Chapitre 229 - Les propriétaires des armes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 229 - Les propriétaires des armes

Message  Schlangan le Mer 15 Oct 2014 - 17:55

Lucien se trouvait donc devant l'étrange individu qui venait d'apparaître, qui semblait dépité de devoir faire affaire à lui.

Lucien : Heu t’est qui toi ?
???? : Même pas fichu de me reconnaître… Quoique ce n’est pas toi qui m’a déjà vu, c’est Eric, mais bon ca reviens au même puisqu’il te l’a raconté…
Lucien : Hein ? T’est frappadingue ?
???? : Pffff, t’a pas plus de mémoire que les auteurs ma parole ! T’est venu faire quoi sur cette planète ?
Lucien : Heu chercher a communiqué avec nos armes !
???? : Et d’après toi tu fais quoi la ?
Lucien : Ah, ca veut dire que tu es…
???? : Ah ben ce n’est pas trop tôt !
Lucien : … Le gardien de l’arme que cherchait le serpent !
???? : T’est stupide ou tu le fais exprès !!!
Lucien : Qui sait… Tient je me demande comment tu t’appelle ?
???? : On me nomme Gilgamesh. Visiblement tu as enfin compris…
Lucien : Ouah, t’a un nom ca veut dire que t’est soit un personnage important soit un adversaire coriace !
Gilgamesh : Et ben je ne suis pas sortit de l’auberge, je me demande ce que te trouve le rat…
Lucien : A parce que je suis dans son équipe ? J’ai l’impression qu’il n’avait pas beaucoup de monde disponible…
Gilgamesh : Hummm…
Lucien : Bon c’est chiant qu’il y’ai que nous deux, on est ou au juste ?
Gilgamesh : A mi chemin entre rêve et réalité…
Lucien : Ça ne veut pas dire grand-chose…
Gilgamesh : Ton ami Dreethero en sais plus que moi a ce sujet je parie, mais je doute qu’il veuille t’en parler.
Lucien : Il n’aime pas qu’on l’appelle comme ça…
Gilgamesh : Ce n’est pas qu’il n’aime pas, mais c’est plutôt qu’il vaut mieux éviter. Bon je commence à te cerner un peu mieux.
Lucien : A vous êtes plusieurs ? Vous m’avez coincé et vous allez m’attaquer ?
Gilgamesh : Pas vraiment… Bon si tu posais la question que tu tiens à me poser ?
Lucien : C’est comment qu’on sort d’ici ?
Gilgamesh : Et bien quand je l’aurais décidé…
Lucien : Et comment je fais pour te convaincre, je te tape dessus ?
Gilgamesh : Non, il te suffira de répondre à une simple question.
Lucien : Beuh, et si je n’ai pas envie ?
Gilgamesh : Ben tu resteras bloqué jusqu'à temps que tu n’aies pas répondu.
Lucien : C’est bon j’ai compris, pose la ta question. J’espère juste que ce n’est pas trop personnel…
Gilgamesh : Es-tu prêt à damner ton âme pour réussir la tache que tu t’es fixé ?
Lucien : Ça ressemble un peu trop au pacte avec le diable, il ne te manque que les cornes.
Gilgamesh : Bien j’ai ma réponse…

Le décor commença à s’illuminer autour d’eux.

Lucien : Ça ne me dit toujours pas qui t’es !
Gilgamesh : Un roi maudit, dont le nom restera dans la légende.
Lucien : Je ne parle pas de ça, mais de…
Gilgamesh : Ne te moque pas de moi, je ne suis pas stupide non plus. Je vais sans doute le regretter, mais si tu a besoin d’aide suffit de m’appeler.

Lucien se retrouva alors sur sa colonne, réveiller, toujours allonger, avec l’impression d’avoir fais un rêve.. Pourtant lorsqu’il se releva il aperçut une rune imprimée dans la chair du revers de sa main. Cette dernière s’estompa, mais Lucien ne put s’empêcher de se demander ce que cela signifiait. C’est alors qu’il vit tout les autres encore évanouis, et il descendit donc voir si ils n’étaient pas morts.

Eric s’était lui aussi retrouvé dans cet endroit étrange. Bien que la personne qui lui fasse face était loin de lui être inconnue.

Eric : Me revoilà nez a nez avec mon aïeul…

Roland lui faisais face. Il avait les trait rajeunis par rapport a leur dernière rencontre dans les catacombes, mais ses yeux turquoise ressortait toujours sur le visage au traits burinés. Comme toujours ses cheveux étaient cachés par un casque de métal. Il portait une lourde armure, bien entretenue, composé d’un plastron, de gantelets d’épaulières et de grèves, que l’on devinait à travers un tabard bleu et blanc.

Roland : Tu n’a pas l’air ravi.
Eric : En effet, si j’avais le choix j’aurais évité cette rencontre.
Roland : Tu me connaissais, contrairement aux autres possesseurs, hors tu ne m’as jamais demandé d’aide. J’en déduis que tu voue une certaine haine envers notre lignée.
Eric : J’aurais plutôt dit que je n’avais pas envie de porter le fardeau que représente ce nom.
Roland : Oui c’est compréhensible. Mais si tu es la c’est que tu as changé d’avis non ?
Eric : Pas vraiment, j’ai juste changé ma façon de faire.
Roland : Je vois, têtu jusqu'au bout hein ?
Eric : Oui. Je pense que tu connais non ?
Roland : Oui, en cela tu me ressemble en effet, une fois engagés nous ne faisons pas marche arrière.
Eric : Que me faut il faire pour obtenir ton soutient ?
Roland : Avant j’ai une question, jusqu’où va ta loyauté envers le rat ?
Eric : Jusqu'à la mort si il le faut. Je sais que c’est un homme de parole, même si ce n’est pas vraiment un homme.
Roland : Là tu t’avances peut être un peu… Enfin disons qu’il a sa propre façon de voir les choses.
Eric : Je n’ai pas tout suivi … Et l’épreuve ?
Roland : Tu l’as passé avec brio, tu va ainsi recevoir la marque de la loyauté.
Eric : Quesaquo ?
Roland : Tu le sauras en temps et en heure.

Et Eric se retrouva face à Lucien qui essayait de le sortir de son inconscience. Une rune s’était aussi imprimée sur le revers de la main de celui qui venait de se réveiller. Tout deux n’échangèrent mot Mira venant de se lever. Cette dernière s’était elle aussi retrouver dans les ténèbres absolues elle aussi. Face a elle se trouver un homme d’âge mur, vêtu comme les guerrier grec, plastron, glaive, sandales et rondache étaient ses équipement. Ses cheveux d’un noir de jais étaient repliés en arrière, mettant en valeur un visage carré à l’allure noble. L’homme en question regardait la jeune femme d’un air intrigué.

Mira : Vous êtes l’âme reliée à mon arc non ?
???? : En effet.
Mira : Vous n’avez pas l’air très bavard…
???? : J’ai horreur du blabla inutile.
Mira : Pourrais-je savoir qui vous êtes ?
???? : Alexandre, celui qu’on appelle désormais Alexandre le Grand.
Mira : Et bien, je dois avouer que ca fait bizarre de se retrouver face a une légende telle que vous…
Alexandre : Oui peut être. Mais il serait bon de clôturer cette conversation au plus vite. Vous désireriez ?
Mira : Et bien, j’espérais obtenir votre soutient.
Alexandre : Peut être que je peux vous l’accorder. Apres tout nos deux familles sont liées depuis la nuit des temps.
Mira : J’ignore tout de cette histoire.
Alexandre : Et bien elle vous sera contée en d’autres temps. J’aimerais que vous répondiez a ma question : quelle est la plus grande force de l’être humain ?
Mira : Je dirais son intelligence…
Alexandre : Ainsi soit-il. Reçois la marque de la réflexion.

Et elle se réveilla a son tour, voyant Lucien en train d’aider Eric a se relever. Puis les deux s’approchèrent et Lucien pris la main de la jeune femme. Cette dernière se serait énervée si elle n’avait pas vue elle aussi la marque au dos de sa main en train de s’évanouir. Tely choisi ce moment pour s’approcher du groupe alors qu’elle s’était réveillée en même temps que Mira. La maîtresse du fouet avait quand à elle rencontrer, dans l’espace d’obscurité absolue, la jeune femme qui avait déjà croisé sa route a deux reprises avec son armure de plate, ses gantelets,, et son casque qui couvrait ses cheveux blond couper court, l’aspect de la guerrière était toujours aussi imposant.

Guerrière : Nous revoilà face a face.
Tely : Cela faisait longtemps, n’est ce pas ?
Guerrière : En effet.
Tely : Je suppose qu’il est inutile de te mettre au courant de la situation ? Tu as du tout suivre de loin n’est ce pas ?
Guerrière : Oui, comme chacun de nous.
Tely : Et que dois je faire pour gagner ta confiance ?
Guerrière : Tu l’as déjà, depuis le jour ou nous avons combattues ensemble !
Tely : Dans ce cas la je peux t’appeler a mon aide quand je veux ?
Guerrière : Oui, Il te suffira de penser fortement à mon nom, Jeanne, et je devrais répondre !
Tely : Jeanne ?
Jeanne : Jeanne d’Arc, celle qui entend les voix. Voila notre entrevue est terminée. Que la marque de l’intuition guide tes pas.

Et Tely se retrouva au sommet, et rejoignit le groupe du rat réunis, attendant que Mathias et Antoine se réveillent, ils commencèrent à discuter entre eux.

Mira : Je me demande ce que signifie cette histoire de marque…
Lucien : Cela doit designer la personne qui est lié à l’arme…
Eric : Je rêve ou il a dit un truc d’intelligent…
Tely : En tout cas il a sans doute raison…

Antoine se réveilla également, voyant s'affairer ses compagnons qui semblaient sortir du même sommeil que lui. Il avait rencontré, dans cet espace sombre inquiétant, un homme aux cheveux blonds, portant une couronne et une armure. Une épée se trouvait à sa taille. L'individu, de forte carrure, et d'une grande prestance attendait, assis sur un trône.

Antoine : Bonjour.
????? : Tu pourrais t'adresser à moi de manière plus formelle.
Antoine : Huh ? Pourquoi ?

Une chose tomba sur la tête d'Antoine, et disparut aussitôt, ne lui permettant pas de voir de quoi il s'agissait.

Antoine : Dites, il pleut dans votre royaume, là.
????? : En effet, il pleut des ânes.
Antoine : Ah non vu la consistance ça devait être plutôt une carotte.

Et une nouvelle fois, Antoine se prit quelque chose sur la tête.

????? : Je n'aime pas être contrarié.
Antoine : Vous n'aimez pas grand chose, comment on doit vous parler alors ?
????? : Avec révérence.
Antoine : Il est où ce type là ? Que j'aille le chercher....

Pour ne pas changer, Antoine se prit une autre chose sur la tête.

????? : A ce rythme là, tu vas avoir la tête qui va doubler de volume.
Antoine : Je ne prends jamais la grosse tête, ne vous en faites pas.

Le sol se déforma, et Antoine perdit l'équilibre, et s'effondra au sol.

????? : Voilà de quoi te rabaisser un peu !
Antoine : Bon, très bien, votre révérence, pouvez-vous me dire, qui vous êtes ?
????? : Je suis Arthur Pendragon, roi parmi les rois.
Antoine : Ah... Enchanté. Moi je suis Antoine.
Arthur : Que fais-tu là, manant ?
Antoine : Je m'appelle pas Manant, je m'appelle Antoine !

Un seau d'eau, sorti de nulle part, tomba sur Antoine, et disparut aussitôt.

Antoine : Bon, je suis venu chercher de l'aide, car ma puissance de feu est limitée.
Arthur : Ça ne m'étonne point d'un colporte de la sorte.
Antoine : Donc y'a-t-il moyen pour que vous m'aidiez ?
Arthur : Cela est possible. Tout dépendra de mon envie.
Antoine : Alors, merci. Maintenant, comment sort-on d'ici ?
Arthur : Je n'ai guère annoncé que tu peux te défaire de ma présence pour le moment.
Antoine : Quand j'entendais la voix dans ma tête, vous ne parliez pas noblement.
Arthur : J'étais pressé.
Antoine : Bon alors qu'attendez-vous de moi ?
Arthur : A quoi te servirait toute cette puissance que tu réclames ?
Antoine : A devenir plus utile, et à pouvoir aider des gens, bien qu'avec le commandant on n'a pas grand chose à faire...
Arthur : Et bien soit, tu va donc recevoir ce présent, le symbole de la puissance. Fais-en bon usage.

Antoine se leva donc, une marque ayant apparu sur sa main, puis disparut aussi vite.


Suite au prochain chapitre.

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6454
Age : 30
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum