Chapitre 373 - Briser les illusions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 373 - Briser les illusions

Message  Schlangan le Mar 25 Nov 2014 - 17:44

Michaël se trouvait toujours dans le rêve illusion. Pour le moment, il jouait le jeu, et prenait son petit déjeuner. Une fois celui-ci passé, il se leva.

Michaël : Je suis encore un peu confus. Où est Schlangan maintenant ?
Katerina : Lui ? Il doit être au Royaume des Dieux, pourquoi ?
Michaël : Il faut que je lui parle.
Katerina : Bah tu sais où est le Royaume des Dieux. Tu n'as qu'à y aller. Mais ne rentre pas trop tard.
Michaël : Heu... ok.

Michaël sortit de la maison, et se mit à réfléchir à la manière de rejoindre le Royaume des Dieux. Le temps d'y réfléchir, il atterrit là-bas. Il rencontra Voice affalé dans le jardin.

Michaël : Ah, Voice.
Voice : Oh Michaël. Ça faisait longtemps que tu n'étais pas venu ici. Ça va ?
Michaël : Tu saurais où est Schlangan ?
Voice : Il doit être dans le coin, je l'ai vu passer tout à l'heure.

Une jeune femme vêtue tout de blanc arriva alors à côté de Voice.

Femme : Général ! Vous êtes en train de paresser ! Vous devez reprendre le cours de la dernière fois !
Voice : Ah... C'est vrai... Bon j'y vais, à plus tard Michaël.
Michaël : ... A plus tard.

Michaël reprit donc sa recherche, toujours étonné d'apprendre que Voice était maintenant général divin. Probablement de la lumière d'ailleurs. Michaël finit alors par trouver Schlangan, en train de manger.

Michaël : Ah, te voilà.
Schlangan : Michaël ? Ça faisait un bail ! Qu'est-ce que tu deviens ?
Michaël : Et bien, ça va. Je suis venu, car j'ai quelques questions à te poser.
Schlangan : Si tu veux, je t'écoute.
Michaël : Te souviens-tu de la disparition de Jigoku ?
Schlangan : Houlààà, ça remonte ça. Ça fait quoi, dix ans ?
Michaël : C'est ça.
Schlangan : Et ben pour changer on a bourriné dans le tas et puis voilà.
Michaël : D'accord. Maintenant, j'ai besoin d'une réponse sur un piège hypothétique.
Schlangan : Un piège hypothétique ?
Michaël : Admettons que tu sois prisonnier de quelque chose qui te plonge dans un monde illusoire, comment t'en sortirais-tu ?
Schlangan : Oh bah j'essaierai Katemi Suzure, et si ça ne marche pas, je chercherai la clé.
Michaël : La clé ?
Schlangan : Dans ce type de piège, il y a toujours une clé. Quelque chose qui assure la stabilité de l'illusion. Une fois cette chose détruite, l'illusion se brise.
Michaël : Et à quoi reconnait-on la clé ?
Schlangan : Hmm. Ça peut être tout et n'importe quoi. Mais pour piéger quelqu'un efficacement, ce soit en général être la chose la plus dure à détruire moralement. Genre un être aimé ou un truc du style.
Michaël : Bon. Je crois que je suis piégé dans une illusion de ce type.
Schlangan : Nani ?
Michaël : Tu ne vas sans doute pas me croire. Mais pour moi, nous sommes sur Jigoku, en train de vouloir sceller la planète à nouveau.
Schlangan : Hmmm. C'est totalement en désaccord avec mes souvenirs, mais si effectivement c'est une illusion, c'est logique.
Michaël : Et donc, une idée de la clé ?
Schlangan : Et bien ce devrait être Katerina ou Mia.
Michaël : Mia ?
Schlangan : Ta fille, patate.
Michaël : Ah...
Schlangan : Donc si c'est bien une illusion, tu devras les éliminer. Si ce n'est pas une illusion et que tu as un trauma psychologique, tu auras éliminé ta famille.
Michaël : ...
Schlangan : Donc réfléchis bien avant d'agir.
Michaël : En tout cas merci.
Schlangan : No problem. A la prochaine, où à jamais s'il s'agit bien d'une illusion.
Michaël : Oui...

Michaël retourna donc chez lui, et s'assit dans le fauteuil où il se mit à réfléchir. Quoiqu'il fasse, il ne se rappelait pas d'un quelconque événement après la période Jigoku.

Katerina : Tu as l'air songeur.
Michaël : Combien de temps durent les crises de ma perte de mémoire en général ?
Katerina : 10-15 minutes tout au plus. Pourquoi ?
Michaël : Et bien je ne me rappelle de rien.
Katerina : Ah bon ? C'est inquiétant ça.
Michaël : A mon avis, tout ce monde n'est qu'illusion.
Katerina : ... C'est ridicule, on s'en rendrait compte, non ?
Michaël : Ceux qui font partie intégrante de l'illusion ne peuvent pas s'en rendre compte.

Schlangan apparut alors dans la pièce, avec son Katana dégainé.

Katerina : Schlangan ?
Schlangan : Yo. J'ai vérifié quelques archives. La maladie dont il est supposé être atteint n'existe pas. On dirait que les créateurs de l'illusion n'ont pas été assez méticuleux.
Katerina : Quoi ?
Schlangan : Vous m'excuserez, mais je vais éviter de trop choquer Michaël, qu'il soit efficace à son réveil sur Jigoku.
Michaël : Comment ça ?

Schlangan donna un coup de poing dans le ventre de Michaël, et celui-ci perdit conscience. Quand il se réveilla, il était dans une machine, attaché.

Michaël : C'était donc bien une illusion...
???? : Effectivement.

Michaël tourna la tête à gauche et vit le premier chef des enfers, Hyokuma.

Michaël : Toi ! Hyokuma, c'est ça ?
Hyokuma : Ah tu me connais. Mais moi je ne te connais pas vraiment. Quoiqu'il en soit, oui, vous avez été enfermés dans cette machine à illusions.
Michaël : Libère-moi ! Et libère les autres aussi.
Hyokuma : Impossible. Cette machine ne cesse de fonctionner qu'en brisant les illusions. Donc tant que les trois autres n'en sont pas sortis, tu ne pourras pas non plus briser tes liens.
Michaël : Ah bon...
Hyokuma : Oui, ils possèdent la puissance combinée de ceux emprisonnés. En d'autres termes, puisque Schlangan est là, il faudrait avoir plus de puissance de lui pour briser les liens de force.
Michaël : ...
Hyokuma : Enfin tu as réussi à en sortir, ils réussiront peut-être aussi.

Pendant ce temps, Idiana était toujours dans son rêve. Elle ne comprenait pas ce qu'il se passait.

Idiana : Donc nous dominons l'univers, c'est cela ?
Michaël : Et bien oui, votre majesté. Vous semblez confuse, y'a-t-il un problème ?
Idiana : Je croyais être avec le seigneur Schlangan et vous tous sur la planète des enfers Jigoku.
Michaël : ... Cela s'est produit il y a de cela dix ans.
Idiana : Ah ? Et où sont les autres ?
Michaël : Et bien, lorsque vous avez décidé de prendre le contrôle de l'univers, ils se sont opposés à nous et... nous les avons éliminés.
Idiana : Huh ?
Michaël : Je crois que vous avez besoin de repos...
Idiana : Pas si vite. Le seigneur Schlangan était un monstre bien plus puissant que moi.
Michaël : Mais vous avez fait des progrès depuis.
Idiana : Non ce n'est pas possible. Connaissant ce monstre, il a dû devenir de plus en plus fort.
Michaël : ...
Idiana : De même toi, obéissant docilement à mes ordre ? Ça ne colle pas du tout.
Michaël : Mais...
Idiana : Il est vrai que cela me serait utile, mais ce n'est pas quelque chose de réaliste.
Michaël : Et bien pourtant si.
Idiana : Très bien, mais j'ai changé d'avis soudainement.

Idiana augmenta soudainement son énergie et tira un rayon de lumière qui traversa le cœur de Michaël. A cet instant, des fissures apparurent dans le ciel, et l'illusion vola en éclats. Idiana se réveilla, attachée comme Michaël.

Hyokuma : Et de deux.
Idiana : Huh ? Où suis-je ?
Michaël : Tu es sortie de l'illusion dans laquelle tu étais emprisonnée.
Idiana : Tiens testons. Michaël, entre sous mes ordres.
Michaël : Ça va pas la tête ?
Idiana : Je me disais bien.
Michaël : ...
Hyokuma : Il ne reste que la fille et Schlangan. S'ils s'en sortent, vous serez libres aussi.

Lauréline était partie se reposer un petit peu, et elle se releva peu de temps après. Schlangan, toujours en forme humaine, était en train de boire un café.

Schlangan : Ah. Tu as bien dormi ?
Lauréline : Un petit peu. Mais je ne comprends pas tout.
Schlangan : Qu'est-ce qu'il y a ?
Lauréline : J'ai l'impression d'avoir juste quitté Jigoku. Donc il y a dix ans, comme tu dis.
Schlangan : ... Voilà qui est étrange. Et qu'en pensent les autres personnalités ?
Lauréline : Pareil.
Schlangan : Hmm. Pour moi, Jigoku a été terrassée - de manière délicate - il y a dix ans. Et puis après la guerre des dieux, nous sommes venus nous installer à Atlantis, où tu as repris en main la cité.
Lauréline : ... Je ne me souviens pas du tout de ça.
Schlangan : Étrange. Tout allait bien avant ton absence de tout à l'heure.
Lauréline : Tu avais déjà été à Jigoku avant non ?
Schlangan : Oui c'est vrai. Ça remonte à beaucoup d'épisodes ça.
Lauréline : Il n'y avait rien qui puisse provoquer un enfermement dans un rêve ou un truc comme ça ?
Schlangan : Voyons... A l'époque il y avait eu la machine des cauchemars qui faisait vivre des peurs aux personnes enfermées. Bien que ça n'avait pas marché contre moi.
Lauréline : Ce ne doit pas être ça, ça n'a pas l'air d'être un endroit effrayant ici.
Schlangan : Tu as l'impression d'être prisonnière d'une machine de ce type ?
Lauréline : Oui.
Schlangan : Forcément, si c'est le cas, je fais partie de l'illusion, donc je ne peux pas m'en rendre compte.
Lauréline : ...
Schlangan : Mais tout n'est pas perdu, je peux le vérifier. Si jamais tu as été envoyée dans l'illusion, il y a dû avoir une fine perturbation de l'espace-temps au moment où tu es entrée dedans.
Lauréline : Mais comment le vérifier ?
Schlangan : Ce serait logique si tu ne le sais pas, mais j'ai les pouvoirs de toutes les divisions. Y compris celle du temps. JIKAN BUNSEKI.

Un fil d'énergie apparut devant Schlangan. Ce fil était immobile, mais il se mit en mouvement un court instant, avant de redevenir immobile.

Lauréline : Alors ?
Schlangan : Il y a effectivement eu une variation de l'espace-temps au moment de ton absence.
Lauréline : Donc je suis bien piégée, c'est ça ?
Schlangan : Il semblerait. Il te reste à en sortir.
Lauréline : Comment ça ?
Schlangan : J'ai bien peur, en réfléchissant à l'histoire de cette illusion, que la clé pour quitter l'illusion soit moi.
Lauréline : La clé ?
Schlangan : Oui. Un élément de l'illusion, une fois détruit, détruira l'illusion. Et en général il s'agit de la chose ou la personne la plus dure à détruire pour la personne piégée. Donc en l'occurrence, ce sera moi.
Lauréline : ...
Schlangan : Bon. C'est dommage de devoir détruire tout ce qui a été bâti jusque là.
Lauréline : Que vas-tu faire ?
Schlangan : Te mettre en sécurité, et m'anéantir avec la planète.
Lauréline : Quoi ?!
Schlangan : Atlantis et moi sommes les deux seules choses pouvant être les clés. Il est donc plus simple que je fasse disparaître les deux en même temps.
Lauréline : Mais...
Schlangan : Allez, il est temps que tu retournes aider à Jigoku, ça a bardé là-bas à l'époque. KATEMI SUZURE.

Schlangan fit apparaître une brèche qui aspira Lauréline. Celle-ci se retrouva téléportée ailleurs. Quelques secondes plus tard, le ciel commença à se fissurer et Lauréline se réveilla à l'extérieur.

Hyokuma : Décidément. Vous sortez des illusions facilement.
Lauréline : Huh ?
Michaël : Il ne reste plus que Schlangan.
Hyokuma : Oui. Et je me demande si lui pourra détruire la clé de l'illusion.

Schlangan, justement, était face à Michaël, Katerina et Lauréline. Shichi-Ran était toujours présent.

Schlangan : Bon, c'est la machine des cauchemars version revisitée c'est ça ?
Shichi-Ran : Exactement.
Schlangan : Il me reste juste à la quitter alors.
Shichi-Ran : Ce ne sera pas si simple.
Schlangan : Naïf. Comme si j'avais à m'embêter à chercher la clé. Ce sera réglé en un clin d'œil !

Michaël se transforma alors en Tenryuma, Lauréline en élémentaire de glace et Katerina activa la métallisation de niveau deux.

Schlangan : Perte de temps. DIMENSION BREAK !!!
Shichi-Ran : Huh ?

Schlangan lança sa technique sans ménagement, brisant littéralement la dimension. A l'extérieur, la machine en explosa sur le coup, et Schlangan émergea des décombres.

Schlangan : Non mais.
Hyokuma : Qu... quel bourrin.
Michaël : Ça ne change pas.
Idiana : Je savais que le vaincre n'était pas possible.
Lauréline : ...
Schlangan : Oh, Hyokuma. Ça faisait longtemps. Qu'est-ce que tu fais là ?
Hyokuma : Et bien je travaille pour le nouveau maître de Jigoku.
Schlangan : Ah ? Ce n'est plus toi ?
Hyokuma : Bien que je sois beaucoup plus fort qu'avant, il m'est largement supérieur.
Schlangan : Je vois. Conduis-nous à lui alors.
Hyokuma : Suivez-moi, je vous prie.

Les quatre suivirent Hyokuma, qui les conduisit dans un hall où se trouvaient cinq portes. Celle du centre était fermée.

Hyokuma : Bien, pour aller plus loin, il vous faudra battre les adversaires qui vous ont été assignés.
Schlangan : Il y a encore des suicidaires ?
Hyokuma : Le roi est actuellement occupé. Ces adversaires sont là pour vous faire patienter.
Schlangan : Je vois. Et tu en fais partie ?
Hyokuma : Oui.
Schlangan : Bon... Idiana tu te chargeras de lui.
Idiana : Pfff. Ok.
Schlangan : Envoie les autres.
Hyokuma : Ils arrivent.

Le premier à franchir l'une des portes fut un maître d'armes que Schlangan connaissait. Il s'agissait de celui qui avait entraîné les généraux des enfers, Ran.

Ran : Cela faisait très longtemps.
Schlangan : Je te croyais mort depuis.
Ran : Et bien je suis de retour.
Schlangan : Ok. Michaël tu te charges de lui.
Michaël : Ça marche.

De la deuxième porte émergea alors une autre personne connue. Il s'agissait de celle ayant créé Jigoku, à savoir la mère d'Hyokuma. La commandante divine de la sous-division des nécromants, Jika.

Schlangan : Nani ?
Hyokuma : Ma mère nous aidera désormais.
Schlangan : Le roi doit être fort pour la prendre sous contrôle. Ce ne serait pas l'ex-roi de Tengoku ?
Hyokuma : Exactement.
Schlangan : Lauréline, occupe-toi d'elle.
Lauréline : Heu ok.

Et enfin, de la dernière porte apparut un individu qui possédait le symbole 0 sur son front.

Hyokuma : Voici Rei-Ran. Il est la fusion des sept généraux. Merci à votre équipe pour les avoir défaits.
Schlangan : Son énergie est plus grande que celle de Jika, pas mal.
Hyokuma : Quand vous voulez.
Schlangan : Et bien, commençons.


Suite au prochain chapitre.

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6463
Age : 30
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum