Chapitre 013 - La ville contaminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 013 - La ville contaminée

Message  Schlangan le Jeu 26 Mar 2015 - 20:40

Schlangan, Lauréline, Rerdrig et Kimmy venaient de partir pour la ville Sighisoara, au nord de celle où ils se trouvaient. La route était déserte, et ils avançaient à vitesse normale. Tout à coup, Rerdrig trébucha et tomba au sol. Il se releva aussitôt, légèrement essoufflé.

Schlangan : Hey, ça va ?
Rerdrig : Oui, aucun problème, je ne faisais pas attention où je mettais les pieds, c'est tout.
Schlangan : Je vois. Continuons.

Le groupe continua sa progression, mais petit à petit Rerdrig traînait de plus en plus. Il semblait à bout de forces.

Schlangan : Hey, vous êtes sûr que vous allez bien ? Vous tenez à peine debout.
Rerdrig : Je pense... que j'ai pris... un mauvais coup de soleil, c'est tout. Il fait chaud, là.
Schlangan : Bon, on va s'arrêter un petit peu à l'ombre de l'arbre là-bas. Nous repartirons après.

Pendant que le groupe se reposait, Schlangan sauta pour regarder où se trouvait la ville. Celle-ci est assez près. Il entendit alors tousser fortement, et rejoignit le groupe. Ceux-ci étaient déjà prêts à repartir.

Schlangan : Nous sommes à côté de la ville, nous allons pouvoir nous reposer tranquillement là-bas.
Rerdrig : De toute façon... ça va mieux...
Schlangan : Tant mieux. Allez, en avant.

Le groupe se remit en marche, lorsque Schlangan remarqua quelque chose.

Schlangan : Lauréline, tu as quelque chose sur la joue. On dirait... muh ? Du sang ?
Rerdrig : Ah c'est le mien... désolé... j'ai été surpris par une... quinte de toux tout à l'heure... Je lui ai postillonné dessus... désolé.
Schlangan : ... Hey. Tournez-vous par ici une seconde.
Rerdrig : Qu'y a... t'il ?

Schlangan attrapa le menton de Rerdrig de manière à tourner sa tête. Celui-ci avait le teint très pâle, et ses yeux étaient devenus rouges.

Schlangan : On dirait les symptômes de la maladie dont vous m'avez parlé ! Vous êtes contaminé comme eux j'ai l'impression !
Rerdrig : Quoi ?!
Schlangan : Lauréline ! Va te laver le visage immédiatement ! On ne sait pas si ce truc se transmet ! Je vais voir si je peux le soigner en attendant.
Lauréline : D'a... D'accord.

Lauréline fit apparaître de l'eau pour se rincer abondamment le visage, tandis que Schlangan tentait de soigner Rerdrig en utilisant des techniques de lumière.

Schlangan : Je n'a pas l'impression que cela serve à quelque chose...
Rerdrig : Je... Laissez... moi... dans ce cas... Je ne veux... pas... vous mettre en... danger...
Schlangan : ... Je pense que nous n'avons pas le choix de toute façon.
Lauréline : Huh ? Tu veux l'abandonner ?
Schlangan : Il ne lui reste que quelques minutes à "vivre" j'ai l'impression. Mes techniques ont été inefficaces contre ça. Mieux vaut nous éloigner au cas où.
Kimmy : On ne peut pas l'aider ?
Schlangan : Non, c'est impossible. Allez, on y va.

Le groupe, délesté d'un membre, reprit sa marche. Schlangan se retourna pour vérifier de loin l'état de Rerdrig. Celui-ci rendit son dernier soupir au moment où Schlangan l'avait estimé, mais une chose le perturba. Rerdrig, dans ses derniers instants, souriait. Et ce sourire était sinistre.

Schlangan : ...
Lauréline : Qu'y a-t-il ?
Schlangan : Un pressentiment. Maintenant je repense à ce qu'avait dit Inayakura. Il avait senti que quelque chose d'anormal se traînait.
Kimmy : Heu... Inayakura a dit de dire qu'il avait toujours raison et que son instinct ne le trompait jamais.
Schlangan : Ah oui, c'est vrai qu'il entend. Eh bien, si tu remarques quelque chose, transmet à Kimmy aussitôt. Nous arrivons dans la ville.

Sighisoara était une ville bien plus peuplée que ce que Schlangan pensait. Des gens déambulaient dans tous les sens, vaquant à leurs occupations. A première vue, toute histoire de démons ou de morts était complètement à exclure.

Schlangan : Hmf. On pourrait vraiment croire que tout va bien ici.
Kimmy : Inayakura me dit qu'il ressent le même malaise que lorsque nous sommes arrivés sur la planète.
Schlangan : Pas surprenant. Maintenant, nous allons chercher s'il y a quelque chose de différent ici, puis nous attendrons la nuit.
Lauréline : Donc tu prévois que nous nous battions encore ?
Schlangan : Je vais voir si je ne peux pas réussir à soutirer des informations de ces zombies.
Lauréline : Ils n'avaient pas l'air conscients de leurs actions, je ne suis pas sûre que tu pourras.
Schlangan : N'oublie pas que je peux entrer dans l'âme des gens s'il faut.
Lauréline : C'est vrai. Donc, comment procédons-nous ? On se sépare ?
Schlangan : Non, pas cette fois. Restons ensemble, ça vaudra mieux.
Lauréline : Comme tu veux. Mais il y a une raison particulière ?
Schlangan : Oui. Si jamais il y a un problème, s'il te faut protéger Kimmy en plus de te battre, cela pourrait être gênant.
Lauréline : Je vois.

Le groupe se mit donc à arpenter les rues pour essayer de trouver quelque chose de particulier. En discutant avec les gens, ils apprirent que la ville était taxée par le roi du pays, qui résidait au château de Bran. Celui-ci laissait une grande liberté à ses sujets, du moment qu'il payait les taxes servant à protéger militairement le pays. Toutefois, les informations obtenues n'étaient pas d'une grande aide pour le groupe de Schlangan, et le soleil avait commencé à se coucher. Schlangan remarqua alors que tous les gens commençaient à rentrer chez eux.

Schlangan : Hmm ? Ils rentrent tous, sans exception, comme s'ils savaient que quelque chose allait se passer.
Lauréline : J'ai l'impression que quelqu'un nous observe.
Schlangan : Oui, moi aussi. Et ça vient de... par là !

Schlangan se déplaça rapidement et trouva un vieil homme. Celui-ci avait de longs cheveux blancs et était vêtu comme un noble. Pendant un court instant, Schlangan crut l'avoir déjà vu quelque part, mais abandonna cette idée rapidement.

Schlangan : Ce n'est pas bien d'observer les gens en cachette.
Vieil homme : Je ne pensais pas que je serais détecté. Mais pourquoi ne rentrez-vous pas alors que l'heure du couvre feu a sonnée ?
Schlangan : Nous venons d'arriver, nous ne connaissons pas ce couvre-feu. Pourquoi a-t-il lieu ?
Vieil homme : Seuls les gens malhonnêtes auraient une raison pour sortir la nuit. C'est une règle créée par le roi.
Schlangan : Ah oui, j'ai entendu parler de ce roi. Comment s'appelle-t-il ?
Vieil homme : Je ne sais pas d'où vous venez, si vous ne le connaissez pas. Il s'agit du roi Sepet.
Schlangan : Bien. En tout cas, nous avons des choses à vérifier cette nuit, donc nous nous passerons du couvre-feu.
Vieil homme : Même si vous risquez de succomber ?
Schlangan : Oh ? Il y a quelque chose d'autre que je devrais savoir ?
Vieil homme : Pas particulièrement. Mais s'il y a d'autres personnes qui errent la nuit, elles sont sans doute dangereuses, surtout si elles connaissent le couvre-feu.
Schlangan : Je verrai bien. Mais bon, vu l'heure, je n'essaierai pas de vous retenir plus longtemps. Allez vous mettre à l'abri, vieil homme.
Vieil homme : Quelle sollicitude. C'est ce que je vais faire. J'espère que nous pourrons nous revoir. Il serait dommage que quelqu'un comme vous disparaisse.

Aussitôt, le vieil homme disparut, ce qui étonna Schlangan. Il rejoignit Lauréline et Kimmy pour leur raconter la discussion. La nuit tomba entre temps, et tout comme Schlangan le pensait, de nombreux zombies sortirent des maisons des habitants.

Schlangan : Bon, il ne reste plus qu'à en attraper un.
Lauréline : Je te laisse faire.
Schlangan : Facile. HADÔ NO YON : HAINAWA !

Schlangan fit apparaître une corde de lumière et captura l'un des zombies qui allait attaquer. Il créa ensuite des murs d'énergie avec la technique Dankû pour empêcher les autres d'approcher.

Schlangan : Bien, il ne nous reste plus qu'à voir ce qu'ils ont dans la tête.
Lauréline : Sois prudent.
Schlmangan : Ne t'en fais pas pour moi.

Schlangan mit la main sur la tête du zombie et se concentra pour entrer dans son âme. Il se retrouva dans un endroit plutôt étrange. Il s'agissait d'une pièce envahie par des étranges tentacules rouges. Au centre de la pièce se trouvait l'homme devenu zombie, emprisonné par les tentacules. Ceux-ci réagirent à l'intrusion de Schlangan et l'attaquèrent, mais furent brûlés en instant par un dragon de feu. Schlangan coupa alors les tentacules pour libérer l'homme. Ceci eut pour effet de détruire les autres tentacules, laissant penser à Schlangan que l'homme était libéré. Mais alors, le corps de celui-ci explosa, et Schlangan fut renvoyé à l'extérieur. L'homme en question était mort.

Lauréline : Que s'est-il passé ? Il s'est mis à crier tout à coup, puis est mort !
Schlangan : Des tentacules rouges avaient envahi son âme, et je l'en ai débarrassé. Mais visiblement, ce sont eux qui le maintenaient en vie.
Lauréline : Donc on ne peut pas les guérir de cette manière.
Schlangan : Apparemment. Mais ces tentacules semblaient chercher quelque chose, comme s'ils voulaient tirer de l'énergie pour se transformer.
Lauréline : En quoi ?
Schlangan : Bonne question.

Tout à coup, une lame d'énergie fit voler en éclats les boucliers que Schlangan avait posé. Mais quand bien même les boucliers avaient disparus, les zombies ne bougeaient pas. L'un d'eux s'avança alors, et Schlangan reconnut aussitôt feu leur précédent allié, Rerdrig.

Schlangan : Tiens donc, le voilà zombifié.
Rerdrig : Merci de ne pas me confondre avec ces dégénérés.
Schlangan : Oh. Un zombie qui parle.
Rerdrig : Plutôt que zombie, il vaudrait mieux les appelées goules. Ce que je ne suis pas.
Lauréline : Qu'êtes-vous devenu alors ?
Rerdrig : Un être beaucoup plus puissant.

Rerdrig dégagea de l'énergie, ce qui surprit Schlangan. Sa force était maintenant clairement présente, alors qu'avant il semblait plutôt inutile. Néanmoins, Schlangan ne put s'empêcher de sourire.

Schlangan : Plus puissant c'est un fait. Si je ne me trompe, vers la fin de votre précédente vie, vous avez commencé à comprendre des changements, je me trompe ?
Rerdrig : C'est vrai. Comment le savez-vous ?
Schlangan : Vous souriez après être mort, et vous aviez déjà commencé à sourire quand vous m'avez dit de vous abandonner, ce pour quoi je n'ai pas insisté plus longtemps.
Rerdrig : Ah, c'est possible. J'étais bien faible auparavant, mais maintenant ma renaissance est complète.
Schlangan : Et donc vous contrôlez ces zombies, non plutôt, goules ?
Rerdrig : Ils obéissent à la forme qu'ils n'ont su atteindre.
Schlangan : Je vois. Et que comptez-vous faire ?
Rerdrig : Allons, il faut bien que les goules se nourrissent, sinon elles vont dépérir. Et comme elles ne peuvent vous vaincre, je vais les aider.
Schlangan : D'accord. Mais... je crois que c'est inutile.
Rerdrig : Comment cela ?

Schlangan disparut alors pour reparaître derrière Rerdrig. Celui ne compris rien et se retrouva immobilisé au sol.

Rerdrig : Que...
Schlangan : Même votre gain de puissance ne saurait vous permettre d'atteindre mon niveau. Je suis désolé.
Rerdrig : Grr... Je...
????? : Allons, je t'avais bien dit que tu ne pourrais pas seul. C'est déjà la deuxième fois que je t'aide.

Une lame d'énergie fonça droit sur Schlangan, qui fut contraint de lâcher Rerdrig pour l'esquiver. Celui qui l'avait lancé n'était autre que le vieil homme que Schlangan avait rencontré un peu plus tôt.

Schlangan : Décidément, on trouve beaucoup de monde dehors pour un soir de couvre-feu !
Vieil homme : Je vous avais bien dit que rester dehors serait dangereux.
Schlangan : Et vous êtes comme lui, je suppose ? Une super goule ?
Vieil homme : Je suis de la même nature que lui, mais... beaucoup plus fort.

Le vieil homme fonça à haute vitesse sur Schlangan, qui para un coup de justesse. Le commandant de Naycerl riposta, mais son coup fut également paré. Quelques échanges eurent lieu, et les deux adversaires se valaient. Le vieil homme lança une nouvelle lame d'énergie, que Schlangan esquiva en ripostant avec un dragon de feu. Ce dernier fut également esquivé.

Schlangan : Ouais, c'est un peu mieux.
Vieil homme : N'est-ce pas ? Amusons-nous un peu, pendant que Rerdrig va se charger de votre compagne.
Schlangan : Très bien. Faisons ça.
Vieil homme : Vous n'avez pas l'air inquiété outre mesure.
Schlangan : Evidemment. Il n'y a pas lieu. HADÔ NO KYÛJÛ : KUROHITSUGI !

Schlangan fit apparaître une boîte d'énergie noire autour du Vieil Homme, mais celui-ci parvint à en sortir juste à temps. A côté Rerdrig se tourna vers Lauréline et Kimmy. Lauréline fit signe à celle-ci de reculer au moment où Rerdrig passait à l'attaque. Lauréline esquiva quelques coups, mais Rerdrig était plus rapide qu'elle ne pensait, et celui-ci la frappa au torse, la projetant en arrière. Reredrig sourit et fit signe aux goules, qui se tournèrent vers Kimmy. Schlangan avait vu ce qui se passait et envoya un dix dragons de feu vers les goules. Mais le vieil homme fit apparaître des boules d'énergie et arrêta les dragons.

Vieil homme : Désolé, mais je n'aime pas que l'on prête attention à quelqu'un d'autre.
Schlangan : Hmf. Tant pis, les goules mourront de toute façon.
Vieil homme : Votre compagne et votre fille sont en danger, et vous n'êtes toujours pas inquiet ?
Schlangan : Vous verrez bien. RAGNAROK !

Le vieil homme ne s'attendait pas à cette attaque, et ne put que se protéger. Une explosion suivit, mais le vieil homme en émergea presque indemne. En bas, les goules se rapprochaient de Kimmy, mais celle-ci semblait décidée.

Kimmy : HIKARI SONZAI SHÔKAN !

Utilisant la technique que Schlangan lui avait apprise, Kimmy fit apparaître Inayakura. En un instant, celui-ci réduisit en charpie les goules. Rerdrig n'en croyait pas ses yeux, et décida d'attaquer le tigre. Celui-ci se transforma en lumière et se déplaça juste devant son adversaire. Rerdrig n'eut pas le temps de réagir, et il fut frappé d'un coup de patte qui lui infligea en plus une forte décharge électrique, le projetant au loin.

Kimmy : Merci Inayakura !
Inayakura : Toujours à s'en prendre aux plus faibles, ces andouilles.

Mais alors, Rerdrig se releva, visiblement furieux. Il serra les poings.

Inayakura : Tu en veux encore ?
Rerdrig : Tu vas le payer, oui. CHI REIGEKI !
Inayakura : Quoi ?!

Rerdrig s'entoura subitement d'une aura rouge et bondit sur Inayakura, qui esquiva un coup de justesse. Son adversaire était beaucoup plus rapide et fort. Schlangan observait la scène tout en combattant le vieil homme.

Schlangan : Dites donc, comment se fait-il qu'il puisse utiliser l'aura du sang ? Vous pouvez faire ça aussi ?
Rerdrig : Oh, vous avez déjà vu cette technique ? Intrigant. Vous savez donc que ce tigre ne pourra pas gagner.
Schlangan : Ne soyez pas ridicule. Lauréline ! Capture ce spécimen !
Lauréline : Je m'en charge. UMIZUI SEIKITAI. HYÔRAI HIRYUU.

Lauréline activa l'aura de l'eau de niveau deux et envoya un dragon de foudre et glace sur Rerdrig. Celui-ci ne s'y attendait pas, et ne put l'esquiver. Il fut emprisonné dans un bloc de glace. Voyant cela, le vieil homme voulut intervenir, mais une croix d'énergie à six barres l'emprisonna au niveau de la taille.

Vieil homme : Que ?
Schlangan : Moi non plus je n'aime pas quand on ne s'occupe plus de moi.
Vieil homme : Mais qui êtes-vous ? Quel est votre nom ?
Schlangan : Schlangan. Et vous ?
Vieil homme : Quoi ?! Schlangan ? C'est impossible ! Quoique... Avez-vous déjà traversé l'ehbet du sang ?
Schlangan : Oh, ça faisait longtemps que je n'avais pas entendu ce mot. Oui, c'est bien ça.
Vieil homme : Ha ha ha ha ha ha ha ! Incroyable ! Dans ce cas, ça change tout ! Vous pouvez garder Rerdrig. Nous vous attendrons au château de Bran alors ! Ha ha ha ha ha !
Schlangan : Qu'y a-t-il de si drôle ?
Vieil homme : Vous comprendrez le moment venu. Sur ce, je me dois de vous laisser. CHI REIGEKI.

Le vieil homme activa à son tour l'aura du sang de manière à briser la croix d'énergie, puis disparut mystérieusement.

Schlangan : Hmm...


Suite au prochain chapitre

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6463
Age : 30
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum