Chapitre 036 - Un peu plus près des étoiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 036 - Un peu plus près des étoiles

Message  Schlangan le Jeu 3 Sep 2015 - 14:41

Le groupe était maintenant en possession de deux des sept clés. En ayant fini avec le cimetière, ils retournèrent à une borne de téléportation pour atteindre leur prochaine destination, à savoir l'observatoire. Autour de la borne la plus proche se trouvaient de nouvelles personnes venues stopper le groupe.

Serge : Allons bon, ne me dites pas que vous croyez pouvoir nous arrêter ?
Homme G : Et pourquoi pas ?
Serge : Bah, vous êtes trop faibles. Vas-y Julie.
Jeanne : Tu ne devrais pas l'habituer à attaquer les gens.
Serge : Muh ? Ce sont eux qui nous attaquent. Mais dans ce cas, vas-y.
Jeanne : Très bien... RAIRYUU.

Jeanne envoya un dragon de foudre droit sur les opposants, qui furent mis hors course en un instant. Le groupe put donc se diriger vers la borne, mais celle-ci ne répondait pas aux commandes.

Serge : Et voilà... Et après c'est moi que l'on traite de bourrin !
George : Qu'y a-t-il ?
Serge : C'est plutôt évident, non ? Jeanne vient d'envoyer un dragon de foudre droit sur les ennemis, et donc sur la borne qui se trouvait au milieu ! Elle l'a donc grillée.
Jeanne : Quoi ? Mais c'est faux, je n'ai pas touché la borne !
Serge : Ah oui ? Alors comment expliques-tu que ça ne fonctionne plus ?
George : On dirait que nos ennemis ont saboté la borne. Elle a été endommagée de ce côté, physiquement.
Serge : ...
Jeanne : Hmf. Tu vois ?
Serge : Bon, très bien. Du coup, il ne nous reste qu'à marcher.

Le groupe partit donc à pied en direction de l'observatoire. Ils furent de nouveau attaqués sur la route, mais l'opposition restait mineure, leur permettant de progresser sans plus de difficultés que précédemment. Ils atteignirent finalement l'observatoire. Toutefois, de nombreux soldats, vraisemblablement armées, s'étaient postée tout autour. Des grilles de barbelés avaient été placées, ainsi que de nombreux véhicules pour barrer la route. A peine Serge et son groupe furent-ils en vue, que tous les soldats les mirent en joue.

Serge : Quel magnifique comité d'accueil.
Soldat : Si vous tenez à la vie, faites demi-tour ! Sinon, nous n'hésiterons pas à faire feu !
Serge : Encore des ordres divins, je suppose ?
Soldat : Exactement.
Serge : Très bien. Vous autres, reculez, je vais aller jouer avec eux cette fois.
George : Étonnant, je croyais que vous n'étiez pas motivé ?
Jeanne : Il y a des chances de balles perdues, c'est sans doute pour ça.

Ainsi, Jeanne, George et Julie reculèrent, tandis que Serge mit ses mains en évidence, et avança vers les soldats.

Soldat : Ne faites pas un pas de plus !
Serge : Vous n'avez qu'à essayer de m'arrêter.
Soldat : Vous l'aurez voulu ! FEU !

Tous les soldats firent aussitôt feu, mais leurs balles s'arrêtèrent alors juste devant Serge. Celui-ci continuait à avancer tandis que les soldats continuaient de tirer. Les balles restaient devant Serge, qui se plaça alors juste devant eux.

Serge : Je vous laisse dix secondes pour fuir. Passé ce délai, je vous rends vos balles.
Soldat : Ne l'écoutez pas ! Envoyez les grenades !
Serge : Imbéciles.

Obéissant aux ordres, les soldats lancèrent de multiples grenades, mais celle-ci explosèrent en vol avant même d'atteindre Serge. Puis, toutes les balles repartirent d'où elles étaient venues, frappant les soldats de plein fouet. Un obus fonça alors droit sur Serge, provoquant une explosion. Puis, un deuxième atterrit au même endroit. Deux chars d'assaut venaient d'arriver en renforts.

George : C'est horrible ! Ils ont envoyé l'artillerie lourde !
Jeanne : Ça ne servira rien. Récemment, Serge a détruit une étoile de la mort capable d'absorber des planètes.
George : Quoi ?!

En effet, deux éclairs frappèrent subitement les deux tanks, les faisant exploser. Serge émergea indemne du cratère provoqué par l'explosion. Voyant que d'autres soldats venaient de s'amasser sur les lieux, il tendit un doigt vers l'un d'entre eux.

Serge : Bon, puisque vous êtes nombreux, finissons-en. RENSA DRAGON THUNDER.
Jeanne : Nous pouvons y aller.
George : Mais ce n'est pas encore fini ?
Jeanne : Ça le sera avec cette attaque.

Tout comme Jeanne l'avait annoncé, Serge décima le restant des troupes d'un seul coup en employant sa chaîne d'éclairs. D'autre véhicules blindés dissimulés furent également touchés et détruits. Puis, le calme revint sur les lieux. Serge fit signe au reste de son groupe, et ils se dirigèrent vers l'observatoire. La porte était pas verrouillée, mais les deux clés en possession du groupe s'illuminèrent, et la porte de l'observatoire s'ouvrit. A l'intérieur se trouvait une pièce circulaire, surplombée d'un dôme, et contenant un grand télescope. Rien d'autre de particulier n'apparaissait.

Serge : A première vue, rien de spécial, il ne reste donc qu'à fouiller un peu pour voir si quelque chose sort de l'ordinaire.
George : Je vais utiliser une de mes capsules pour scanner.
Serge : Très bien, alors c'est parti.

Le groupe commença donc à chercher des indices dans la pièce. Jeanne regardait dans les tiroirs des meubles disposés dans la salle, Julie regardait par terre, tandis que George suivait sa capsule araignée. Serge, quant à lui, s'intéressait au grand télescope. Il regarda à l'intérieur, mais rien n'était visible.

Serge : Hmf. Ils ne savent pas régler un télescope on dirait. Voyons ça...

Serge s'intéressa donc aux commandes sur le télescope et entreprit de régler celui-ci. Cependant, ses efforts semblaient vains. Pendant ce temps, le scan de George n'avait rien donné, Jeanne n'avait rien trouvé, ni Julie.

Serge : Bon, le télescope ne fonctionne pas, et il n'y a rien dans la pièce.
George : Nous avons donc manqué quelque chose.
Jeanne : Mais quoi ?
Serge : Voyons voir, nous avons regardé par terre, dans les tiroirs, scanné la pièce, mais nous n'avons pas regardé en haut. Continuez de fouiller, regardez bien tous les murs, je vais continuer de voir ce qui cloche avec ce télescope.

Pendant que Jeanne, Julie et George reprirent leurs recherche, Serge s'intéressa de nouveau au télescope. Celui-ci ne renvoyait aucune image, quoi qu'il puisse faire. Il décida alors de le démonter, et constata qu'il n'y avait qu'une seule boîte à l'intérieur. Celle-ci contenait deux lentilles et huit miroirs. Un déclic retentit à ce moment.

Serge : Forcément. Ça ne risquait pas de fonctionner si les lentilles n'étaient pas en place. Mais celles-ci ne sont pas adaptées au télescope.
Julie : Il y a des symboles étranges qui sont apparus au plafond !
Jeanne : Elle a raison.

Serge leva donc la tête pour regarder les symboles en question. Chaque symbole était composé d'une ou plusieurs barres verticales ou horizontales. Au centre de chaque symbole semblait également se trouver un crochet. Serge regarda donc les miroirs et vit que ceux-ci possédaient un anneau.

Serge : Quelque chose me dit qu'il va falloir accrocher les miroirs là-haut. Et les symboles doivent indiquer quelque chose.
George : Je pense avoir compris ce à quoi ça va nous servir.
Serge : Ah oui ?
George : Depuis que tu as pris la boîte, il y a une tâche lumineuse sur le sol, qui provient de ce que vise le télescope. Et maintenant, il y a un symbole par terre que nous n'avions pas vu avant.
Serge : Il a dû apparaître quand j'ai pris la boîte justement. J'ai entendu un déclic.
George : Donc il va sûrement falloir faire réfléchir cette tâche lumineuse en utilisant les miroirs. Il reste à savoir à quoi correspondent ces symboles.
Jeanne : Il n'y a qu'une barre sur le symbole au sol.
Serge : Voyons les autres... Là je vois au plafond deux barres verticales et horizontale, à côté trois verticales et trois horizontales. Hmm...
George : Essayons de placer un miroir sur le symbole devant nous déjà pour voir.

Serge prit donc l'un des miroirs, et plaça l'anneau sur le crochet. Il remarqua que la taille de l'anneau était extrêmement juste. Il pouvait orienter le miroir à souhait, mais celui-ci ne bougerait pas tout seul. Le faisceau lumineux émanant du télescope était bien réfléchi dessus, et était envoyé au plafond. Il s'arrangea alors pour que le faisceau aille sur l'un des autres symboles. A ce moment, le faisceau de lumière devint rouge.

Serge : Bon, voilà. Je vais aller mettre les autres du coup.

Serge s'arrangea pour placer les miroirs de manière à ce que chaque symbole soit touché. Il put ainsi constater que deux autres symboles étaient maintenant présents sur le sol. Une fois tous les symboles touchés, rien ne se produisit de plus.

Serge : Bon. Je pense que les symboles doivent vraiment avoir une signification.
Jeanne : Mais que veulent-ils dire...
Julie : Il y a de plus en plus de barres !
Jeanne : Mais oui ! Ce serait peut-être tout simplement un ordre ? Le premier symbole a une barre, le deuxième symbole en a deux, etc.
Serge : Dis comme ça, c'est effectivement simple. Bien joué, Julie.

Serge s’évertua donc à orienter différemment les miroirs, de manière à ce que cette fois, le faisceau lumineux les parcoure dans l'ordre. Il arriva à les ordonner jusqu'à 8, et le faisceau était devenu bleu. Seulement, le dernier symbole visible présentait dix barres. Il s'agissait également du seul qui avait deux barres diagonales.

Serge : Je ne vois que celui-là, il ne nous en manque pas un ?
George : Je n'en ai vu aucun autre.
Jeanne : Si on reste simple, il contient une croix, c'est peut-être simplement le dernier ?
Serge : Essayons pour voir.

Serge orienta le huitième miroir pour que le faisceau lumineux soit réfléchi vers le dernier symbole. Mais une fois celui-ci atteint, le rayon redevint rouge.

Serge : Non, il en manque un. Il va falloir le trouver !
George : Où peut-il bien être dans ce cas ? Et a-t-on un neuvième miroir ?
Serge : Hmm, c'est vrai tu as raison. Nous n'avons que huit miroirs. Donc ça veut dire que... oh ! Il reste deux lentilles dans la boîte. Elles doivent servir à quelque chose.
George : Voyons voir... Il y en a une convergente et une divergente.
Jeanne : A quoi est-ce que ça correspond ?
George : La lentille convergente est comme une loupe, comme son nom l'indique, elle fait converger les rayons lumineux. La lentille divergente les fait diverger, elle est par exemple utilisée pour corriger la myopie.
Serge : Passe-moi la convergente. Essayons de réduire la taille du faisceau lumineux de manière à ce qu'il frappe le centre de la croix uniquement.

George donna donc la lentille à Serge, qui la plaça sur la trajectoire du faisceau lumineux au-dessus du dernier symbole. Il déplaça la lentille jusqu'à ce que les rayons convergent tous vers le centre du symbole. Le rayon lumineux redevint alors bleu, et un tremblement se fit entendre, alors qu'un pan du mur s'abaissait. Sur le mur apparut alors un cercle dans lequel était inscrit un heptagone.

Serge : Quelque chose me dit que la clé est par là-bas.
George : Et que fait-on maintenant ?
Serge : Eh bien envoyons la lumière dessus.

Serge orienta alors le premier miroir vers le cercle central, mais rien ne se produisit. Qui plus est, le rayon était redevenu rouge.

Serge : Forcément, le rayon est trop petit, d'où la lentille divergente !

Serge prit la lentille en question, et la plaça de manière à agrandir le faisceau lumineux pour qu'il englobe tout le cercle. Mais rien de plus ne se produisit. Jeanne se rapprocha alors du cercle en question.

Jeanne : Il y a des crochets tout autour de l'heptagone. Pour mettre les miroirs ?
George : Mais bien sûr ! Nous devons masquer les parties externes à l'heptagone ! Car c'est lui que nous voulons.
Serge : Hmf. Je me demande qui a bien pu inventer un truc aussi tordu. Encore un sale coup de l'auteur !

Le groupe alla donc placer les miroirs de manière à ne laisser visible que l'heptagone. Une fois le dernier en place, le faisceau lumineux redevint bleu, et l'heptagone se renversa, laissant apparaître une petite cache dans laquelle se trouvait la clé convoitée.

Serge : Ce n'est pas trop tôt. Bon, sortez d'ici, je vais récupérer la clé une fois que vous serez dehors. On ne sait pas ce qu'il va se passer encore.
George : Bonne idée.

Jeanne, Julie et George sortirent donc de l'observatoire. Une fois qu'ils furent dehors, Serge prit la clé sur laquelle le symbole trois était gravé. A ce moment, de nombreux miroirs sortirent du dôme, et le faisceau lumineux provenant du télescope se transforma en rayon laser de forte puissance. Serge eut tout juste le temps de dévier le rayon avec l'un des miroirs, et bondit hors de l'observatoire en se déplaçant rapidement. Le rayon laser continua de ricocher sur tous les miroirs internes, augmentant sa puissance, jusqu'à ce que le dôme explose totalement.

Serge : ... J'ai eu raison de vous faire sortir. Un laser à pleine puissance sans limitation d'intensité. Voilà ce que ça donne.
George : En effet. Bon, nous pouvons donc aller chercher la quatrième clé.
Serge : Oui. Je me demande quelle genre d'épreuve nous attend encore...


Suite au prochain chapitre

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6459
Age : 30
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum