Chapitre 015 - Les dirigeants de Brasov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 015 - Les dirigeants de Brasov

Message  Schlangan le Jeu 9 Avr 2015 - 13:09

Tandis que Kyuutetsuki avait laissé le groupe seul après leur avoir annoncé leur inexorable contamination, Schlangan ne semblait pas avoir perdu espoir.

Lauréline : Tu as une idée pour nous en sortir ?
Schlangan : Quelques idées oui. Je ne savais pas que j'étais contaminé, mais toi je m'en suis douté depuis que Rerdrig t'a toussé dessus.
Lauréline : Je vois.
Schlangan : Donc j'ai demandé à tes trois élémentaires d'emprisonner le parasite qui s'est infiltré dans ton âme. Donc pour le moment, il ne peut pas progresser.
Lauréline : Mais ce n'est que temporaire alors ?
Schlangan : Pour l'instant oui. Mais puisqu'il apparaît que nous sommes tous contaminés, je vais pouvoir tester dans ma propre âme. Je saurai plus facilement s'il y a danger ou non en testant. Et une fois que j'aurai trouvé une méthode, il me suffira de l'appliquer !
Lauréline : Mais si tu ne trouves rien ?
Schlangan : Ne soyons pas défaitistes. Allons dans nos quartiers, que je teste ça.

Le groupe se rendit donc dans leurs quartiers. Sur le chemin, Schlangan put constater que leur liberté apparente était suffisamment restreinte par des gardes postés devant certaines portes. Ils purent aller dans leurs quartiers sans aucun problème, et Schlangan se concentra pour envoyer sa conscience au cœur de son âme. Il y retrouva les deux dragons Ryurakai et Ryukamirai.

Schlangan : Yo. Je suis venu vérifier deux trois choses.
Ryurakai : Tu parles du parasite qui a essayé de s'accrocher ici je suppose ? Nous écoutons ce que tu fais depuis son arrivée.
Schlangan : Ah, ça me fait gagner du temps. Où est-il ?
Ryukamirai : Ben... Il a été annihilé avant d'avoir le temps de faire quoi que ce soit, et ton corps a maintenant produit les anticorps contre.
Schlangan : NANI ?! Vous l'avez détruit ?
Ryurakai : Nan, pas nous. Elle.

Ryurakai montra de la tête la fée Xiannui, qui attendait les bras croisés, visiblement fière d'elle.

Xiannui : Tu pourrais me remercier. Je l'ai vaporisé dès qu'il s'est pointé.
Schlangan : Donc tu as pu le détecter alors que même les trois élémentaires de Lauréline n'ont rien vu.
Xiannui : Ne me ramène pas au niveau de pauvres élémentaires. En tout cas tu es immunisé maintenant.
Schlangan : C'est bien ça, mais ça ne m'arrange pas.
Xiannui : Quoi ? Tu aurais voulu te faire vampiriser ?
Schlangan : Je venais pour chercher un moyen de le détruire sans tuer la personne contaminée. Mais maintenant je ne peux rien tester du tout.
Xiannui : Et alors ?
Ryukamirai : Il voulait soigner Lauréline.
Xiannui : Ah ! Désolé, mais contrairement à toi, je n'agis que pour te protéger, les autres tant pis.
Schlangan : Je sais. Eh bien tant pis. Il me reste à trouver autre chose alors.

Schlangan reprit conscience à l'extérieur et soupira profondément.

Lauréline : Ne me dis pas que rien n'a marché ?
Schlangan : Ce n'est pas ça. Pour certaines raisons, le parasite n'a pas pu passer les défenses de mon âme. Il s'est fait oblitérer et j'y suis maintenant immunisé. Donc je n'ai rien pu tester.
Kimmy : Que va-t-on faire alors ?
Schlangan : Kimmy, je vais regarder où est la progression du parasite dans ton âme, et je vais voir à le ralentir comme cela a été fait pour Lauréline. Ce sera mieux que rien pour le moment. Ne bouge pas.

Schlangan mit sa main sur la tête de Kimmy et entra dans son âme, où il retrouva Inayakura.

Schlangan : Bon. J'espère que tu as cherché où est ce parasite, qu'on gagne du temps.
Inayakura : Oui, j'ai cherché, et c'est bien ça qui est étrange.
Schlangan : Quoi ?
Inayakura : Il n'y est pas.
Schlangan : Hein ?! Comment cela se fait-il ?
Inayakura : Je pense qu'elle y est insensible pour le moment.
Schlangan : Comment ça ?
Inayakura : As-tu vu des enfants parmi les goules ?
Schlangan : Maintenant que tu le dis, aucun. Alors qu'il y avait des enfants dans la ville.
Inayakura : Exactement. Donc, le parasite ne peut pas affecter quelqu'un qui est trop jeune.
Schlangan : Hmm. Donc il ne restera que Lauréline à soigner. Ça marche.

Schlangan quitta l'âme de Kimmy et se tourna vers Lauréline et elle.

Schlangan : Bon. Il semblerait également que les enfants soient immunisés contre le parasite. Kimmy n'est pas contaminée non plus.
Lauréline : Donc il n'y a que moi.
Schlangan : Oui. Nous avons donc deux objectifs. Trouver comment te soigner, et trouver l'emplacement du maître.
Lauréline : Tu penses que la créature dont on nous a parlé est une créature légendaire ?
Schlangan : Aucune ne semblait avoir ce pouvoir, mais 3000 ans se sont écoulées, et il existait trois autres divisions sans créatures à la base, dont celle du sang.
Kimmy : Inayakura me dit qu'il est effectivement possible que d'autres soient apparues.
Schlangan : Comme je le pensais. Bien, pour le moment, allons voir jusqu'où nous pouvons nous promener dans ce château.

Le groupe quitta donc le quartier des invités, et furent aussitôt rejoints par Kyuutetsuki, qui les cherchait. Il les conduisit dans une nouvelle salle, qui ressemblait à une sorte d'arène. Il s'agissait d'un terrain d'entraînement pour les soldats.

Schlangan : Les combats ne sont pas de très haut niveau.
Kyuutetsuki : Ils sont quand même du niveau de Rerdrig environ. Aucun humain normal ne pourrait faire le poids face à eux.
Schlangan : C'est vrai.

Le reste de la journée s'écoula avec diverses distractions, qui n'intéressèrent pas fondamentalement Schlangan. Mais celui-ci profitait de ce temps pour réfléchir à un moyen de guérir Lauréline. Le soir tomba assez vite, et le groupe retourna dans les quartiers des invités après le repas du soir. Une fois que Lauréline fut endormie, Schlangan entra de nouveau dans son âme.

Schlangan : Alors, où en est la chose ?
Hwangja : Elle ne bouge pas depuis que nous l'avons enfermée.
Schlangan : Bien. Il est probable que Lauréline soit obligée d'utiliser vos pouvoirs sous peu. Donc, si jamais la chose se développe, je vais vous dire quoi faire. Alors écoutez-moi bien...

Le lendemain, le groupe se leva, et Kyuutetsuki vint les informer du retour du roi et de la reine. Afin de ne pas perdre plus de temps, Schlangan demanda une audience le plus vite possible. Kyuutetsuki opina, et les conduisit à la salle du trône. Celle-ci était vide, mais deux personnes firent alors leur entrée. A ce moment, ni Schlangan ni Lauréline n'en crurent leurs yeux. Devant eux, se tenaient... Michaël et Katerina.

Schlangan : Hmm... J'ai l'impression de les connaître. Je me trompe ?
Lauréline : Non, je vois bien la même chose, mais est-ce possible ?
Katerina : Peuh. Moi qui espérait qu'ils allaient dire quelque chose d'intelligent, je me suis trompée !
Michaël : Tu les connais, ce n'est pas vraiment surprenant.
Kyuutetsuki : Vous vous connaissez donc ?
Michaël : Oui, depuis longtemps. Tu peux nous laisser, nous allons discuter avec eux.
Kyuutetsuki : Très bien.

Kyuutetsuki laissa donc le groupe avec le roi et la reine. Une fois la porte fermée, Michaël fut le premier à prendre la parole.

Michaël : Donc vous avez finalement réussi à quitter le monde où nous avons atterri ?
Schlangan : Oui, ce fut plutôt long, mais au final nous avons réussi. Et vous aussi donc. Quand êtes-vous revenus ?
Katerina : Ça fait un an à peu près.
Lauréline : Un an ?! Donc ça a été beaucoup plus rapide que nous. Cela fait peu de temps que nous sommes de retour.
Michaël : L'univers a bien changé. 3000 ans se sont passés depuis.
Schlangan : On a vu ça, les Isvaras fichent un sacré chaos partout où ils passent.
Katerina : Pas vraiment. Ils ont établi un véritable ordre sur ce monde. Ils sont bien plus efficaces que les anciens dieux.
Schlangan : Hmm.
Michaël : Mais typiquement, tant qu'on ne fait pas de remous, ils ne s'intéressent pas à nous. Il suffit de leur obéir, et on est tranquilles.
Lauréline : Obéir ? Vous n'êtes pas du genre à obéir pourtant.
Katerina : Si on veut être tranquilles, on n'a pas le choix. Donc dans votre cas, ne vous approchez pas des planètes interdites, comme Naycerl, et tout ira bien.
Schlangan : Qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre. Pourtant j'ai déjà repris le contrôle de Naycerl.
Michaël : Quoi ?! Tu as pu vaincre le Sitara qui se trouvait là-bas ?
Schlangan : Naïf. Tu ne pensais quand même pas que je pouvais être vaincu par un type comme ça. Je te rappelle que j'ai quand même réussi à terrasser Zanshikarah.
Michaël : Sauf qu'en 3000 ans, la force qu'avait Zanshikarah est devenue négligeable. Si on comparait sa force à autre fois, il est au niveau des Sitara oui, mais ce n'est que l'équivalent des commandants divins d'autrefois !
Schlangan : J'ai ouï dire ça. Mais bon, qu'importe. Donc, vous êtes ici depuis un an ?
Katerina : A peu près, oui. Nous avons rapidement rencontré un Isvara, qui utilisait des techniques d'eau. Donc nous n'avons rien pu faire contre lui.
Schlangan : C'est vrai qu'ils ne sont sensibles qu'à des attaques de leur élément.
Michaël : Mais il a compris que nous étions juste désorientés et nous a laissés aller.
Lauréline : Est-ce le "maître" dont on nous a parlé ?
Michaël : Non, le maître en est un autre, beaucoup plus fort. Même si tu as vaincu le Sitara de Naycerl, tu n'aurais strictement aucune chance contre lui.
Schlangan : Je vois.
Katerina : J'ai une question, car il y a un truc qui me perturbe. Qui est cette gamine ?
Schlangan : Hmm ? Elle s'appelle Kimmy.
Michaël : Ne me dis pas que c'est ta fille ?!
Schlangan : Tu m'as bien regardé ? Bien sûr que non. C'est une gamine qui était pourchassée par des Isvaras quand nous sommes revenus.
Katerina : Tu ne trimbalerais pas une gamine juste pour ça. Il paraît qu'elle peut invoquer un tigre de lumière ?
Schlangan : Ouais. Autant l'entraîner. La taille de la fine équipe a plutôt été réduite en 3000 ans.
Lauréline : J'ai moi aussi une question. Cette planète est contaminée, qu'en est-il de vous ?
Michaël : Nous le sommes aussi, bien évidemment. Mais vois-tu, ce n'est que pour le mieux. Nous sommes beaucoup mieux comme ça.
Schlangan : Je ne suis pas sûr. Vous êtes donc contrôlés vous aussi ?
Katerina : Oui, mais ça ne change pas grand chose. Nos personnalités sont toujours les mêmes.
Schlangan : Presque, je dirais. La Katerina que je connais chercherait à tout détruire plutôt que de se plier docilement aux ordres des Isvaras.
Michaël : Nous ne sommes pas comme toi, si nous pouvons éviter un combat perdu d'avance, ce n'est pas plus mal.
Schlangan : Ah oui. Alors que vous aviez combattu Ageminou quand il me contrôlait alors que vous n'aviez aucune chance.
Michaël : Nous avions une chance à ce moment, et nous avons réussi. Là, c'est différent.

Schlangan alla regarder à la fenêtre et se retourna vers ses anciens alliés.

Schlangan : Bon, je suppose que vu que vous êtes contrôlés, vous ne souhaiterez pas repartir avec nous une fois que tout ça sera fini ?
Katerina : Tout à fait. Nous sommes très bien ici.
Schlangan : Compréhensible. J'ai une autre question. Kyuutetsuki m'a parlé d'une créature qui était la source de la contamination, ou plutôt d'un don de pouvoir. Elle était ici il y a quelques jours, bien que scellée, c'est ça ?
Michaël : Oui. Par hasard, tu ne serais pas venu en cherchant cette créature ?
Schlangan : Si. Vous aimez peut-être votre changement, mais Lauréline ne souhaite pas être pareille, donc j'aimerais lui parler pour voir si elle peut la libérer.
Michaël : C'est impossible. Et libérer les créatures légendaires est formellement interdit par les Isvaras.
Schlangan : Donc c'est bien une créature légendaire, visiblement de la division du sang. Je ne savais pas qu'elle existait.
Katerina : Nous non plus.
Michaël : Mais Schlangan, tu n'es pas venu sur cette planète par hasard. Tu cherches les créatures légendaires, n'est-ce pas ?
Schlangan : Exactement.
Michaël : Si je te demande d'arrêter, pourrais-tu le faire ?
Schlangan : Pourquoi est-ce que j'arrêterai ?
Michaël : Si tu as récupéré Naycerl, tu peux vivre tranquillement là-bas. Tu n'as pas besoin de t'occuper de ce que font les Isvaras. Le Royaume des Mortels fonctionne très bien maintenant. Les Titans le laissent tranquille. Tu n'as plus besoin de te battre comme avant.
Schlangan : Désolé, mais ils m'ont attaqué, et je suis plutôt rancunier.
Katerina : Tu ne comprends pas que si tu t'obstines, ils t'arrêteront ? A l'époque les dieux étaient plus forts que toi, mais tu n'étais pas leur ennemi. Jusque là tu n'as pas rencontré d'entité infiniment plus puissante que toi voulant te tuer.
Schlangan : Heu, je suis déjà mort plusieurs fois.
Michaël : Et pourtant tu as pu revenir avec l'ancienne configuration du Royaume des Morts. Mais maintenant ce n'est plus pareil. S'ils le souhaitent, tu disparaîtras complètement.
Lauréline : ... Schlangan, je pense que nous n'en saurons pas plus de leur part. On dirait qu'ils sont devenus lâches.
Schlangan : Je vois ça.
Michaël : Pense ce que tu veux. Mais je te le redemande une dernière fois. Cesse ta quête des créatures légendaires.
Schlangan : Non, je n'ai pas envie. Pourquoi insistes-tu tant que ça ?
Katerina : Ne comprends donc tu rien ? Réfléchis un peu. Nous sommes sous contrôle, nous te l'avons dit.
Schlangan : Et donc ?
Katerina : A ton avis ? Nous avons des ordres de ce fait.
Lauréline : Nous tuer ?
Michaël : Presque. Vous tuer si vous vous obstinez à vouloir continuer votre quête.
Schlangan : Hmf. Au final, pour ne pas perdre de temps, je peux dire oui, et n'en faire qu'à ma tête ? Ce n'est pas cohérent.
Katerina : Il y a une autre condition avec ça, ne soit pas idiot.
Lauréline : Et quelle est-elle ?
Katerina : Vous devez nous remettre Inayakura, la créature légendaire de lumière, que Kimmy peut invoquer.
Schlangan : Au final vous étiez bien plus renseignés que vous ne vouliez le faire croire.
Michaël : Nous n'avons pas le choix, je te rappelle.

Schlangan éclata de rire, puis se tourna vers Kimmy.

Schlangan : Qu'en dis-tu, Kimmy ? Nous connaissons ces deux là, mais ils ne sont plus du tout comme avant. Ils veulent Inayakura, tu veux leur donner ?
Kimmy : Non, je ne veux pas !
Schlangan : Prévisible, mais vous l'avez entendue, non ? Et je suis d'accord avec elle. Qu'en penses-tu, Lauréline ?
Lauréline : De même.
Schlangan : Donc voilà notre réponse, c'est Non.
Michaël : Je vois. Cela me désole Schlangan. A peine nous sommes nous retrouvés, que nous devons vous tuer.
Schlangan : Ne me dis pas que le lâche que tu es devenu pense pouvoir me vaincre ?
Michaël : Les Isvaras sont particuliers. Mais les vestiges de l'ancienne époque ne sont pas pareils. Ce contrôle nous a apporté un pouvoir plus grand que ce tu peux imaginer.
Schlangan : Vraiment ?
Katerina : Et nous allons te le montrer.
Schlangan : Très bien, voyons ça.


Suite au prochain chapitre

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6463
Age : 30
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum