Chapitre 18 - Le Royaume des Morts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 18 - Le Royaume des Morts

Message  Schlangan le Mer 15 Aoû 2012 - 16:32

Schlangan, Antoine, Mathias, Michaël et Voice se trouvaient donc au Royaume des Morts, face aux quatre soldats qui avaient perdu la vie récemment. Schlangan réfléchit, puis il s'approcha des soldats et essaya de les toucher, ce qu'il put faire sans aucun problème.

Schlangan : Tiens, j'aurais cru que les fantômes étaient transparents, et traversables.
Soldat #1 : C'est le cas chef, mais les fantômes n'apparaissent qu'en dehors du Royaume des morts.
Soldat #2 : Tant que nous restons ici, nous sommes physiquement présents. Le Royaume des mort est l'habitat des gens décédés.
Schlangan : Ce n'est pas très gai en tout cas.
Soldat #3 : Certes, mais le Royaume est très grand, et nous pouvons trouver tout ce que nous voulons. Nous avons une éternité pour chercher, après tout.
Schlangan : Et vous avez faim et soif ?
Soldat #4 : Non, patron. Plus besoin de manger, boire ou dormir.
Schlangan : Si j'avais su, je vous aurai amenés de la paperasse administrative à traiter, vous auriez pu le faire pendant une infinité d'heures d'affilée.
Soldats : ...

Tout à coup, Michaël s'avança vers le groupe, et s'inclina devant eux.

Michaël : Veuillez me pardonner de vous avoir tués. Je n'étais pas moi-même.
Soldat #2 : ... Tu crois qu'on va te pardonner comme ça peut-être ?
Michaël : Je suppose que non. Mais je ne pouvais pas rester là sans rien dire.
Soldat #3 : Bah, au final, ça ne nous change pas trop. Et puis on a pas vraiment eu le temps d'avoir mal.
Soldat #4 : On est passés à autre chose, voilà tout. Cela faisait des années qu'on errait sans but particulier, en obéissant à diverses personnes.
Michaël : Je...
Soldat #1 : De toute façon, à ce que je vois tu accompagnes le chef maintenant. C'est toi qui va subir ses sautes d'humeur.
Schlangan : Pardon ? Tiens je viens de penser à une chose amusante : peut-on tuer un mort ?
Soldat #1 : Heu...
Schlangan : Lequel de vous quatre veut servir de cobaye ? Cela m'intéresse.
Antoine : Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée.
Schlangan : Ben quoi ? Ils sont déjà morts.
Voice : Mais...

Schlangan commença à dégainer son katana, mais finalement se ravisa et le replaça dans son fourreau. Il affichait toutefois un grand sourire.

Schlangan : En fait, j'ai une autre idée. Puisqu'on est là, autant que ces quatre là vous apprennent quelques trucs militaires. Désamorçage de pièges, etc. Ça pourra vous servir.
Mathias : Je ne suis pas sûr que nous ayons le temps pour cela, je vous rappelle que nous pourchassions la secte Yosha avant de...
Schlangan : URUSEI ! Ça vous servira !
Soldat #1 : Il a bien dit la secte Yosha, chef ?
Schlangan : Oui.
Soldat #2 : Il y a des gens liés à la secte qui sont arrivés il y a peu. Et bel et bien morts.
Schlangan : Ah ? Mais une seconde, comment savez-vous si les gens sont morts ou non ? Je ne vois pas de différence.
Soldat #3 : C'est peut-être parce que nous sommes morts, mais nous ressentons de l'énergie provenant de ceux qui sont vivants.
Schlangan : Intéressant. Bon, je vais me promener un peu, apprenez-leur ce que je vous ai demandé.
Antoine : Vous n'avez pas peur de vous perdre, commandant ? Tout se ressemble ici.
Schlangan : Je peux vous localiser comme je l'ai fait avec le passage secret. Je vous retrouverai. Travaillez bien.

Schlangan partit donc de son côté pendant que les quatre soldats donnaient un cours aux nouveaux membres de la fine équipe. Tout comme Antoine l'avait dit, tout se ressemblait. Schlangan déambula un petit moment, jusqu'à ce qu'il aperçoive une maison dans le lointain. Il décida d'aller voir, lorsque quatre personnes vêtus de toges et capuches noires s'interposèrent devant lui.

Encapuchonné 1 : Halte là !
Encapuchonné 2 : Tu n'iras pas à la maison du gardien !
Schlangan : La maison du gardien ? Ça sert à quoi ?
Encapuchonné 3 : Imbécile ! Tu ne sais même pas ça ?
Schlangan : Ben non, sinon je ne poserai pas la question.
Encapuchonné 4 : La maison du gardien sert à transiter vers le Royaume des mortels. En d'autres termes, en remplissant certaines conditions, les fantômes peuvent aller hanter les vivants.
Schlangan : Hmmm...
Encapuchonné 4 : Il est même possible de ressusciter si la mort est récente, mais il faudrait pour cela terrasser le gardien pour prendre sa clé. Mais il s'agit d'un être surnaturel invincible.
Schlangan : Hmmm...
Encapuchonné 4 : Enfin, le gardien peut aussi laisser rentrer chez eux ceux qui ont été envoyé ici alors qu'ils sont vivants. C'est-à-dire ton équipe et toi, Schlangan.
Schlangan : Oh voilà une information bien plus utile. Mais je vois que je suis connu.
Encapuchonné 4 : Oh que oui. Une autre information. Si l'on tue un vivant au Royaume des Morts, il reste ici, mais enfermé à jamais comme nous tous !
Schlangan : Oui, et alors ?

Les quatre encapuchonnés enlevèrent leur apparats, et Schlangan put découvrir des humains à la peau devenue noire, exhibant une apparence bestiale. Et il connaissait parfaitement ces quatre là.

Schlangan : Ah ouais. Les quatre qu'on a éliminé justement. Le roi, et les chefs qui ralentissent les PC.
Vandri'ch del Kelten : Ce sont d'heureuses retrouvailles. J'ai eu du mal à croire que tu aies pu échapper à la destruction de ma planète.
Schlangan : Oh, c'était juste.
Ramulus : Cette fois-ci, nous sommes plusieurs contre toi.
Rémulus : Tu ne t'échapperas pas.
Romulus : Bienvenue au Royaume des Morts.
Schlangan : Parfait. Je me demandais tout à l'heure ce que ça faisait de tuer des morts. Je vais pouvoir le vérifier.

Les quatre adversaires de Schlangan lui foncèrent dessus, et Schlangan s'envola simplement, laissant ses adversaires au sol.

Schlangan : Si je me rappelle bien, vous êtes plutôt résistants... Dommage que Ramulus n'ait plus le pouvoir des deux autres, ça aurait été amusant... HADÔ NO KYÛJÛ - KUROHITSUGI !!

Schlangan fit apparaître une boîte d'énergie noire autour de ses adversaires, et des lances d'énergie noire vinrent la traverser. Cela ne suffit pas à terrasser les quatre, mais Schlangan profita de ce moment pour charger de l'énergie. Le roi et Ramulus créèrent des éclairs violets et les envoyèrent sur Schlangan qui riposta avec son attaque Ragnarok, à savoir sa vague d'énergie dévastatrice. Une énorme explosion s'en suivit, et les quatre ennemis furent mis à terre. Schlangan savait pertinemment que la puissance de l'attaque les aurait tués, mais ils se relevèrent alors, comme si de rien n'était.

Vandri'ch del Kelten : Ennuyeux. Il vient de nous tuer une nouvelle fois.
Ramulus : C'est vraiment un monstre.
Schlangan : Vous dites ça de manière naturelle, rien n'a changé on dirait... Ah si : c'est moi où vos corps sont légèrement transparents, genre 99% d'opacité ?
Vandri'ch del Kelten : 99.9% pour être exact.
Schlangan : RAGNAROK !

Schlangan réitéra son attaque qui frappa à nouveau ses quatre adversaires. Mais une fois de plus, ils se relevèrent indemnes, bien que très légèrement plus transparents.

Schlangan : Hmmm. Je me demande ce qui se passe quand vous serez totalement invisibles. Est-ce que vous allez disparaître pour de bon ?
Vandri'ch del Kelten : Aucune idée. Mais je ne pense pas que tu aies assez d'énergie pour envoyer ton attaque mille fois d'affilée.
Schlangan : C'est vrai. Alors je vais innover. BAKUDÔ NO ROKUJÛSAN - SAJO SABAKU.

Schlangan créa des chaînes d'énergie qui allèrent s'enrouler autour des quatre morts. Le roi essaya d'éviter l'attaque, mais Schlangan lui asséna un coup de pied le renvoyant auprès de ses collègues. Les quatre furent donc attachés et immobilisés. Schlangan tenait toujours une extrémité de la chaîne dans sa main.

Ramulus : Nous immobiliser ne nous tuera pas pour autant.
Schlangan : Je me doute bien, mais j'ai une autre chose à tester maintenant.
Romulus : Tout ce que tu fais ne sert à rien !
Schlangan : Et bien voyons. HADÔ NO JÛICHI - TSUZURI RAIDEN.

Schlangan créa de l'électricité qu'il transmit à la chaîne d'énergie, puis il renvoya le bout de la chaîne autour de ses cibles. L'électricité traversa alors le corps des quatre, les faisant crier de douleur. Puis, la dose d'électricité devint mortelle, et ils furent électrocutés. Ils se réveillèrent bien entendu, avant d'être à nouveau frappés par l'électricité.

Vandri'ch del Kelten : Graaahhhhh ! Combien de temps... Graaaahh !! Ça va durer ?!
Schlangan : Bonne question. Je pense que vous allez au moins mourir une centaine de fois avant que la foudre ne cesse. Quant aux chaînes, elles dureront beaucoup plus longtemps. Bon je vous laisse, je vais m'endormir à vous regarder souffrir. A plus tard.

Et Schlangan repartit, laissant les foudroyés sur place. Il rejoint sa fine équipe, qui avait terminé le cours.

Schlangan : Yo. Alors ce cours ?
Antoine : Instructif, mais assez compliqué.
Schlangan : Bon, je sais comment sortir, il y a un gardien fait pour ça.
Soldat #1 : Ah oui, je leur en ai parlé, chef.
Soldat #2 : D'ailleurs, que sont ces cris qui résonnent dans le lointain, commandant ?
Schlangan : Quelques humains amplifiés par la secte Yosha, que j'ai éliminé il y a quelques temps. Le père de Flotin, et trois chefs d'alliance.
Voice : Et pourquoi hurlent-ils ?
Schlangan : Et bien, ils voulaient me nuire, donc je les ai tués à nouveau. Sauf qu'un mort tué ici se relève indemne au même endroit.
Soldat #1 : Donc on ne peut pas mourir ?
Schlangan : Je me demande. A chaque mort, un mort devient de plus en plus transparent. Visiblement, il faudrait tuer un mort mille fois pour le faire disparaître totalement. Après je ne sais pas s'il meurt ou s'il est juste invisible.
Soldat #4 : Mais le rapport avec ces cris, patron ?
Schlangan : Le seul moyen que j'ai trouvé était d'immobiliser ces zouaves et de les électrocuter en boucle. Ils doivent être morts une cinquantaine de fois depuis tout à l'heure.
Antoine : Très joyeux...
Michaël : On a un problème.
Schlangan : Quoi donc ?
Michaël : J'ai trop faim. WOOOOOOOHHHH !!
Schlangan : Allons bon.

L'aura noire se forma autour du corps de Michaël, et les quatre soldats reculèrent par instinct de survie. D'autres cris résonnèrent, et Michaël partit instinctivement dans cette direction, abandonnant le groupe.

Schlangan : Tiens. Bon, ça tombe bien, on devait aller par là. Suivons-le.
Soldat #1 : Heu...
Schlangan : Vous n'êtes pas obligés de venir. Vous nous avez bien aidés déjà. Reposez en paix.
Soldat #2 : Merci commandant.
Soldat #3 : Nous nous reverrons quand vous serez mort, monsieur.
Soldat #4 : A bientôt, patron.
Schlangan : Je préfèrerai éviter le "A bientôt". Je ne suis pas pressé de mourir. Allez, ciao.

Le groupe partit donc à la poursuite de Michaël en mode aura noire. Ils arrivèrent alors à l'endroit où se trouvait les prisonniers. Ou plutôt, trois d'entre eux étaient presque invisibles, et le roi se tenait debout, libéré de toutes chaînes, seulement légèrement transparent, et mesurant maintenant environ deux mètres. Michaël était à ses pieds, inconscient, et sans aura noire.

Vandri'ch del Kelten : Vous arrivez à pic. Encore un peu, et vous saurez ce que ça fait de tuer un mort 1000 fois.
Schlangan : Vraiment ? J'en déduis que tu as tué tes collègues.
Vandri'ch del Kelten : Je prends juste leur énergie pour me l'approprier. Je n'y peut rien si je prends tout.
Ramulus : Mais vous n'allez pas vraiment tout prendre ?!
Vandri'ch del Kelten : Bien sûr que si.

Le roi transperça ses alliés une nouvelle fois, et grandit encore plus. Il mesurait maintenant plus de deux mètres. Les trois chefs de l'alliance L.A.G. disparurent alors. Le roi balaya l'air de sa main, et ne toucha rien.

Vandri'ch del Kelten : Et bien, il faut croire qu'être tué mille fois tue définitivement. Bien, je vais pouvoir tester mon nouveau pouvoir.
Schlangan : Tu as tué Michaël aussi ?
Vandri'ch del Kelten : Non. Je l'ai juste assommé d'un doigt. Mais je n'étais pas à pleine puissance encore.
Schlangan : Bon. Je veux bien jouer avec toi.

Schlangan se déplaça rapidement et tenta de décapiter le roi, mais celui-ci fut beaucoup plus rapide que Schlangan, et lui donna un coup de pied le projetant dans les airs. Schlangan se rattrapa en lévitant, mais le roi avait bondit derrière lui, et frappa Schlangan de plein fouet avec deux éclairs violets. Schlangan alla se crasher au sol devant le groupe.

Vandri'ch del Kelten : Ha ha ha ha ha ha ha ha ha ! Même toi tu n'es plus une menace !
Schlangan : ... BANKAI. OKINAKAMA RYURAKAI.
Vandri'ch del Kelten : Ah, voyons donc si ta capacité à détruire un météore est de taille contre moi.

Schlangan se releva donc après avoir activé son Bankai, transformant son katana et augmentant ses facultés. Schlangan se déplaça à nouveau rapidement, mais cette fois le roi put à peine percevoir le mouvement, et esquiva un coup de katana de justesse. Le roi donna un coup de griffe à Schlangan qui esquiva d'un simple pas sur le côté. Le roi contre-attaqua une nouvelle fois, mais fut touché de plein fouet par un dragon de feu créé par Schlangan. Une croix à six barres d'énergie se forma alors autour de la taille du roi, l'immobilisant complètement.

Vandri'ch del Kelten : Grrr... Ce n'est pas possible !
Schlangan : Hey. Je dois déjà te féliciter pour m'avoir forcé à utiliser mon Bankai. Je crois même que tu t'es bien rapproché de la force que Koyata possédait à l'époque.
Vandri'ch del Kelten : Koyata ? Qui est-ce ?
Schlangan : L'ancien propriétaire de ma planète. Un humain muté génétiquement, et extrêmement puissant. Sans mon Bankai, il me réduisait en charpie. Et même avec, le combat était serré.
Vandri'ch del Kelten : ... Raaaaaaah !!

Le roi se concentra et produisit de nombreux éclairs, qui lui permirent de briser la croix d'énergie le paralysant. Mais ensuite, il commença à marcher à reculons.

Schlangan : Tu abandonnes ?
Vandri'ch del Kelten : J'admets que je ne fais toujours pas le poids contre toi. Mais avec ma force, je devrais pouvoir battre la gardien, et m'échapper d'ici.
Schlangan : Ce n'était pas censé être une entité surnaturelle invincible ?
Vandri'ch del Kelten : Pour moi oui au moment où je te l'ai expliqué. Mais je ne pensais pas avoir un tel gain de puissance.

Et justement, à ce moment, un individu humanoïde à la peau grise, mesurant plus de trois mètres de haut, possédant deux haches, une dans chaque main, s'approcha du groupe. Son visage n'avait ni yeux ni bouche, ni nez. Son seul signe distinctif visible était la clé attaché à son cou par une chaîne. Malgré son absence de bouche, sa voix résonna.

Gardien : Pauvre fou. Crois-tu pouvoir me vaincre ?
Vandri'ch del Kelten : ... Voilà donc le fameux gardien. Meurs !

Le roi envoya aussitôt de nombreux éclairs sur le gardien. Ceux-ci ricochèrent sans lui infliger le moindre dommage. Le roi fonça sur le gardien à haute vitesse, mais celui-ci disparut pour réapparaître derrière le roi. Le gardien abattit alors une de ses haches et trancha son adversaire en deux. Le corps du roi se reforma alors, et celui-ci s'apprêta à jubiler, lorsqu'il se rendit compte qu'il devenait de plus en plus transparent jusqu'à disparaître totalement.

Schlangan : La vache. Il l'a tué grièvement !
Antoine : Heu... Qu'est-ce que ça veut dire ?
Schangan : Ben, son attaque l'a tué plusieurs fois d'un coup. Quand on a plusieurs blessures d'un coup, on dit blessé grièvement. Donc pour moi, plusieurs morts d'un coup, c'est tué grièvement.
Voice : ...

Le gardien se tourna alors vers Schlangan et son équipe et mit sa main gauche en avant. Il recourba l'index et sa voix résonna à nouveau.

Gardien : Vous êtes encore vivants, vous n'êtes pas à votre place ici.
Schlangan : Oui, on nous a envoyé ici contre notre volonté. Pouvez-nous repartir ?
Gardien : Oui. Suivez-moi.

Le groupe suivit donc l'imposant gardien jusqu'à la maison que Schlangan avait aperçu de loin, Antoine transportant Michaël toujours inconscient. La maison était à la taille du gardien, si bien qu'elle se trouvait plus loin que prévu, sa taille étant trompeuse. A l'intérieur se trouvait un bureau, à côté duquel siégeaient trois miroirs. Chaque miroir avait une serrure au sommet. Le gardien prit sa clé et la plaça dans le miroir le plus à gauche. La face du miroir se transformant alors en un portail étrange, et le gardien fit signe au groupe d'y rentrer. Le groupe entra donc dans ce portail, pour se retrouver dans la pièce d'où ils avaient été téléportés. Le chef du centre Shayo sursauta en les voyant apparaître.

Yakusoba : Quoi ?! C'est impossible !
Schlangan : Pas pour moi, pas de chance. Bien, je vais maintenant détruire ces appareils. RAGNAROK !!

Schlangan envoya sans ménagement l'attaque, lorsqu'il se rendit compte que son Bankai était toujours activé. L'attaque fut donc beaucoup plus puissante que prévue, et détruisit non seulement les appareils visés, mais elle désintégra avec Yakusoba, ainsi que les murs derrière. Le sol se mit à trembler, et Schlangan et son équipe se mirent à courir dans le tunnel nouvellement formé par l'attaque. Le tunnel menait spécifiquement à l'extérieur de la ville, dans la montagne proche, et ils purent assister de loin à l'effondrement total du centre. Le soleil commençait à se lever, et les premiers rayons vinrent illuminer le groupe.

Antoine : ...
Schlangan : Je pense que le mot adéquat est... "oups".
Mathias : Vous pourriez faire attention à votre force, nous avons failli être ensevelis, et...
Schlangan : URUSEI. Je sais. Mais bon, ce n'est pas plus mal. Ça donnera quelques frayeurs à cette satanée secte. Rentrons, le vaisseau doit être revenu.

Et le groupe repartit en direction de la base. Non loin du centre en ruines, deux individus discutaient dans l'ombre d'un bâtiment.

???? : Et bien, il est encore plus dangereux que ce que nos rapports indiquaient.
¿¿¿¿ : Pas de soucis. Nous nous occuperons de lui, tôt ou tard. Mais en attendant, mieux vaut faire profil bas jusqu'à notre prochaine occasion.
???? : Tout à fait.


Suite au prochain chapitre.

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6438
Age : 30
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum