Chapitre 223 - L'entrée du Royaume des démons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 223 - L'entrée du Royaume des démons

Message  Schlangan le Lun 13 Oct 2014 - 17:13

Schlangan se trouvait avec Antoine, Mathias, Lucien, Eric, Mira et Tely dans le vaisseau du rat, en direction de l'un des portails menant à Makai. Le voyage s'était déroulé sans incidents pour une fois.

Antoine : Sans incident ? Et la carafe d'eau qui a été renversée alors ?
Lucien : Pauvre cruche !
Schlangan : Tant va la cruche à l'eau qu'elle se casse, bref, on s'en fiche !

Le vaisseau parvint donc sur une planète en apparence déserte. Ils se posèrent en plein milieu du désert.

Eric : Et voilà que l'auteur fait des rimes !
Schlangan : Peuh, ce n'est pas ça qui prime...
Lucien : En tout cas ici il fait trop chaud !
Tely : Tu n'as enlever ton polo.
Antoine : La brèche est donc par ici.
Schlangan : Cherchez, pendant ce temps je serais endormi.
Mathias : Très bien, nous pouvons donc voir que l'espace à quadriller est suffisamment étendu pour que...
Lucien : La ferme !
Antoine : Tiens, ça ne rime pas, je croyais qu'on était en rimes ?
Auteur : En fait, le dernier mot de la phrase de Mathias, que vous n'avez pas entendu était "ferme".
Schlangan : C'est bien beau, mais on s'en fiche, cherchons donc la brèche !
Mira : Et vous ne nous aidez pas ?
Schlangan : Comme si ça allait être intéressant, vous êtes là pour bosser après tout.

Et Schlangan s'endormit aussitôt, laissant le groupe chercher une éventuelle brèche se trouvant là. Après quelques recherches infructueuses, Tely alla se planter devant Schlangan, et lui dit :

Tely : Je croyais que vous aviez pour mission d'aller à Makai. Si vous ne participez pas aux recherches, cela n'est-il pas désobéir ?
Schlangan (les yeux fermés) : Et bien je cherche, par votre intermédiaire, voilà tout. Allez, au boulot !

Au bout de plusieurs minutes, rien n'apparaissant, et Antoine étant sûr de leur position, celui-ci commença à creuser dans le sable. Lucien se posa et commença à se tourner les pouces, se plaignant qu'il faisait trop chaud pour travailler. Mira et Eric vinrent aider Antoine, lorsque Mathias prit la parole.

Mathias : Et bien nous pouvons en déduire que puisque rien ne semble visible à découvert, il faut donc procéder...

A ce moment, un ver énorme surgit silencieusement du sable et se posta derrière Mathias, visiblement décidé à le dévorer. Schlangan ne broncha point, toujours en train de dormir. Tely ordonna au ver de se coucher, sans réaction. Lucien eut la flemme de bouger, mais commenta cependant.

Eric : Que fait-on, Antoine ?
Antoine : Hé bien...

Mais pendant ce bref interlude, le ver s'était rapproché de Mathias, qui lui, ne l'ayant pas vu, continuait son exposé. Le ver commença alors à reculer, visiblement atteint par le flot d'informations délivré par Mathias.

Lucien : Je me demande comment ce truc a pu comprendre ce que raconte Mathias.
Tely : C'est normal, les animaux sont suffisamment intelligents pour comprendre les humains.
Eric : En tout cas j'ai pas vu d'oreilles...

Le ver fit alors demi-tour, et s'enfonça dans le sable, laissant un tunnel visible.

Lucien : Ah dommage, j'aurais bien voulu un verre d'eau !
Schlangan : Hé bien, tu n'es pas verni.
Antoine : Le trou du ver mène peut être quelque part.
Mathias : Suivre ce tunnel pourrait entraîner de graves dangers, comme l'effondrement ou encore...
Schlangan : URUSEI ! Ou tu vas tester les dangers toi même !

Eric : On n'a qu'à aller voir.
Lucien : Ça me dit rien qui vaille.
Mira : On va encore faire un remake de voyage au centre de la terre...
Antoine : Je pense qu'il faut aller voir, sinon nous ne progresserons pas.
Mathias : Oui, mais l’effondrement et le ver peuvent...

Schlangan attrapa Mathias et le propulsa dans le trou.

Schlangan : Je t'avais prévenu. Lucien, active l'aura blanche et fais de la lumière dans le trou.
Lucien : Pas besoin de ça. SAT ET LIGHT.

Lucien fit apparaître une boule de lumière à côté de chaque personne, éclairant à quelques mètres. Puis le groupe pénétra dans le repaire du ver.

Auteur : Bon Katerina n'est pas là, donc je vais le dire à sa place : "On n'est pas dans Diablo II"
Schlangan : Oui, mais la remarque de Katerina s'adresserait à toi.
Auteur B : Si tu veux, c'est moi qui le dit !
Antoine : Pourrait-on redevenir sérieux ?

Le groupe retrouva Mathias qui n'était pas allé bien loin, et ils arrivèrent rapidement à un embranchement, leur donnant trois directions possibles.

Eric : Ah, une fourche, qu'est-ce qu'on fait ?
Lucien : On n'est pas à la ferme !
Tely : Retourne voir tes vaches.
Mira : La t'es vache.
Schlangan : Et moi je dis : La Ferme et avancez tout droit, ça sera plus simple.

Au bout de quelques minutes de marche, ou bien plus, car dans cet endroit, tout le monde perd rapidement la notion du temps, le groupe arriva devant l'entrée d'une grande salle. Mais leur ami le ver semblait dormir dans cette salle.

Antoine : Il dort... commençons à fouiller sans le réveiller.
Lucien : Le silence est dort et la parole est d'argent.
Tely : J'ai pas vu de dort-y-phore pourtant...
Schlangan : Je peux dores et déjà dire qu'être prudent est inutile. Si le ver nous attaque, vous l'éliminez, c'est simple. Mais si vous préférez, l'un de vous n'a qu'à chercher un mira-dort.
Antoine : Quoi ? Mira dort ? Je croyais qu'elle était éveillée ?
Mira : N'importe quoi !

Et justement, à ce moment, le ver se réveilla. Il se mit alors à gesticuler étrangement, et tous se rendirent compte qu'il dessinait quelque chose dans le sable, une flèche pointant vers l'endroit d'où ils venaient.

Tely : Apparemment, il nous fait signe de repartir en arrière.
Schlangan : Ah bon ? Je croyais qu'il allait nous apprendre à dire "porte" dans sa langue ?
Lucien : Les auteurs ne sont plus poètes, ils ne parlent plus en vers...

Comme pour répondre à Schlangan, le ver émit un grognement.

Lucien : T'as plus qu'à l'imiter maintenant.
Schlangan : C'est toi qui est limité, tu vas donc t'entraîner à parler cette langue.
Lucien : J'en vois pas l'utilité.

Le ver gesticula à nouveau et dessina une croix sur la flèche, et à côté, une tête de mort.

Schlangan : Il va vendre des produits toxiques ?
Tely : Cela veut dire que si nous ne partons pas, il va vouloir nous tuer.

Schlangan s'approcha du ver et lui dit.

Schlangan : D'abord, quand on parle a des gens, on se présente, tu t'appelles comment ?
Antoine : Comme s'il allait répondre.

Cette fois, pour contredire Antoine, le ver traça un symbole étrange sur le sable. Schlangan se tourna vers Tely.

Schlangan : Et ça se prononce comment dans notre langue ?
Tely : Je ne peux pas le savoir rien qu'avec l'écriture.
Schlangan : Quelle inefficacité.

Le ver pointa alors son dessin avec sa queue, et fit un mouvement de tête vers la sortie, intimant au groupe de déguerpir.

Schlangan : Peuh, essaie donc de nous forcer.

Le ver avança alors vers Schlangan, passa à côté de lui, passa à côté du groupe, et s'en alla plus loin dans le tunnel.

Antoine : Heu... Il ne nous attaque pas ?
Tely : On a dû mal interpréter quelque chose.
Schlangan : Bah, ça sera moins fatigant. Allez, fouillez la pièce.

Le groupe commença donc à fouiller la pièce. Antoine se prit les pieds dans une corde, et quatre flèches foncèrent vers Lucien et Mira. Mira dévia les flèches qui allèrent se planter dans le mur. Une des briques du mur s'enfonça alors et une lame fonça droit sur Eric qui se baissa. Puis la lame fonça sur Schlangan qui l'attrapa avec deux doigts et la coupa en deux.

Schlangan : Des pièges archaïques.Y'a sûrement quelque chose d'intéressant alors. Et c'est sûrement enfoui...

Mathias remarqua alors des symboles sur le mur du fond, et commença à chercher un moyen de les identifier. Rien d'autre ne semblait utile dans la pièce. Mathias se retourna et dit :

Mathias : Sur ce mur se trouvent des inscriptions qui indiquent que ce que nous cherchons se trouve en bas, nous pouvons donc en déduire que...
Schlangan : URUSEI ! C'est bon, on a compris, sortez de la salle, il va y avoir un peu de poussières.
Mira : Qu'est-ce que vous allez faire ?

Tandis que Mira posait la questions, les autres membres du groupe étaient sortis de la salle. Schlangan lévita légèrement et planta son katana dans le sol. Le sol se lézarda, Mira courut vers la sortie, et le sol vola en éclats. Un trou béant s'étendait à la place du plancher de la salle.

Schlangan : Mais, y'a rien là-dedans !
Lucien : En même temps, un trou c'est vide.
Mathias : Faux. Un trou sera toujours composé du gaz se trouvant dans l'atmosphère, et est donc empli au même titre que les structures solides, d'atomes, qui...
Schlangan : URUSEI ! Tu es trop bruyant. Vous avez une idée maintenant ?
Lucien : Y'avait ptet une entrée, mais maintenant que tu as tout cassé, elle n'y est ptet plus...
Eric : Voilà une façon bien brutale de se comporter.
Schlangan : Comment ça ? La salle est toujours là, preuve de délicatesse.
Mira : De toute manière, ça sert à rien d'en dire plus, c'est un bourrin en puissance...
Antoine : Non, comme il le dit, il y a été doucement pour une fois.
Tely : En plus il peut faire pire ?
Schlangan : Si j'avais été tout seul, le désert aurait disparu, ça aurait été plus simple. Mais vous avoir là m'évite de me fatiguer.
Mathias : Au fait...
Schlangan : Quoi ?
Mathias : Juste un détail...
Schlangan : Vas-y...
Mathias : Et bien sur les runes, il y avait écrit qu'il faut activer le portail d'une certaine manière, bien que celle-ci n'était pas précisée, nous pouvons donc en déduire que...
Schlangan : Tu ne pouvais pas t'arrêter avant le "nous pouvons", ça aurait suffi !
Eric : De toute manière ça a forcément un rapport avec les écritures du fond, puisqu'il n'y a aucun mécanisme apparent.
Schlangan : Je vous laisse vous triturer les méninges.
Mira : Antoine, tu es sûr que c'est bien ici, car il n'y a pas l'air d'avoir d'entrées...
Lucien : T'es bête ou quoi, d'après l'intello, le portail doit être en-dessous de l'ex-plancher !
Antoine : D'après le papier du rat, nous sommes au bon endroit.

Antoine ressortit le papier, le redéplia, et regarda de plus près. Lucien regarda le papier, et remarqua quelque chose.

Lucien : Apparemment, y'a quelque chose d'écrit en petit au dos du papier.

Antoine regarda alors les minuscules inscriptions. "PS : Si Schlangan a tout détruit une fois encore, il suffit d'appuyer sur le symbole suivant pour réactiver le portail."

Antoine : Le rat avait prévu, un problème éventuel du décor. Commandant, vous devez appuyer sur le symbole écrit ici.
Schlangan : Hmmm ? Ok.

Schlangan, lévitant toujours, alla appuyer sur le symbole en question. Aussitôt, les sept chevrons... heu non, c'est l'autre auteur qui me fait dire des bêtises (celui-ci n'est pas d'accord), et le portail s'activa, parallèle au plafond.

Schlangan : Il se sont toujours autant fatiguer sur la complexité des mécanismes. En tout cas, allons-y.

Schlangan passa en premier le portail, et le reste du groupe sauta dedans. Ils furent téléportés dans un autre endroit. Le terrain, de roche noire, était chaotique. Le ciel était rouge verdâtre, à savoir rouge avec certaines nuances de verts par endroits. Un vent chaud soufflait, similaire à une brise d'été, mais avec un relent piquant pour le nez et les yeux.

Schlangan : Bon, je crois que nous y sommes.




Suite au prochain chapitre.

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6463
Age : 30
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum