Chapitre 351 - Sous la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 351 - Sous la ville

Message  Schlangan le Jeu 20 Nov 2014 - 22:39

Loin de là, le vaisseau transportant Schlangan avait atterri sur la planète. Schlangan et le prince Idiatek descendirent en premier. Puis, le prince s'arrêta.

Idiatek : Un instant, je vous prie.
Schlangan : Hmm ?

Idiatek point un doigt en direction du vaisseau duquel ils venaient de descendre et un rayon d'énergie en partie. Le vaisseau explosa alors. Puis Idiatek fit un mouvement, et les flammes et la fumée furent dissipées. Il ne restait plus rien, comme si le vaisseau n'avait jamais été là.

Schlangan : Oh.
Idiatek : Ces imbéciles devaient être punis pour avoir osé détruire votre vaisseau.
Schlangan : Si c'était pour le détruire, il aurait suffit de me laisser faire tout à l'heure.
Idiatek : Et comment seriez-vous arrivé jusqu'ici ?
Schlangan : Me téléporter est très simple.
Idiatek : C'est vrai. Pardonnez-moi pour cette perte de temps.
Schlangan : Bah, peu importe. Je ne suis pas si pressé que ça.
Idiatek : Suivez-moi je vous prie.

Idiatek et Schlangan commencèrent donc à se diriger vers le palais qui se trouvaient non loin. Pendant ce temps, dans la ville des humains bien habillés, Antoine et Rekiem traversaient des ruelles, afin de ne pas se faire remarquer.

Antoine : Bon, toujours aucune trace des autres.
Rekiem : Oui, les thraces ont disparu depuis longtemps.
Antoine : Ce n'est pas le moment de faire des blagues, c'est un vrai labyrinthe ici !
Rekiem : L'habit rynthe ? Je n'en ai jamais entendu parler qu'est-ce donc.
Antoine : Laisse tomber...
Rekiem : C'est plutôt à toi qu'il faut dire ça.
Antoine : Quoi ? Pourqu... Aahhh !!
Rekiem : Pourquaah ? Tu commences à faire des jeux de mots aussi.

Mais en fait, Antoine ne regardait pas où il mettait les pieds, et il venait de tomber dans un trou se trouvant là. Ce trou s'apparentait à une bouche d'égouts, puisqu'il venait d'atterrir dans ce qui ressemblait à un tunnel.

Antoine : Viens voir !
Rekiem : J'ar-rive.

Rekiem descendit dans le trou à son tour. Deux directions s'offraient aux deux compères, et ils ne savaient pas où aller.

Antoine : Comme ça on sera plus discret.
Rekiem : Scraie. Mais je ne pense pas que quelqu'un de délicat comme le serpent se fatigue à se cacher.
Antoine : On retrouvera le commandant en suivant les explosions je pense... Pour le moment il faudrait plutôt retrouver les autres.
Rekiem : Donc ils seraient dans les égouts.
Antoine : On peut toujours vérifier.
Rekiem : Bon bah allons-y.

Les deux reprirent donc leurs routes, et prirent un chemin au hasard à chaque fois qu'il y avait un embranchement. Le tunnel commença alors à s'élargir, et les deux arrivèrent sur une grande cavité qui abritait de nombreux bâtiments en piteux état. L'endroit ressemblait à une petite ville, et de nombreuses personnes semblaient vivre là. Tous étaient squelettiques, sales, et en haillons.

Antoine : Tu vois ce que je vois ?
Rekiem : Je n'ai pas d'yeux, donc je ne sait pas si je vois, mais oui.

Une vieille femme passant par là vit alors Antoine et le squelette, et elle fut prise d'une peur panique en voyant cette incarnation de lave. Elle s'enfuit alors en courant.

Antoine : Tu te fais trop remarquer, j'en étais sûr...
Rekiem : Bah, il suffit que je change mon apparence, je reviens.

Rekiem partit un petit peu plus loin, et ne sembla pas revenir. Antoine décida d'explorer un peu les environs, ignorant ce que le squelette pouvait bien avoir derrière la tête. Tout était délabré, et de nombreuses personnes malades se trouvaient là. Antoine se senti alors observé. Il regarda autour de lui, et aperçut au loin un individu de forte carrure portant un chapeau et un long vêtement noir. Celui-ci se mit alors à courir lorsqu'Antoine le repéra. Étonné, Antoine partit à la poursuite de ce mystérieux individu. L'homme était très rapide, mais Antoine parvenait à le suivre. Les deux finirent par arriver dans un cul-de-sac.

Antoine : Bien, vous ne pouvez plus fuir.
Homme : ...
Antoine : Pourquoi vous êtes-vous enfui quand je vous ai vu ?
Homme : ...
Antoine : Parlez !
Homme : Bah c'était marrant quoi.
Antoine : Cette voix... Rekiem ?
Rekiem : Bah oui, qui croyais-tu que j'étais ?
Antoine : ... C'est impossible !!
Rekiem : Un nain possible ? Je ne suis pas ça.
Antoine : Les mêmes jeux de mots pourris... Comment as-tu fait ?
Rekiem : Je suis un squelette de lave, je peux changer ma forme comme je veux. Et en laissant refroidir la lave, ça donne cette texture noire, formant le manteau.
Antoine : Pourquoi tu ne m'as pas dit avant que tu pouvais faire ça ?!
Rekiem : Bah tu me l'as pas demandé, pour moi c'était évident.
Antoine : .... Bon, peu importe, nous allons pouvoir nous renseigner.

Antoine et Rekiem se mirent donc à vister à nouveau la ville. Ils trouvèrent un homme d'une cinquantaine d'années en train de couper du bois.

Antoine : Excusez-moi...
Homme : Huh ? Qui diable êtes-vous ?
Antoine : Nous sommes des voyageurs.
Homme : Tché, allez donc voyager dans la ville des riches, là haut, on n'a rien à vous offrir ici !
Antoine : Comment se fait-il que vous n'alliez pas là-haut ? Pourquoi restez-vous là ?
Homme : Vous débarquez d'où vous ? Tout le monde sait que cette ville est régie par les riches qui paient les Médusæ. Les pauvres sont envoyés ici, pour mourir.
Antoine : ...
Rekiem : N'avez-vous jamais pensé à vous rebeller ?
Homme : Se rebeller ? Imbéciles, nous avons tout juste de quoi rester en vie, nous n'avons pas la force de combattre contre ceux qui lèchent les bottes au Médusæ ! Partez d'ici !
Antoine : Avant, n'auriez-vous pas vu d'autre voyageurs comme nous ?
Homme : Nan, y'a eu personne comme vous. Maintenant, partez, avant qu'on ne décide de se servir de vous comme viande fraîche !
Antoine : Très bien, allons-y...
Rekiem : Viande ? Ce terme ne me convient pas trop.
Antoine : On s'en fiche, allons-y.
Rekiem : Je ne suis pas à l'affiche non plus.

Antoine et Rekiem commencèrent cependant à repartir, lorsqu'une dizaine d'hommes vêtus tels des CRS firent leur apparition.

CRS : Que personne ne bouge. Nous avons appris l'intrusion de personnes non désirables dans cette ville.
Antoine : ...
CRS : D'après le signalement, il s'agit de vous deux. Suivez-nous.
Rekiem : Qu'est-ce qu'on fait ?
Antoine : Suivons-les pour le moment.
CRS : Sage décision. Toi le vieux, merci pour ton report. Voilà ta récompense.

Le CRS jeta une bourse aux pieds de l'homme qui avait chassé Antoine et Rekiem. Celui-ci s'empressa de prendre la bourse et s'enferma chez lui. Antoine et Rekiem se mirent alors à suivre les CRS, et ils furent amenés jusqu'à un poste de douane dans les tunnels.

Antoine : Qu'allez-vous faire de nous ?
CRS : Vous allez passer devant le conseil Humania. Vous serez alors jugés.

Le groupe traversa la douane. Etrangement, de l'autre côté du poste, tout était très propre, comme si l'insalubrité était confinée dans cette partie des tunnels. La procession reprit, et finalement Antoine et Rekiem furent amenés dans un poste de police, où ils furent placés en garde à vue dans une cellule. L'un des gardes leur annonça qu'ils seraient amenés le lendemain face au conseil.

Rekiem : Pourquoi as-tu tenu à te laisser faire ?
Antoine : Si ça se trouve, nous seront jugés innocents, et nous pourrons nous déplacer librement ensuite. C'est toujours mieux que de se battre contre tout le monde.
Rekiem : C'est plutôt censé. Que dirais-tu de regarder la télé en attendant ?
Antoine : Huh ?

Rekiem fit alors apparaître des écrans de télévision devant Antoine qui fut ébahi.

Antoine : Que...
Rekiem : Alors, voyons un peu le programme...

Sur l'un des écrans apparut Voice en train de se battre contre Aedusya.

Antoine : Mais c'est Voice !
Rekiem : Oui. On dirait qu'il s'est battu.
Antoine : Tu pouvais faire ça ?!
Rekiem : Bah oui.
Antoine : Mais ça nous aurait fait gagner du temps pour le retrouver !!
Rekiem : Ça ne me dit pas où il est, je peux juste voir ce qu'il fait.
Antoine : Mais c'est quoi ce pouvoir...
Rekiem : Ça me permet de voir tout ce qui se passe ou ce qui est arrivé aux personnes connues par ma cible.
Antoine : Je suis ta cible c'est ça ?
Rekiem : Oui. On regarde la fin du combat ?
Antoine : Bah oui, j'espère qu'il s'en est sorti...

Une fois le combat terminé, Rekiem fit apparaître d'autres écrans, indiquant la situation des autres membres. Mais à ce moment un garde ouvrit la porte, et les images disparurent.

Garde : Suivez-moi. Le conseil a décidé de vous recevoir en urgence.
Antoine (murmure) : Les télés ne l'ont pas troublé ?
Rekiem : Je ne les montre qu'à ceux que je veux. Il ne les voyait pas.

Antoine et Rekiem suivirent le garde et furent amenés une demeure plus loin, dans une salle de tribunal. Dedans se trouvaient 5 personnes. Trois étaient assises en hauteur et semblaient superviser la séance. Les deux autres étaient sur les côtés, et ne bougeaient pas. La personne du haut au centre prit la parole.

Juge : Accusés. Avancez-vous.

Antoine et Rekiem s'avancèrent comme demandé, et le juge reprit.

Juge : Vous deux êtes des êtres provenant d'une planète extérieure à la nôtre. Après avoir refusé de faire demi-tour lorsque vous avez été sommé en orbite, vous vous êtes introduit illégalement sur cette planète malgré la destruction de votre vaisseau. Admettez-vous ceci.
Antoine : ... Oui.
Juge : Une fois arrivé sur la planète, vous vous êtes illégalement, une fois de plus, introduits dans la ville des maudits, où vous avez fromenté une idée de complot envers cette grande cité.
Rekiem : Ah bah non, nous...
Juge : SILENCE ! Un témoin, bien que maudit, vous a reporté. Qu'avez-vous à dire pour votre défense ?
Antoine : Votre honneur, nous ignorions totalement qu'entrer dans cette ville était illégal. Et cet individu nous ayant reportés semblait nous détester d'emblée, et s'il a parlé de complot, je pense que c'était un prétexte pour nous faire inculper. Ne connaissant pas du tout cet endroit, pourquoi voudrions-nous comploter quoi que ce soit ?
Juge : Donc vous dites qu'il a menti. Malheureusement pour vous, les dires de votre ami ont été enregistrés. Bande son :
Bande son : "N'avez-vous jamais pensé à vous rebeller ?"
Juge : Ces faits sont incontestables. Vous avez en outre tenté de mentir à la cour.
Antoine : ...
Rekiem : ...
Juge : Le jugement est alors inéquivoque. Vous êtes condamnés à mort. Vous serez jetés dans le vide intersidéral dans une heure.
Rekiem : La suite est téléphonée... Là je crois qu'on ne peut plus se l'SFR...
Antoine : Ouais...
Juge : Si vous contestez ce jugement, vous pouvez toujours faire appel, et passer l'épreuve d'innocence.
Antoine : Quelle est cette épreuve ?
Juge : Si vous terrassez les deux gardes du conseil, vous serez libérés. Qu'en dites-vous ?
Rekiem : Si on les met assez à terre, on est libres ? Bah prenons ça.
Juge : Très bien. Ketr, Notorit.

Les deux personnes qui se tenaient debout depuis le début de la séance s'avancèrent alors. L'un était un être humain assez baraqué, tandis que l'autre était un humanoïde à tête de poulpe possédant quatre bras. L'homme-méduse prit la parole en premier.

Ketr : Je m'occupe du grand baraqué habillé en noir.
Notorit : Donc moi de l'autre.
Antoine : Bon, bah c'est parti.
Rekiem : Pardi parmi nous, y'a des partisans.
Antoine : ...




Suite au prochain chapitre.

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6454
Age : 30
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum