Chapitre 415 - Les titans de la planète Géa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 415 - Les titans de la planète Géa

Message  Schlangan le Dim 7 Déc 2014 - 13:29

Ainsi, Bikari partit en compagnie de trois autres dieux. Ils s'enfoncèrent dans les montagnes cernant le village où ils se trouvaient, tout en avançant précautionneusement. La nuit tomba assez rapidement, et ils étaient toujours dans les montagnes.

Bikari : Bon, nous allons établir notre campement ici. Onoi, Sunaka, Tenden, je vous laisse vous en occuper, je vais patrouiller aux alentours.
Sunaka : Très bien, général.

Ainsi les trois dieux établirent le camp pendant que Bikari faisait le tour. En scrutant l'obscurité, il aperçut quelque chose bouger dans le lointain. Bikari cessa alors de bouger, et écouta pour essayer d'identifier la position de ce qui avait bougé. Seulement, il n'y avait plus un seul bruit. Bikari resta sans bouger pendant une dizaine de minutes, attendant patiemment. A ce moment, il entendit un autre bruit, et il créa une prison de terre à l’endroit d'où provenait le bruit. Il se rapprocha alors de cet endroit, et vit un ver géant muni de carapace de piques.

Bikari : Hmmm... Qu'est-ce que c'est que ça...
Ver : C'est plutôt à moi de poser cette question. Tu n'as pas l'air d'être un titan, mais tu n'es pas non plus un des habitants de cette planète.
Bikari : Oh, tu peux parler ? De quelle race es-tu ?
Ver : Je suis un gargnok.
Bikari : Vu que tu connais les titans, saurais-tu dans quelle direction ils se trouvent ?
Gargnok : Chercherais-tu la mort en allant là-bas ?
Bikari : Pas vraiment, j'ai juste besoin de récupérer quelque chose.
Gargnok : Et tu comptes attaquer les titans avec les trois qui t'accompagnent ?
Bikari : ... Tu es au courant ?
Gargnok : Il est simple pour nous, gargnoks, de sentir les vibrations du sol, donc nous savons combien de personnes passent par ici.
Bikari : Hmmm...

Bikari fit alors disparaître sa prison de terre, et observa le ver.

Gargnok : Pourquoi m'as-tu libéré ?
Bikari : Je n'ai pas de raison de te garder emprisonné, j'ai créé cette prison sans savoir à quoi j'avais à faire.
Gargnok : Voilà qui est différent des titans, qui tuent ceux qu'ils rencontrent.
Bikari : Nous ne sommes pas du tout pareils.
Gargnok : Je vais te donner un conseil, si tu vous allez à trois là-bas, vous aller vous épuiser à combattre les soldats de base, bien avant d'arriver à votre destination.
Bikari : ... Les soldats de base ne pourraient pas nous battre, mais ce serait ennuyeux.
Gargnok : J'ai peut-être une solution. Accompagnez-moi dans nos repaires, je vais vous présenter à notre roi.
Bikari : Huh ? D'accord, je vais chercher mes trois compagnons.
Gargnok : Je vous attend ici.

Bikari fit donc demi-tour, et retourna au campement.

Sunaka : Ah vous revoilà général, rien à signaler ?
Bikari : Si justement. Nous allons rencontrer le roi d'une race de vers géants, les gargnoks.
Onoi : Huh ?
Tenden : Comment ça ?
Bikari : J'en ai rencontré un à l'instant, qui connaît les titans. Il veut nous présenter à son roi, et semble enclin à nous aider en nous conseillant.
Onoi : Et si c'était un piège ?
Bikari : Je ne pense pas, mais cela ne nous empêche pas de rester sur nos gardes.
Tenden : Nous pouvons toujours essayer, cela ne coûte rien.
Sunaka : Je suis d'accord.
Bikari : Alors, allons-y.

Bikari, Sunaka et Tenden rejoignirent donc le gargnok, qui les dirigea à travers la montagne, jusqu'à l'entrée du grande caverne. Toujours en train de visionner les images, Schlangan s'exclama soudainement.

Schlangan : Mais... mais... Les garg machins, ce ne sont pas les vers géants qui traînaient dans l'ehbet de la terre ?!
Zanshikarah : Si. Il faut que tu saches que les ehbets ont été créés à partir de races et de mondes réels.
Schlangan : NANI ?
Zanshikarah : Donc ne t'étonne pas si tu retrouves des races ou individus que tu as croisé dans les ehbets.
Schlangan : C'est bon à savoir...
Zanshikarah : Allez, reprenons.

Les images reprirent, et les quatre dieux suivaient le gargnok dans la caverne, jusqu'à arriver dans une gigantesque cavité dans ces tunnels. Au centre de la cavité se trouvait un gargnok plus gros que les autres.

Gargnok : Votre majesté, voici un groupe individus qui ne sont ni des humains ni des titans, et qui semblent éprouver une certaine animosité envers ces derniers.
Roi Gargnok : Ah oui ? Et bien tout ennemi de notre ennemi est notre ami. Soyez les bienvenus ici !
Bikari : Nous vous en remercions, votre altesse.
Roi Gargnok : Pourriez-vous m'indiquer vos titres et vos noms respectifs, que je ne manque pas de politesse en vous nommant ?
Bikari : Je suis le général Bikari, de la division de la terre. Et voici respectivement, de gauche à droite, le commandant Tenden, la commandante Sunaka, et le commandant Onoi, de cette même division.
Roi Gargnok : Enchanté de faire votre connaissances, général Bikari, et commandants Tenden, Sunaka et Onoi. Je suis le roi gargnok Yer'tek. Et celui qui vous guidé jusque ici est mon fidèle conseiller, Wel'kit.
Bikari : Enchanté de faire votre connaissance également, votre majesté.
Yer'tek : Une autre question, si vous n'êtes ni humains ni titans, quel nom porte votre race ?
Bikari : Nous sommes ce que les gens appellent des dieux.
Yer'tek : Des dieux ? Voilà qui est intéressant. Donc, vous, dieux, êtes ennemis des titans, notamment de ceux qui ont pris place sur cette planète.
Bikari : Tout à fait.
Yer'tek : J'ai une dernière question. Votre venue serait-elle liée à l'objet étrange qui s'est abattue sur le palais des titans ?
Bikari : C'est exactement le cas, nous sommes venus pour récupérer cet objet, qui a été envoyé ici par d'autres titans.
Yer'tek : Bien. Donc pour récupérer cet objet, il va vous falloir percer la défense des titans.
Bikari : Oui.
Yer'tek : Alors que les humains de cette planète ne représentaient pas de danger pour nous, ayant appris à nous respecter, la venue de ces titans a troublé l'ordre installé. Les humains ont commencé à s'entretuer, sans se préoccuper des destructions occasionnée sur nos territoires. De plus, nos émissaires qui ont eu le malheur de croiser les titans de haut rang du palais se sont faits anéantir.
Bikari : Hélas, ils n'ont visiblement aucun respect pour les vies des endroits qu'ils habitent.
Yer'tek : J'ai un marché à vous proposer. Nous ne sommes pas en mesure de faire face aux titans de haut rang du palais, mais vous le pourrez peut-être. Si vous entrez au palais et semez suffisamment de troubles, les titans de haut rang devraient se concentrer sur vous. Nous pourrions profiter de ce moment pour attaquer les soldats de bas étage.
Bikari : Ce qui nous permettrait de ne pas nous épuiser inutilement pour que nous puissions combattre les soldats de haut rang.
Yer'tek : Exactement. En toute franchise, que vous réussisiez à vaincre vos adversaires ou non, nous nous replierons si les hauts rangs sortent.
Bikari : Cela nous serait déjà d'une grande aide, et vous auriez pu affaiblir les titans.
Yer'tek : Voilà. Acceptez-vous notre aide ?
Bikari : Ce serait un grand honneur.
Yer'tek : Nous devrions profiter de la nuit pour attaquer. Cependant, vous semblez avoir fait un long voyage. Wel'kit va vous conduire dans l'une des cavernes positionnées à proximité du palais, et nous attaqueront demain, lorsqu'il fera nuit.
Bikari : Merci.

Ainsi, la journée s'écoula, et les dieux purent se reposer, tout en apprenant des choses sur les gargnoks, qui eux se renseignaient sur les dieux. Lorsque la nuit tomba, les dieux et les gargnoks sortirent de terre. Quelques gardes patrouillaient à l'extérieur, et ils furent pris par surprise par des gargnoks qui les dévorèrent. Les gargnoks se rassemblèrent en un point à l'extérieur, et soulevèrent un gigantesque bloc de terre qu'ils lancèrent sur le palais. Ceci réveilla bien entendu les titans, et des soldats s'amassèrent à l'extérieur. Bikari et les trois commandants en avaient profité pour faire un trou dans un mur, et étaient entrés dans le palais.

Bikari : Maintenant, il ne nous reste plus qu'à trouver l'objet que nous cherchons.

Les dieux se mirent à fouiller le palais tout en éliminant les gardes qui passaient par là. Les gargnoks semaient le chaos à l'extérieur, en effectuant un travail remarquable. Les quatre dieux arrivèrent finalement à la salle du trône, où se trouvaient quatre titans, dont l'un portant une couronne.

Titan couronné : Ah, vous voilà donc. Les dieux qui se sont infiltrés ici.
Bikari : ...
Titan couronné : Je suis au courant, car le grand Exodus nous a déjà prévenus de la possibilité de votre venue.
Bikari : Je vois.
Titan couronné : Vous vous êtes rapidement alliés avec des créatures inférieures à ce que je vois. Enfin peu importe, les soldats qui se font éliminer ne sont que de la chair à canon. Nous pouvons en recréer autant que nous voulons.
Sunaka : Quoi ?!
Titan couronné : Bien, il est temps de vous donner une petite leçon, chers dieux. Iolik, Iferl, Iprek, allez tuer ces minables vers à l'extérieur. Je me charge de ces quatre là.
Bikari : Ce ne sera pas aussi facile que vous le croyez.
Titan couronné : Si vous croyez pouvoir faire quelque chose contre moi, le roi Iklaliek, vous vous trompez lourdement.
Bikari : C'est ce que nous allons voir.

Les trois titans susnommés se dirigèrent vers la porte, lorsque Bikari créa plusieurs murs de terre entre eux et le roi. Il fit alors signe aux trois commandants, qui foncèrent tous les trois sur les titans, les faisant traverser les murs des salles les plus proches. Le mur de terre de Bikari vola alors en éclats.

Iklaliek : Allons bon ? Ne me dites pas que ceci était censé m'emprisonner ?
Bikari : Pas le moins du monde. Ceci n'était que pour distraire vos trois alliés qui seront éliminés par mes compagnons.
Iklaliek : Ha ha ha ha ha ha ha ! Qu'ouïs-je ? Des dieux qui seraient de taille face à des titans ? C'est totalement impossible !

Iklaliek disparut soudainement, et Bikari se prit un coup de pied dans le ventre, le projetant de l'autre côté de la salle.

Iklaliek : Ne même pas être capable de réagir face à une si faible vitesse... C'est vraiment pitoyable.

De leurs côtés, les trois commandants divins ne faisaient pas le poids face aux trois titans. Ceux-ci les envoyaient au tapis sans la moindre difficulté.

Sunaka : Grrr...
Iferl : Quelle perte de temps, vraiment, c'est pitoyable.
Onoi : ...
Iolik : Et maintenant, est-ce tout ?
Tenden : Tsk.
Iprek : Vraiment inutile. Totalement.
Sunaka, Onoi, Tenden : Ça ne fait que commencer : DOKU CHIKARA !!

Les trois commandants divins se mirent à arborer l'aura de la terre, et foncèrent sur leurs ennemis qui furent surpris, et qui se retrouvèrent à terre à leur tour.

Iferl : Oh ? On dirait que c'est déjà mieux.
Iolik : Intéressant.
Iprek : Ce n'est pas si inutile que ça, on dirait.


Suite au prochain chapitre.

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6446
Age : 30
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum