Chapitre 040 - Les ruines de Géa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 040 - Les ruines de Géa

Message  Schlangan le Jeu 24 Sep 2015 - 12:42

Maintenant en possession de cinq clés, Serge et son groupe s'étaient dirigés vers la borne de téléportation la plus proche après la disparition de l'hôpital. Ils purent remarquer qu'ils étaient maintenant à l'aube, preuve que leur séjour onirique dans l'hôpital avait duré toute la nuit. Mais de ce fait, ils n'étaient pas en manque de sommeil. Ils retournèrent à la borne de téléportation, qui les avait conduits ici, et commencèrent à chercher leur prochaine destination. Le bois était bel et bien visible sur la carte, mais visiblement, il n'était pas possible de se téléporter. Un incident technique semblait rendre la téléportation vers cette destination impossible.

Serge : Bien sûr, ça aurait été trop facile sinon. Il va falloir y aller à pied. Nous allons sans doute être attaqués de nouveau.
Jeanne : Ça devient lassant.
Serge : Allez, encore un effort, nous y sommes presque.

Le groupe partit donc à pieds vers le bois, et furent attaqués en route, comme Serge l'avait prédit. Toutefois, il ne s'agissait encore une fois que de quelques hommes sans armes, qui ne faisaient pas le poids. Le groupe finit par arriver devant le bois en question, qui semblait s'étendre sur une zone assez grande.

Serge : Bon, il nous faut trouver une clé dans un bois entier. Ça peut être long, alors espérons que nous trouverons un indice assez vite.
George : Espérons, oui.

Le groupe entra dans le bois, suivant le chemin qui s'offrait à eux. Jeanne ne put s'empêcher de remarquer qu'il n'y avait aucun bruit dans cette forêt, pas le moindre oiseau. Le groupe resta donc vigilant tout en avançant. Puis soudainement, Serge leva un bras, intimant à ses équipiers de stopper.

George : Un problème ?
Serge : Regardez bien. Il y a un fil très fin qui traverse la route à notre hauteur, attaché aux arbres des deux côtés. Un piège.
George : Huh ? Oh, en effet.
Jeanne : Que fait-on alors ?
Serge : Envoie un dragon de glace droit devant Jeanne.
Jeanne : D'accord. HYÔRYUU.

Jeanne envoya le dragon de glace, suivant les instructions de Serge. Le fil fut coupé, et des troncs d'arbres s'abattirent alors juste devant le groupe. D'autres fils furent coupés plus loin, déclenchant d'autres pièges.

Serge : Voilà. Mais ce n'est pas fini.
George : Quoi d'autre ?
Serge : La terre a été retournée devant nous, cela se voit, si on fait attention.
George : Et dans ce cas ?
Serge : Je n'utilise pas souvent les techniques de la terre, mais ça va servir pour une fois.

Serge tapa du pied devant lui, soulevant complètement le chemin, avant que celui-ci ne retombe en place. Mais, des trous le long de la route apparurent, dévoilant de nouveau pièges.

Serge : C'est bon cette fois. Restez tout de même vigilants, et ne tombez pas dans les trous.
Jeanne : Ça va de soi.

Le groupe continua donc d'avancer, en prenant garde à d'éventuels nouveaux pièges. Ils finirent par atteindre le cœur du bois, et la route s'arrêtait.

Serge : Bon, il va maintenant falloir vérifier s'il y a quelque chose ici. Du moins, hormis les signes de vie qui nous entourent, probablement des soldats camouflés.
Jeanne : C'est bien ce que je me disais.
Serge : Je vous donne 10 secondes pour sortir, ou je vais vous faire sortir moi-même.

Aussitôt, plusieurs soldats émergèrent du sol, portant des tenues de camouflages. Ils firent feu instantanément, mais Serge utilisa sa chaîne d'éclairs pour arrêter les balles et les soldats. Toutefois, il savait pertinemment qu'il en restait d'autres dissimulés. Il leva alors la main, et des stalagmites de terre surgirent embrochant les nouveaux ennemis en les faisant sortir de leur cachette.

George : Juste comme ça, tu peux utiliser combien de... d'éléments magiques comme ça ?
Serge : Oh, quelques uns, voyons voir, feu, terre, air, eau, lumière, ténèbres, mort, temps, ça fait huit.
George : Mort ? Temps ?
Serge : Trop long à expliquer, mais oui. Bien, c'est maintenant plus calme dans les environs, donc essayons de trouver quelque chose.

Le groupe commença à explorer les environs, et ce fut Julie qui trouva quelque chose. Il s'agissait de murets de pierre, disposés un peu partout, semblant former des bases pour des maisons.

Serge : Tiens donc, des ruines. Ou des travaux inachevés.
George : Peut-être la clé se trouve-t-elle par ici, c'est la seule zone "différente" du bois.
Serge : Peut-être bien. Regardez bien partout.

Les membres du groupe commencèrent donc à chercher au cœur des ruines, pour essayer de trouver quelque chose, mais rien ne transparaissait. Après plusieurs minutes de recherche, ils se regroupèrent.

Serge : Bon, ce n'est pas terrible tout ça. Aucune indication.
Jeanne : Hmm... Il y a quelque chose de familier ici pourtant.
Serge : Ah bon ?
Jeanne : Mais tout est en ruines, je me demande à quoi ça ressemblait avant.
Serge : Ah, bah je peux te le montrer. George, tu vas voir ce que je peux faire avec le temps, tiens. REVERSE !

Serge inversa le cours du temps sur l'une des ruines, et les pierres commencèrent à se rassembler pour reformer une maison se trouvant là précédemment.

Serge : Tiens ? Depuis que j'ai appris l'utilisation de leur Chi naturel, je n'ai plus besoin de beaucoup d'énergie pour faire ça.
Jeanne : Serge, regarde cette maison !
Serge : Mh ? Tiens, j'ai déjà vu ça quelque part, mais où ?
Jeanne : Le village de la division de la terre !
Serge : Mais oui ! Nous sommes sur la planète Géa c'est vrai ! Donc ici sont les ruines du village de la division de la terre, ça explique tout !
George : Je ne comprends pas tout.
Serge : Pour faire simple, avant que les Isvaras ne se pointent dans l'univers, il y avait d'autres individus qualifiés de dieux. Contrairement aux Isvaras, ils n'intervenaient qu'en cas d'extrême nécessité.
George : Des faux dieux également ?
Serge : Oui et non, la notion même de dieu dépendait plutôt des capacités de chacun. A force d'entraînements, j'ai moi-même rejoint ces dieux. Quoiqu'il en soit, nous sommes ici dans le village des dieux maîtrisant le pouvoir de la terre.
George : Mais où sont ces dieux alors ?
Serge : Eh bien, les dieux ne maîtrisaient chacun qu'un pouvoir. Et comme les Isvaras sont insensibles aux techniques différentes de leur élément, ils n'ont pas pu les arrêter.
George : Mais ces dieux ont disparu de l'histoire ! Comment avez-vous pu les rejoindre alors ?
Serge : C'est un peu long à expliquer, mais nous avons été d'une manière ou d'une autre expédiés 3000 ans dans le futur. Nous n'étions donc pas là au moment de l'arrivée des Isvaras. Les choses auraient peut être été différentes à ce moment.
George : Comment ça ?
Serge : Les Isvaras sont beaucoup plus forts que les dieux d'antan, mais cela vient peut-être du temps qui s'est écoulé, leur pouvoir a pu croître suffisamment pour les rendre plus fort.
George : Mais si vous maîtrisez le temps, ne pouvez-vous pas retourner dans le passé ?
Serge : Non, car cela consomme trop d'éner.... Oh. Je vois, c'était donc ça !
Jeanne : Qu'y a-t-il ?
Serge : La technique Reverse ne me prend presque plus d'énergie. Je pourrai peut être retourner dans le passé maintenant ! Et corriger les choses ! Ça explique ce que Zestar m'a dit. D'une manière ou d'une autre je devrai le ressusciter.
Jeanne : Oui mais si tu as fait ça, c'est que tu n'as pas pu changer tout le cours des choses.
Serge : Hmm. Il doit y avoir une raison à tout ça. Bon, nous verrons plus tard. Essayons de trouver la clé maintenant. Où peut-elle bien être ?

Par curiosité, Jeanne entra dans la maison reconstruite, et trouva un livre à l'intérieur. Elle appela alors Serge.

Jeanne : Regarde ça, un livre.
Serge : Un livre ? On a tapé sur la bonne maison alors.
Jeanne : Mais il t'es adressé...
Serge : Muh ? Voyons voir ce qu'il raconte. "Cher Serge, les voyages dans le temps sont une bonne chose, n'est-ce pas ? Dommage que l'on ne puisse pas faire ce que l'on veut. C'est bien de vouloir corriger la ligne des Isvaras, mais tu verras que ce n'est pas aussi simple. Quoiqu'il en soit, je te laisse ce livre pour te dire où se trouve la clé dans les ruines de Géa. Il y a quelque chose qui t'attend, qui se réveillera si tu utilises Nadare Jishin. Allez bon courage, pour la suite, tu en auras besoin. Signé, toi-même, un peu en avance sur ton temps."
Jeanne : Hein ? C'est toi qui a écrit ce livre ?
Serge : ... On dirait. Donc je peux bien voyager dans le temps. Si c'est moi, je devais savoir que j'allais reconstruire cette maison, donc c'est logique que j'aie laissé un livre dedans. Mais, c'est assez compliqué tout ça. Enfin bref, voyons voir... NADARE JISHIN !

Serge activa l'aura de niveau de la terre, et le sol se mit à trembler. Des ruines s'assemblèrent plusieurs blocs de terre, pour former un golem. Celui-ci s'anima, et se tourna vers Serge.

Golem : Un utilisateur de Nadare Jishin, enfin ! Tel que le général l'avait dit !
Serge : Yo. Qui es-tu ?
Golem : Un simple golem créé par le général Bikari. En attente de l'arrivée de quelqu'un maîtrisant l'aura de la terre.
Serge : Bikari. Où est-il à ce propos ?
Golem : Le général savait qu'il serait défait par les Isvaras. Il se trouve toujours sur cette planète, mais a été emprisonné.
Serge : Vraiment ? Bon, dans ce cas ça nous fera une chose de plus à faire, le libérer.
Golem : Il se trouve dans la prison de marbre. Dans le quartier divin.
Serge : Mais comment sais-tu cela ?
Golem : Nous sommes reliés. Maintenant, il sait aussi ce que je vois.
Serge : Ah. Dans ce cas, si tu nous entends, Bikari, dès qu'on a toutes les clés qu'il nous faut, on va venir te chercher ! Maintenant, où se trouve la clé ?
Golem : Elle se trouve enfouie à l'endroit de l'ancienne place du village. Suivez-moi.

Le golem conduisit le groupe un peu plus loin, et indiqua l'endroit où creuser. Serge créa un stalagmite de terre pour faire sortir la clé, et la récupéra. Celle-ci avait bien le chiffre six de gravé dessus.

Golem : J'ai maintenant terminé ma mission. Bon courage pour la suite.
Jeanne : Pas de calamité en ayant pris la clé ?
Serge : Apparemment pas. Il n'y en avait pas eu non plus avec celle du monastère. Ça doit dépendre. Enfin, ne restons pas là, et allons chercher la dernière.

Le Golem disparut, et le groupe repartit en direction de la sortie du bois. Pendant ce temps, quelque part dans le quartier divin, le général de la terre se trouvait enfermé dans une cellule. Un geôlier venait lui apporter à boire et à manger.

Geôlier : Voici votre repas.
Bikari : Merci bien, comme toujours. J'ai une nouvelle cette fois. Il est arrivé.
Geôlier : Vraiment ? Très bien, merci pour cette information.


Suite au prochain chapitre

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6443
Age : 30
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum