monde chercha d'où pouvait provenir cette aide inespérée, espérant voir apparaître le rat, ou l'encapuchonné, pourtant il n'en fut rien et le garde se releva, tandis que Lucien tout juste capable de tourner la tête, voulu dire quelque chose. L'homme a l'armure décida alors de lancer une grosse attaque afin de tuer tout le monde d'un coup....

##### : mhmhmhmhmhm, mhmhmhmhm...

La boule énergétique de la taille d'une maison rassemblé par le garde fut dissipé comme par magie, laissant le lanceur littéralement stupéfait a la vue de son nouvel adversaire. C'était un vieil homme portant une robe de mage décoré, en grande partie caché par une longue cape blanche sale et rapiécée, qui ne laissait voir du visage du nouvel arrivant que la longue barbe blanche tombant jusqu'en dessous de la taille. Le vieillard s'appuyait sur une canne magique plus grande que lui, avançant lentement entre les différent protagonistes de la scène.

Garde : mais c'est qui ce vieux? C'était une formule magique que tu a prononcée?C'est elle qui a bloqué mon attaque?
##### : mmmh, en effet. Je n'aime pas que l'on trucide les gens sous mes yeux. Une bonne correction suffit pour corriger les mauvaise manières...
Garde : elle est trop naze ta formule!
##### (sortant un vieux grimoire et notant quelque chose avec une plume) : ah bon? Je pensait que rajouter des h suffirait...
Garde (fonçant arme a la mains sur le vieillard): en tout cas, tu va payer ce que tu a fais!
##### (pointant son bâton magique) : Voyons... Ah oui, c'était ca : Abracadabra!

Le soldat qui fonçait a toute vitesse fut déporté sur le coté par le sort du mage, et percuta un arbre, tandis que le vieillard s'avançait vers Tely.

##### : et bien mon enfant, c'est toi qui m'a appeler non?
Tely : heu...
Garde (se relevant et préparant un grosse attaque) : meurt vieillard!
##### : euqatta nos te tadlos ec ertîarapsid eriaf ruop elumrof enu tse icec!

Alors le soldat semblât s'évaporer dans les airs, comme si il n'avait été qu'un fantôme...
Lucien, sembla réfléchir un instant...

Lucien : elle est pas terrible votre formule, vous avait juste dis « ceci est une formule pour faire disparaître ce soldat et son attaque ».
##### : étrange, a chaque fois tout le monde pige le truc. Pourtant c'est loin d'être simple...
Lucien : c'est bizarre il vient de parler de façon différente d'un coup...
##### (caressant sa barbe) : du coups, je sais plus ce que j'était venu faire...
Tely : vous vouliez me parler je crois, disant que je vous avez appeler...
##### : Ah oui, c'est ca! Je disais donc : j'ai autre chose a faire, mon temps est précieux et donc je ne peut vous aider.
Lucien (désignant Mira) : n'empêche, maintenant que tu est la tu pourrait au moins la soigné!
##### : je suis pressé et je ne peut donc accéder a votre requête.

De la lumière commença a sortir de sous les pieds du vieil homme qui lentement s'enfonça dans le sol, comme absorber par cette lueur. Lucien n'y tenant plus, ricana et annonça alors au vieillard :

Lucien : m'aurait étonné qu'un vieux débris comme vous puisse nous aider.
##### (arrêtant de s'enfoncer dans le sol) : hum? J'ai cru entendre quelqu'un proférer des insultes a mon encontre.
Lucien : oui c'est le cas....

Le vieillard, ressortit du sol, a la grande surprise de Lucien qui ne pensait pas que le vieil homme pourrait interrompre son sort. Le second du rat rassembla ses forces pour tenter de fuir, mais le vieux, malgré son age n'eut aucun mal a le rattraper et lui flanquer une bonne raclée a coups de bâton magique.

Lucien : stop! C'est bon je m'excuse.
##### : Bon du coups j'ai encore oublier ce que je voulais faire...
Eric : m'aider a soigner cette jeune femme?
##### : a oui, je ne voulais pas le faire, mais je me dois de donner une leçon de savoir vivre a ce jeune malotru... emmef enuej ettec rengois ruop elumrof enu tse icec!

L'incantation fit effet a une vitesse effrayante et deux seconde après Mira était sur pied, comme si rien ne s'était passé.

Lucien : en tout cas tu mérite bien ton nom de « maitre des formules magiques bidons »!
##### (retournant frapper Lucien) : je vais en finir avec toi cette fois! Même pas foutu de faire preuve d'un peu de reconnaissance...
Mira (pour détourner l'attention du maitre des formules magiques bidon) : c'est quoi votre nom au fait?
Maitre des formules magiques bidons : On m'appelle le Seigneur du sortilège... Et minute l'auteur!
L'auteur : quoi?
Maitre des formules magiques bidons : si tu continue comme ca je te flanque une rouste!
L'auteur : heu.... et comme çà?
Nodib seuqigam selumrof sed ertiam : tu me crois stupide? Tu l'a juste écrit a l'envers!
L'auteur : Mince, il a capté!
Nodib seuqigam selumrof sed ertiam : bon, alors ou tu te planque toi?
L'auteur : roooh, c'est bon si ont peut plus rigoler...
Seigneur du sortilège : bon c'est pas trop tôt, je vais être en retard...

Et le vieillard disparu dans le sol, tandis que Lucien murmurait « il est balaise le vieillard »...Une explosion se produisit au loin, puis quelques secondes après l'encapuchonné sortit des fourré indemne, devant le groupe de quatre. Voyant Lucien dans un sale état, couvert de bleu, il demanda :

Encapuchonné : c'est qui qui l'a mis dans cet état?
Tous : «le seigneur du sortilège »
Encapuchonné : c'est qui lui? Et qu'est devenu le garde?
Mira : le maitre des sortilège est un magicien qui nous a sauver. Malheureusement, Lucien a encore eu la langue trop bien pendue.
Tely : et le maitre a fais disparaître le soldat en un tour de main.
Encapuchonné : et ben...

La conversation fut interrompue par la gigantesque explosion qu'avait provoquée la percussion des attaque du rat et du capitaine. Un léger séisme se produisit, et du nuage qui commençait a s'élever dans les airs, deux objet (des point noirs a peine visible a l'œil nus) surgirent, projeté par le souffle et s'envolèrent loin dans les cieux.

L'encapuchonné : c'est pas possible, il en rate pas une lui...
Lucien : c'est a dire?
L'encapuchonné : l'un des deux ovni que vous avez pu distinguer était le rat.
Eric : heu, il va mourir alors?
L'encapuchonné : avoir une grosse bosse au pire, il crèvera pas pour une si petite chute.
Mira : dire que n'importe lequel d'entre nous en mourrait...
L'encapuchonné : bref, il va falloir le retrouver. Par contre je sais pas lequel des deux nous devons suivre...
Lucien : et, et minute papillon!
L'encapuchonné : je ne vois aucun insecte de ce genre dans le coin...
Lucien : c'est a toi que je parle, pourquoi on devrait te suivre? Après tout c'est moi qui dirige cette équipe quand le rongeur est pas la.
Tely : et voilà, Lucien va encore avoir des ennuis...
L'encapuchonné : ah bon? Quelle drôle d'idée... Enfin j'imagine qu'il a ses raison. Pour te répondre je peut pas retrouver Dree sans moyen de transport, j'ai donc besoin de votre vaisseau. Si vous voulez pas me suivre et tenter de m'empêcher d'embarquer soit, je suis près a le réquisitionner par la force....
Mira : Dree?
Eric : vu sous cet angle, en effet, on a plutôt intérêt a le suivre...
Lucien : on va suivre cet inconnu, qu'on a jamais vu?
L'encapuchonné : pas tout a fait, mais on en parlera plus tard...

Et il partit d'un bon pas dans la forêt, slalomant entre les arbres, obligeant ses suivant a adopter un rythme soutenu, contre lequel Lucien, incapable de suivre, pestait. Finalement ils arrivèrent face au traqueur jaune customiser par le rongeur, et grimpèrent a bord. Une fois a l'intérieur, Lucien épuisé se posa dans l'une des couchettes du bord, s'endormant profondément. Pendant ce temps, l'homme a la capuche avait pris les commandes de l'appareil, et pianotait sur le clavier faisant des recherches de trajectoires...

Eric : heu vous avez l'air de bien savoir vous servir de cet engin...
Encapuchonné : oui, je suis un peu obliger...
Eric : pourtant Lucien a dis que sur cette planète il ne connaissaient rien de cette technologie...
Encapuchonné : et tu en a déduis que je ne venais pas du coin. Brillante déduction, avec mon look actuel si je me balade dans les rues tout le monde ce demandera « mais qui c'est ce gus »
Mira : et donc d'où venez vous?
Encapuchonné : question piège... je passe!
Tely : super ca nous avance beaucoup cette histoire... Vous êtes un amis du rat non? Comment vous l'avez rencontrer?
Encapuchonné : pour la question, je répondrait que nous nous somme rencontrer lors de son long voyage. Mais arrêtez de vous inquiéter sur ma fiabilité, et laissez moi me concentrer.

L'homme à la capuche, après avoir lancé de multiples calculs se retourna et vis que tout le monde s'était endormis, et lui même senti une lourde fatigue s'emparer de lui, fatigue dont il connaissait bien la cause. Il alla donc lui aussi se coucher, une fois qu'il eu mis le vaisseau en orbite et l'ai camoufler. Le lendemains, des murmures le réveillèrent, curieux de savoir ce qui se disait en cachette, il feinta le sommeil.

Lucien (murmure) : y'a pas de mal a voir a quoi il ressemble. Quelle idée aussi de dormir avec sa capuche et sa cape.
Mira (mur, mur) : c'est impoli c'est tout...
Tely (mûre mure) : tient l'auteur fais encore mumuse.
Encapuchonné : a ce n'est que ca dans ce cas la de toute façon je dois me changer.
Lucien : oups il était réveiller.

L'encapuchonné parti donc dans la salle de bain du bord, (qui était minuscule) se changea rapidement, puis se montra au quatre subordonnés du rat, qui furent ébahis par la surprise qui les attendais...


Dernière édition par Le Rat qui rit le Ven 29 Jan 2010 - 16:02, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq
avatar
Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 15 : Comment tout à débuter.

Message  Le Rat qui rit le Dim 24 Jan 2010 - 17:32

Car l'encapuchonné, nos amis l'avait déjà vu il y'a pas si longtemps que çà. Il s'agissait du jeune homme athlétique au yeux bleu, qu'ils avaient croisé sur la planète pénitentiaire. Il portait cette fois un sweet vert (toujours avec les manches retroussé de manière bizarre) un jean noir tout neuf, et son serre tête avait changer de couleur. Mais il arborait toujours sa cape au signe de l'étoile ainsi que ses armes, le revolver et l'épée bâtarde.

Lucien : encore toi?
Homme mystère : encore? Ce n'est que la troisième fois que l'on se croise...
Mira : deuxième vous voulez dire?
Homme mystère : c'est la seconde pour vous, mais pour lui c'est bel et bien la troisième.
Lucien : j'ai pas le droit de parler de ce qu'il s'est passer la première fois.
Homme Mystère : ah oui, je vois, ca ne m'étonne pas de Dree!
Eric : qui vous appelez Dree?
Homme Mystère : ben c'est le diminutif du nom de l'andouille a tête de rat!
Mira : heu... Pourquoi il ne nous aurez pas parler de son nom?
Homme mystère : houla, c'est une longue histoire, compliquée a souhait... Et en plus qui ne me concerne pas et dont je suis loin de connaître tout les détails. Donc vous conviendrez que je ne puis vous raconter ce que je sais.
Tely : bon et vous qui êtes vous au juste?
Homme mystère : moi? Ah oui, je ne me suis pas encore présenter, et je doute que Dree vous ait parlé de moi. Je me nomme Théodore Van Dasty, je suis le Maître d'arme des huit.
Lucien : je comprend de moins en moins...
Mira : au moins on a son nom... Mais je me demande ce que sont les huit....
Tely : pourquoi le maitre d'arme?
Théo : et, molo! Une question a la fois! Bon de ce que j'ai le droit de vous dire, le titre maître d'arme désigne plus ou moins notre rôle parmi les huit, une petite confrérie qui a un but précis dont j'ai interdiction de parler.
Eric : huit, parce que vous êtes huit?
Théo : pas vraiment nous ne somme que cinq. Bon je vais clôturer là la séance question, nous avons d'autres chats a fouettés, et je craint vous avoir dis a peu près tout ce que je pouvais vous raconter.
Lucien : çà nous a pas vraiment avancé toute cette histoire...
Théo (ignorant royalement Lucien) : voilà, j'ai la zone d'impact de l'un de nos deux OVNI.

Malgré les questions, et les remarques divers et variées, le nouveau venu resta parfaitement imperméable a toutes ses paroles, et mis le cap vers l'un des point d'impact présumé de l'un des deux être qui avait voler avec l'explosion. Le vaisseau resta en mode camouflage et redescendit dans l'atmosphère, et fini par arrivé dans un champ, ou un grand cratère avait été créé. L'équipe du rongeur pu voir qu'il y'avait quelques badauds et dut attendre qu'il n'en reste plus que deux et qu'ils aient tournés le dos a l'engin volant du rat, pour descendre. Une fois que ce fut fait il allèrent voir les deux curieux, afin de leur poser quelques question :

Théo : impressionnant trou. Je me demande bien ce qui a pu le faire. Une météorite peut être?
Badaud A : cré vin diou non! Parrait que c'est y un homme qui a fit ca!
Lucien : une bouteille de badoie qui est partie fissa?
Théo (filant une claque sur le haut du crane de Lucien) : toi je t'ai rien demandé... Vous sauriez si cet homme est vivant?
Badaud B : j'crois ben. L'a été en'mner a l'hosto pardi!
Lucien : après l'eau pétillante, voici la daube ambulante...
Théo (attrapant l'oreille de Lucien, et l'emmenant en direction de la ville) : merci bien, et bonne journée...

Et le groupe se dirigea en direction de la ville. Pendant que le nouveau faisait une petite mise au point.

Théo : bon surtout m'appelez jamais par mon nom complet, Théo ca suffit. Ensuite évitez de vous faire remarquer, surtout l'autre fanfaron lumineux. Au cas ou le type qui a survécu serait le garde, vous approchez pas de lui, il pourrait vous reconnaître. Ah, et une dernière chose, si on doit parler de Dree, continuez a l'appeler le rat.
Lucien : heu pourquoi?
Théo : parce qu'il en ferait une maladie, il dit que son prénom est un peu trop original, et que si on le prononce, ca pourrait mettre ceux qui nous cherchent sur une piste.
Mira : tu veux pas nous en dire plus a ce sujet?
Théo : je pourrait en effet, mais je m'en abstiendrai.
Tely : t'est vraiment un mec bizarre....
Théo : Dree m'a déjà fais cette remarque.

Il arrivèrent ainsi en ville, et le petit groupe se dirigèrent vers un hôtel, ou ils prirent une suite, que Théo régla sur le champs, ce qui intrigua encore plus Tely, qui se demandait d'où il avait sortit l'argent. Une fois installé, l'ami de Dreethero disparu quelques instant, laissant le reste de l'équipe se restaurer. Lorsqu'il revins il semblait soucieux, mais ne souffla mot de la raison qui le rendait morose. Il pris un livre et resta dans un coin sombre de la suite, demandant a ce qu'on le dérange pas de la journée. Les filles décidèrent de sortir faire un tour en ville tandis qu'Eric et Lucien s'entrainaient d'une manière qui ressemblait plus a de la chamaillerie. Une fois la nuit tombé, après que les deux jeunes femme furent revenues, et que tout le monde eut soupé, Théo prit la parole.

Théo : bon... Je me sens obliger de vous emmener même si je ne devrais pas.
Lucien : gné?

Avant même qu'il ait pu réagir, les quatre subordonné du rat furent entouré de ténèbres, se sentirent projeté en arrière, mais sans qu'ils puissent bouger, comme dans le siège d'une voiture qui accélère, puis les ténèbres disparurent, et il se rendirent compte qu'il était... dans le couloir d'un hôpital, dont la lumière était éteinte et qui était donc plongé dans la pénombre.

Théo (murmurant) : bon évitez le bruit...
Lucien (murmurant) : prend nous pour des abrutis...
Théo (murmurant) : du peu que je sais de toi, faut s'attendre a tout de ta part.
Tely (murmurant) : ca te dérangerait de nous dire pourquoi on est la?
Théo (murmurant, l'air énigmatique) : nous allons voir qui a fait le cratère hors de la ville...

Et il entra discrètement dans une chambre, suivit de près part Tely, Mira, Eric, et Lucien, qui ferma discrètement la porte (un vrai miracle pour une fois).

Lucien (murmurant) : t'a de la chance que je ne le fâche po, l'auteur!
L'auteur (murmurant) : et toi de la chance que je fasse pas gueuler quelqu'un disant qu'il y'a des intrus.*
Tely (murmurant) : comment se faire calmer par l'auteur.
Mira (murmurant) : arrêtez de papoter, il y'a plus important, regardez qui c'est!

En effet, l'homme dans le lit n'était autre que le garde qu'il avaient entrevu sur (ou plutôt sous) l'ile. Il semblait dormir d'un profond sommeil. Lucien se tourna alors vers Théo :

Lucien (murmurant) : on a plus qu'a s'en aller, et trouver l'autre point d'impact.
Théo (murmurant) : je suis pas sur, y'a quelque chose de bizarre.

C'est alors que garde se réveilla, sentant sans doute la présence des intrus dans la pièce. Il alluma la lumière, illuminant la salle d'une vive lumière qui lui permit de plus ou moins se réveillé. Le petit groupe se prépara au combat :

Lucien : dommage c'était un bel hôpital.
Capitaine des Gardes : quoi qu'est ce qu'il a l'hôpital?
Lucien : il va sans doute finir en ruine.
Capitaine des Gardes : je ne vois pas pourquoi... Pis vous êtes qui d'abord? C'est plus l'heure des visites!
Lucien : hu? Il se passe quoi? Il nous reconnais po?
Mira (désignant une pancarte) : service de psychiatrie.
Lucien : heu ca veut dire qu'il a perdu la mémoire?
Tely : faut croire...
Théo : C'est bien ce que je pensais. Allez on rentre!
Capitaine des gardes : heu ca me dis pas qui vous êtes!
Théo : juste un mauvais rêve.

Et il disparurent tout les cinq, téléporter a nouveau par le pouvoir de Théo. Laissant le malade penaud devant l'arrivé des infirmière qui lui demandèrent ce qu'il s'était passé. Lorsque le patient dis qu'il avait vu des intrus, les infirmières en arrivèrent a la conclusion qu'il avait délirer, et lui injectèrent un somnifère, faisans de cette rencontre qu'un rêve parmi les autres.

Théo (de retour a la suite de l'hôtel, avec les autres) : bon je vais devoir rester ici surveiller cet homme.
Lucien : et nous on devra chercher le rat pendant ce temps?
Théo : heu... Si tu veux! Mais ca risque d'être dur pour toi!
Lucien : me sous estimerait tu?
Théo : pas le moins du monde, je te dis juste ce qu'il en est.
Mira : et si vous nous expliquiez pourquoi cela serait si dur?
Tely : c'est sur, comme si un rat humanoïde pouvait passer inaperçu.
Théo : vous verrez bien. Vu que je subodore qu'il a perdu lui aussi la mémoire vous allez galérer.
Lucien : ca peut lui arriver a lui?
Théo : ben si la première personne touchée par l'explosion sur l'ile a perdu la mémoire, il est fort probable que la seconde aussi.
Mira : c'est une théorie qui se défend.
Lucien : en tout cas, hors de question de rester a rien faire pendant que tu surveille l'autre andouille.
Théo : fait ce que tu veux, je ne demande rien du tout, a part d'éviter de te faire remarquer.

Lucien acquiesça d'un geste sec, et partit se coucher, une longue journée l'attendant par la suite. Théo fit de même, et les trois qui restèrent entrèrent dans un grand débat, pour savoir ce qu'ils devaient faire. Il fut décider que Mira resterais avec Théo tendit qu'Eric et Tely prêteraient mains forte a Lucien. Le groupe de recherche s'en alla alors vers le vaisseau, et Mira resta seule avec Théo qui semblait perdu dans ses pensée, surveillant via un petit trou dans l'espace, ce qui se passait dans la chambre du chef des gardes.

Mira : je me demande pourquoi il est si important de surveiller cet homme.
Théo : pour deux chose, si il retrouve la mémoire la situation va se compliquer, et il risque de recevoir sous peu la visite de certaines personnes, qui pourraient bien compliquer encore plus les choses par leur décisions.
Mira : ca m'a l'air bien compliqué tout ça.
Théo : c'est bien plus simple que ca n'y paraît

Il ne se produisit rien de notable durant les trois jour qui suivirent, si ce n'est la longue suite des soins prodigué afin de faire retrouvé la mémoire du chef des garde, traité comme cas a part (oui, c'est sur quelqu'un qui arrive au milieu d'un cratère comme ça on se demande comment il a survécu.
Pendant ce même laps de temps Lucien et son équipe de recherche remuaient ciel et terre pour retrouver le rongeur, au bout d'un journée il avaient retrouvé le cratère laissé par ce dernier. Mais personne n'avait vu ce qui avait fait le trou en question rendant extrêmement difficile les recherche, sous une pluie torrentielle, l'endroit ou se trouvait le cratère subissant a cette période de l'année, la mousson.
Ce fut après deux jours de recherche sous la pluie battante que l'équipe du second du rat trouva enfin une piste : un vieil homme disait avoir vu
un étrange animal rentrer dans une cabane d'une forêt avoisinante.
Le trio se dirigea alors dans les bois qui avaient pour réputation d'être maudit. Ce qu'ils purent constaté en tout cas, c'est qu'ils s'étaient une nouvelle fois perdus...

Eric : vaudrais vraiment prendre un gps pour chacune de nos sorties...
Tely : je peu retrouver aisément la sortie... Mais une cabane...
Lucien : oh ca va hein …
??? (dans le dos de Lucien) : Tépadoué!
Lucien : j'ai dis que ca allais Eric, pas la peine de te moquer de moi.
Eric : heu?
??? (dans le dos de Lucien) : Tépaadoooué!
Lucien : bon t'a gagner, j'ai merdé et alors?
Eric : et ben …
??? (dans le dos de Lucien) : Tééépadoouuuééééééééé.
Lucien (se retournant) : bon puisque tu m'énerve tu va …

Il se retourna sur lui même et vit une immense chouette, de la taille d'un homme les regardait, l'air curieux. Apparemment c'est cet animal qui avait un étrange cris que le second du rat avait mal interprété Lorsqu'elle voulu voir si Lucien était comestible, un tomba sur un os, et ce dernier l'envoya valser d'un grand coups de lance. On entendit ensuite un fracas de bois cassé lorsque la chouette atterrie de son vol plané.

Lucien : tu pouvait pas dire que c'était un animal de la forêt?
Eric : j'ai essayé, mais a chaque fois il m'interrompais...
Tely (courant dans la direction ou avait voler la chouette) : ca va pas de maltraité un animal?

Eric et Lucien s'empressèrent de la rattraper, lui expliquant que le rapace voulais les manger, mais il ne purent la stoppé, et finalement il arrivèrent au pont du chute de l'oiseau....

Eric : et ben voilà, je crois qu'on a trouver notre cabane... Enfin ce qu'il en reste...
Lucien : Tely? Tu disais que tu était incapable de la retrouvé? Voilà la preuve du contraire...
Tely : heu...

La chouette avait donc atterri sur la cabane, causant son effondrement. Voyant que le groupe l'avais rattrapé, la créature pris peur et s'envola au loin. Tely resta alors devant les ruines ne sachant trop que faire.

Tely : mince alors!
Lucien : c'est sur, va falloir chercher le rat sous les décombres!
Tely : je parlais as de çà, mais j'ai pas eu le temps de soigner le pauvre animal....

Les deux hommes choisirent d'ignorer Tely, et commencèrent a fouiller dans les décombres le rongeur, ou a défaut une quelconque preuve de son passage en ces lieux. Finalement il ne trouvèrent rien de concret, sinon que la cabane avait sans doute était occupé il y'a peu. Mais aucune idée de la direction qu'avait prise son dernier occupant. Finalement, les groupe décida de retourner au vaisseaux, espérant qu'il verrait peut être la route qu'aurait pu suivre ce mystérieux individus.
Il suivirent ainsi un petit chemin (qu'il n'avaient pas vu), et sortirent des bois. Lorsqu'il arrivèrent dans la prairie, il aperçurent un voyageur auquel il décidèrent de demander si il avait des information sur l'occupant de la cabane.
C'était apparemment un homme de petite taille, qui portait une longue robe marron (comme les moine) et une capuche qui couvrait son visage. L'obscurité commençant a tomber, nos trois amis n'aperçurent pas le visage de leur interlocuteur.

Interlocuteur : oui, bien sur qu'il y'a eu un occupant il y'a peu.
Tely : c'était vous?
Interlocuteur : pas du tout, c'est la cabane d'appoint d'un bucheron du coin, qui vient s'abriter la bas de temps a autre.
Eric : … on a encore fais choux blanc alors.
Interlocuteur : bien si vous voulez me laisser maintenant je vais traversé cette forêt.
Tely : et minute vous connaissez pas un type a tronche de rat?
Interlocuteur : si. Bien sur. Pourquoi cette question?
Lucien : sans blague vous sauriez pas ou il est actuellement.
Interlocuteur : bien sur que si.
Lucien (commençant a s'énerver) : ou alors?
Interlocuteur (enlevant sa capuche) : juste devant votre nez!

En effet, le rat était juste devant eux, l'air intrigué qu'on lui voue un tel intérêt. Lucien quand a lui pris un air dépité, et commenca a grommeler dan le coin.

Le rat : heu il lui arrive quoi a lui?
Tely : je crois qu'il est dégouté d'avoir retourner la forêt alors que tu n'y était pas.
Le rat : vous semblez me connaître, alors que je ne vous connait pas.
Eric : apparemment Théo avait raison, il a perdu la mémoire...
Le rat : ce nom me dis vaguement quelque chose...
Lucien : en tout cas son cas ne semble pas désespérer. On l'embarque..
Le rat : heu...


Dernière édition par Le Rat qui rit le Ven 29 Jan 2010 - 16:02, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq
avatar
Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 15 : Comment tout à débuter.

Message  Le Rat qui rit le Mer 27 Jan 2010 - 17:51

Eric : quoi heu?
Le rat : je craint de ne pas avoir envie de vous suivre....
Lucien : heu tu va pas faire d'histoire tout de même?
Le rat : je fais ce que je veux, surtout lorsque je fais face a des inconnus.

Il se déplaça alors a sa vitesse hallucinante habituelle, et frappa Lucien, qui, faute de pouvoir esquiver le coup de poing l'avait paré. Mais qui fut obliger de reculer d'un pas. Laissant ainsi une ouverture dont le rongeur profita pour commencer a fuir.

Lucien : et merde, si il a perdu la mémoire il semble pas avoir perdu sa vitesse. Il suffit qu'il se remémore une attaque pour tous nous cramer.
Eric : on devrait se dépêcher de le rattraper non?
Lucien : faudrait pouvoir le bloquer, il va trop vite, et en plus c'est risqué.
Tely : j'ai une idée : nodib seuqigam selumrof sed ertiam!
Jeanne (dans la tête de Tely) : ca je sais pas si c'était une bonne idée....

Le seigneur du sortilège sortit alors d'un cercle lumineux du sol... Et commença par taper d'un coups de bâton sur la tête de Tely.

Seigneur du sortilège : j'ai déjà dis de pas m'appeler comme ca!
Tely : mais j'y peut rien c'est l'incantation qui est comme ca!
Seigneur du sortilège (prenant son grimoire et notant) : a bon? Intéressante formule!
Lucien (pense) : il est complétement fêlé ce vieux...
Gilgamesh (dans la tête de Lucien) : oui, mais il est fort, c'est indéniable.
Eric : hu! Il doit être loin maintenant...
Le seigneur du sortilège : qui donc?
Tely : la personne que je voulais que tu neutralise sans lui faire de mal.
Le seigneur du sortilège : hum, j'ai d'autre chose a faire moi...
Tely : je suis prête a te rappeler autant de fois qu'il le faut, puisque tu est obligé d'y répondre!
Le seigneur du sortilège : tu n'a pas idée de la punition que je t'infligerais!
Tely : ça m'est égale!
Le seigneur du sortilège : bon ca me ferait perdre trop de temps de faire ainsi. Qui dois je stopper?
Eric : un mec qui ressemble a un rat.
Le seigneur du sortilège : pas très clair, mais ca devrait suffire.

Et le magicien a la longue barbe disparu en un éclair lumineux... Avant de revenir trente seconde plus tard, l'air de rien, dans un autre éclair. Il regarda alors le groupe d'un air curieux.

Tely : alors?
Seigneur du sortilège : j'ai oublier ce que je devait faire...
Lucien : ca m'étonne presque.
Seigneur du sortilège (sortant un petit flacon précautionneusement fermer) : a ca y'est! Vous vouliez ca non?
Eric (prenant le flacon) : heu, c'est quoi?
Seigneur du sortilège : ben votre ami le rat! Tenez, j'ai du pain sur la planche moi!

Et il disparu dans son cercle de lumière jaillissant du sol. Laissant nos trois amis penaud. Eric décida de regarder a l'intérieur du bocal, et cru y distinguer quelque chose. Ce n'est qu'après quelques secondes qu'il compris que le rat avait été rétréci et enfermé dans le flacon. Il semblait dire quelque chose, mais le jeune homme n'en compris mot. Les autres membres du groupe, intrigué par leur ami en train d'observer le bocal, faire de même et comprirent eux aussi ce qu'il était arrivé.

Lucien : bon la manière n'est pas très orthodoxe, mais au moins on l'a retrouver et « convaincu » de nous suivre.
Eric : je suis curieux de ce que va dire Théo.
Tely : nous allons bien voir.

Il repartirent donc vers le vaisseaux, mais n'arrivèrent pas a l'Hôtel avant le lever du petit jour, en raison du temps de vol, et surtout du temps de marche. Hors il s'était produit un événement cet nuit la. Théo ne pouvant rester éveiller constamment (bien que l'animal était rester debout plus de quarante-huit heures sans donner un seul signe de fatigue), il avait fini par demander a Mira de surveiller la salle via le « hublot » créé par le membre des huit. Il était environ vingt-trois heures, lorsque trois énergumènes étranges avec des costumes cravates entrèrent dans la chambre d'hôpital du garde, par la porte, et encerclèrent le lit de l'amnésique.

Homme en costard 1 : Bonjour Feritan, comment va tu aujourd'hui.
Homme en costard 2 : apparemment tu a subit des dégâts.
Homme en costard 3 : en tout cas ca nous arrange pas que tu ait perdu la mémoire.
Feritan : heu vous êtes qui, des type en cosse tard?
Homme en costard 1 : je vois que tu n'a pas perdu ton sens de l'humour.
Feritan : oui monsieur gros tard un.
Homme en costard 3 : et bien c'est vrai qu'il a un gros nez mais tout de même....
Homme en costard 1 : bref, nous avons besoin que tu retrouve la mémoire, et pour cela, nous allons mettre tout les moyen en œuvre.
Feritan : c'est vrai, avoir un gros nez n'est pas une tare.
Homme en costard 2 : tu va finir par manger un tare te...
Homme en costard 1 : en tout cas, nous avons dis ce que nous avions a dire, j'espère que tu te souviendra vite... Pour ton bien.
Feritan : en tout cas, je suis pas près d'oublier que trois type en costard sont venu me voir....
Homme en costard 2 (poussant l'homme en costard 1, qui commençait a s'énerver): a bientôt!

Et les trois hommes partirent, Mira, et Théo qu'elle avait réveillé, se redressèrent, tout deux s'étant approcher du petit trou dans l'espace pour mieux voir. Mira n'y tint plus, et après une courte réflexion posa la question qui lui brulait les lèvres.

Mira : c'est d'eux que vous vous cachez non?
Théo : pas vraiment, mais ce n'est pas tes affaires.

Et il retourna se coucher, laissant la jeune femme seule surveillant le chef des garde en train d'essayer de retrouver le sommeil...
Le lendemain, elle fut réveillée par Lucien et compagnie arrivant de bonne heure dans la suite de l'hôtel, dans un brouhaha indescriptible.
Théo sortit alors de sa chambre, et vint voir ce qu'il se passait, et vis la scène d'entrée de nos trois membres de l'équipe de recherche.

Théo : tient vous revoilà? Alors cette chasse au rat?
Lucien : ben... C'est une longue histoire...
Théo : vu que je le vois pas avec vous, j'en déduis que vous avez fais choux blanc?
Lucien : non, je ne suis pas dans les choux...
Eric (sortant le flacon contenant le rat de sa poche) : c'est un peu plus compliqué que çà...
Théo (s'approchant prudemment du récipient) : je me demande bien ce que cela peut être...

Il pris le flacon et regarda l'air curieux a l'intérieur. Il fut tellement étonner de voir son ami miniaturisé dans sa petite prison de verre qu'il failli lâcher le récipient...

Théo : comment vous avez pu faire un truc pareil?
Tely : ben on a fait appel au seigneur du sortilège...
Théo : et comment fait on pour lui rendre sa taille normale?
Lucien : ben les effets du sortilège doivent être limité dans le temps, il suffit d'en attendre la fin.
Théo : ne serait-ce pas plus simple de faire appel a ce fameux « seigneur du sortilège »?

La négation fut exprimé par trois hochement de tête si bien synchronisés, que Théo en conclut que ca n'apporterait que trop d'ennuis d'y avoir recours. Il regarda a nouveaux le bocal, l'air perplexe.

Théo : je me demande pourquoi vous avez du en venir la...
Tely : comme tu t'en doutait, il a perdu la mémoire...
Lucien : et il s'avérait qu'il était trop rapide et trop dangereux de l'arrêter par nous même..

Il n'est pas le temps de finir son explication des choses. Le sortilège venait de s'achever, et le rat commença a grossir de façon exponentielle jusqu'à faire éclater le flacon et retrouver sa taille normale...

Le rat (fonçant sur Lucien, le plus proche responsable de son emprisonnement): ou punaise! Ça va se payer cher!
Théo (marchant sur le bas de la robe de moine du rat l'empêchant d'avancer) : Taratata! Pas de grabuge dans l'hôtel il n'y survivrait pas.
Le rat : je vous ait déjà vus vous non?
Théo : il semblerait que toi, Un rat qui rit ait perdu une partie de ta mémoire...
Tely : pourquoi une partie seulement?
Théo : nous nous sommes vu souvent bien avant de devenir amis, et il semblerait qu'il ne se souvienne plus de ce qu'il s'est passé depuis cette période.
Mira : en tout nous v'la bien, avec cet imbécile amnésique!
Le rat (commença a tirer l'oreille de Mira) : un peu de respect pour les anciens ma petite!
Lucien : pourquoi t'a quel age papy?
Le rat : plusieurs fois le tient, Nigedouille.
Théo : Et bien tout cela ne va pas me simplifier la tache...
Le rat : vous qui connaissez les règles, je désirerait défier un par un ces jeunes gens...
Théo : quelles règles?..... Ah oui, celle qui concerne ta race non?
Le rat : oui, si je l'emporte, je pourrai repartir, si jamais je perd contre un seul d'entre eux, je consentirai a faire ce que vous me dites.
Lucien : ca me va! Je relève le défi!
Mira : tu pourrais au moins demander l'avis des autres!
Tely : c'est vrai ca, il nous embarque encore dans un truc qui va mal tourner.
Théo : heu, bien sortant de la ville.

Le groupe s'éloigna alors vers la sortie de la ville, et Théo en profita pour glisser quelques mots a Lucien, alors que le rat marchait plusieurs pas devant, étroitement surveillé par Eric et Tely.

Théo (murmurant) : je sais pas si c'est une bonne idée, il ne connaissait a l'époque que des techniques relative a se race, mais il était déjà très fort.
Lucien (murmurant) : t'inquiète pas, il ne me fais pas peur.
Théo (murmurant seul, Lucien ayant rejoint le groupe de tête) : c'est bien ce qui m'inquiète justement.

C'est ainsi que tous se retrouvèrent dehors, se préparant au combat.

Le rat : bien, je compte sur vous pour être un arbitre exemplaire, monsieur le dirigeant.
Théo : comptez sur moi.
Lucien : bon j'y vais en premier!

Le rat et Lucien se firent face. Le rongeur ne mit pas longtemps a prendre l'initiative et a se ruer sur son adversaire du jour. Ce dernier dut utiliser ses illusion pour esquiver les coups, ne pouvant rivaliser de vitesse. Se voyant dominer, et dans l'incapacité de frapper son adversaire, il décida de passer au chose sérieuses.

Lucien : Shiroi Reikyoudai!
Le rat : étrange sort! Holy ground!

L'aura blanche de Lucien lui permit de rivaliser en vitesse avec le rongeur. Pourtant ce dernier ne semblait pas plus handicapé par le fait qu'on allais aussi vite que lui. De plus, Lucien n'avait pas encore compris a quoi servait le sort qu'il avait lancé. Soudain, il se sentit paralyser, bien qu'il ait fait en sorte de rester invisible au yeux du rat, au bout de quelques seconde, il compris que le rat avait en fait immobiliser l'aura, empêchant tout mouvement de son adversaire. Lucien n'eut pas le temps de l'annuler...

Le rat : bien commençons par ca : sceau de puissance! Et tant qu'a faire finissons en sceau des astres!

Un sceau apparu sous les pieds de Lucien, et absorba son aura, mais aussi son énergie, puis un second sceau se forma dans les airs, l'entourant, un sceau lumineux qui le fit voler dans les air et le projeta, assommant le second du rat.
Tely, Mira, et Eric, restèrent bouche bée, devant la facilitée avec laquelle le rongeur avait défais son opposant, tandis que Théo déclarait vainqueur ce dernier.

Mira : euh, il est super fort!
Théo : ben j'avais prévenu...
Tely : moi ce que je comprend pas c'est qu'il n'ait pas utiliser ces sceau plus tôt?
Théo : parce qu'il ne pouvait plus...
Le rat : suivant, qu'on en finisse vite fais!
Eric : bon je vais tenter ma chance, mais bon, j'y crois pas trop...

Eric fis face au rongeur toujours avec sa robe de moine. Il fut littéralement dépassé par la vitesse du rat, mais réussi a gagner du temps, a coups d'explosion que le rongeur était obliger d'éviter. Pourtant le commandant ne donna pourtant aucun signe de difficulté et fini par trouver une ouverture et assomer d'un coup sur la nuque, le pauvre Eric, complétement dépasser.

Tely : dire qu'il n'utilise même pas d'énergie.
Théo : normal, il en est incapable.
Mira : bon j'y vais en premier? Histoire de garder en joker le seigneur?
Tely : non j'y vais on verra bien si ca fonctionne ou pas.
Le rat : tient on dirais que mon autre adversaire s'est auto désigné.
Tely : bon allons-y : nodib seuqigam selumrof sed ertiam!

Et rien ne se passa. Tely esquiva de justesse la première attaque, par chance. Alors que ce dernier allais remettre ca, quelque chose de gigantesque tomba du ciel. Et atterrit dans un choc sourd entre les deux opposants. Une feuille de grimoire tomba alors sur la tête de Tely, qu'elle pris et lu a voix haute.

Tely : Trofner ud emêm ed tuot eiovne suov ej, elbapuoc tuot érglam tnatnes em. Rinev ed erram tia ne'j. Signé SdS.
Mira : pas tout compris.
Le rat : drôle de façons d'écrire des messages.
Théo : en tout cas, ce SdS ne fais pas dans la demi mesure...Tiamat rien que ça...

En effet, ce qui venait de tombait était un dragon a cinq tête, toutes d'une couleur différente. Le rat ne semblait pas plus effrayé que cela, et ce mis a faire craquer ses articulation. Tiamat en réponse invoqua des êtres difformes, ressemblant a des humanoïde dragons, mais ils avaient tous un aspect repoussant. Le rat ne mis pas plus de dix secondes a ce débarrasser de ces sbires, en les scellant, les faisant disparaître comme un mauvais rêve. Pourtant il ne pouvais n faire autant avec le dragon légendaire, et il dut esquiver un jet d'acide qui sortit de la gueule de la tête verte, a peine eut-il esquiver cette attaque, qu'une boule de feu sortit de la gueule rouge du dragon, suivie d'un souffle glacée sortant de la blanche....
Le rongeur du utiliser un sceau élémentaire pour se débarrasser des attaques de la créature, et finit par monter sur le dos de cette dernière.

Le rat : sceau de protection, sceau de désenchantement!
Cinq voix venues du monstre : Penta désastre....

Cinq souffles du dragon, se mélangèrent et prirent la direction de l'animal sur le dos du dragon mythique, sans pour autant que le rat ne bronche.
Finalement le dragon disparu, après que le rongeur soit toucher par l'attaque.
Après quelques seconde de confusion, Théo du constater le match nul du rat, allongé, et évanoui, suite à l'effort qu'il venait de produire.

Lucien (ayant été réveiller par le boucan du au dragon) : finalement il vaux pas grand chose.
Théo : même si ce n'était qu'un invocation du dragon maléfique, c'est tout de même très fort de sa part de s'en tirer sans une blessure...
Eric (se relevant) : il a très bien pu se régénérer non?
Théo : a l'époque il en était incapable, et je ne l'ai pas vu utiliser son pouvoir.
Mira : et si on rentrait?

Le groupe revint donc a l'hôtel, ou tout le monde soigna ses petits bobos, attendant que le rongeur se réveille. Finalement, le soir venu il allèrent tous se coucher sauf la personne de garde qui surveillait le trou « espion ».
Le lendemain, après un roulement de garde autour du point d'observation, le rat se réveilla enfin, l'air abattu.

Le rat : bien, je consent a rester avec vous. Même si je sais toujours pas ce que vous me voulez...
Eric : on veut te faire retrouver la mémoire!
Mira : tient au fait comment on va faire?
Théo : Et si Lucien racontait ton arrivé ici? Tu pourrai l'écouter calmement non?
Le rat : pourquoi pas...


Dernière édition par Le Rat qui rit le Ven 29 Jan 2010 - 16:01, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq
avatar
Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 15 : Comment tout à débuter.

Message  Le Rat qui rit le Ven 29 Jan 2010 - 16:00

Lucien : Eh! Vous pourriez me demander mon avis? J'ai une malédiction qui se mettra en marche si je fais ca!
Théo : ca ce n'est qu'un détail!
Lucien : hors de question, allez donc demander a Mathias ou a Antoine, ils connaissent l'histoire aussi bien que moi.
Mira : pense tu que la malédiction pourrai te faire plus de mal que nous?
Lucien : si elle n'était pas du rat, je dirais que non, mais la j'en suis pas sur...
Théo : si ce n'est que çà, il suffit de la lever cette malédiction.
Tely : tu peut faire ca toi?
Théo : bien sur je ne suis pas n'importe qui voyons!

Il fis assoir Lucien en tailleur au milieu du salon. Puis il fis trois tours sans un mot, avant de se retrouver face au second du rat, puis Théo s'approcha de ce dernier en exécutant un signe complexe de la mains droite qui fini sa course lorsque l'index de l'homme au yeux bleu stoppa sur le front du maudit. Puis « l'exorciste » retourna s'assoir.

Lucien : heu t'est sur que ca a marcher?
Théo : certain!
Lucien : je la sens pas cette histoire...
Eric : ben dis plutôt que tu ne la sang pas.
Mira : pour nettoyer ca sera sans moi!
Le rat : et si vous arrêtiez de vous chamailler et que vous me racontiez ce que vous vouliez me dire.
Lucien : j'ai une idée! Si on m'a interdit de vous le racontez, rien ne m'empêche de vous le montrer... Par contre je devrais faire les bruitages, et donner quelques précision, enfin on verra...

Lucien excité comme une puce commença a fouillé les armoire de la suite et fini par trouver un grand drap blanc qu'il accrochât tant bien que mal sur un mur, le recouvrant de haut en bas sur une certaine distance. Puis il ferma les volet et les portes, plongeant le salon ou tout le monde se trouvait dans le noir relatif. Soudain une sorte de film commença a se dérouler, se servant du drap blanc comme d'un écran, comme si le combat entre Le rat et Lucien avait été filmer. La diffusion s'arrêta pourtant au moment ou tout le monde se retournait pour voir ce qui projetait les images, et la voix de Lucien perça les ténèbres.

Lucien : ca marche, mais c'est plus dur que je l'aurais penser... Je vous présente la télélucien!
Théo : je connaissais « l'homme orchestre » mais c'est la première fois que je vois un « homme camera ».
Eric : cela méritait un coup de projecteur tout de même!
Mira : je propose qu'on essaie de revendre Lucien, on dois pouvoir en tirer un bon prix avec l'annonce « vend outil multifonction, de la lampe de poche au projecteur, il est capable de tout faire, y compris de découper les métaux a coups de laser »
Tely : c'est pas une mauvaise idée, mais je me demande qui voudrais bien d'un type qui amène que des ennuis.
Eric : ca faut pas le dire a l'acheteur, c'est tout.
Lucien : dites, au lieu de vouloir me refourguer au premier venu, est ce que vous pourriez me laisser me concentré s'il vous plait?
Théo : allez l'home cinéma, on se tait, mais faut que tu commence.

Lucien fut sur le point de s'énerver, il dut expirer un grand coups (et non, il n'est pas mort), puis commença a parler d'une voix bien timbré afin que l'on comprenne parfaitement ce qu'il disait (bon on sais tous que ce type est timbré et qu'il finira a la poste). Le images d'un lieux que tous connaissaient commencèrent a défiler sur le drap, il s'agissait de l'ile sur laquelle il avait posé il y'a peu.

Lucien : bien, donc je suis originaire de cette planète, ainsi que Mathias et Antoine. Nous vivions dans un monde dont le degré de développement se trouvait au environ de l'ère post industrielle. Pour nous les navettes spatiales n'allait pas plus loin que notre lunes, sur laquelle des projets d'installation humaine étaient en train de voir le jour, mais la je m'étend un peu.

Les images tournèrent, et on pu voir un avion dans lequel peu a peu les gens entrait, et Mira cru reconnaître quelqu'un, et interrompis Lucien dans sa description.

Mira : ce n'était pas Voice lui? Le type qui accompagne l'homme serpent, et qui dort tout le temps?
Lucien (affichant successivement les image de Mathias en train de lire a coté de Lucien, Antoine baladant Voice par le collet, et enfin Michael en train quémandant apparemment quelque chose a une hôtesse) : c'est plus ou moins la qu'on s'est rencontré. Comme on peu le voir j'étais a coté de Mathias, que je ne connaissait pas a l'époque. Nous avions pour destination une ville d'un autre continent, perso je devait y rejoindre quelqu'un que je n'ait jamais revu depuis. J'ai jamais penser a demander au autres les raisons de leur voyage. En tout cas, on en avait pour un long moment de vol, et je flemmardait quand l'avion a été attaquer par des terroristes, a la tombée de la nuit.
Théo : ca fait un peu cliché non?
Lucien : heu... Voyons la suite, pour voir qu'on est bien loin du cliché.

Le groupe de spectateurs vit alors plusieurs scènes qui défilaient et que Lucien commentait et expliquait. On vit notamment ainsi un terroriste tenter d'intimider Michael en train de manger, ce qui n'eut aucun autre effet que de voir ce dernier remettre tranquillement le pirate a sa place. Puis ce fut au tour de Lucien en personne qui allait se plaindre des condition de détention au chef des bandit. Ensuite l'homme ayant essayer d'intimider Michael retenta sa chance avec Voice qui répondit par un ronflement. Enfin on vit Mathias et Antoine s'éclipser tandis que Michael se « déguisait » en bandit.

Lucien : c'est la que c'est devenu le boxon.
Théo : heu, c'était pas déjà le boxon? J'ai jamais vu une prise d'otage tourner a ce point a la pitrerie...
Lucien : et le pire est a venir.

On vit alors Michael tenter une mission d'infiltration, déguiser en pirate avec son mouchoir sur le bas du visage. Mission qui réussis en partie et lui permit de récupérer de la nourriture, mais hélas, il fut ensuite repérer, et malgré une cascade acrobatique, il ne pu sauver son repas, ce qui eu le don de l'énerver, et de déclencher l'aura noire.
C'est a ce moment la que la lumière fut coupée et que Michael apparu en surbrillance, éclairant les alentours.

Lucien : ca c'est Mathias et Antoine qui on fait les andouilles, ils on coupé le mauvais fils. Il m'ont raconter ca après bien sur, ne les ayant pas vu a ce moment la.

Par la suite on pu voir Michael envoyant voler le pirate, ce qui assomma le pilote, qui reçu le bandit sur le coin de la tête. Après un cours moment ou dans une situation critique la bande de lurons constatait tranquillement la situation d'apesanteur, Mathias fut obliger redresser une première fois l'avion. Malheureusement ca ne dura pas longtemps car le terroriste assommé par Michael se réveilla et menaça Mathias, lui disant de mette les main en l'air, ce qui fait si vite que le bondit se prit une grande claque qui lui fit tirer un coup de feu. Finalement les commande ayant été démolies, l'avion se posa tant bien que mal sur une ile tropicale...

Le rat : je vois pas trop le rapport avec moi?
Lucien : attend ca va venir. J'explique pourquoi nous sommes arrivés sur cette île, car c'est le nœud de l'histoire.
Eric : en tout cas, j'aurais jamais penser que tu connaissais Michael et Voice depuis un moment...
Lucien : connaître, c'est vite dis, mais on a passer quelques temps ensemble sur cette île. Le pire c'est que j'y ai rencontrer la bas Schlangan, avant même de rencontrer le rat.

On vit rapidement deux trois images qui racontaient la vie sur l'ile, quelques bagarres avec les terroristes survivants, une ou deux disputes avec le dit Schlangan au sujet de la nourriture, et bien sur la construction d'une cabane, dont il avaient vu les ruines.

Lucien : bref, c'était pas simple et on cherchaient un moyen de quitter les lieux, lorsque ce jour est arrivé. Michael en se baladant dans la jungle, avait remarqué un trou dans le sol. Après avoir défoncer une partie de l'avion dans l'une de ses bagarres avec Schlangan, il était pas trop en forme, et nous décidâmes d'aller voir dans le trou, avec Mathias et Antoine, tandis qu'Alex restait avec Michael. Je cite en partie la raison qu'avait exposer Mathias a l'époque : « Bien si nous estimons que cette grotte a pu abriter une forme de vie quelconque, on peut penser qu'il y'a des chance qu'elle ait dissimulé certaines choses pouvant nous être utile, ainsi.... » et je me souviens plus de la suite c'était trop long.
Mira : c'était qui Alex?
Lucien : ben c'est le nom que nous avait donné Voice a l'époque.

Les images s'étaient figé sur le camps, au moment du départ des trois spéléologues en herbes, et Lucien se gratta la tête..

Lucien : mince, on m'a coupé et je sais plus ou j'en suis dans mon histoire...
Auteur : a tu vois ce que ca fait! C'est pas marrant, surtout pour quelqu'un qui oublie vite comme moi.
Le rat : depuis quand un auteur intervient il dans les histoires dans lesquelles il n'est censé n'être que le narrateur?
Auteur : t'est casse pied toi, même si c'est vrai que tu peut pas savoir.
Lucien : bon et si tu m'aidait a me souvenir.
Tely : tu en était au moment ou vous alliez entrée dans la grotte.
Auteur : voilà, peut être que tu t'amusera a m'interrompre un peu moins souvent, vu que tu sais ce que ca donne maintenant, Lucrétin. Je retourne a mes affaires moi...

Lucien se concentra alors, et l'image de lui, Mathias et Antoine en train de rentrer, des torches de fortune a la main, apparu. On les vis déambuler dans les souterrains un bon moment, surtout qu'aucun d'eux ne semblait avoir un grand sens de l'orientation. Finalement il arrivèrent a la salle du lac souterrain, et Lucien repris la parole, après avoir laissé défilé les images sans un mot.

Lucien : la on est resté un moment a ce demandé ou on était avant que Mathias dise un truc du genre «ici on doit être dans un lieu de culte, qui permettait d'en appeler au esprits» (bien sur j'ai résumé ce qu'il a dit.). La dessus j'ai demandé a nos deux zigotos, si y'en a un qu'était croyant, histoire qu'il pousse une petite prière afin de nous sortir de cette satanée ile. Bien sur leur réponse fut négative, j'ai alors tenter de les faire remonter a la surface, mais Mathias en bon curieux a voulu explorer les lieux, et a trouver la barque...

Le film montra alors l'homme a lunette trouvant la braque, l'air content d'une telle trouvaille. Puis on vit alors Antoine pointer le doigt au loin en direction du lac.

Lucien : bien sur, avec nos torches de fortune, nous n'avions pas vu l'ilot, ni les deux pilier, avant de trouver la barque. Ce n'est qu'une fois que nous avons repérer l'embarcation, que Mathias a fait la judicieuse remarque, selon laquelle ce bateau coulerai de suite si on essayai de l'utiliser en mer. Du coups Antoine a observer au loin et entraperçu les piliers. Donc nous voilà partit la bas, un peu contre mon gré pour ma part.

On aperçu, sur le drap blanc servant d'écran, les trois énergumènes monter dans la barque et ramer tant bien que mal, sur le frêle esquif. Finalement il débarquèrent sur l'ilot et les deux pilier, et Mathias repéra tout de suite le sigle a leur pieds, qu'il dépoussiéra.

Lucien : Mathias nous a alors saouler une fois en constatant que vu la poussière présente, ce réservoir d'eau était totalement fermé, j'en passe et des meilleur. Quand on lui a demandé a quoi servait les piliers, il nous a avouer n'en avoir aucune idée.

L'écran alors afficha Mathias en train de chercher un quelconque mécanisme, ou indice, afin de savoir a quoi ces deux piliers pouvaient bien servir. Finalement on le vit hausser des épaules et répondre a ses deux compère. C'est alors que Lucien (celui du passé) s'appuya sur l'un des deux édifices, semblant dire quelques choses. Mira voyant que le vrai Lucien ne disait mot, lança :

Mira : et la il disent quoi?
Lucien : en gros, pas grand chose d'intéressant. Mais la je viens de faire une grosse boulette.
Eric : pour changer...

On vis alors le pilier tomber sur le sol, et Lucien se casser la margoulette. Le deuxième pilier se mit alors a tourner sur lui-même, et le trio commença a tourner leurs têtes dans tout les sens.

Lucien : la, on entendais un étrange grincement, et on cherchait d'où il venait. Puis on a compris que le mécanisme avait en fait ouvert une trappe au-dessus de nos têtes. Du coups on a lever la tète, et on a vu ce qu'il y'avais a voir.

En effet, on pu voir un monstre ailé descendre du plafond, voletant calmement en direction des trois intrus, qui n'en menait pas large.

Lucien : là, l'avatar (car s'en est un) nous a dis qu'il était heureux d'être enfin a l'air libre et de pouvoir faire passer l'épreuve a quelqu'un, et qu'il espérait qu'on serai a la hauteur. Bien sur a l'époque on savait pas trop ce que c'était et on l'a regardé avec des yeux rond avec Antoine, tandis que Mathias nous repassait la définition d'avatar, en long, en large et en travers. Du coups la créature nous a regarder d'un oeil étonner, et nous a demander comment on l'avait libérer. Quand on lui a résumer les faits, elle a éclater de rire, et nous a dis que c'est dommage, mais qu'elle allait devoir nous tuer.

On vis alors l'avatar lancer une attaque qui projeta tout le monde a terre. La situation semblait critique, car a l'époque, aucun des trois acteurs ne savait se battre, et Eric, interrompis une nouvelle fois Lucien.

Eric : en tout cas vous étiez vraiment nul a l'époque.
Lucien : a vrai dire, je n'avais pas appris a me battre, et ca valais aussi pour mes deux compagnons de l'époque. On avait clairement aucune chance de gagner ni même de fuir. C'est la que les choses ont encore empirés...
Mira : heu j vois pas ce qui pouvais vous arriver de pire que de mourir...
Lucien : si ce qu'il s'est passé... J'ai rencontré un rat qui rit, d'une bien étrange manière, ce qui m'a conduit a la vie merdique que j'ai aujourd'hui.

Alors que sur les images on voyait l'avatar près a en finir, le sol, et le signe gravé dessus, se mirent a irradier d'une étrange lumière. Tout d'un coups, les spectateurs, entrevirent quelque chose surgir du cercle lumineux, s'envoler et atterrir dans l'eau. L'avatar dont l'attention avait été détourné, subit une attaque combiné de Lucien, Mathias et Antoine, qui eu pour résultat que les trois se prirent une sacrée raclée, et qu'ils furent immobilisés par les divers os qu'ils s'étaient cassé. C'est alors que l'objet qui avait fais un plongeon dans l'eau accosta l'ile. Il s'agissait d'un jeune homme en apparence a peine plus vieux que les trois autres protagonistes, il était de taille moyenne, portait des getas, un pantalon de tissu large a motif, une cape et une veste marron. Sous les mèches de cheveux qui lui tombait sur les yeux on pouvait distinguer des yeux d'un vert émeraude qui contrastais avec le noir de la chevelure.

Eric : heu, c'est qui lui?
Mira : cette façon de s'habiller...
Lucien : ben ça c'est le rat...
Théo mieux connu sous le nom de Dreethero. Il a encore manquer son arrivé... Je vais pouvoir me moquer de toi des que tu aura retrouver la mémoire!
Le rat : z'êtes sur que c'est moi?
Lucien : voyons la suite, tu m'en dira ce que tu en pense.

On vit alors le nouveau venu s'ébroué, puis regarder le massacre en règle opéré par l'avatar, qui lui adressa la parole. La réponse de l'homme fut brève, et le monstre, en colère se rua sur lui... et fini découpés en petit morceau, sans même avoir compris ce qui lui était arriver.
L'être que Lucien et Théo désignaient comme étant le rat, s'assura qu'aucun des trois personnes a terre n'était dans un état critique. Puis voyant Lucien se lever, visiblement avec un bras et quelques cotes cassé, il se dirigea vers lui, et lui parla.

Lucien : il m'a désigner alors un truc que j'avais pas vu, le pilier par terre s'était relevé et une trappe était apparue dans le sol. Il m'a demandé d'aller voir, je lui ait répondu qu'il pouvait y'aller lui même, il m'a dit qu'il n'avait pas envie de tester, que ca pouvait être dangereux, et que j'étais le seul en état de jouer les cobayes, les deux autres étant tombé dans les pommes... Il a utiliser des arguments.... frappants, et je suis descendu voir...

On vis alors Lucien descendre une échelle, puis la trappe se referma le laissant dans le noir le plus complet. Il se passa quelques instant pendant lesquels plus personne ne distingua plus rien, puis Lucien arriva dans une salle uniforme et circulaire ou une lance, que tout le monde connaissait, était enchainé. Un type apparu alors, il était inconsistant tel un fantôme, et on distinguait mal ses trait dans la pénombre qui régnait en ces lieux.
Le seul détails frappant était qu'il portait de riches habits d'un pourpre éclatant, et qu'il avait la posture d'un roi.

Lucien : je vous présente la forme sous laquelle est apparu a moi, pour la première fois Gilgamesh. Bien sur j'ignorais tout de lui et de son nom a l'époque. Il m'a dis qu'il suffisait que je saisisse cette lance, du nom de Poseidon pour obtenir un pouvoir dément, et que cela libérerait cette arme surpuissante.

L'écran fis apparaître la scène de la libération, ou on vit les chaines s'illuminer et disparaître. La lance en mains, l'esprit avait disparu laissant Lucien penaud. Puis ce dernier se senti soulever et apparu a l'endroit ou il était descendu par la trappe. Visiblement surprit par ce qu'il lui était arriver il se tourna alors vers l'homme qui l'avait obliger a descendre, dont il ne voyait que la cape. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque l'homme se retourna et dévoila un visage de rat.

Lucien : il m'a demander de me calmer alors, disant qu'il avait besoin de récupérer et que cette forme la était plus adéquate pour ce genre de choses. J'étais paniquer, et j'ai bien failli l'attaquer avec la lance, quand il l'a vu. Il m'a demander ce qu'il s'était passer et je lui ait alors raconter mon passage dans le souterrain. Il a paru réfléchir un moment me laissant dans l'embarras, pour finir par me dire de conserver précieusement cacher cet objet. C'est a ce moment...
Théo : oui, c'est le moment ou j'ai débarquer je crois.
Lucien : et que les choses se sont une fois de plus bien compliquées...

A suivre....

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq
avatar
Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 15 : Comment tout à débuter.

Message  Le Rat qui rit le Mar 2 Fév 2010 - 18:26

Une courte pause laissa l'écran de fortune noir. Lucien se reposait quelques secondes avant de reprendre «la projection». Enfin une image apparu, il s'agissait du rat assit en train de bidouiller une sphère, tandis que le Lucien du passé faisait les cents pas, attendant vraisemblablement que ses deux compagnons se réveillent. C'est alors qu'en effets, Théo déboula, venant de l'une des porte qu'il maniait si bien.

Théo : de mémoire, il me semble que j'ai du dire, «j'ai réussi a retarder ton poursuivant, mais ce ne fera que le retarder et l'épuiser»
Lucien : et le rat t'a répondu que ca devrait suffire, qu'il allait s'en charger, et que maintenant que ca tournais au face à face, cela serait plus facile.
Théo : j'ai du lui demander ensuite de faire attention, puisqu'il ne pourrait pas se battre a fond après le bazar qu'il a mis. Puisqu'il a du se battre sérieusement de la ou on venait.
Lucien : j'ai poser une question du genre «qui c'était ce plouc», a ce moment la non?
Théo : oui et j'ai dit alors, un type qui voyage beaucoup.
Lucien : j'allais renchérir mais le rat t'a fais signe et t'a lancer : «laisse tomber, dépêche toi de rentrer, d'apporter ma position et les évènements qui se sont produit au point Delta. Ça devrait intéresser le vieux.»
Théo : et je suis partit, lui répondant qu'on se reverrait pas avant un bon moment, vu qu'on était devenu les deux hommes les plus recherché.
Lucien : t'a pas du l'entendre, mais le rat a murmurer alors «c'est noté»

Les images montrèrent ensuite Mathias et Antoine se réveillant, plus ou moins abasourdit d'être encore de ce monde. Puis tout le monde sembla se figer, comme si ils avaient tous entendu quelque chose arrivé. Puis, une lumière surgit du cercle une nouvelle fois et un nouvel objet lumineux fut projeté dans les airs. Pourtant ce dernier ne retomba pas au sol ni dans l'eau, mais resta en l'air, et tout les protagonistes ainsi que les spectateurs, purent constater que c'était un humanoïde ailé, qui avait une tète d'aigle, et qui avait plusieurs blessures témoignant d'un combat récent.

Lucien : la le rat a lancer a l'énergumène venant d'arriver, un truc du genre, «encore toi, t'a pas l'air de vouloir me lâcher», et l'autre lui a répondu avec une voix super aiguë, qu'il n'était pas près d'abandonner une proie qui mettait en péril l'équilibre originel. Le rat lui a rétorquer alors, qu'il allait pouvoir le tuer, maintenant qu'il était sur qu'on ne retrouverait pas la trace de l'homme a tête de piaf. Et la ils ont commencés a se battre.

Les premiers coups furent violent, et le rat semblait bien supérieur en termes de puissance, mais son adversaire semblait se battre de façon retenue, sachant sans doute que son adversaire pouvait devenir bien plus fort. Finalement le rat, qui malgré son avantage certain n'arrivait pas a concrétiser ses attaques, faute de pouvoir voler, passa dans sa forme animale complète. La donne fut de suite changé, et l'humanoïde a tête d'aigle subit une lourde blessure.
L'être volant fut alors obliger de se battre a fond, et le rat se retrouva en grande difficulté et dû se transformer une nouvelle fois, passant ainsi a sa seconde forme complète. Deux ou trois échanges d'attaques eurent lieux, mais la vision était floue, Lucien avait eu grand mal a suivre l'action a ce moment la sans doute. Enfin après ces quelques instants, les deux adversaire restèrent une poignée de secondes fac a face, et se ruèrent tout deux a l'attaque. Beaucoups de sang se mit a couler alors, le rat avait perdu son avant bras gauche, et son adversaire s'en était sortit indemne. Pourtant tout le monde regardait le rongeur d'un air étrange...

Lucien : il rigolait, puis quand son adversaire a voulu bouger, il a prononcé ces quelques mot «sceau du vide», et vous allez voir la suite...

Un point noir apparut a un endroit du torse de l'animal, sans doute la ou le rat l'avait toucher. Un glyphe sombre se dessina alors et celui qui portait la marque fut comme aspiré par le sceau. Il disparu corps et bien, ne laissant aucune trace de son passage...

Théo : ca m'étonne pas de lui, de se permettre de sacrifier un bras pour poser son sceau...
Lucien : tu parle il l'a refais poussé dans les trente secondes qui ont suivit.
Théo : faire repoussé un membre lui coute cher en temps, ressources dont il manque toujours cruellement.
Le rat : je suis a coté de toi tu sais!
Théo : c'est vrai mais tu est tellement silencieux qu'on ne te remarque pas.
Le rat : bon et la suite?
Lucien : tu te souviens de rien?
Le rat : non absolument rien...
Eric : et ben c'est pas gagné...
Lucien : mais c'est épuisant de projeter l'histoire.
Le rat : tant mieux a te fera un peu d'entrainement, tu m'a l'air bien ramolli!

Lucien a contre-cœur repris donc la projection, marmonnant que si le rat avait perdu ses souvenirs, il n'avait rien perdu de ses manies, et de sa façon de diriger. Les images affichèrent le rongeur repassant dans sa forme de rongeur, puis se refaisant pousser son bras, sous le regard ébahi des trois larrons ayant atterris dans la grotte par hasard.
Le rat parla et Lucien du faire un nouvel effort de mémoire pour raconter ce qu'il disait.

Lucien (s'adressant au rongeur et au autres) : je crois que tu nous a raconter que tu était un voyageur, venant d'un coin lointain qu'on risquait pas de connaître, et tu nous a demander quelle était notre localisation. On a répondu qu'on était sur une île déserte, mais tu a sembler perplexe, et tu nous a demander des coordonnées universelle standard.

On vit alors sur les images, Mathias commencé a parler. Puis après quelques secondes de surprise, voyant la longueur et la densité de ce que racontait ce dernier, le rat lui balança une geta dans la tête. Mécontent, le jeune homme chercha le soulier pendant un moment avant de s'apercevoir que ce dernier l'avais remis au pied le rattrapant au vol. Du coups, il fit du coude Antoine, et tout deux foncèrent sur le rongeur, afin de lui apprendre les bonne manières. Le samouraï, passa alors derrière eux et leur fila un coups de pied dans le derrière a chacun les envoyant dans l'eau, leur faisant une remarque que Lucien commenta pour ses spectateurs.

Lucien : il a dis ca vous rafraichira les idée, rien de tel qu'un bon bain pour se détendre. J'ai répondu, on appelle ca un rat bain, il m'a lancé que tout baignais, j'ai continuer avec c'est bon les beignets, lui a affirmer que j'allais me manger une beigne et...
Théo : c'est bon on a compris.
Mira : même quand il raconte quelques chose, il arrive a casé des jeux de mots.
Eric : çà en devient désespérant!
Lucien : oh c'est bon...

Sur l'écran de fortune, la suite commença a défiler, montrant Lucien recruter de force dans les rang de la coalition «anti-rat» qui tenta une nouvelle fois de l'attaquer, avant de finir a l'eau. Le rongeur fatigué de ces pitreries, profita du répit qui lui était donné lorsque les autres se retrouvèrent a l'eau pour prendre la barque et rejoindre l'autre rive forçant Mathias, Lucien et Antoine a nager. S'en suivi un jeu du chat et de la souris (oups pardon, des trois gus et du rat) pendant lequel le samouraï narguais ses poursuivant pour les faire remonter a la surface de l'ile.

Lucien : une fois qu'on est sortis de la grotte, on s'est rendu compte que la nuit était tombé, et on a laisser tomber l'idée de nous venger du rat. On voulais retourner au camps, avertir Michael et Alex, mais malheureusement, le rat ne l'a pas entendu de cette oreille.

On vis une courte scène de bagarre, ou le rongeur acheva proprement les trois hommes pour de mystérieuses raison.

Lucien : j'ai fais mine d'être assommer, et j'ai vu le rat regarder le ciel, sortir une boule, et parler un langage bizarre. Quand il a finit il s'est rendu compte que j'étais encore conscient et a « arrangé » ca...

On vit alors Lucien se prendre un grand coups sur la tête, et l'écran devint noir.
Quand il se réveilla, le jour d'après sans doute les spectateurs virent qu'il était a bord d'un vaisseau spatial, enfermé dans une cabine avec ses trois comparse. Le narrateur avait visiblement la flemme de se souvenir ce qu'il s'était raconter, et on vit ainsi Mathias faire une phase a rallonge, et ses deux compagnons, discuter du moyen de sortir, ignorant le bavard.
Finalement après plusieurs tentative pour forcer la porte a grand coups d'épaule, le rat l'ouvrit au moment ou Antoine et Lucien fonçait dessus, les faisant trébucher, et finalement s'écouler par terre.

Lucien : je vais quand même commenter quelque peu ce passage. Il a du dire que nous avions quitter la planète sur laquelle nous étions né, mais que l'on pourrait y retourner une fois qu'il aurait fini quelques formalités administrative afin de fonder un empire. On l'a donc suivi, tout en le harcelant de question sur le moyen avec lequel il avait eu son vaisseau spatial. Mais quand on est arrivé dans un hall d'enregistrement, on a compris pourquoi il avait fait la sourde oreille : il avait mis des boules quiès. Il après un tas de paperasse il a été enregistrer avec pour nom d'empereur «Un rat qui rit». (on a quand même poireauter un bon moment pendant qu'il remplissait les papiers)

Enfin sur l'écran, les spectateur virent le rat proposer un coup a boire et a manger a ses trois «suivant». Ces derniers affamés, le suivirent de bonne grâce, tout les trois ayant une faim de loup. C'est ainsi qu'il atterrirent au bar de Léania.

Lucien : c'est ici qu'on a hériter de nos malédictions respective, nous interdisant de révéler la moindre chose sur ce qu'il s'était passé sur l'ile.
Du coups, Mathias et Antoine on refuser de lâcher le rat, sous prétexte qu'ils ne le lâcherait pas tant qu'ils auraient cette malédiction. Moi j'ai marchander : je profitais de l'empire qu'il allait bâtir et il me laissait tranquille un moment. Une fois ce passage au bar on a fait le tour de plusieurs planètes que le rat avait déjà présélectionner...
Mira : pour choisir Shandora? Je suis curieuse de savoir comment il a fait sa sélection?
Lucien : excellente question. Apparemment il avait déjà la liste depuis un moment, griffonné sur un vieux parchemin avec des coordonnée lisible de lui seul.
Théo : non je peut les lire aussi. Il avait sans doute fait un passage de repérage, c'est tout.
Le rat : j'aime bien, on parle beaucoup de moi, mais on me demande pas trop mon avis.
Eric : tu te souviens de quelque chose?
Le rat : certaines choses me semblent familières, mais ca s'arrête la.
Lucien : je dois continuer alors.
Le rat : en effet, la suite m'intéresse fortement.
Lucien : bon ou j'en était... a oui!

On vit plusieurs décors s'afficher, des planètes arides, d'autres rocailleuses, certaines ressemblait a de vastes plaines. A un moment parmi tout les décors, on vit le rat qui avait poser son vaisseau sur une planète recouverte d'océan, découper en morceau des monstres marins. Finalement, le vaisseau atterrit sur une planète boisée, dans une clairière proche d'un petit village moyenâgeux. Le rat, et ses trois pots de colles, se baladèrent alors, et on put voir qu'ils discutaient.

Mira : tu veux pas nous dire ce qu'il se dit Lucien?
Lucien : boh, je commence a en avoir marre.
Tely : s'il te plait, ca nous aide a comprendre, on a pas vécu tout ca en direct nous...
Lucien : bon, bon, d'accord. On demandait au rat ce qu'il cherchait au juste sur les planète qu'il explorait, chacune d'elle était habitable. Et vu les moyens que les sponsor qu'il avait dénicher, il pouvait se permettre d'adapter l'environnement a son besoin.
Théo : et il a répondu quoi?
Lucien : pour reprendre ses termes «un endroit qui ne souffre pas de l'usure des temps».
Théo : il se baladait avec la boule avec laquelle tu l'a vu converser non?
Lucien : oui, comment tu sais ca?
Théo : ok, je vois ce qu'il voulais dire.
Lucien : ben moi pas. On peut pas savoir si une planète peu être détruite plus facilement qu'une autre...
Théo : rien a voir, continue donc l'histoire.
Lucien : on a continuer jusqu'au village...

Les spectateurs virent alors a l'écran notre quator débarquer avec ses vêtement «futuristes» dans la petite bourgade fortifiée, attirant tout le regards. Pourtant cela ne semblait pas déranger le rat qui semblait être déjà venu. Il fini par se planter devant une maison a l'écart, et un peu mieux entretenue, et frappa a la porte. Une vieille dame lui ouvrit, et il entra comme si il avait été chez lui. On le vit ensuite commencer a discuter avec un vieil homme dans un rocking-chair .

Lucien : la je vais être obliger de commenter, mais si vous voyez que je ne raconte pas ce que Mathias dis c'est normal, surtout qu'il se faisait couper la parole par le rat a chaque fois. En gros, la vieille dame nous a dit que cela faisait longtemps qu'ils n'avaient plus vu le rongeur, et a demander qui nous étions (moi, Mathias et Antoine). Le samouraï a répondu que nous étions des futurs membres de son futur empire, et c'est la qu'il a été voir le vieux dans son rocking-chair. Là, Mathias a sortit un truc a rallonge pour dire que c'était sans doute le doyen et donc le maire du village, le rat l'a une fois de plus ignoré et s'est adressé au maire, a peu près en ces termes : «Bien mon vieil ami, avez vous trouvez ce que je vous ait demander de chercher?».

On vis alors le doyen se pencher vers le rat, pour lui murmurer a l'oreille du rongeur, prononçant des mots que Lucien n'avaient sans doute pas capter, tandis que Mathias continuait son speech sur l'organisation féodale, et ses désagrément. Puis le rat s'est redressé, s'est gratter l'oreille, et regarda Lucien du passé, donnant l'impression que c'était les spectateurs qu'il dévisageait ainsi.

Lucien : il nous a dit qu'on avait trouver notre planète qui nous servirait de base. Il nous a ordonné de faire passé le message au ouvriers et au soldats qu'on lui avait détacher pour se construire un empire, comme quoi il devaient être ici au plus tard deux jour après. On a passé la nuit chez le doyen, et au petit matin, le rat nous a secouer, disant qu'on avait un bout de chemin a faire.

On vit alors le groupe de quatre arpenter divers chemin, parfois perdu au milieux des bois, parfois se faufilant entre les rocher d'un ravin, ou bien encore traversant des plaine ou poussaient des plante plus haute qu'un homme. Finalement, après deux jours de marche, au moment ou les homme du rat arrivaient en orbite de la planète, notre quatuor arriva sur un immense plateau perdu au milieu des montagnes, couvert d'un tapis de verdure composé d'une foule d'espèce végétales. Après une ou deux heure de marche au milieu de cet endroit paradisiaque il arrivèrent a proximité d'un bâtiment de style gothique, adossé a un torrent.

Lucien : la le rat nous a dis de faire attention. D'après l'ancien, l'endroit était gardé par une force surnaturelle, on a donc avancé prudemment jusqu'au deux immense battant qui permettaient d'entrer dans la place.

On vis alors le groupe faire le tour du bâtiment et se planter devant la porte en effet imposante, porte qu'une partie des spectateur connaissaient...

Mira : c'est la porte de la bibliothèque ca! A part que la notre a une porte dans la porte, pour éviter d'ouvrir en grand.
Eric : a tient c'est vrai, j'avais pas remarquer sur le coups, la elle est couverte de mousse.
Tely : mais si c'est la …
Lucien : oui, c'est l'endroit ou sera construite la base, mais laissez moi faire les choses dans l'ordre sinon je vais m'emmêler les pinceau.
Eric : oh, c'est bon pas la peine de nous faire un dessin.

A ce moment on vit alors le petit groupe entrer dans la bibliothèque, qui ne semblait pas si différente que çà, les étagères était juste plus anciennes que celle qu'il t'avait actuellement, et tout ce qui reposait en ces lieux était recouverts d'un épaisse couche de poussière. Il y'avait même le comptoir destiné a la bibliothécaire, qui semblait ne pas avoir été changé. Mathias commença alors a regarder les livre qui étaient stockés, et s'apprêtait a en prendre un lorsque le rat l'en empêcha d'un mouvement brusque, soulevant beaucoup de poussière qui fit éternué Antoine.

Lucien : je vous raconte pas la peur que j'ai eu a ce moment la. Le silence était respecté d'instinct ici, et ca l'a fais sursauté d'un coup. En tout cas, c'est après qu'Antoine ait fait son ramdam, qu'on a entendu du brui vert le fond de la bibliothèque.

Sur l'écran on vit donc le groupe s'approcher du fond du bâtiment, et alors les spectateur purent voir qu'une partie au moins de l'endroit de leur base ou il se rendait pour lire avait changé. Le mur du fond était semblable et la même étagère que l'étagère sous laquelle était dissimulé les livres «dangereux», bien sur personne ne connaissait le secret de l'armoire, le rat ayant perdu la mémoire. Mais ce qui marquait le plus c'est que dans le film qui déroulait, il y avait une porte sur le mur du fond, une porte coincée entre deux étagère de livre, et une porte qui n'existait plus dans le présent. Eric faillit dire quelque chose, mais Lucien lui fit signe de se taire, et le groupe a l'écran ouvrit la porte, et entra dans une salle circulaire, avec des livres qui couvrait la moindre portion de mur, éclairée par deux braséro magiques, et au centre de la pièce, une étrange créature était assise en tailleur. C'était une sorte d'humanoïde au pied de sabots, un torse similaire a celui d'un humain, une tête de dragon et des ailes dans le dos.

Le rat : une gargouille. Voilà un spécimen intéressant.
Lucien : t'avait dis la même chose a l'époque.

Soudain on vit l'animal parler, puis se lever et l'image devint floue, puis noire.

Lucien : bon, je sais pas trop ce qu'il s'est passé, mais lorsqu'on est entré, la gargouille nous a dis qu'on avait deux secondes pour dégagé. Le rat lui a répondu qu'il avait aucune raison de partir, et qu'il avait des projet pour ce lieux. Du coup ce truc s'est lever, et la simple énergie qu'elle a dégagée a l'époque nous a fait tomber dans les pommes. Quand on s'est réveillé on était dans un camp de tentes levé en un rien de temps par les hommes du rat, qui commençaient déjà a construire la base autour de la bibliothèque tout en observant et protégeant la structure de cette dernière.
L'accès pièce du fond avait été muré et quand j'ai demander ce qu'était devenu la gargouille, le rat m'a dis qu'il l'avait vaincu aisément. Après pas grand chose d'intéressant, la base s'est construite, le rat a développer un spatio-port, et j'en retient surtout le boxon quand il nous a fallu re-trier tout les bouquin... Au bout de quelques temps, la bibliothèque n'est devenu qu'une toute petite partie de la base, perdu au milieu du bâtiment administratif.
Eric : bon en tout cas ca nous en apprend des choses, même si y'a autant de nouvelles questions qui apparaissent...
Le rat : j'ai bien tout enregistrer, mais ca me rappelle pas grand chose cette histoire.
Mira (bâillant) : en tout cas il se fait tard. C'était passionnant mais je crois que je vais aller dormir.
Tely : ca c'est une bonne idée tient!
Lucien : attendez, je vais essayer une dernière scène.

Une nouvelle fois des images apparurent sur l'écran improvisé, et on put voir Lucien protesté contre l'intrusion dans ses quartiers de trois individus, a savoir le rat, Mathias et Antoine. Pourtant les trois nouveaux venus firent comme chez eux, et s'installèrent.

Lucien : c'est la qu'il a été décidé d'envoyer Mathias et Antoine chez Schlangan.


Dernière édition par Le Rat qui rit le Sam 6 Fév 2010 - 16:59, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq
avatar
Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 15 : Comment tout à débuter.

Message  Le Rat qui rit le Sam 6 Fév 2010 - 16:58

Auteur : bon comme j'ai couper comme un âne, afin de conserver un peut de suspens, donc je te laisse reprendre la parole.
Lucien : c'est quoi cet auteur de pacotille?
Auteur : fais attention, ou il va t'arriver des broutilles...
Lucien : bon, donc ces trois andouilles sont entré en fracas chez moi, et m'ont dit que j'avais du boulot. Je leur ait dis que j'avais la flemme, et que j'avais pas envie et le rat m'a taper sur la tête.

On vit le rat lui taper sur la tête puis calmement expliquer quelque chose a Lucien. Ce dernier paru désintéressé au possible, et le rat lui tira l'oreille afin qu'il soit un peu plus attentif.

Lucien : donc après quelques soucis de compréhension, finalement j'ai écouter ce qu'il racontait. Il disait que dans le cas ou on arriverait a localiser la zone ou il se trouvait, ceux qui le cherchaient remueraient ciel et terre pour le retrouver...
Le rat : heu si je suis capable de changer d'apparence, ils ont aucune chance de me trouvez non?
Mira : judicieuse remarque.
Théo : oui, mais il y'a une exception...
Lucien : en effet, il disait que pour le retrouver ceux qui le cherchent ne rechercherait pas l'apparence qui lui connaissent, mais sa capacité a se transformer.
Tely : et comment ils feraient, bonjour pour le retrouver si il se «déguise» en humain.
Théo : oui, par définition, ils vont chercher en priorité parmi les humain, puis après ils regarderons les autres races.
Lucien : bon vous me laissez finir, qu'on aille se reposer?
Théo : moi je dois resté debout, mais bon, il est vrai que vous feriez mieux de dormir.
Lucien : le rat a dit que si des personnes sortait de l'ordinaire elle risquait d'attirer l'attention...
Mira : parce qu'un rat humanoïde sa attire pas l'attention peut être?
Théo : non, les skaven sont une race de gens discret, mais qui existe bel et bien, et sont reconnus comme tels.
Lucien : bordel, j'aimerai finir vous pourrez discuter plus tard de tout cela.
Théo : mais c'est important...
Lucien : rien a faire. Donc selon le rat comme Schlangan est une race non affilié, ceux qui cherchent le rat pourrait le prendre pour ce qu'il n'est pas. De plus, les réactions de ce dernier ne le disculperait pas toujours selon notre ami rongeur. Du coup, il nous demandait de rejoindre les rangs de ce dernier afin de prévenir le samouraï en cas d'apparition de ses ennemis.
Tely : c'est pas un peu tirer par les cheveux?
Théo : pas du tout connaissant les autres.
Lucien : en tout cas, j'avais l'impression que ce n'était qu'une partie de la raison. Mais je me fais sans doute des idées, en tout cas après qu'il ait exposé ses raisons, j'ai dis au rat que les deux inséparables suffiraient amplement pour cette tache. Il m'a dis qu'il préférait que j'y aille aussi étant donné que j'était le plus fort des trois. Finalement il a fini par comprendre que je n'irai pas, sauf par la contrainte et il n'a embarquer que mes deux acolytes.
Le rat : ca ne me rappelle toujours rien.
Lucien : un rat qui pèle, ca doit pas être commun.
Tely : bon en tout cas on a appris de chose.
Lucien : c'est pas bien de m'ignorer! De toute manière, je crois que vous en savez autant que j'en sais, c'est a dire pas grand chose.
Eric : et si on allais prendre un peu de repos?
Mira : bonne idée.
Théo : moi je reste pour garder un œil sur le chef de la garde.

Tout le monde partit rejoindre sa chambre, tandis que le rat restait a observer Théo calmement. Ce dernier qui surveillait la chambre de l'autre amnésique fini par se retourner et dire :

Théo : oui qu'y a-t-il?
Le rat : ca va durer combien de temps cette amnésie, selon vous?
Théo : ça, çà ne dépend de moi, mais pas bien longtemps je gage.
Le rat : tant mieux ça m'agace au plus au point!
Théo : rien de plus compréhensible.

Et le rongeur partit prendre du repos. Au bout d'un moment les trois hommes en costard réapparurent, et une nouvelle discussion eut lieu entre eux et le malade.

Homme en costard 1 : bien nous avons l'autorisation de vous amenez dans un endroit que nous avons aménager.
Homme en costard 2 : la-bas cela ne devrait pas mettre longtemps pour vous faire retrouver la mémoire.
Homme en costard 3 : ainsi on saura ce qu'on a savoir.
Chef de la garde : ca m'inspire pas trop votre histoire.
Homme en costard 2 : ce coups-ci on va pas te laisser faire ce que tu veux.

Un mouvement de le main du type en costard avait fait apparaître une sphère opaque sombre dans laquelle le chef de la arde, fut enfermé et endormi. Puis la boule avança toute seule, passant la porte, transportant le malade qui était allongé et le faisant sortir de la pièce.

Homme en costard 1 (quittant la chambre): on va pouvoir enfin travailler tranquillement, j'ai l'impression qu'on m'obsere a chaque fois que je viens ici.
Homme en costard 2 (suivant le premier) : et oui, c'est toujours comme ca dans les lieux publiques.

Une fois les trois intrus partis, Théo ferma son trou dans l'espace qui lui permettait d'espionner, et murmura pour lui même :

Théo : bon tout se passe comme je le pensait, je ferait bien d'aller me reposer moi aussi, je risque bien d'en avoir besoin.

Le lendemain lorsque tout le monde se leva (fort tard d'ailleurs, tous étant en train de flemmarder au lit après la veillée d'hier), il furent surpris de voir que Théo avais préparer lui même le café, se servant d'appareils venu de nulle part. Tout le monde s'assit autour de la table prévu pour les repas, et trouvèrent le déjeuner bien meilleur que d'habitude.

Lucien (désignant l'appareil ayant servit a faire le café a Théo) : t'a fais sortir çà d'où?
Théo (claquant des doigts faisant tout disparaître tout les ustensiles d'un coups) : de mon porte bagage dimensionnel.
Eric : pratique tu pourrais...
Théo : non, je ne suis pas une mûle.
Lucien : tête de mule!
Mira : c'est bon arrêtez de faire des émules.
Théo : bande d'ânes bâtés!
Le rat : vous en êtes désespérant la.
Lucien : dis pas ca d'habitude t'est le premier a répondre.
Le rat : dans ce cas la j'ai bien fais de perdre la mémoire.
Lucien : c'est limite déprimant. Et si on le confrontait au garde? Il se rappellerai peut être de quelque chose?
Théo : à ce sujet, je vais aller le retrouver. Puisqu'il a été embarquer par les hommes en costard. Cela veut dire que l'on va devoir faire équipe.
Lucien : quoi? Il disparaît avant qu'on ait testé la rencontre avec le rat!Ça sens la bidouille de l'auteur.
L'auteur : pas le moins du monde, c'était prévu dès le début, c'est toi qui aurais du avoir l'idée avant.
Lucien : grmfl....
Mira : du coups je crois qu'on a pas le choix.
Tely : mais comment on va retrouver ces types en costumes?
Théo : ca c'est pas dur. Je savais déjà plus ou moins ce qui allais se passer j'ai donc prévu de quoi le suivre.

Théo sortit alors de sa poche une boule semblable a celle du rongeur. Il commença a tapoter sa surface, puis une quatre trois dimensions apparu avec un point clignotant, carte que seul le propriétaire de la boule devait pouvoir lire. Puis tout disparu en un clac sonore, et l'ami du rat se prépara a partir.

Lucien : c'était la boule du rat?
Théo : non, c'était la mienne, et ce n'est pas qu'une vulgaire boule, c'est l'un des «pilier de la voûte». Ce ne sont pas tes oignons de toute manière.
Lucien : j'aime bien les oignons.
Théo : dans ce cas, je vais te mitonner un Lucien au petits oignons, et tu m'en dira des nouvelle.
Mira : sans façons, ca serait immangeable.
Eric : c'est pas faux.

Et Théo sortit, et tout le monde suivit, laissant Lucien dans un grand moment de solitude... Il dut ensuite courir pour rattraper le groupe, qui rejoint le vaisseau du rat dissimulé près du cratère. Une fois tout le monde a l'intérieur, Théo pilota ce dernier jusqu'à un point assez éloigné de leur lieu de décollage. Une fois arrivés, il n'y avait que des champs cultivé par des paysans, sur leur tracteurs, et il durent se poser sur l'une des étendue laissée en jachère par les travailleurs de la terre. Une fois descendu, ils marchèrent un moment avant que le membre des huit ne s'arrête et annonce.

Théo : c'est ici.
Lucien : laisse moi deviner, il se sont caché sous terre.
Eric : il va nous falloir creuser la question.
Tely : du coups j'ai un creux.
Mira : a non, t'y mets pas toi aussi...
Théo : non, les souterrain c'est pas le genre de la maison.
Lucien : ben ils sont ou alors, les types que tu cherchent ne sont pas magicien que je sache.
Théo : il sont capable de bien des choses tout comme moi, et le rat.
Le rat : était capable serait sans doute plus vrai.

Théodore avait gratter le sol du bout du pied en attendant. Puis ayant confirmation de ce qu'il pensait, il s'adressa de nouveau au autres :

Théo : puisque vous aimez les jeux de mots, je vais vous emmenez prendre un grand bol d'air.
Lucien : je sens que ca va être pas de bol.
Tely : hum, un grand plat de spaghetti bol au niaises....
Mira : y'en a raz le bol!

Théo ouvrit l'une de ses portes, et intima au autre de passer a travers la membrane sombre, tout e conseillant au autres de garder leur calme, et surtout le silence. Une fois que tout le monde fut passer, il traversa aussi, les rejoignant, dans un endroit ou ils flottaient tous une centaine de mètres au dessus du sol. Il gardaient tous le silence, mais n'étaient visiblement pas rassurés, se tenant les uns au autres, se retenant de parler selon les ordres du maitre de l'espace. Ce derniers regarda alors autour de lui, et se mis a avancer dans le vide les bras en avant.... et finit par tomber de la plateforme invisible. Eric du mettre sa mains sur la bouche de Mira qui allait crier, et tout le monde vit un éclair sombre sous l'endroit de la chute du membre du groupe après lequel Théo réapparu devant eux.
Ce dernier recommença sa manœuvre deux fois avant de trouver un mur et de le suivre. Une fois que ce fut fait, il dégaina son épée et donna un coups dans le mur, qui se sépara en deux partie, ouvrant une faille donnant a l'intérieur comme par magie. Puis il rentra par le passage ainsi créé suivi par le reste du groupe. Une fois a l'intérieur ils se rendirent compte qu'ils étaient a l'intérieur d'un luxueux salon, avec une partie consacré a un large écran plat, avec des fauteuils et de canapés de cuir en face de lui, sans doute destiné a regarder les divers programmes de divertissement.

Théo (murmurant) : nous voilà dedans, maintenant, suffit de trouver ou s trouve notre «patient»
Lucien (murmurant) : on est où la au juste?
Théo (murmurant) : dans l'un des centre d'observation.
Mira (murmurant) : en tout cas, on risque pas de les dérangé, qui penserait a chercher un truc ici, a la vu de tous.
Théo (murmurant) : personne, et c'est le but de la manœuvre.
Eric (murmurant) cherchons notre fuyard.

Ils commencèrent a déambuler dans les couloir, et n'aperçurent que peut de monde. Apparemment la base était plutôt grande pour un effectif réduit. Théo expliqua alors au autres que cela pouvait aussi servir d'avant poste pour des combattants et que le bâtiment était prévu pour les accueillir en cas de conflit ouvert. Finalement après bien du chemin parcouru, le groupe arriva dans un spatio-port, moyen d'entrer et de sortir de la base, ou d'ailleurs un vaisseau était en train de se poser. Là, le membre des huit du s'arrêter et vérifier la position de leur cible, avec sa boule, puis repartis dans le dédale de couloir. Pourtant ce ne fut pas long cette fois et au bout de quelques minutes nos six amis débouchèrent dans ce qui ressemblais fortement a une chambre d'hôpital, et entendirent des voix de l'autre coté du mur du fond, venant probablement de la chambre d'à coté.

Voix 1 : bon en tout cas nous voilà fixer.
Voix 2 : on a plus qu'a faire notre compte rendu au instances supérieures.
Voix 3 : en tout cas tu nous a causer bien des soucis. Et tu va devoir rester un moment en convalescence ici...
Voix 4 : je me passerai bien de votre compréhension. Je vais pas tarder a rattraper mes erreurs, et on en reparlera a ce moment la.
Voix 1 : bien nous verrons a ce moment la!

Ils entendirent alors le bruit de personnes quittant la chambre d'à coté, et un son de pas dans le couloir. Théo sortit discrètement et suivi les trois énergumènes, qui n'étaient autres que les types en costard, jusqu'à une salle qu'il refermèrent derrière eux. Puis un bruit strident jailli d'entre les murs, sans que cela inquiéter en d'autre mesure le maitre de l'espace, qui une fois qu'il fut assuré du départ des trois énergumène reparti en direction de la chambre d'où il venait, rejoignant alors ses compagnons.

Théo : bon voilà maintenant qu'ils sont partis on va avoir le champ libre.
Le rat : plus besoin de murmurer?
Théo : bas, y'a pas grand monde pour me tenir tête désormais.
Mira : mais le mec de l'autre coté du mur c'est le garde non? Il a retrouver la mémoire?
Théo : faut croire, dans ce cas, notre ami le rat devrait pas tarder a faire de même.
Lucien : a je comprend mieux c'était une question de temps avant qu'il ne retrouve la mémoire? C'était bien la peine que je raconte son histoire.
Théo : c'est plus compliqué que ca, mais tu brule et tu va pas tarder a comprendre.

Il sortit donc dans le couloir et au moment ou il allait entrer dans la chambre du patient, quand quelqu'un surgit dans le couloir, venant d'un angle former par ce dernier. Lorsqu'il vit Théo et le reste du groupe, il poussa un rugissement sourd et leur fonça dessus. L'ami du rat esquiva facilement la charge de l'autre, qui alla s'empêtrer dans les autres, et commença a se battre provoquant une mêlé dans laquelle personne n'y voyait grand chose. Le membre des huit souffla et alla sépara d'un claquement de doigts les protagonistes, mettant a part le fauteur de trouble qui était bien entendu le capitaine des gardes, Feritan.

Feritan (regardant le rat d'un air rageur) : tu va payer pour la dernière fois.
Théo : heu, c'est pas une … bonne idée.
Le rat : ben si il veut se battre je vois pas pourquoi je ne lui donnerait pas ce qu'il veut. On va régler ca par un bon vieux duel.
Théo : bon tu fait ce que tu veux après tout, je t'aurais prévenu.

Théo recula de quelques pas, obligeant les quatre autres membres du groupe a reculer avec lui.

Lucien : heu on pourrais lui filer un coups de mains non?
Théo : il a réclamer un duel, et un skaven est on ne peu plus a cheval sur les règles d'un duel.
Le rat : merci de ta sollicitude.
Feritan : bien je n'ai plus mon armure ni mon arme, cela va pouvoir me permettre de me battre de façon différente.

Sur ces mots, il libéra son énergie, puis en rassembla une partie qu'il transforma en épée de puissance brute qu'il attrapa dans la mains droite et qu'il pointa en direction du rongeur, qui croisa les bras, et attendit calmement la suite. La lame s'allongea alors brutalement en direction du samouraï mais ce dernier fis un pas sur le coter a une vitesse supersonique, voyant son attaque facilement évitée, Feritan se lança corps perdu dans le combat.
Pourtant le rongeur esquivait toujours facilement, jusqu'à ce que le chef de la garde abatte son épée d'énergie au sol qui se dispersa et se reforma instantanément en une flèche qui effleura le rat, l'égratignant au niveau de l'avant bras. Ce dernier lécha doucement alors le sang qui coulait doucement de la plaie.

Feritan : étonnant, pourquoi tu ne te régénère plus? Et puis, tu n'était pas si rapide avant.
Le rat : tu est bien bavard pour un guerrier : sceau d'envoutement!

Des rayon lumineux formèrent un cercle qui ne dura qu'un instant autour du chef de la garde. Ce dernier ne sembla pas plus affecté que ça, et se rua une nouvelle fois a l'attaque. Mais cette fois le rongeur ne se contenta pas d'attaquer, il infligea quelques coups de poing, de pied et de paume a plusieurs endroit du corps de son adversaire. Ce dernier réussi tout de même a lui faire une nouvelle égratignure, au niveau du visage cette fois.

Feritan : finissons en! PUNISHMENT!
Le rat : activation!

La lance d'énergie fut tirée en direction du rat qui ne bougea pas , mais la lance fut dévier suffisamment pour ne pas toucher le rongeur.
Pourtant a peine fut elle passée qu'elle explosa, projetant le ra contre un mur, gravement brulé.

Théo : c'était couru d'avance.
Feritan : tu était plus fort dans la grotte.
Lucien : il a perdu la mémoire, et....

C'est alors que la porte devant laquelle ils se battaient s'ouvrit....

A suivre.

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq
avatar
Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 15 : Comment tout à débuter.

Message  Le Rat qui rit le Dim 7 Fév 2010 - 19:09

Tout le monde sembla stupéfait d'en voir sortir... Un autre Féritan, l'air dans le gaz, sans doute après s'être réveillé...

Feritan (en combat) : meuh, c'est qui ce plouc?
Feritan (en dormi) : dites vous pourriez pas faire un peu moins de bruit quand vous vous battez les enfants?
Lucien (effaré) : heu j'ai des visions?
Mira (des qu'on tenant c'est) : heu dans ce cas la tu n'est pas seul.
Feritan (En qu'on bat) : j'y comprend plus rien.... Attend me dis pas que...
Feritan (se réveil lent) : non je ne suis pas toit, je ne donne pas dans la couverture, et encore moi sociale.
Le rat (ah, moche et...) : peuh, arrête de faire le malin...
Théo (un sourire au lèvre) : tu t'est enfin décidé a te montrer? Ça c'est bien passé?
Feritan (de vent, Laporte) : mouais, ils ont tout gober, on va pouvoir être tranquille encore un moment.
Feritan (et nerf vais) : … tu est le rat!!!
Feritan (un rat???) : tient il a pas tenu compte de ce que l'on a dis est a continuer sa phrase!
Théo (calme ment) : si tu reprenait ta forme habituelle.... Après va falloir démolir ce bâtiment pour pas laissé de trace...
Feritan (un rat????) : ca en fait un programme chargé, j'aurais bien aimé jouer les malade plus longtemps.

A ces quelques mot, le Feritan sorti de la chambre, vis ses oreilles poussé, les poils apparaître sur les mains, et sont nez se transformé en truffe.

Tely (ah, bas, sourd dit) : ben maintenant on a deux rat! On peut m'expliquer ce souk?
Eric (et, tonne et) : oui, ils se passe quoi, j'y comprend rien.
Lucien (et bas, hi) : après canard, deux rat.
Le rat (le faux???) : oui, mais il n'y a qu'un seul maitre de la destruction, n'est ce pas Dree?
Le rat (le vrai???) : au fait qu'est ce que tu fais la, Endia?
Le rat (le vrai!) : ben Théo m'a plus ou moins obligé a jouer les amnésiques.
Le rat (le faux!!) : ah, pour éviter de faire de vagues je suppose?
Feritan (le vrai, en a marre qu'on se moque de lui) : Colère divine!

Des vagues d'énergie furent lancé contre le groupe, mais Théo les envoya sur orbite et continua la conversation.

Théo : oui, je me disait que ca éviterai que tes compère farfouille partout, ca pourrait paraître bizarre aux observateurs, du coup quand ils ont trouvé Endia, j'en ai profité pour le faire passé pour toi.
Le rat (le vrai!!!) : en tout cas j'en ait appris un paquet sur ton arrivée Dree... Aïe...
Le rat (le faux!!!!) : comment ca? Lucien, t'a parler de... Et t'est pas maudit? Bon en tout cas, Eric, vient régénérer Endia, il est sacrement amoché.
Eric : heu régénérer un humain je galère alors un rat.
Le rat (le faux!!!!!) : ben essai...

Feritan peu décidé a laisser un nouvel ennemi rejoindre le combat lança une nouvelle attaque annihiler par les pouvoir combiné du rat et de Théo.

Le rat (le vrai!!!!!!, en train de se faire laborieusement soigné ) : a ca peu servir a ca, ton pouvoir? Pratique!
Lucien : bon passons sur plein de choses, on verra ca après... Mais arrête de mettre le faux, et le vrai l'auteur, c'est redondant au possible. Sans parler du fait que tu a inverser le vrai et le faut depuis que tu mets des points d'exclamations.
L'auteur : moui, en fais j'attendais que quelqu'un fasse la remarque, comme j'avais l'impression que vous ignorez ce que j'écris entre parenthèse.
Lucien : en même temps si on te le fais remarquer, tu deviens chiant...
L'auteur : c'est pas faux, j'avais oublier... La fréquentation du maitre du sortilège ne m'aide pas... Bon tu aura quand même une petite punition.
Lucien : sadique!
Dreethero : bon si on en revenait a nos moutons?
Théo : ouais, y'a un type qui demande qu'a être dérouillé la.
Endia : oui et il faut démolir le coin.
Dreethero : bien, Théo je te laisse te préparé, fais en sorte que ca ait «l'air» naturel.
Théo : je vois, va y'avoir des courant d'air alors.
Dreethero : Endia, occupe toi de faire sortir ces quatre andouilles en un seul morceau, ca ira?
Endia : sans problème mon frère.

Pendant cette discutions, Feritan avait envoyés d'autres attaques, toutes plus vaines les unes que les autres, arrêtées facilement par les pouvoir combinés de Dreethero et de Théo. Après que le rongeur (le vrai) ai donné ses directives, son compère membre des huit s'était mis a planer, porté par une force inconnue, et avait percer le plafond, se dirigeant vers le haut de l'édifice. Pendant ce temps Endia qui avait un peu récupérer, avait fait signe au autre de partir, et avait ainsi quitter la scène du combat avec Eric, Mira, Tely et Lucien. Enfin Feritan avait sortit un médaillon et regardait le rat (toujours le vrai hein) resté seul, qui avait sortit ses deux sabres.

Feritan : bien, comme la dernière fois on était resté a ex-æquo je vais devoir me montrer un peu plus sérieux...
Le rat : l'insigne de la garde, évidemment tu en possède une. Un pari risque, surtout qu'on était pas vraiment a égalité lors de notre dernière confrontation, je me suis contenté de te renvoyer tes attaques, sans me forcer.
Feritan : je ne suis pas sur que tu ait raison, mais pour avoir placer une telle prime sur ta tête il doit bien y'avoir une raison, alors autant l'utiliser, même si c'est risqué.
Le rat : bon dans ce cas je vais devoir ne pas te prendre a la légère, surtout qu'avec ce que Théo prépare, le temps m'est compté : Forme Astrale, Le serviteur d'Orion!
Feritan : Au nom de l'Ordre, j'en appelle au pouvoir du chevalier!

Le rongeur pris l'aspect ou il avait de longues oreilles pendantes, trois paires de bras, des ailes, et le masque fissuré décoré du glyphe. En réponse, l'énergie de son adversaire s'était pleinement déployé comme la dernière fois, plus importante en apparence que celle du rat, mais on ressentait une étrange sensation a son contact, comme si elle était râpeuse. La première passe d'arme fut un choc terrible qui anéantit plusieurs mur, et le plafond transformant le couloir en une salle couverte de gravât, ou les deux protagonistes s'échangeaient des coups de sabre dévastant chaque fois un peu plus le bâtiment invisible sans pourtant qu'aucun des deux protagonistes ne puisse toucher l'autre, le rat s'étant mis a anticiper de façon étrangement exact les mouvements de son adversaire, arrêtant l'épée d'énergie avec ces sabres, bien que son ennemi était un peu plus rapide et un chouilla au dessus en terme de force pure.
Finalement les deux adversaires se regardèrent, n'osant pas bouger, et le capitaine des gardes posa une question...

Feritan : …. est ce que je me trompe en pensant que cette forme te permet d'analyser très rapidement la façon de se battre de l'adversaire?

Le rat ne répondit que par un large sourire. Feritan, qui n'en restait pas moins impressionner par la facilité avec laquelle le rat pouvait deviner ce qu'il allait faire après seulement un combat, sembla réfléchir, persuader que le rongeur, se reposant sur sa technique défensive n'oserait pas attaquer. Pourtant le samouraï savait que le temps lui était compté, et que bien qu'il savait ce que son ami allait faire, il n'était pas sur de pouvoir s'en sortir indemne, et il du donc passer a l'offensive.

Le rat : Dead Winter Reigns!
Feritan : Bouclier de bravoure!

L'air se figea, et de la buée sortit de la bouche des deux adversaires, et alors qu'un bouclier d'énergie se forma autour du garde, puis tout se trouva geler avant de se muer en neige qui s'envola provoquant une tempête. A la fin de l'orage une pellicule d'une dizaine de centimètre de l'élément blanc recouvrait les gravât, donnant un étrange aspect a la salle. Le garde avait résister a attaque, même si son bouclier avait fini par devenir une peau de chagrin. Feritan, décider a reprendre l'initiative, attaque une nouvelle fois le rongeur, mais d'une façon beaucoup plus désordonnée, profitant de sa vitesse, et de sa force. Le rat fut ainsi plusieurs fois légèrement touché, et le chevalier profita d'un moment ou les armes du rongeur était immobilisées pour lancer une vague d'énergie a bout portant, ne laissant pas au rat le temps de se défendre.
Un nuage de vapeur s'éleva alors et le rat en sortit apparemment indemne.

Le rat : toujours aussi chiant ce truc...
Feritan : montre moi donc pourquoi on a mis une si grosse prime sur ta tête. C'est bien beau de pouvoir retourner l'énergie du propriétaire, mais a bout portant ca ne sert a rien...

Le rat ne répondit pas et se lança a l'attaque, balançant un premier zanmato, que son adversaire esquiva facilement grâce a sa vitesse, puis le samouraï enchaina sur une atomisation, puis sur un arcane de glace. Son ennemi, qui avait eu le temps de voir venir la déflagration d'énergie destructrice, ne put éviter la vague de glace venue dans son dos et eu le bras toucher par la glace, mais le rat se prit en coup de sabre qui lui infligea une lourde blessure, qui mis pourtant bien plus longtemps a se refermer que d'habitude.

Pendant ce temps le groupe de cinq composé d'Endia, Eric, Tely, Mira et Lucien, était revenu a l'air libre, et a l'aide d'un sceau du vent, le skaven avais permis au groupe de descendre du bâtiment toujours invisible. Puis sur ordre de l'autre rat, tout le monde avait rejoint le vaisseau spatial, que le rongeur savait apparemment parfaitement piloter lui aussi, puisqu'il décolla sans mal et se le mis en vol stationnaire prenant ses distances avec l'endroit d'où il avait décoller. Puis, il se servi d'un caméra pour zoomer sur un point au dessus de la bâtisse invisible. Il s'agissait de Théo, planant toujours, qui faisait de grand geste.

Lucien : comment il fait pour voler?
Mira : il doit se servir d'une distorsion de l'espace pour se créé un marchepied.
Eric : et il fait quoi avec ces grand gestes?
Endia : il va détruire ce bâtiment.
Eric : ca serait pas plus simple de balancer un missile dessus?
Endia : bien sur, mais on verrait tout de suite que la cause n'est pas naturelle.
Tely : ca veut dire qu'il va détruire ce bâtiment de manière naturelle? Comment il va faire?
Endia : il va juste se servir de son pouvoir.
Eric : gné?
Mira : heu... Il va crée des portes? Mais... tu veux dire qu'il va créer des portes entre des zone de basse pression et de hautes pressions?
Endia : exactement!
Lucien : ca veut dire quoi en clair?
Eric : que ce type va provoquer un ouragan...
Lucien : HEIN???

Pendant ce temps, Dreethero et Feritan se battaient toujours, et le rongeur profita d'une courte pause de son adversaire pour régénérer les quelques blessures qu'il avait récolter.


Feritan : il semblerait que la corrosion de mon énergie ne t'affecte guère, mais tu va bien finir par t'épuiser...
Le rat : bon, fin du temps impartis. Avec un bras en moins, tu pourra pas contrer ca : HARVEST OF SORROW!
Feritan : puisque c'est ainsi : Pouvoir antique!

Toute l'énergie du garde se rassembla devant lui formant une sorte de créature d'énergie, ressemblant a un serpent, tandis que le rat lui ne semblait rien faire. Pourtant lorsque le serpent d'énergie pure fut envoyé a l'attaque, il fut ralentit par un premier mur d'eau surgit du sol, puis stopper par un second mur d'eau lui tombant dessus comme une cascade et enfin détruit par deux courant d'eaux latéraux. Et la salle se retrouva immergé par l'eau le rat ayant disparu dans les profondeur de l'eau tandis que le garde avait rassemblé ses dernière force pour crée deux ailes d'énergie lui permettant de voler, quand soudain surgit du fond de l'eau une voix lança :

Le rat : adieu.

L'eau entoura alors Feritan par le fond, aspiré par un siphon, puis broyé par les courant sous marins créé par le rongeur. Puis l'eau perça un trou dans tout les murs de la bâtisse, ouvrant une porte de sortie pour le rat, avant de disparaître. Le samouraï conscient que le temps lui était compté, se mis a courir a toute vitesse dans le passage ouvert, se ruant vers l'air libre, laissant le corps du garde littéralement mis en pièce derrière lui.
Dans le vaisseau, on vit quelques cascade d'eau sortir de nulle part, tomber au sol, avant qu'un puissant vent ne force le navire spatial a reculer, Théo aillant finit ses préparatif et déclenchant sa tempête.

Tely : le rat est encore a l'intérieur.
Endia : ca on en sais rien, il a très bien put sortir avec l'eau.
Lucien : attention ca va secouer!

Endia du reculer encore le traqueur du rat, car l'ouragan prit forme et commença a dévaster le «bâtiment volant» qui perdit son camouflage et on pu distingué que c'était en fait une sorte de vaisseau reposant sur un pilier, qui lui aussi avait été dissimulé. La bourrasque déchiqueta d'abord la partie supérieur de l'édifice, faisant tomber d'une centaine de mètres bien des tôles et autres débris au sol, puis le gros de la structure tomba au sol, ce qui creusa un immense cratère au sol, ou la tempête faisait rage et ou les débris les plus légers voler entrainer par le vents.
Puis enfin après avoir opposé une lourde résistance, le pilier qui soutenait la base invisible tomba dans un fracas qui provoqua un légers tremblement de terre. Voyant sa mission accomplie Théo relâcha son contrôle et la tempête se dissipa peu a peu. Elle avait durée une bonne demi heure, et toutes sortes de véhicules se pressait au loin, venu voir ce qu'il s'était passé, obligeant Endia a enclencher le camouflage optique, afin de rendre invisible le vaisseau. Le maitre de l'espace ce rejoint alors le vaisseau via une porte, et apparu derrière les amis du rat massé dans le cockpit, en train d'observer les dégâts.

Théo (recoiffant vite fait ses cheveux en pétard, et remettant son serre tête) : et voilà, une catastrophe naturelle a mis fin a un drôle de bâtiment.
Lucien : tu parle, v'la le bourrin!
Endia : et Dree des nouvelles?
Théo : aucune, tu peut intercepter les signaux hertziens et et mettre les infos?
Endia : bien sur!

Après quelque instant de bidouillage, une présentatrice qui avait sans doute commencé un flash spécial parlant de la catastrophe, apparu sur l'un des écran du poste de pilotage :

Présentatrice : ...nous ne pouvons toujours pas expliquer d'où viennent tant de débris d'ordre métallique. Selon les radars de l'aéroport, un objet serait apparu au moment de la tempête, certains y voient ainsi le signe d'un vaisseaux extra terrestre. Le bilan des blessés est très léger, la région étant peu peuplée, les rares personne on pu se protéger dans leur cave. Je tient tout de même a rappeler que cette tornade, n'était absolument pas prévu par les services météo et que cela tient du miracle de ne pas avoir de mort dans les environ. Reste a vérifier a l'intérieur de la carlingue tombée du ciel. Nous pouvons... ah, voilà justement un survivant! Pourriez vous nous donner quelques détails?
Survivant (un homme ayant la trentaine assez baraque, yeux vert cheveux long attaché en queue de cheval) : euh, c'est a rien y comprendre... D'un coups, y'a un ce coups de vent qui nous est tomber dessus, et puis des truc ce sont mis a tomber du ciel, enfin bref un vrai boxon quoi...
Théo (éclatant de rire, coupant la diffusion) : sacré Dree, il a trouver le moyen de passer a la télévision, afin qu'on suive la version des faits qu'il veut qu'on suive.
Tely : c'était lui çà?
Endia : oui, impossible de se tromper la dessus!
Lucien : j'y comprend rien, comment vous faites pour le reconnaître, alors que ses transformations ne laisse absolument aucun doute sur lui?
Endia : y'a un truc, mais il ne concerne que ceux a qui Dree confie son secret. Sinon les autres lui serait tombé dessus depuis longtemps. Mais peut sont ceux qui le connaissent, ce qui fais que notre amis le rat continue encore et toujours a se défier de ceux qui le cherche.

Il fallu attendre un long moment, avant que les forces de secours, de police, et de l'armée relâchent leur attention, et la nuit était bien avancée, lorsque un tapotement sur la tôle du vaisseau se fit entendre réveillant les occupant aillant décider de prendre un peu de repos.
Tout le monde se leva et Théo ouvrit un sas de secours afin Dreethero, ayant repris sa forme de rongeur pu rentrer a bord. Une fois a l'intérieur du vaisseau, il fit disparaître les ailes lui aillant permis d'atteindre l'altitude a laquelle le traqueur était dissimulé.

Théo : alors, comment va notre vedette?
Dreethero (un sourire radieux) : bien ma foi, j'ai été suffisamment convaincant?
Endia : impeccable, les autres ni verrons que du feu.
Dreethero : bien nous allons devoir attendre un peu avant de pouvoir nous échapper de cette planète sans nous faire remarquer. Je vais aller...
Lucien : nous expliquer quelques truc, parce que là, ca commence a m'énerver...
Dreethero (se grattant l'oreille) : heu, bon si tu veux, je me doutait que vous seriez frustré mais a ce point la...
Tely : faut dire tu t'est bien moqué de nous!
Dreethero : et je faisais comment, je disais devant tout le monde « coucou c'est moi un rat qui rit, l'un des mec les plus rechercher de la croisée »?
Mira : c'est quoi la croisée au juste?
Endia : le lieu ou nous nous sommes rencontré moi, Dree et Théo. Mais je pense qu'on doit pas vous en dire plus, ca vous causerait trop d'ennuis.
Dreethero : t'en dis déjà trop a mon goût. Au fait, ca me rappelle Lucien je t'avait dis de pas parler de notre rencontre...
Lucien : j'avais la bénédiction de Théo.
Le rat : je me doute.
Tely : bon et si tu nous expliquait pourquoi tu ne nous a pas dit que c'était toi a l'hôpital?
Le rat : bon c'est bon, mais je dois manger un bout avant!

Le rat ce mis a table, et entama son repas, puis commença ses explications...

A suivre

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq
avatar
Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 15 : Comment tout à débuter.

Message  Le Rat qui rit le Sam 6 Mar 2010 - 17:18

Le rat (mangeant) : bon alors je suppose que Lucien vous a raconter mon arrivée en fanfare. Vous voulez savoir quoi de plus exactement? Parce que tout ce qui s'est passé avant ne vous concerne en rien, et donc, je ne vous en direz mot.
Lucien : comment t'a fait pour te faire balancer en l'air lors de ton combat avec le capitaine des gardes?
Le rat : ben, le souci c'est que j'ai rien fait justement, je me suis contenter de renvoyer mon attaque a mon adversaire. Comme ce dernier a fait le bourrin, et bien tout a exploser, me projetant en l'air.
Mira : des fois, ta flemme complique bien les choses...
Le rat : meuh non! Tout ca m'a arrangé et en plus j'ai pu passé quelques jours a me reposer!
Eric : a ca a servi a quoi tout ca?
Le rat : ben j'ai pu duper nos amis en costards, et leur faire avaler une histoire concernant la disparition soudaine de mes «subordonnés»...
Tely : les gardes hein?
Lucien : autant dire les gardiens...
Le rat : tout ca ne nous re garde pas.
Eric : c'est un garde champêtre.
Théo : bref, si tu nous disait vite fait ce que tu leur a raconter?
Le rat : déjà ils ont commence par s'assurer que j'était bien un des leurs. Pas de bol pour eux, les question qu'ils m'ont posé j'en connaissait les réponses. Du coups, j'ai pu leur faire gober que les trois autres s'étaient retournés contre moi et l'organisation. Il ont eu l'air de douter un moment, puis on fini par admettre que c'était possible. Par contre a mon tour de posé une question, qu'est ce que tu fais la Endia? Le chef de clan t'a demander quelque chose?
Endia : rien de plus que mon rôle d'archiviste habituel. Je me contente de suivre ce qu'il t'arrive avec intérêt, et d'apporter au notre de tes nouvelles. Je sais que ca te plaît pas, mais les ordres sont les ordres.
Le rat : quelle tête de mule celui là, quand est ce qu'il comprendra que je n'ai rien d'une célébrité?
Endia : tu est celui qui a redoré le blason de notre race, et en tant que tel, tu est déjà une légende chez nous.
Le rat : je m'en passerai bien, crois moi.
Lucien : heu j'arrive plus a suivre c'est qui ce rat la?
Le rat : c'est Endia, l'un des douze prétendant a la succession du chef Skaven, on l'appelle aussi l'historien ou l'archiviste, car c'est un passionné des évènements, passé ou présent. Il connait bien des histoires, et légendes, si vous avez besoin d'information sur ces sujet, il est votre homme.
Tely : votre rat plutôt?
Endia : si tu préfère.
Mira : en tout cas je vois pas en quoi ce rat est impliqué dans nos affaire.
Théo : tu a tort, il est impliqué depuis le début dans cette histoire...
Le rat : c'est a moi de raconter çà Théo. Endia est mon frère, et je l'ai envoyer ici après mon premier voyage dans le coin, ayant de bonnes raisons de revenir. Il a donc préparer les moyens dont j'aurais besoin, et même si mon arrivée était un peu brutale et prématurée, il a pu organiser rapidement la construction de ce dont j'avais besoin.
Eric : heu si j'ai bien suivi, notre ami le rat (Dreethero si j'ai bien compris) et l'un des successeur potentiel d'un chef skaven?
Endia : oui, il est le douzième fils de Yaldy celui qui a autorité sur tout les skaven de notre époque, quelque soit leur position. D'un certain point de vue, il est même celui qui a le plus de chance d'accéder a ce poste, même si cela n'arrivera jamais, parce que cet âne bâté en refuse la charge.
Mira : ce qui est étrange, c'est que je n'ait jamais entendu parler de cette race de skaven, pourtant elle a l'air d'avoir une certaines importance.
Endia : nous vivons dans l'ombre en général, et on préfère s'isoler des humains et des autres races. Seuls les douze fils et le chef suprême sont habilités a se montrer.
Lucien : donc c'est toi qui a ramener le vaisseau spatial qui nous a permis de quitter l'ile?
Endia : oui, en effet.
Mira : heu et au sujet de Théo, c'est l'un des huit, mais c'est qui au juste par rapport a toi Dree, c'est un humain après tout...
Le rat : bip, question piège, je passe.
Théo : tu pourrais au moins éclaircir ce détail. Même si cela fais partie des choses dont tu ne veux pas parler.
Le rat : bon en gros, cet abruti la est la personne en qui j'ai le plus confiance, c'est en quelque sorte mon meilleur ami.
Endia : et ca fais un moment qu'ils se baladent ensemble. Les rumeurs prétendent qu'ils peuvent se comprendre d'un seul regard.

Un long silence s'en suivit, les quatre autres cherchant a digéré la nouvelle masse d'information qui leurs avait été donnée. Finalement Lucien repris la parole.

Lucien : et donc, ces deux la vont venir a la base?
Le rat : excellente question. Pour Endia, je pense que la question ne se pose pas, il y habite déjà depuis un moment. Par contre Théo, il t'a dis de rester combien de temps le vieux?
Lucien : beuh, je l'ai jamais vu la bas....
Théo : ce n'est pas parce que tu ne vois pas les choses qu'elles n'existent pas. Quand a ce qu'on m'a ordonné, il s'agit de rester jusqu'à la fin de ta mission, afin de t'emmener par la suite au point de rendez-vous habituel.
Le rat : mmmmh, intéressant, bon donc oui il va rester a la base un moment.
Tely : et avec les mec qui nous on attaqués, est-ce qu'il se peut qu'ils ne prennent pour cibles?
Le rat : normalement on est tranquille pour un moment, mais cette possibilité n'est pas a exclure complétement.
Lucien : ca craint ton histoire.
Le rat : pas temps que ca, pour le moment il nous ont pas envoyer l'artillerie lourde, et n'ont aucune raison de le faire.

La conversation fut couper court, et le vaisseau venait de quitter l'atmosphère de la planète, dirigé par Théo qui s'était éclipsé discrètement. Le rat ne pris pas la peine d'en dire plus jugeant probablement qu'il en avait assez dis, et alla piquer un somme, tandis que le vaisseau rentrait tranquillement sur Shandora.

Fin du Chapitre.

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq
avatar
Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1342
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 15 : Comment tout à débuter.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum