Chapitre 038 - Pinacle martial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 038 - Pinacle martial

Message  Schlangan le Jeu 10 Sep 2015 - 14:42

Serge venait de battre le meilleur disciple du monastère, lui permettant enfin d'affronter le détenteur de la clé, le maître Pahale. Celui-ci s'avança.

Pahale : C'est maintenant à nous. Je vais vous montrer ce que notre art peut donner.
Serge : Très bien. Alors allons-y.

Dans un coin de la salle, l'Isvara Lazy observait le combat. Elle était elle-même vêtue d'une toge avec capuche, pour se dissimuler.

Lazy (pense) : Annuler complètement tout pouvoir, qui a bien pu créer cette barrière ? Mais il avait raison, je n'aurais même pas pu battre les deux premiers disciples... Voyons voir ce que Pahale peut montrer...

Serge et Pahale se saluèrent. Serge observa le maître, et se déplaça rapidement derrière lui et donna un coup de pied. Le maître ne bougea pas, mais le coup de Serge passa au travers, comme s'il n'avait pas bougé. Le maître se retourna simplement, et Serge donna un coup de poing, qui fut également sans effet. De ce fait, il se recula pour observer son adversaire. Mais, Pahale apparut tout à coup juste devant lui. Serge frappa plusieurs fois à très haute vitesse, sans que cela ait le moindre effet. Puis, le maître posa simplement sa main sur le torse de Serge, qui s'effondra alors, inconscient.

George : Quoi ?!
Jeanne : Incroyable.
Lazy (pense) : ...

Le maître réveilla alors Serge, et l'aida à se relever, bienveillant.

Pahale : Alors, qu'en pensez-vous ?
Serge : Eh bien... On dirait que je n'ai rien pu faire. J'ai fini par comprendre que cet effet de transparence était plus au moins une déviation de mes attaques, mais je n'ai même pas pu éviter l'énergie qui m'a mis K.O.
Pahale : Vous avez déjà compris une bonne partie de l'essence de cette technique, vous êtes prometteur. Alors, souhaitez-vous en apprendre plus sur nos arts ?
Serge : Si je veux la clé, il va bien falloir.
Pahale : J'en suis enchanté.

L'un des moines guida donc Serge et son équipe vers la cour, où des tables avaient été installées, car c'était l'heure du repas. Ceux-ci n'ayant pas mangé depuis la matinée accueillirent ce repas avec joie. Pendant ce temps, Lazy était retournée dans la tour du quartier divin.

Isvara en armure noire : Alors, qu'en est-il ?
Lazy : Effectivement, ces moines sont excessivement forts.
Isvara en armure noire : Et le groupe cherchant les clés ?
Lazy : Même Serge et sa menace triple S n'a pas pu battre le maître.
Isvara en armure noire : Donc il était assez fort pour battre les disciples. Ce qui veut dire qu'il battra sans doute le maître assez rapidement.
Lazy : Huh ?
Isvara en armure noire : Maintenant, je me demande pourquoi ils souhaitent venir ici. Que peuvent-ils bien chercher...

Revenons au monastère, après le repas. George et Julie se trouvaient avec les disciples dans la cour, et essayaient tant bien que mal de suivre les mouvements de l'instructeurs. Serge et Jeanne étaient de leur côté dans la salle du grand maître.

Pahale : Je vous ai fait venir, car j’entraîne ici ceux qui ont un certain niveau. Et vu que vous avez pu battre certains, voire tous les disciples, vous avez votre place ici.
Serge : J'ai une question. Nous ne pouvons pas utiliser de techniques énergétiques ici, comment se fait-il que ce soit de l'énergie qui m'ait mis K.O. ?
Pahale : La barrière du monastère n'empêche pas d'utiliser l'énergie. Elle empêche de faire appel à son énergie interne, pour focaliser l'entraînement sur l'utilisation de l'énergie environnante. Nous appelons ça le Chi naturel.
Serge : L'utilisation de l'énergie ambiante ? C'est fort intéressant.
Pahale : Je vais aussi vous apprendre à utiliser de nouvelles techniques de combat, comme celles que j'ai utilisé face à vous.

Jeanne et Serge commencèrent donc l'entraînement prodigué par le maître. La journée arriva à sa fin, et tous se retrouvèrent le soir venu.

George : Combien de temps allons-nous rester ici ?
Serge : Je pense que nous pourrons partir demain soir si tout va bien.
Julie : Vous apprenez avec le maître ?
Jeanne : Moi plutôt avec le premier disciple, le maître s'occupe surtout de Serge.
Serge : J'ai presque assimilé tout ce qu'il m'a montré. Je le défierai à nouveau demain. Et puis, nous verrons bien.

La nuit passa sans encombres, puis le jour se leva. Le groupe reprit l'entraînement. Le soir venu...

Pahale : Très bien, vous avez su maîtriser tout cela en un temps record.
Dusara : Quel monstre... Mais vous aussi avez tout retenu... Qui êtes-vous vraiment ?
Jeanne : De simples visiteurs, c'est tout.
Pahale : Exactement, nous sommes tous égaux en tout point. Que nous croyions ou non au pouvoir des Isvaras. Celui-ci n'est pas non plus inaccessible.
Serge : Nous sommes d'accord sur ce point. Bien, vous vous doutez de ce que je vais vous demander.
Pahale : Bien sûr. Il est temps de passer à notre deuxième match. Nous allons faire ce match dans la cour, afin de montrer aux disciples ce qu'est le pinacle de nos arts.

Tous se rendirent donc dans la cour, où les disciples avaient été réunis. Lazy était revenue pour observer ce nouveau duel.

Serge : Donc maintenant c'est en public, car le résultat peut-être intéressant, n'est-ce pas ?
Pahale : Exactement. Veuillez m'excuser, mais je savais déjà que vous ne pouviez pas gagner la première fois.
Serge : Ce n'est pas un problème, ce qui m'intéresse maintenant, c'est d'obtenir la clé, vu que le résultat est maintenant incertain.
Pahale : Faisons de notre mieux.

Les deux adversaires se saluèrent, et restèrent à s'observer, et pour la première fois, le maître se mit en garde. Serge fit de même, et fonça vers lui. Au moment où il était à portée, Serge se déplaça rapidement sur le côté et donna un coup de pied qui passa au travers de Pahale. Serge frappa deux fois de plus, et le premier coup passa au travers, mais le deuxième força Pahale à le bloquer.

Dusara : C'est la première fois que je vois le maître bloquer un coup !
Lazy (pense) : ...

Pahale avança sa main vers le torse de Serge, mais celui-ci attrapa la main du maître. Les deux basculèrent alors sur le côté de manière répétitive, puis bondirent en même temps, donnant des coups de pieds dans les airs, sans que Serge ne lâche la main de son adversaire. D'un contre-mouvement, le maître força toutefois Serge à lâcher, et lui donna un coup de pied, le projetant au sol. Le dallage fut denté à l’atterrissage de Serge, mais il se releva sans plus de dégâts qu'une marque rouge à la joue. Pahale disparut tout à coup pour réapparaître derrière Serge, mais celui-ci fit la même chose. Il frappa alors de la paume le maître, qui n'eut que le temps de parer avec son épaule. Une onde de choc importante se produisit, et fit reculer le maître de plusieurs mètres.

George : Qui a l'avantage ? Je n'arrive pas à voir...
Jeanne : Moi non plus.

Serge réfléchit quelques instants et sembla se décider. Il fonça rapidement vers le maître, et donna un coup de pied vertical à très haute vitesse. Le maître n'essaya même pas de le parer, et bondit sur le côté pour l'esquiver. Sans même toucher le sol avec le coup, celui-ci fut fendillé par l'attaque. Serge donna alors un coup de poing, que le Maître évita en se baissant. L'onde de choc enclenchée fit reculer les spectateurs, qui se trouvaient pourtant à vingt mètres de là.

Dusara : Impensable, maîtriser le Chi naturel à ce point en deux jours ?!
Lazy (pense) : Mais c'est un monstre celui-là aussi... C'est donc ça, une menace triple S...

Serge bondit alors en tourbillonnant puis disparut subitement. Le maître mit soudainement un genou au sol, et ses bras au-dessus de lui pour bloquer quelque chose. L'instant d'après, Serge apparut à cet endroit avec son coude. Le sol fut enfoncé de plusieurs centimètres par la puissance du coup. Pahale donna alors un coup devant lui, projetant Serge à plusieurs mètres en arrière.

Pahale : Permettez-moi de vous montrer une technique que je n'ai pas eu le temps de vous enseigner.
Serge : Hmm ? Allez-y.
Pahale : Attaquez, et vous verrez.

Serge repassa donc à l'attaque, et se déplaça extrêmement vite, pour donner un coup de pied de forte puissance, touchant directement la tête de Pahale. Celui-ci, sous la force du coup, tourbillonna plusieurs fois sur lui-même, mais se rattrapa tout de même. Chose étrange, il n'avait subi aucun dommage. Intrigué, Serge attaque de nouveau, faisant voler plusieurs fois son adversaire. Mais à chaque fois, le maître en sortit sans dommages.

Jeanne : Qu'est-ce que c'est que cette technique ?!
Dusara : Aucune idée, je ne l'ai jamais vue.

Serge attaqua une nouvelle fois, mais le maître plaça simplement sa main sur lui au moment de l'impact, et lui renvoya la puissance du coup en amplifié, projetant Serge sur plusieurs dizaines de mètres, le claquant contre le mur. Serge parvint toutefois à se relever après sa chute, mais il fut accueilli d'un coup de pied, qu'il esquiva de justesse en roulant sur le côté. Cette fois-ci, le maître était à l'offensive, et Serge ne pouvait qu'esquiver de justesse. Il frappa de nouveau, mais sans plus d'effet. Il tenta alors une frappe par dessus, mais son attaque fut évitée sans problème.

Serge : Relaxation absolue ! C'est ça !
Pahale : Bonne réponse.
Serge : Dans ce cas, c'est assez simple à contrer.

Serge avança sa main, et fonça droit sur le maître. Celui-ci fit de même. Mais au lieu de donner un coup de poing, Serge pivota tout à coup et frappa avec sa main tel un fouet sur le bras du maître. Puis il donna un coup de pied au même moment, projetant Palahe en arrière. Et cette fois, il ne se rattrapa pas.

Dusara : Que ?!
Pahale : Hmmm... Bonne réponse. La douleur m'a forcé inconsciemment à me raidir, et je n'ai pu amortir le coup.
Serge : Bon, il est temps d'en finir, cela fait déjà le 2ème chapitre pour cette clé, c'en est assez.
Pahale : Très bien.

Pahale mit les deux mains en avant, et disparut de nouveau. Serge disparut à son tour, et les deux se percutèrent au milieu de la cour. Les deux restèrent figés un court instant, puis Serge bascula sur le côté, visiblement inconscient. Mais alors, il se rattrapa au dernier moment et roula pour se relever ensuite, bien qu'essoufflé. Le maître laissa alors pendre son bras, qui semblait blessé.

Serge : Urg. Ce n'est pas passé loin.
Pahale : Effectivement. Mais vous devez être encore sonné.
Serge : Mais votre bras ne sera pas utilisable avant un moment.
Dusara : Que s'est-il passé ?
Jeanne : Je ne sais pas non plus.
Pahale : Je pense donc qu'il nous reste un dernier coup pour ce duel. Si vous n'aviez pas frappé par réflexe ce bras, vous seriez à terre.
Serge : J'avoue, je ne m'attendais pas à ce que vous me priviez d'oxygène de cette façon. Mais qu'importe, finissons-en.

Serge se pencha en avant, tandis que le maître se remit en garde. Serge sembla bouger une fraction de seconde, puis le maître s'effondra directement à terre. Il était bel et bien inconscient.

Dusara : Quoi ?!
Lazy (pense) : Qu'est-ce que c'était que ça ?!

Serge s'agenouilla, et réveilla le maître, puis l'aida à se relever.

Serge : Alors ?
Pahale : Quelle vitesse, vous avez passé la barrière des 0,5 secondes.
Dusara : La barrière des 0,5 secondes ?
Pahale : La conscience d'une action vient 0,5 secondes après l'intention de réaliser l'action. En d'autres termes, pendant 0,5 secondes, n'importe qui est inconscient. Donc réussir à frapper en moins de 0,5 secondes, empêche toute défense adverse. Et vous avez vu le résultat.

Les disciples restèrent tous muets devant cette démonstration. Le grand maître salua de nouveau Serge, qui fit de même. Puis, ils retournèrent dans la grande salle. Pahale alla chercher une boîte, et l'ouvrit. Il prit la clé se trouvant dedans, sur laquelle était gravée le chiffre quatre, et la tendit à Serge.

Pahale : Voici. Vous l'avez gagnée.
Serge : Je vous remercie. A la fois pour la clé, mais aussi pour les leçons que vous nous avez données.
Pahale : Soyez prudents pour le reste de votre quête. Je suppose que vous connaissez l'emplacement des sept clés.
Serge : Oui.
Pahale : Dans ce cas je vais vous donner un conseil. Quoi que vous cherchiez au quartier divin, ne confrontez pas l'Isvara maître de la ville.
Serge : ... Laissez-moi deviner, il se promène en armure noire ?
Phale : Oui. Comment le savez-vous ?
Serge : Oh, c'est juste représentatif de son rang. Un Akamachin.
Jeanne : ...
Serge : Si je peux l'éviter, je le ferai. Mais ça m'étonnerait. Nous partons maintenant, encore merci.

Le groupe quitta la salle et la cour, pour aller reprendre leurs affaires laissées dans les casiers. Celles-ci étaient toujours là, comme leur avait dit le moine guide la veille. Alors qu'ils furent partis, le maître du monastère se dirigea dans le cour, vers l'endroit où se trouvait Lazy.

Pahale : Tu pourras dire à ton maître qu'ils ont récupéré la clé.
Lazy : Je vois. Vous m'aviez donc repérée.
Pahale : Bien sûr. Les Isvaras sont reconnaissables.
Lazy : Mon maître m'a dit qu'il vous avait déjà battus, est-ce vrai ?
Pahale : Oui. Le seul combat de ma vie où je n'ai rien pu faire.
Lazy : Je vois.

Lazy s'en alla, pour retourner au quartier divin, tandis que Serge et son groupe avaient repris leur route.


Suite au prochain chapitre

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6420
Age : 29
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum