URQR : Chapitre 9 : En terrain connu....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

URQR : Chapitre 9 : En terrain connu....

Message  Le Rat qui rit le Sam 4 Oct 2008 - 14:01

Noël approchait, et les décorations c’étaient faite festives, des guirlandes et de boule de noël étaient accrocher aux murs et les sapins semblait avoir poussait a chaque coin et embranchement de la base. C’était devenu le grand passe temps de Mira que de les décorer, tandis que Tely se demandait a quoi servait tout cet attirail. Lucien semblait indifférent a tout ça et avait repris son habitude de râler a tout vas (Eric c’était mis à penser que son ami ne rallais que lorsque tout allais bien…) Quand au dernier, et bien il ne faisait pas grand-chose, du moins de son point de vue.

C’est en ce jour du 22 Décembre au matin qu’ils furent convoqués, tout les quatre, au bureau du rat. Il faisait encore nuit, a cette époque de l’année les journées étaient courte et les nuit bien longues.
Le rongeur semblait avoir peu dormit ses dernières vingt quatre heures, mais une étonnante énergie l’animait tout de même.

Lucien : roah ! T’a de ses idées de nous faire lever à six heures du mat !
Le rat : bonjour a toi aussi !

Il était étonnamment jovial, çà ne lui ressemblait pas trop, mais les autres lui rendirent son salut tout de même.

Le rat : je ne vais pas y’aller par quatre chemin, j’ai du boulot pour vous.
Lucien : heu on approche de Noël ! Hors de question d’aller couper des Bouleau !
Le rat : no comment, de toute manières, t’inquiète pas vous serez revenu le 24 au matin.
Eric : en quoi ça consiste ?
Le rat : on explore pas mal de planète avec nos flotte, la plupart sont habité et nous nous ravitaillons en matières premières auprès d’elle. Durant l’une de ses explorations on en a découverte une qui m’intrigue.
Lucien : tant que ta flotte ne prend pas l’eau, elle ne coule po.
Le rat : …………
Mira : qu’avait elle de se spéciale cette planète ?
Le rat : c’était l’un des repaires de l’un de mes ennemis déclaré.
Lucien : un repère qui servait à repérer quoi ?
Tely : bas et alors qu’y a-t-il d’étrange la bas ?
Le rat : et bien aucune trace de l’ennemi en question pourtant la planète était lourdement armée comme prévue.
Lucien : tu veux quoi alors ?
Le rat : ben que vous exploriez le coin, et ceux jusqu’au matin du 24 ou vous repartirez…
Eric : rien de dangereux ?
Le rat : ça dépendra de votre chance… Y’avait des armes, donc forcement des hommes de mains.
Lucien : moi je préfère la main de l’homme !
Tous les autres : LA FERME !
Lucien : Meeuuuh ! (traduire : mais)

Mira lui marcha de toute ses forces sur son pied, et il dut se retenir pour ne pas crier.

Eric : bon, ben je suppose qu’on doit y’aller !
Le rat : ah j’y pense.

Il se le va contourna le bureau et mis quelque chose dans la main de Lucien.

Le rat : utilise ça en cas de danger insurmontable. Et n’y fais pas appel pour rien, on ne peut l’utiliser qu’une seule fois.
Lucien : reeuh… J’en veux pas de ce truc donne le a Eric.
Le rat : je te fais confiance, bonne chance.

Et Lucien se senti tirer en arrière, sans avoir pu en dire plus.
Il mit dans sa poche ce que le rat avait donné, pendant que lui et ses compagnons se dirigeaient vers le hangar à vaisseaux. Après cinq bonnes minutes ils y arrivèrent et prirent leur vaisseau habituel.
Apes un court voyage, ils se posèrent sur une planète qui n’avait qu’un seul océan (gigantesque) autour duquel se jetaient de multiples fleuves. Il n’y avait quasiment pas de zone défrichée, le sol de cette terre était entièrement ou presque entièrement composer de foret ou de montagne. De ses monts partaient énormément de ruisseaux et de rivières.
Ils se posèrent dans l’un des rares endroits accessibles, une sorte de vaste champ laisser a l’abandon prés d’une ville.
Il était sur les coups de midi. Lucien sortit en premier.

Lucien : j’ai faim !
Mira : heu ça peut pas attendre ?
Lucien : ben non, de toute manière faut aller en ville, donc autant en profiter pour manger…

Et le jeune homme entraina ses compagnons en ville, une fois dans la cité le chef du groupe demanda à un passant ou se trouvait le restaurant le plus proche. Ce dernier lui indiqua ou ils se trouvaient et la joyeuse bande se retrouva dans le resto, et Lucien se posa dans un coin.
Après un copieux repas (nous passeront les détails) et une fois qu’ils eurent finit de manger, Lucien profita de la présence du patron (qui venais d’être payer pour le repas) pour poser quelques questions…

Lucien : et dites, vous avez entendu parler du fait que des Armes ait été cachées sur votre planète ?
Patron : bien sur que je le sais tout le monde ne parle que de ça dans le coin !
Lucien : mmmh, je vois, donc vous me paraissez bien suspect !
Patron : ben pourquoi ?
Lucien : ben parce que vous êtes au courant d’un sujet censé être ultra confidentiel, que votre cuisine est trop bonne, et pis aussi parce que je n’ai pas d’autre suspect !
Mira (murmurant a Eric) : il joue a quoi la ? Il est complètement à coter de la plaque…
Eric (répondant tout aussi discrètement) : a mon avis il a juste péter un câble….
Patron : heu vous êtes sur que vous allez bien ?
Lucien : bien sur, je suis en parfaite santé, et je suis sur que vous êtes coupable, ça se lit dans vos yeux !

Le patron secoua la tête avec un air dépité, avec l’impression qu’il était tombé sur un abruti fini.

Patron : si vous voulez vraiment savoir allez donc dans la foret vers l’est, c’est la que l’on a retrouver les équipement militaires ! Mais vous risquez de finir au mort avant la fin de la journée ! SECURITEE !

Et les deux types qui se tenaient dans un coin firent sortir les jeunes gens sans ménagement.
Lucien se retrouva les fesses sur le sol, un grand sourire aux lèvres, et se releva.

Eric : qu’est ce qui t’a pris ?
Lucien : ben quoi c’est lui j’en suis sur !

Le reste du petit groupe se regarda et chacun d’eux haussa les épaules tandis que Lucien se dirigeait vers un bâtiment au dessus duquel il y’avait un panneau « locations ».
Après une courte discussion (ou il accusa encore le dirigeant d’être mêler au trafic d’arme ce qui fit bien rire le patron) Lucien avait embarqué ainsi que ses compagnon dans un 4x4 afin de se rendre rapidement sur les lieux.

Il fallu guère qu’une bonne demi heure de route sur un chemin de poussière chaotique, tracé au milieux de la foret, pour arriver a une clairière, ou rien ne laissait deviner quelque chose d’anormal, pourtant Lucien arrêta le véhicule et annonça :

Lucien : nous y voila !
Tely : ce n’est pas trop tôt j’en pouvais plus d’attendre sur cette engin.
Eric : ça s’appelle une voiture, et tu ferais bien de t’y habituer, c’est un véhicule très utilisé.
Mira : par contre tu es sur que c’est ici Lucien ?
Lucien : ouaip, tu ne crois pas si bien dire !

Il se pencha fit quelques pas le nez pointer vers le sol, puis il finit par se mettre a genou à coter d’un caillou de la taille d’un ballon de foot.
Soudain le sol commença a s’ouvrit, forçant Eric et Mira a reculer, révélant un trou imposant d’environ dix mètres sur dix, dont le petit groupe ne pu identifier la profondeur. Une échelle se déplia à partir du rocher (qui bordait l’ouverture) qui se révéla être plus un panneau commande qu’un rocher.

Eric : et bien c’est de la technologie de pointe !
Lucien : ouais, évite de prendre un marteau et d’enfoncer le clou s’il te plait.
Mira : et comment t’as su que c’était la.
Lucien : le rat m’a dit que c’est en cherchant des filons de minerai que ses ingénieurs avaient trouvé la cachette…
Tely : je n’aurais jamais pensé qu’un tel truc puisse sortir du sol…
Eric : qu’importe, on doit descendre non ?
Lucine : si on veut trouver une piste, on n’a pas le choix, tout ça a cause du rat qui nous file du boulot peu avant Noël….

Il claqua des doigts, et dans le creux de sa main droite apparue une lumière, puis le second du rongeur commença à s’enfoncer dans la pénombre, descendant les marches de l’échelle.
Il fut suivit de près par les autres qui préférais garder leur seule source de lumière dans leur champs de vision.
Ils finirent par arrivé une vingtaine de mètres en contrebas, et Lucien ne pus s’empêcher de lâcher un sifflement de stupéfaction lorsqu’il intensifia la lueur de la lumière dans sa main droite.
Il y’avait quelques vaisseaux de transport, un petit nombre de vaisseaux de guerre, mais il y’avait énormément de munition et de missiles interplanétaires…

Lucien : voila un convoi de munition, et son escorte, prête à décoller et a ravitailler une quelconque base ennemie !
Tely : je ne vois pas trop l’utilité de tout cela…
Eric : et bien on peut dire que ça sert a pilonner les défenses adverses afin de rendre un assaut plus facile.
Mira : bon on se sépare pour chercher quelque chose qui pourrait nous mettre sur la piste de ceux qui on stocké tout ça ?
Eric : et comment on fait avec une seule lumière ?
Lucien : ça ce n’est pas un problème, Sat Et Light !

Quatre disques de lumière se mirent sur le coté de chacun d’entre eux et quand Mira se retourna pour choisir une direction, le disque de lumière éclaira la direction qu’elle regardait.

Mira : pratique ça !
Lucien ça dure qu’une heure ce hangar a l’air d’être asser spacieux, donc tachez d’être a l’heure ici, sinon ça va être le bordel de vous retrouver.

Et chacun partit dans une direction. « le hangar » comme l’avait appeler Lucien devait bien faire une centaine de mètres de large sur deux cents de longs, le tout avec une hauteur approchant la vingtaine d’unîtes.
L’exploration commença et ils se croisèrent plusieurs fois les uns les autres même en s’engageant dans les étages, qu’ils atteignirent en grimpant des échelles (ou plutôt des échafaudages gigantesque, fais de métal et de bois, et sans doute démontables)
C’est a un moment ou ils étaient tous séparé et alors qu’elle venait d’atteindre le dernier « étage », que Tely s’arrêta ressentant une étrange présence. Elle sortit calmement son fouet lorsqu’un cri retenti en dessous d’elle !

Elle n’eut pas le temps de dire ouf qu’un animal lui sauta dessus, qu’elle réussi à repousser après quelques roulades.
Elle entendit Lucien hurler le nom d’une attaque en face d’elle mais a une certaine distance, et elle entendait ailleurs les bruis d’épées qui s’entrechoque, vraisemblablement celle d’Eric et de son adversaire. Ils étaient tous engagés dans un combat constata la jeune femme.
Elle faisait face à ce qui ressemblait a un Lion, mais en plus gros, et Tely n’eut pas le temps d’en observer plus qu’il se jeta une nouvelle fois sur elle tentant de lui lacérer l’estomac d’un coup de griffe.

Elle l’esquiva, et décida qu’il était inutile de se servir sérieusement de son arme, face à une menace si faible. Elle fit appelle a un guépard, animal ayant des facilitée a se battre dans la pénombre ce dernier n’eut aucun mal a éviter les coups de pattes et de croc puissant du lion, mais visiblement aucune attaque du plus petit des deux félidés n’avait d’effet sur le plus gros.
Tely fronça les sourcils, puis une idée un peu folle lui vint a propos de l’animal à crinière.

Tely : spirale !

Les coups de fouet atteignit deux fois le lion, mais ne le blessa aucunement, ce qui confirma l’hypothèse de la jeune fille, qui n’eut pas à réfléchir plus longtemps et fit disparaître le guépard au profit d’un Éléphant !
Le lion l’attaqua sans discernement le nouveaux venu qui ce saisi du félidé avec sa trompe et le projeta au sol de toute ses forces. Un horrible bruite de tôle froissé retentit, l’animal étant en fait une machine.
Mais alors qu’elle croyait le combat facilement remporté, une succession de coup de feu retentit et elle dut se jeter à terre !
Le robot avait modifié sa structure, et malgré le fais qui lui soit impossible de se déplacer, il n’avait pas perdu tout ses moyen de défense. Malgré tout, Tely n’eut qu’un ordre a donné au pachyderme qui écrasa ce qui restait de la machine avec sa patte… La jeune femme renvoya l’éléphant et se dirigea la ou avait lieu le combat de Lucien….


Dernière édition par Le Rat qui rit le Jeu 4 Déc 2008 - 10:46, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1341
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 9 : En terrain connu....

Message  Le Rat qui rit le Jeu 4 Déc 2008 - 10:46

Ce dernier avait lui aussi entendu le cri de Mira, mais n’avait pas eu le temps d’empoigné sa lance lorsque son adversaire lui sauta dessus….
Et lui passa a travers ! Lucien se tenait en fait à la droite de son reflet, et il pointa sa lance sur une espèce d’araignée de la taille d’un homme.

Lucien : aco-light !

Le rayons, partit, mais étrangement rebondi sur la carcasse de la bestiole, le jeune homme d’abord interloqué, repris juste à temps ses esprits pour éviter la charge de l’animal. Et tandis que l’araignée se retournais, Lucien compris ce qui n’allais pas, et s’approcha, désormais il était au corps à corps avec son opposant. L’arachnide proche du vide, ne put prendre d’élan et utilisa quatre de ses pattes pour assaillir le jeune homme qui contra difficilement cette pluie de coups avec sa lance, provoquant une série de claquement métalliques sonores. Malgré tout il réussi a trouver une ouverture et sauta sur le dos de l’animal dans lequel il planta la pointe de sa lance.

Lucien : bon puisque j’ai le droit à une version blindée d’Arachné, suffit de passer outre la carapace ! Light Et rature !

L’énergie lumineuse jaillie de la lance plongea profondément dans le corps de la créature mécanique qui explosa, propulsant Lucien à terre.

Eric courait dans la direction ou il avait entendu le cri de Mira, quand le bruit de l’explosion vint a ses oreilles. Il avait expédié son combat avec une étonnante facilitée, l’orang outang n’avait pas fait un pli. La machine après avoir enchainé une série de coup de poing s’était retrouvé dépourvue de bras, l’acier ayant été découpé net par une technique du jeune homme qui avait achevé son adversaire en le découpant proprement en deux.

Eric hésita un instant, puis repris sa course dans la direction dans laquelle il était partit, se disant que Lucien ou Tely ne devait pas risquer grand-chose.
Ce qui était plus ou moins vrai puisque après une courte course dans la direction de Lucien, Tely vit l’explosion et fut projeter a terre elle aussi par l’explosion, puis vit Lucien se relever indemne marmonnant un juron.
Puis s’apercevant qu’il n’était pas seul :

Lucien : heureusement que j’ai eu le temps d’activer Light O Sphère, sinon je finissais en hachis Parmentier.
Tely : tu as entendu Mira ?
Lucien : ouais, trouve-nous un moyen de descendre rapidement !

Tely fit sortir un étrange sifflement de sa bouche et un aigle gigantesque apparu de nulle part saisit délicatement mais rapidement les deux amis. L’animal descendit en planant en bas du hangar, esquivant les montant et les obstacles puis une fois ses deux passagers a quelques centimètres, il les lâcha les laissant tomber au sol.
Ils étaient à quelques mètres de l’échelle qui servait à remonter à la surface. Eric arriva alors derrière eux, surpris de les retrouver la.

Eric : ou est Mira ?
Lucien : je n’en sais rien.
Tely : y’a fort a parier qui ne lui soit rien arrivé de bon.
Lucien : on remonte, on y verra plus clair.

Et ils gravirent rapidement l’échelle, toujours suivit de leur disques lumineux, se retrouvant à l’extérieur. Et la, oh surprise ! Le véhicule qu’ils avaient emprunté avait disparu !

Eric : et mince alors ! On est bien maintenant !
Lucien : ouais, qu’est ce que je vais bien pouvoir dire au mec qui m’a loué c’truc !
Eric : t’est imbécile ou quoi ?
Lucien : un cil en forme de B ?

Eric lui décocha un coup de poing dans l’épaule de son compagnon.

Lucien : ben quoi qu’est ce qu’il y’a ?
Eric : si Mira était encore en dessous on aurait eu aucun mal a la repérer a cause de la boule lumineuse !
Lucien : brillante constatation Sherlock Holmes ! Et donc ?
Eric : c’est donc qu’elle a été enlevée !
Lucien : sauf si elle est partie avec le 4x4 !
Tely : je doute que ce soit le cas, les traces de votre moyen de transport mécanique s’enfoncent plus loin dans la foret. Ca m’étonnerait qu’elle soit partie dans cette direction sans nous attendre.
Eric : bon on peut donc supposer que ce sont des machines qui ont enlevée Mira et qu’elles sont parties dans les profondeurs de la forêt.
Lucien : et tu veux faire quoi les suivre a patte ?
Tely : j’ai la solution !

Elle claqua des doigts et après deux minutes d’attente trois chevaux (sauvages) sortirent des fourrés.

Eric : heu…
Lucien : en effet, c’est une solution, mais je sens que je vais très vite la regretté.

Tandis qu’il disait cela, Tely avait déjà enfourché sa monture. Lucien fit de même, avec une certaine facilité, mais Eric semblait réticent.

Eric : comment vous pouvez faire ca aussi facilement, alors qu’il y’a pas de selle ? Enfin surtout toi Lucien, normalement…
Lucien : eh, je ne suis pas le lieutenant du rat pour rien, dépêche toi de grimper.

Apres plusieurs tentatives infructueuses (et quelques chutes… douloureuses) Eric fut enfin près a partir, et les trois compagnons lancèrent leur chevaux au galop.
Ils parcoururent ainsi la forêt pendant trois heures, Eric les ralentissant en raison de son inexpérience de la montée à cheval. Lucien commençais a se plaindre comme quoi son postérieur le faisait souffrir, et les chevaux avait ralenti l’allure épuisés, quand ils débouchèrent a l’orée de la forêt.
A cet endroit la succession d’arbres se dispersait, après une courte pose afin que les montures puissent récupérer, ils reprirent la route aussi vite que possible suivant les traces de roue du 4x4. Au fur et à mesure qu’ils avançaient, la répartition des végétaux devint éparses, et le terrain boueux. Le chemin qu’ils suivaient commença alors à slalomer entre les étangs, tout en restant assez large.

Les chevaux finirent par s’arrêter au milieu d’un passage ou le chemin était cerné par deux vastes marécages, car désormais le paysage était marécageux, et l’eau était omniprésente.
Les bêtes semblait inquiète et refusait d’avancer. C’est pourquoi tout trois descendirent de leur monture et commencèrent à chercher la raisons de l’arrêt des animaux.

Eric : qu’est ce qui leur prend ?
Tely : je ne sais pas, mais cet endroit me donne la chair de poule !
Lucien : ah tient tes pouvoir te permette de te transformer aussi ?
Eric : t’en a pas marre de jouer sur les mots on perd du temps la ….

Lucien n’eut pas le temps de renchérir que l’eau se mit à bouillonner furieusement dans les deux plan d’aux encadrant la route. Les chevaux s’enfuirent au galop vers la forêt tandis que Lucien se jetait sur Eric le plaquant au sol, Tely elle avait compris le danger d’elle-même et s’était elle aussi jetée au sol. Quelque chose passa au dessus de leur tête, répandant une pluie de fine gouttelettes d’eau, sans qu’aucun de ne pu distinguer de quoi il s’agissait.
Lucien se releva, sortant son arme et en dépliant la hampe, aussitôt imité par ses deux compagnons.

Eric : c’était quoi ca ?
Lucien : visiblement nous étions attendus, c’est sans doute le gardien du coin.
Tely : il est retourné dans l’eau méfiez vous !

Un nouvelle attaque surgie des flots bouillonnant et ils virent un deux tentacules surgir et s’abattre sur le chemin, éviter de justesse par Eric et Tely.

Lucien : ah pardon je me suis trompé !
Tely : quoi, ce n’est pas un gardien? Tu sais ce que c’est ? Tu pense pouvoir nous en débarrasser ?
Lucien : ben non, je dis juste qu’il n’y a pas un gardien mais deux gardes !
Eric : bon sang ! T’avais rien de mieux à dire ? Et ca change quoi ?
Lucien : ben je m’occupe de celui qui est à droite et vous de celui qui est a gauche !

Ils n’eurent pas le temps de continuer leur conversation, les tentacules étaient de retour, mais cette fois Lucien ne le laissa pas le temps de frapper, il utilisa Aco Light pleine puissance ce qui fit retourner instantanément le membre de la créature dans l’eau. Tely et Eric s’était contenter d’esquiver, ne trouvant pas de moyen pour riposter a l’attaque de leur adversaire.
Un nouvel instant de calme s’en suivi.

Eric : bon ben ces truc la on beau ce cacher, l’eau c’est conducteur. On va finir ca vite fais bien fais ! Eclair !

La foudre tomba alors sur l’étang de gauche, le monstre n’eu alors d’autre choix que de sortir de sa cachette aquatique, c’était une sorte de pieuvre, qui se hissa sur le sol rapidement grâce à ses tentacules. Lorsque le petit groupe se retourna afin de s’éloigner de l’animal, ils se rendirent compte qu’une deuxième pieuvre, leur coupait la retraite.
Ils étaient cernés !

Lucien : en voila de drôles de bestioles !
Tely : ce ne sont point des animaux, cela ressemble plus a des machines….
Eric : ce qui expliquerai l’inefficacité de la foudre, mais comment tu sais ca ?

Ils n’eurent pas le temps d’achever leur conversation, les deux robots désormais installés sur la terre ferme de façon à ne pas basculer avait repris leurs attaques avec leur multiples bras.
Lucien décida de contre attaquer, et lança Heterok Light, les multiples rayons bloquèrent un instant les tentacules permettant au jeune homme de lancer Aco light…. Qui rebondi sur la carapace métallique de la machine !
La pieuvre en profita pour lancer l’une de ses tentacules vers la tête de son ennemi qui ne pouvait esquiver…
Pendant ce temps, Tely et Eric évitaient facilement les attaques de la seconde machine assez facilement, mais le jeune se fit surprendre et fut bloquer entre deux des bras de la pieuvre tandis que le troisième s’abattait sur lui.

Eric : Perce muraille !

La tentacule de droite, pourtant faite de métal, fut tranché net, comme le cyborg un peu plus tôt dans la journée, et esquiva ainsi facilement le dernier bras restant.
Pendant ce temps Tely n’était pas resté inactive, et la machine s’arrêta brutalement, sans explication visible.
Avant qu’Eric n’ait pu demander comment la jeune femme avait fais, une explosion retenti derrière eux, ils se retournèrent alors et virent Lucien, les cheveux encore plus en pétard que d’habitude, entouré de Ligthosphere, le bouclier de lumière, taper du pied dans le tentacule de la bête mécanique qu’il affrontait un instant plus tôt. Celle-ci gisait sur le flanc, un grand trou
sur le coté de la tète, avec des fils et des circuits pendouillant par l’ouverture.

Lucien : sale bête ! Obligé d’utiliser Mega Light ! Mais vous en avez pas finit avec la votre ?
Eric : ben si, elle bouge plus ! J’allais demander a Tely comment elle avait fait pour la neutraliser !
Tely : c’est simple y’a un trou de souris qui doit permettre aux articulations de bouger de façon optimale, j’y aie fais passer un rat qui a sectionner des fils et elle s’est arrêter…
Eric : versions moderne de David contre Goliath…
Lucien : j’aurais plutôt dis que le pire ennemi de la machine est le rongeur… Bon faut retrouver Mira, faut que je lui dise que ca fait trop de boulot pour moi quand elle se fait enlever !

Eric ne put ajouter quelque chose, le chef du petit groupe était déjà parti vers l’avant, suivit de peu par Tely. Le jeune homme rengaina donc son épée a deux mains, et suivit les deux autres, non sans avoir haussé les épaules….
La route repris, et les marais et les étangs firent place au arbre épares, et a l’herbe haute. Ils continuèrent ainsi a marcher quelques heures, et tendit qu’ils mangeaient le peu de nourriture qu’ils avaient emporté, tout en marchant, ils purent constater que le terrain commençait a monter.
Finalement le soir vint, et la nuit commença a tomber. Ils étaient désormais dans un foret composés principalement de conifères assez espacé, et les fougères envahissaient le sol. Le chemin de terre qu’il suivait depuis le début, slalomait entre les arbres.
Les traces du 4x4 étaient toujours visible, mais l’obscurité se faisait de plus en plus épaisse, et les trois amis avaient peur de perdre la précieuse piste lorsque Lucien fit signe au deux autre de se coucher a terre.
Le rond de lumière d’une lampe torche se dessina alors derrière eux sur les arbres.
Le trio s’approcha alors discrètement de la source de lumière incongrue, et au bout d’une dizaine de minutes d’un déplacement lent et silencieux, ils aperçurent deux gardes devant un rocher, tout deux lampes a la main, il fouillait le noir de la nuit a la recherches d’intrus. Les trois amis s’approchèrent encore et purent distinguer les paroles échangées…


A suivre...

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1341
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 9 : En terrain connu....

Message  Le Rat qui rit le Sam 6 Déc 2008 - 14:42

Garde O : comment veux-tu passer inaperçu en surveillant les alentours comme ca ?
Garde N : faut dire que l’équipe qui a récupérer le 4x4 a fait fort, y’avait plus discret.
Garde O : ouais, mais autant limiter les signes qi pourront nous faire repérer.
Garde N : les ordres sont les ordres.
Garde O : oui mais les hommes du rat sont revenu, et le fait que les androïdes sont apparu dans le hangar va leur paraître suspect, c’est pour ca que le groupe à piquer le véhicule pour les ralentir.
Garde N : toujours est il que les signaux des sentinelles du lac ne nous parviennent plus, et qu’il est possible que ce soit parce que les hommes du rongeur soient a nos trousses.

Les laissant à leur débat, Lucien prit les poignets d Tely et d’Eric et les tira en arrière, puis il mit son doigts sur les lèvres, désigna les gardes du doigt, leur fit un clin d’œil, et disparu comme dissolu dans l’air, grâce a Mascarade.
Les deux compagnons qu’il restait avaient compris, et attendirent patiemment la suite des événements. A peine une minute plus tard, alors que les deux sentinelles se disputaient, deux coups sec retentirent, et les deux gardes s effondrèrent, laissant apparaître Lucien qui venait de les assommer avec le manche de sa lance.
Alors que les deux autres membres du trio le rejoignaient, Lucien marmonna :

Lucien : je n’aime pas les garde N, ca fais trop champêtre….
Eric : hein ?
Lucien : bah ouais en Anglais, Garden veut dire jardin…
Eric : no comment….
Tely : et si on trouvait le moyen d’entrer ?
Eric : pas sur, la jeep n’a fait que s’arrêter pour mieux repartir, les traces reprennent dans cette direction.

Les deux autres suivirent les traces de pneus du regard.

Lucien : en effet, mais vaut mieux trouver pourquoi ce rocher est si bien garder, a mon avis y’a une porte qui mène a une base souterraine.
Tely : effectivement, si Mira a été emmenée ici et que nous continuons à suivre la piste du véhicule nous perdrons un temps précieux.
Eric : a c’est vrai, vaut mieux commencer par aller voir ce qui cloche avec le rocher !
Lucien : moi si j’ai dis ca c’est parce que j’avais faim et si il y’a deux gardes, doit y’avoir de la nourriture….
Eric : bien sur qu’ils étaient de garde…
Tely : encore un jeu de mot pourri…
Lucien : merci !
Eric : heu c’est moi qui ait fais le jeu de mot…
Lucien : ouais, mais a partir de maintenant tout jeu de mot fait par un de vous trois sera considéré comme venant de moi….

Et tandis que Lucien et Eric se disputaient (a voix basse), Tely était en train d’examiner soigneusement le rocher, après avoir fait le tour du morceau de roche, elle avait remarqué une excroissance qui paraissait louche, et tenta de faire tourner la protubérance.
Un lourd bruit retenti derrière elle, et quand elle se retourna elle vit une porte qui semblait faite du rocher lui-même et qui devait parfaitement s’encastres dans l’ouverture, sans même laisser un demi millimètre d’espace entre le battant et le rocher en lui-même.
Elle contourna la porte, et fit face a un escalier en colimaçon qui descendait derrière l’ouverture, visiblement Lucien avait eu raison.

Tely : en avant les gars !

Le trio se mis a descendre les marches, et quand ils arrivèrent en bas, il n’avait guère descendu que d’un étage et demi. En bas de l’escalier ils débouchèrent sur un étroit couloir qui était fermer par une nouvelle porte, et quand Tely essaya discrètement de faire tourner loquet, celui-ci refusa de jouer : la porte était fermée.
Avant même qu’elle n’aie pu s’entretenir avec ses amis de la façon dont ils devaient agir, Lucien balança une explosion de lumière sur la porte qui voila en eclat.
Derrière l’ouverture, ils purent distinguer la disposition de la pièce, une salle de forme carrée sur laquelle s’ouvraient cinq portes dont celle d’où les trois amis venaient. Au centre se tenait une table autour de laquelle se tenait quatre gardes qui jouaient au cartes (apparemment la belote) qui restèrent bouche bée face aux intrus, mais qui n’eurent pas le temps de la refermer qu’ils étaient déjà tous proprement assommer par les trois intrus.

Eric commença à faire le tour de la salle a la recherche d’indices quand a la présence de Mira, tandis que Lucien reniflait. Puis ce dernier se dirigea sur le seul mur ou il y’avait deux porte, puis après une longue hésitation celle de droite. Inspiration catastrophique ! La porte s’ouvrait sur le dortoir d’un régiment de militaire qui fut réveillé par la lumière malgré la rapidité avec laquelle le jeune homme referma la porte. Les soldats malgré leur état de réveil brutal se jetèrent sur la porte et essayèrent de la défoncer, heureusement Eric vint a la rescousse de son ami et condamna l’accès grâce a son pouvoir de modification.

Tely : vous vous amusez bien ?
Lucien : désoler je n’étais pas sur ! C’est l’autre porte qui nous intéresse !
Lucien : rien d’intéressant je parie !

La première porte que Tely ouvris donnait sur des toilette publique d’une propreté irréprochable, la seconde elle ouvrait sur un ensemble de douche et de lavabos. Pendant que Tely faisait le tour du propriétaire, ses deux compagnons étudiaient la carte de la base souterraine trouvée par Eric sur l’un des gardes.

Lucien : bon, on mange, on clôture les deux sortie qui mène a l’extérieur de la base, et pour finir on interroge quelqu’un pour savoir ce qu’est devenue l’autre boulet…
Eric : l’ordre dans lequel tu veux faire les choses craint…
Tely : pourquoi fermer les sorties ?
Lucien : pour éviter que tout ce beau monde ne s’échappe, et que l’on puisse les envoyer en prison quand les renforts arriveront.
Eric : ok sa marche !
Lucien : commence par rentrer les deux gus qu’on a laissé dehors et ferme la porte de façon définitive, et met le paquet, ils doivent avoir des explosifs ici !
Eric : c’est partit !

Le jeune homme remonta a la surface et rentra les deux garde (en train de reprendre connaissance, il les ré assomma rapidement) dans la cage d’escalier, et fit en sorte que le rocher redevienne un rocher plein.
Puis il rejoignit ses deux compagnons, et tout les trois s’engagèrent dans le couloir derrière la seule porte qu’ils n’avaient pas visiter.
Pendant plus de vingt minutes le trio joua au chat et a la sourie avec les gardes, les contournant ou bien leur passant sous le nez, en étant invisible grâce a mascarade. Ils purent ainsi fermer la seconde issue et visitèrent les cellules de la prison de la base qui étaient vide.
Ils décidèrent alors de rejoindre la dernière issue qui donnait sur la salle à manger, et c’est a l’entré de la salle commune qu’ils comprirent pourquoi il avait été si facile de se faufiler dans la base.
En regardant discrètement par la vitre encastrer dans l’un des deux battants de la porte, et ils aperçurent en effet que la majorité des militaire devait être en train de diner.
Une courte discussion s’engagea, a voie basse.

Eric : et les soldats qui étaient en train de dormir ?
Lucien : sans doute l’équipe de nuit en train de prendre du repos….
Tely : bon on fait quoi ?
Lucien : on fonce dans le tas !
Eric : il serait plus prudent d’attendre….
Lucien : j’ai trop faim ! On les rétame tous, on mange et on s’en va. Ca c’est du plan, simple rapide et efficace !
Eric : et si tu tombe sur des types balaises, tu va te planter !
Lucien : de toute façon je n’ai pas envie de prendre racine… J’y vais faites ce que vous voulez !

Ignorant toute protestation, Lucien rentra alors dans le réfectoire, d’un pas assuré. Tely et Eric resté derrière la porte attendirent les cris et les bruit de bagarre, qui n’allait pas manquer d’éclater.
Dix minutes passèrent pourtant… Les deux amis n’arrivait pas a ce décider sur la conduite des choses, qu’était il arrivé a leur compagnon ? S’était il fait capturer sans avoir le temps de souffler mot ? Avait-il été neutralisé sans bruit ? Quel puissant adversaire avait pus terrasser Lucien ?
Ils en étaient la deux leur réflexions quand soudain…

Garde R : tient des intrus !

Une jeune femme habillé en treillis militaire se tenais derrière eux et quand ils se retournèrent, ils virent qu’elle les tenait en joue avec une arme a feu. Les deux amis qui s’était coller au mur pour y poser l’oreille afin d’entendre les bruits de la salle commune, se levèrent lentement obéissant a l’ordre muet que leur intimait la nouvelle venue.

Garde R : bon allez rentrez puisque vous avez l’air curieux de ce qu’il se passe a l’intérieur !
Eric : je suppose que nous n’avons pas le choix ?

Le signe agacée de la militaire fut clair, et Tely ainsi qu’Eric franchirent la porte, suivi par leur garde… Un silence de mort se fi au moment de leur entrée, les deux compagnons furent emmenés dans le calme le plus absolu vers le fond du réfectoire, ou trônait un table plus grande, avec moins de monde autour.
Tournant la droite et a gauche, les deux amis cherchèrent leur compagnons en vain. Ce demandant ce que Lucien était devenu, Eric aperçu les gallons des uniformes des soldats qui étaient assis a la table face a eux, le jeune homme compris que c’était la table des officiers….

Haut gradé A : que ce passe t il ici?
Eric : si tu ne viens pas à la garde R, la garde R viendra à toi !

Prenant tout le monde de cours, Eric avait posé discrètement la main sur la table et en avait modifié la structure afin que la jeune femme qui les tenait en respect se prenne les pieds dedans. Profitant de sa perte d’équilibre il avait attrapé la militaire par la main et l’avait envoyé sur le haut gradé A.
Profitant de l’instant de répit qui leur était accordées, Tely avais basculé la table sur une partie des officiers, puis sortit sont fouet tandis qu’Eric dégainait son épée a deux mains.
Tely engagea alors le combat avec le gros de soldats, faisant appel à tous les animaux vivant sous terre. Bon nombre de militaire furent mis hors d’état de nuire, une autre partie fuirent sous le assaut des bestioles qui les attaquait. La dernière partie se battait et avais fort a faire avec le fouet de Tely qui lui procurait une défense presque parfaite.
Eric quand a lui était au prise avec les officiers qu’il avait neutralisé facilement, pourtant alors qu’il allait rejoindre Tely pour l’aider, l’un des militaire que le jeune homme avait mis a terre se releva.

Haut gradé O : je suis le plus fort de cette division, hors de question de me laisser vaincre ainsi ! Je me nomme Gondin, je suis un militaire de grade vice capitaine !
Eric : et ben comme je n’aime pas les rat c’est mal barré pour toi!
Gondin : pourquoi dont ?
Eric : parce que si ton nom est Gondin, ton prénom est forcement Rat !
Tely : au lieu de faire de l’esprit, dépêche toi de te débarrasser de ce parasite et vient m’aider !
Eric : je vais essayer de faire vite !

Eric fonça alors sur Gondin, qui bloqua l’épée avec son arme de poing qu’il eu jute le temps de dégainer. Mal lui en pris, pesant de tout sont poids sur la lourde lame le jeune homme trancha net le canon du revolver, obligeant l’officier à reculer. Ce dernier pourtant ne sembla pas trop désorienter, et jeta à la figure de son adversaire ce qui restait de son arme, Eric para alors avec le plat de l’épée, la crosse du pistolet rebondit et se perdit dans la foule des soldats qui se battaient contre Tely.
C’est alors que l’ami de Lucien s’aperçu que la main de Gondin était posé sur son torse, et une seconde après, il se sentit projeter en arrière par l’énergie dégagée de façon brutale par la paume du militaire.
Eric arriva a se rattrapé et planta son épée dans le sol pour ralentir le mouvement vers l’arrière, et fini par s’arrêter. Gondin paru surpris du peu de dommages encaissés par son adversaire.

Eric : l’armure étincelante ! J’avoue que tu m’as surpris, me voila donc face a un expert en arts martiaux et qui utilise le KI.
Gondin : je pensais te tuer net, la décharge d’énergie devait toucher le cœur.
Eric : en effet, mais j’ai trouvé un moyen de m’en sortir !

Et le jeune homme reparti a l’assaut sur ces mots, et enchaina des combinaisons de coups d’épées latéraux et horizontaux, de façon a faire reculer son adversaire. Ce dernier semblait en difficulté, et fini par se retrouver bloquer par le mur dans l’impossibilité de reculer encore. Eric décida d’en finir alors par un coup d’estoc.

Gondin : synergie !

La main du militaire toucha la partie plane de l’épée d’Eric et une nouvelle vague d’énergie fit sauter l’arme des mains de son propriétaire, laissant ce dernier sans défense.


Dernière édition par Le Rat qui rit le Mer 10 Déc 2008 - 9:43, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1341
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 9 : En terrain connu....

Message  Le Rat qui rit le Mer 10 Déc 2008 - 9:42

L’officier décida pourtant de ne pas utiliser de vague d’énergie étant donné que sa dernière attaque ainsi n’avait pas fonctionné, et lui assena un coup de pied au thorax qui envoya son jeune adversaire volé sur la table des officier qui vola en eclat sous le poids du nouvel arrivant.
Eric était sonné mais put allonger le bras et poser sa main au sol, tandis que le militaire qui avait empoigné l’épée de son ennemi avec pour intention de l’achever tandis que ce dernier était au sol…

Eric : rempart !

Au moment ou Gondin allait atteindre le jeune homme et l’embrocher un mur de pierre jailli du sol et le soldat ne pu l’éviter le percutant avec l’épaule lâchant l’arme de son adversaire qui fut happé par une faille dans le sol.
L’officier recula alors légèrement sous le choc de la collision brutale….

Eric : In Cube !

Trois cloisons supplémentaires enfermèrent Gondin, puis une dalle de pierre vint s’ajouter, achevant l’édifice, devenu hermétique. Ne s’avouant pas vaincu le militaire commença a concentrer son énergie dans son poing droit, tandis qu’Eric venait de récupérer son épée, sortit du sol grâce a son pouvoir, et le jeune homme commença à modifier l’arme.

Gondin : ne croit pas que cela va m’arrêter : Destruction !
Eric : j’y compte bien ! Mjolnir, le marteau de Thor !

Le coup de poing qu’assena le soldat pulvérisa le mur, et la vague d’énergie continua sa route dégommant une partie des militaires qui affrontait Tely. Mais manquant Eric qui se trouvait…. En l’air ! Il avait sauté et levait au dessus de sa tête l’épée qui avait pris la forme d’un maul, dont la forme semblait floue, modifiée par une grande quantité de foudre emmagasiné !
Le coup de marteau terrible s’abattit sur l’épaule de l’officier qui se prit une décharge électrique importante, jetant Gondin à terre, se tortillant dans tout les sens accablé par la douleur, et par les spasmes provoqué par la décharge.
Eric se tourna alors vers Tely qui venait de finir, bien aidé par l’officier.

Tely : tu as été bien long ! Mais que lui est il arriver, je doute qu’un simple coup de marteau l’ait autant abimé.
Eric : ben il dort comme une masse maintenant… Le maul était simplement chargé de foudre, ce qui l’a assommé en perturbant les signaux électriques corporel.
Tely : apparemment tu a galérer, mais tu en es sortit indemne !
Eric : ben ouais, heureusement j’ai modifié la composition de mes vêtements pour en faire du diamant, sinon j’aurais fini mal en point, surtout après la première attaque….

Eric se stoppa brutalement, s’apercevant qu’ils n’étaient pas seuls, il restait en effet quelqu’un de conscient dans la salle à manger, quelqu’un en train de manger tranquillement un yaourt au chocolat. Ils ne pouvaient pas apercevoir son visage en raison d’une capuche qui couvrait d’ombre une partie de sa figure. Les deux compagnons s’approchèrent de l’inconnu.

Eric : tient y’a encore un pèlerin, je me demande pourquoi il s’est pas battu !
Lucien : ben j’étais en train de manger pardi !

Eric et Tely tombèrent de haut lorsqu’ils virent leur ami déguster tranquillement la dernière cuillerée de son dessert…

Eric et Tely : QUOI ?
Lucien : bah non, je ne suis pas resté coi, puisque je viens de vous parler !
Eric : t’abus, tu aurais pu nous filer un coup de mains !
Lucien : ben… J’allais le faire, mais fallait que je finisse de manger d’abord ! Vous avez qu’à pas être aussi bourrin, et aller moins vite, c’est tout !
Tely : pitoyable, dire qu’on s’inquiétait pour toi, et finalement t’a rien fais pour nous faire avancer !
Lucien : bah si j’ai appris qu’aucun prisonnier n’avait été amené depuis une quinzaine, donc que Mira ne peut être ici et ainsi qu’il faut continuer à suivre la piste de la jeep.
Eric : bon enfin je suppose que ca nous fera pas revenir en arrière que de nous disputer !
Lucien : en effet, en avant !

Le petit groupe monta alors le dernier escalier caché derrière l’une des portes de la grande salle, et une fois à la surface, Eric clôtura la dernière sortie, enfermant pour de bon les militaires. Puis le trio reprirent le chemin par laquelle le 4x4 était partie, Lucien utilisant son pouvoir afin d’éclairer les trace de roue.
Apres quatre heures de marche, les trois compagnons sortirent de la forêt et commencèrent à monter sur un sentier de montagne étroit ou le véhicule devait passer tout juste.
Puis après deux autre heures de marches, le petit groupe arriva enfin à destination, sur un replat était garer la jeep, et ce en face de l’endroit ou le sentier menait : une grotte.

Apres avoir fait trois fois le tour de la jeep et constater que Mira n’était pas la, les trois amis commencèrent une conversation a voix basse.

Lucien : un vrai mirage cette fille !
Eric : ca faisait un moment que tu voulais le caser celui la…
Lucien : ben oui, en tout cas, elle n’est pas ici !
Tely : on distingue nettement cinq série de pas différent, ils étaient donc cinq dans la voiture, et Mira peut très bien être l’auteur de l’une de ses traces de pas.
Lucien : et ben ils devaient être serrés dans la voiture, en tout cas on a pas le choix, il nous faut entrer nous aussi !

Et le petit groupe entra dans les entrailles de la terre, toujours éclairé par Lucien. Ils marchèrent ainsi pendant une dizaine de minutes, suivant les traces retenues par le sol sablonneux de la caverne. Chose étonnante, si quatre des traces suivait le centre du boyau, la dernière série, elle longeait les murs passant de l’un à l’autre de temps en temps.
Puis ce fut la tuile ! A un croisement, le sol devint rocailleux, les traces n’apparaissaient plus !
Lucien trouvant peu judicieux de se séparer examina attentivement les issues, puis ce décida et pénétra dans l’une des ouvertures, suivi par ses deux amis.
Il avait choisi juste, puisque après deux minutes de marche dans un tunnel en pente ou le sol rocailleux et glissant, qui obligeait une marche prudente, ils crurent entendre des voix. Impression confirmée après leur arrivée a une nouvelle intersection, ou les sons étaient plus nets dans l’un des passages. Apres un moment de marche et deux nouveaux embranchements, ils arrivèrent à une dernière fourchette. Ils avancèrent lentement dans le boyau, et purent enfin comprendre ce qui se disait.

Militaire A : encore loupé !
Scientifique : il ne reste qu’une possibilité alors, replacez tout selon le dernier ordre donné.
Capitaine : ca a intérêt à marcher, on a pris beaucoup de risque en restant sur cette planète alors qu’une partie de nos installations avaient été découverte !
Militaire B : vous êtes sur que l’on est au bon endroit doc ? Cette grotte est un vrai labyrinthe.
Scientifique : selon les pictogrammes il n’y a pas de doutes, on est au bon endroit, j’ai juste employé un ordre erroné dans la constitution de la combinaison.
Capitaine : c’est déjà la douzième fois que vous nous dites ca ! J’espère pour vous que vous ne vous trompez pas, sinon il vous en cuira !

Un silence se fit, auquel succéda des raclements lourd, entrecoupés par des silences ou l’on pouvait entendre le halètement d’homme venant d’accomplir un effort physique intense.
Puis après un certain temps les voix combiner des quatre hommes se mirent à psalmodier :

Voix : Nous en appelons au Royaume des mort, pour qu’il libère l’âme en peine présente et enfermée en ses lieux, elle qui a la malchance de ne pouvoir regagner la place qui est la sienne, ainsi….

Mais Tely et Lucien ne captèrent rien de plus, entendant un grondement murmurer derrière eux qui capta leur attention. Ils se retournèrent alors et firent face a une étrange scène, Mira se tenait derrière eux et avait mis la main sur la bouche d’Eric et de l’autre faisait signe de se taire au deux autres.
S’en suivit un échange de signe muet des plus bizarre, ou Mira désignait le fond de la grotte, avec l’intention d’intervenir, tandis que les autres semblait lui demander ce qui lui était arrivée. Quand tout a coup Eric glissa sur le sol rocheux et dévala la coute pente qui menait a la salle ou était les militaires. Tely, Lucien, et Mira le suivirent, avec l’intention de le protéger contre l’assaut probable des quatre occupant de la pièce souterraine.

Le spectacle auquel ils firent face les stupéfia. Les quatre hommes armés formaient un cercle, au centre duquel une sorte de vapeur noire flottait dans l’air. La salle avait la forme d’un octogone, et sur chacun des sept murs on distinguait de fine gravure qui formait de fabuleux bas-reliefs représentant des animaux mythologiques. En face de chacune de ses parois, un rocher de trente centimètres sur trente, gravé d’un signe, étaient posés sur de petit socles et avaient été déplacé il y’a peu.
Les militaires n’avait même pas remarqué l’arrivé (bruyante) des quatre intrus.
Puis tout s’accéléra la fumé noire fut inspirer par le commandant, reconnaissable a ses galons, et son énergie commença a grimpé en flèche.

Scientifique : ca à marcher ! Vous vous sentez comment commandant ?
Capitaine (voix déformée) : c’est formidable ! Avec ca je devrai pouvoir….

Il s’était retourné vers les quatre amis, qui regardaient la scène sans oser l’interrompre, il sembla hésiter puis lança une vague d’énergie qui frappa tout le monde dans la salle. Les deux soldats et le scientifique se retrouvèrent projeter contre les murs et perdirent connaissances, Mira et Eric furent repousser mais gardèrent l’équilibre, Tely recula un peu et Lucien ne bougea pas d’un iota.

Capitaine (voix déformée) : ca ne devait pas ce passé comme ca ! Je ne maitrise plus mon corps !
Lucien : tient il devient fou ! Bon bah va falloir l’exploser !
Eric : tu ne te demande pas ce qui lui arrive ?
Lucien : sans intérêt !
Capitaine (voix déformée) : bien, bien ! A peine réveillé que je risque de bien m’amuser !
Lucien : pourquoi il a parlé de se réveiller ?
Mira : ca doit être le nuage qu’on a vu tout à l’heure….
Eric : tu pense à un fantôme qui utiliserait le corps du capitaine ?
Tely : on nage en plein roman de science fiction…

Depuis qu’il avait parlé pour la dernière fois le militaire profitait des paroles des quatre intrus pour fouiller dans une niche secrète, qu’il avait ouverte en faisant pivoter un élément d’un bas relief, et il sortit deux haches assez imposante de la cachette.

Lucien : en clair tu dis que c’est un spectre ?
Mira : c’est ce que j’ai cru entendre dans la jeep.
Eric : euh, ce n’est pas pour dire mais ca devient dangereux la !

Il eu a peine fini sa phrase que le soldat se rua sur le petit groupe, une hache dans chaque main. Il abattit la première à coter de Tely qui avait du s’écarter de ses trois compagnons pour éviter le coup, la seconde arme quand a elle fit un large mouvement horizontal, mais Eric avait eu le temps de voir venir. Lucien qui n’avait pas encore sortit son arme, profita de l’ouverture pour contre attaquer et lui lança un coup de pied au thorax qui envoya voler le militaire. Il se remit en position d’attaque a une vitesse et avec une facilitée déconcertante…

Capitaine (voix déformée) : moui bof, peut mieux faire, j’espère que vous aller vous battre un peu mieux, car je vais passer la vitesse supérieure.
Lucien : boh, heureusement que tu vaux mieux que ca sinon ca n’aurait pas été drôle !

Pour toute réponse le capitaine relança une vague d’énergie qui isola un instant Lucien qui venait de sortir sa lance et d’en déplier la hampe. S’en suivi un vigoureux échange de coup, dans lequel aucun des amis du jeune homme n’osèrent s’immiscer. Lucine devait utiliser sa lance dans son intégralité pour parer les coups virulents de son adversaire. Le militaire assena alors un coup vertical vers le bas d’une force telle que son adversaire du prendre le manche de sa lance a deux mains, chacune d’elle a une extrémité de la hampe.
Un deuxième coup allait venir de l’autre hache, sans que Lucien ne puisse rien faire, quand le soldat fut à nouveaux projeter par une attaque de Tely.

Capitaine (voix déformée) : je vois va falloir que je me montre un peu plus sérieux pour pouvoir vous battre tous en même temps ! Ice Cream !
Lucien : un nom de technique qui est aussi un nom de friandise en anglais….

L’air de la pièce changea brutalement, il devint froid et cristallin. La buée commençait a sortir par la bouche de chacun des quatre amis. Eric décida de passer à l’action avant que leur ennemi puisse finir ce qu’il préparait, suivi de prés par les trois autres.

Mira : arcane de gravité : immobilisation!
Eric : Comète!
Tely : Morsure de scorpion!
Lucien : Aco-Light!

L’arcane empêcha le militaire de bouger, le capitaine ne put donc éviter complètement le coup de sabre d’Eric, qui lui entailla profondément le flanc gauche. Les deux coups de fouet qui aurait du projeter leur ennemi s’écrasa sur le son thorax sans qu’il bougea d’un millimètre, et le rayon de lumière le transperça de part en part. Lorsque l’arcane pris fin, le soldat tenait toujours debout mais semblait salement amocher, et on voyait le sang rougir son uniforme au deux endroit ou sa peau avait été percé et tranché.

Capitaine (voix déformée) : mmmmmhhhh je vois que ce corps arrive au bout de son espérance de vie. Dans ce cas autant vider les réserves d’énergie qui lui reste : Blizzard !


Dernière édition par Le Rat qui rit le Jeu 11 Déc 2008 - 21:30, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1341
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 9 : En terrain connu....

Message  Le Rat qui rit le Jeu 11 Déc 2008 - 21:29

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le vent se mit à souffler dans la petite pièce, de la neige se mis à tomber, se mêlant au vent en une tempête de neige. La température continuait a baisser encore, et les quatre amis s’était perdu de vue, tous savaient que si il n’arrêtaient pas le militaire, ils finiraient a l’état de glaçon. Une pensée effleura Eric, Lucien ne pouvait rien faire a distance si il ne voyait pas son adversaire, Tely devais se battre pour démêler son fouet et Mira ne pouvais sans doute rien faire non plus. Il n’avait donc pas le choix c’était donc a lui d’agir, et il ne voyait qu’une façon de le faire : il posa ses mains dans la neige.

Eric : Tunnel de glace !

Modifiant la structure de la neige pour qu’elle devienne glace, il l’avait fait de manière a faire un tunnel en direction de son ennemi, tunnel qu’il parcouru a toute allure, pour arriver a seulement un petit mètre du militaire qui était assis a moitié recouvert par la neige.
Le jeune homme n’hésita pas, et planta son épée dans le dos de l’ennemi, en plein cœur.

Capitaine (voix déformée) : en voila un corps minable ! Même pas fichu de lancer une technique valable sans se faire tuer…..

La tempête cessa, mais l’air resta tout de même froid, et la neige resta au sol. Le militaire c’était effondré au sol, raid mort.

Eric : ça ne lui a pas fait plus d’effet que ça, que de se faire tuer….
Lucien : te bile pas, maintenant on en a fini avec tout se souk et cette planète !
Tely : au fait que t’est il arrivée aux hangars Mira, on n’a pas eu le temps de te le demander ?
Mira : et bien c’est simple….

Mais elle fut interrompue par la fumée noire qui s’était à nouveau élevée dans les airs, semblant sortir du corps du soldat. La fumée jetât son dévolu sur Eric le plus proche des quatre amis et pénétra dans son corps…

Eric (voix déformée) : vous ne croyez quand même pas que vous me vainquiez si facilement non ? Alors voyons ce dont ce jeune homme est capable : Comète !

Il fonça a toute vitesse sur Lucien qui du esquiver ne pouvant contre attaquer sans risquer de blesser son ami. Mais ce dernier ne s’arrêta pas la et enchaina sur un coup d’estoc, qui accrocha seulement le vêtement du chef du groupe. Eric toujours possédé voulait continuer, mais en fut empêcher par le fouet de Tely qui l’emprisonna en s’enroulant autour du jeune homme.

Tely : je le tiens ! Dépêchez vous de trouver un moyen de le libérer de l’emprise du fantôme !
Mira : désolée mais l’exorcisme ce n’est pas mon fort !
Lucien : je n’aime pas les fantômes !
Mira : de toute manière tu n’aime pas grand chose !
Eric (voix déformée) : Onde de Choc !

L’onde de choc libéra le corps du jeune homme du fouet, et fit reculer les trois amis ! Profitant de l’ouverture, il se lança sur ses trois adversaires, l’épée entouré de petits éclairs, mais Tely, Lucien et Mira en s’éloignant de l’endroit vers lequel Eric ce dirigeait se méprenaient sur les intentions du spectre….

Eric (voix déformée) : Toile Foudroyante !

L’épée avait touché le sol, libérant de multiples et les trois compagnons furent toucher de plein fouet. Profitant de la paralysie temporaire des ses adversaire, le fantôme allait faire embrocher Mira, mais Lucien eu le temps de lancer Light O Sphère, et l’épée rebondit sur la protection.

Lucien : cette histoire commence légèrement à me prendre la tète ! Mascarade.
Eric (voix déformée) : a oui, le fameux truc qui permet de créer des illusions !

Pourtant il semblait que les trois adversaires d’Eric possédé ne bougeaient pas. Pourtant un coup de sabre de ce dernier prouva que ce n’étaient que des images sans consistance.

Mira : arcane de gravité : Immobilisation !

Sans que le fantôme ne puisse savoir d’où venait, sont corps se mit a peser des tonnes, il était donc dans l’impossibilité de faire un seul pas, surtout avec la neige autour de lui qui avait elle aussi prit du poids.

Lucien : bon et maintenant ?
Mira : ben je sais pas essaie de le frappé avec de la lumière, voir si ca chasse pas l’esprit…
Tely : je doute que çà marche…
Lucien : on va toujours essayer au cas où…. Inso-Light

Une aura lumineuse commença à enserrer Eric, et la douleur apparue sur le visage du jeune homme, ce qui sembla étonner Lucien, qui amplifia son attaque. Cependant le fantôme ne l’entendait pas de cette oreille, et puisqu’il ne pouvait pas bouger, il utilisa le pouvoir de modification de son hôte. C’est ainsi qu’en modifiant la structure de la neige fit apparaître trois stalagmites, ayant pour but d’embrocher ses trois adversaire, malgré tout la vitesse ne fut pas suffisante pour surprendre les trois amis, qui évitèrent facilement l’attaque.
Pourtant cela permis de rompre l’arcane d’immobilisation, et le spectre profita de l’opportunité :

Eric (voix déformée) : Prison glacière !

C’est ainsi que Mira et Tely furent projeter en arrière par un poing fait d’eau gelée, assommées contre le mur et emprisonner dans une prison de Glace. Lucien fut lui aussi projeté, mais pas assommer, ce qui lui permit de se défaire de suite de la gangrène de glace qui se formait autour de ses membres.

Eric (voix déformée) : voila qui devient intéressant j’ai horreur des combat a trois contre un !
Lucien : alors comme ça depuis le début tu voulais en arriver a un duel…
Eric (voix déformée) : oui, et tu a intérêt à te dépêcher, toute deux risque l’hypothermie sous très peu de temps !
Lucien : en comment je ferais, je peu pas te tuer quand même!
Eric (voix déformée) : tu n’a pas le choix soit tu tue ton amis soit tu laisse les deux autres mourir.
Lucien : a bah non, si y’en a un qui meure, je vais devoir me taper son boulot !

Eric possédé en eu marre que son adversaire ne soit pas sérieux et lui fonça dessus. Il avait gagné en vitesse, et semblait ne pas être gêné par la neige au sol. Lucien eu bien du mal a se défendre, et sans Light O Sphère, il aurait sans doute finit découper en petit morceaux…

Lucien : bon ca commence à bien faire : Cosmo Peau Light !

Les trois anneaux lumineux apparurent alors comme toujours ils flottaient au dessus des mains et du dos de Lucien. Eric, sous l’emprise du spectre, fit apparaître du sol une armée de stalagmites, mais son adversaire passa outre et se fraya un passage dans le foret de glace a grand coup d’Aco Light, pulvérisant chaque chandelle de cristal qui le gênait.
Le fantôme dû alors parer le terrible coup de lance qui s’en suivi et Lucien en profita pour faire sauter l’épée des mains de son adversaire qui recula.
Lucien ramassa alors la lame, mais son adversaire se contre-fichait bien d’être blesser et se rua sur son adversaire, Lucien se défendit comme il pu et fini par utiliser cosmo pour s’éloigner de la zone de bataille.

Eric (voix déformée) : bon puisque c’est ainsi voici la plus puissante attaque que je puisse faire avec ce corps : Eléments déchainés !
Lucien : dans ce cas je n’aie pas le choix : Peau Light Technique !

Le vent se mit à souffler à nouveaux très violemment dans la pièce, et la neige s’envola. Pour couronner le tout des éclairs fusaient dans tout les sens. Pourtant Lucien n’était pas le moins du monde affecté par la technique, les trois anneaux de cosmo émettaient en continu des rayons lumineux de très haute intensité, le plus gros d’entre permettait ainsi au jeune homme de se maintenir en l’air. Il utilisait les deux plus petit pour faire fondre tous élément susceptible de le blesser, et ce a une vitesse extraordinaire.
Après cinq minute d’un chaos quasi total, la pièce retrouva son calme, il y’avait désormais une nappe d’eau au sol, résultat de la fonte des neige. Mira et Tely étaient libre désormais et se réveillaient doucement, réchauffées par l’eau qui était chaude.
Lucien et Eric se trouvaient face à face tout deux épuisé par la dépense d’énergie qu’ils venaient de fournir, et Cosmo Peau Light pris fin. Lucien su que le prochain assaut serait le dernier pour Eric qui devait être a bout, et il pensa qu’il était peut être temps d’utiliser ce que le rat lui avait donné.

Voix Grave : et ben voyons c’est tellement plus simple comme ça !
Lucien : quoi ? Qui t’est toi ?
Eric (voix déformée) : cela ne te regarde pas !
Lucien : j’te parle pas a toi, je parle a la tronche de tombe !
Eric (voix déformée) : hein, je ne comprends rien à ce que tu raconte !
Lucien : ben oui grave ça veut dire tombe en anglais…
Voix Grave : comme si on avait le temps de discuter.
Lucien : tu ne l’as pas entendu la ?
Eric (voix déformée) : non j’ai rien entendu, t’est comme jeanne d’arc, t’entend des voix maintenant ? Bon je suppose que c’est encore une de tes diversions !

Et Eric se rua pour finir le combat !

Voix Grave : vous ne pouvez pas le battre sans le tuer, même Dreethero ne le pourrait, il serait obliger de l’abattre pour le sceller ! Il faut que tu te débrouille pour qu’il prenne Poséidon dans sa main !

Lucien évita tant bien que mal la charge et répondis alors :

Lucien : Poséidon ?
Voix Grave : ta lance, idiot !
Eric (voix déformée) : quel est le rapport entre moi et le dieu des océans ?
Lucien : laisse tomber…

Le combat repris, Eric était physiquement épuisé, et n’allait pas tarder à rendre l’âme. Lucien fut donc obliger après un court échange de coups, de faire exprès de parer une attaque avec la main, ce qui fit tomber son arme. Le jeune homme pris alors l’arme d’Eric qu’il gardait depuis que ce dernier l’avait laissé tomber et s’apprêta à se défendre. Pourtant il n’en eu pas besoin, à peine le spectre au commande de son hôte eu-t-il attraper la lance, qu’il y’eut comme un électrochoc.
Eric était secoué de spasmes, et semblait ne pas pouvoir lâcher l’arme de son ami…
La scène se poursuivit ainsi pendant deux minutes au moins, et Mira ainsi que Tely, complètement réveillée, s’approchèrent pour mieux voir, le jeune homme semblait souffrir, et Lucien tentais tant bien que mal de maintenir sont compagnon au sol.
Puis Eric se mis a régurgité un liquide noir et visqueux, avant de lâcher la lance, et tomber profondément évanoui.

Mira : atchoooooooooouuuuuuum ! Il s’est passé quoi la ?
Lucien (tâtant le pouls d’Eric) : a priori le spectre n’est plus….Bon il n’est qu’évanoui !
Tely : c’est toi qui as trouvé comment les séparer ?
Lucien : excellente question, mais ça m’étonnerai que ce soit moi….
Mira : ce n’est pas clair cette histoire.
Lucien : en effet mais il faudra attendre qu’Eric se réveille pour comprendre a mon avis.

Suite a ses quelques mots il vérifia que le capitaine était bien mort, puis se rendit compte que les deux derniers soldats et le scientifique était encore en vie. Pourtant, il jugea trop encombrant de ramener tout le monde a la surface, et se contenta de charger son amis sur l’épaule et fit signe aux deux filles qu’ils allaient remonter.

Au premier embranchement il eut un doute, mais Mira elle savait par ou aller, elle les guida ainsi dans le labyrinthe de galerie et ils débouchèrent enfin a l’air libre, ou il faisait toujours nuit, mais le froid limpide annonçait l’arrivée imminente de l’aube.
Ils chargèrent Eric à l’arrière de la jeep, le plus confortablement possible, et montèrent tous dans le véhicule, Lucien au volant. Ils refirent ainsi toute la route parcourue la veille, Tely s’endormi elle aussi épuisée, tandis que Mira veillait le malade, et que Lucien luttait contre le sommeil.
Ils finirent par arrivé a la ville d’où ils étaient partis, il venait de sonner midi au clocher de la bourgade, et Lucien ne put résister a l’appel de son estomac. Pendant ce temps, Mira faisait transporter Eric a l’hôpital le plus proche pour des examens complémentaire, et Tely dû s’occuper de joindre le QG du rat afin qu’il amène des troupes et de quoi évacuer les quatre amis.

Il fallut l’après midi au Samouraï pour amener les troupes à destination et revenir avec son équipe sur Shandora.
Et ce n’est que le lendemain que tout le monde se réuni dans la chambre d’Eric, attendant son réveil, qui se fit attendre d’ailleurs puisque le jeune homme n’ouvrit les yeux qu’a onze heure, malgré les médicaments qui lui avais été administré. Le rat à qui on avait raconté une partie de ce qui était arrivé, avait hâte de pouvoir comprendre certains points obscurs de ce qui s’était passé, et quand il vit Eric se redresser sur son lit, il soupira :

Le rat : on va pouvoir enfin y voir plus clair dans cette histoire…


Dernière édition par Le Rat qui rit le Ven 12 Déc 2008 - 12:27, édité 1 fois

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1341
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 9 : En terrain connu....

Message  Le Rat qui rit le Ven 12 Déc 2008 - 12:27

Lucien : salut a toi, andouille qui nous a causé bien des ennuis !
Mira : bonjour !
Tely : bon réveil.
Eric : je n’en reviens pas d’être encore en vie !
Lucien : et moi donc, j’ai bien failli te tuer imbécile !
Le rat : bon alors qu’est ce qu’il s’est passé une fois que tu as empoigné la lance de Lucien ?
Mira : c’est quoi cette lance au juste ?
Le rat : une arme nommé Poséidon dans des temps aujourd’hui anciens, elle ne peut normalement qu’être portée par celui qui l’a découverte.
Lucien : donc en théorie il n’aurait pas du pouvoir y toucher, elle aurait émis une sorte de bouclier…
Tely : vous avez déjà essayé ?
Le rat (hochant la tète affirmativement) : bon Eric, on a revenir au départ, il s’est passé quoi pour toi lorsque le spectre est entré en symbiose avec ton corps ?
Eric : j’ai d’abord eu accès a tout ses souvenir, et lui au miens, c’était un grand guerrier il y’a deux cent ans, du nom de Vastian. Après nombre de batailles et de victoires, il fut lâchement assassiner dans son sommeil par un ennemi qui avait peur de lui. Frustrer de ne pas être mort au combat, l’âme de ce champion est resté sur terre, et quelques temps plus tard, celui qui l’avait assassiné mourus par l’intervention de Vastian sous forme d’esprit. C’est alors que des mages on enfermé son âme la jugeant dangereuse, et ce dans la grotte ou les ennemis du rat l’ont libéré.

Il reprit son souffle, visiblement, il était encore épuisé et Lucien rompit le silence :

Lucien : je me demande bien ce que voulais en faire les militaires…
Mira : ils voulaient faire une sorte de super soldat si j’ai bien compris.
Eric : comment tu sais ça ?
Tely : a c’est vrai t’a pas entendu l’histoire de Mira.
Lucien : de toute manière elle est courte et sans intérêt…
Eric : que s’est il passé Mira dans le hangar ?
Mira : j’ai été surprise par une machine, près de l’échelle qui remontait a la surface. J’ai criée et je lui aie balancée compression. L’a pas fait un pli, ensuite j’ai entendu des bruit en haut, je suis remontée en quatrième vitesse et j’ai vu deux personnes en train de voler le 4x4. Comme ils avaient le dos tourner et que le véhicule allais encore a faible allure j’ai sauté a l’arrière, sans bruits, et je me suis caché sous la couverture qu’on avait emmené.
Lucien : elle aurait pu les mettre KO, et on n’aurait pas eu à marcher tout la journée.
Le rat : au contraire, j’ai déjà dis que c’était très intelligent, sinon vous auriez jamais su ou ils allaient…
Lucien : Hein, Tely gens ?
Le rat : c’est bon j’ai compris, t’en a rien à faire… Mira continue s’il te plait.
Mira : ils se sont arrêter quatre heure au moins devant le rocher, a ce moment la il n’y avait pas de garde, et je me suis demander ou étaient passé mes deux soldat. Au bout d’un moment j’ai entendu du bruit, donc je me suis à nouveau caché sous la couverture et cette fois quatre personnes sont montées dans la Jeep. On a emprunté le chemin jusqu'à la grotte, une fois la bas je les aie suivit pour savoir ce qu’ils faisaient, et puis Eric, Tely et Lucien sont arrivés.
Le rat : et voila ! Bon Eric, près a continué ?
Eric : oui, après avoir vu les souvenir de Vastian, le combat a commencer, je voyais en entendais tout, mais je ne pouvais agir. Au bout d’un moment, Lucien s’est fais désarmé….
Lucien : pardon, mais je l’ai jetée exprès ! Je ne suis pas nul au point de me faire désarmer bêtement moi !
Le rat : et pourquoi tu a fais en sorte de la perdre ? Tu nous l’a pas dis ca !

Lucien paru gêner d’un coup, il hésitait à répondre…

Lucien : on me m’a dit de le faire.
Eric : comment ça ? Y’avait personne d’autre que nous deux ! Et pis je l’aurais entendu aussi moi, par contre a un moment tu parlais tout seul.
Lucien : ouais merci je sais ! J’étais le seul à l’entendre, va savoir pourquoi !

Nouveaux silence, le rat après un instant de réflexion hocha la tète comme si il avait compris et repris la parole :

Le rat : bon on ne va pas épiloguer la dessus, tu as pris la lance Eric et puis après ?
Eric : après c’est vague, j’ai eu la sensation de recevoir un électrochoc, puis j’ai eu l’impression de rêver d’un pays que j’avais jamais vu, ou des bâtiments anciens m’entourait fais de pierre inégales. Je suis entré dans une arène, et j’ai vu un combat. Mais j’étais loin dans les tribunes et je ne pouvais voir exactement comment ça s’est passé, ni les visages des deux combattant. Mais je suis sur que celui habillé en rouge, et qui était acclamé par toute l’arène, était effroyablement fort, il a littéralement écrasé son ennemi, et l’a tué. Après la mise a mort, je crois que le rêve a pris fin, je me suis réveiller et j’ai vomit…. Et ensuite c’est le trou noir.
Lucien : çà ne nous aide pas beaucoup cette histoire…
Le rat : il faut croire que quelqu’un a utiliser une forme de modélisations dans l’esprit pour faire croire a Vastian qu’il est mort ainsi…
Mira : modélisation dans l’esprit ?
Lucien : faire croire à Vastian qu’il est mort ?
Le rat : ce n’est qu’une supposition, de plus faire de la modélisation dans l’esprit de quelqu’un d’autre est loin d’être un jeu d’enfant. Je doute même qu’il y’ai une seule personne dans notre monde qui puisse le faire…
Lucien : ben on comprend rien tu pourrais nous expliquer ?
Le rat : pas vraiment, il faut des connaissances assez importante sur le sujet.
Eric : bon ce n’est pas tout mais j’ai faim ! Je peux me lever patron ?
Le rat : normalement oui.

Eric se leva difficilement, et Mira ainsi que Tely l’appuyèrent, afin de l’emmener jusqu'à la salle commune de la base, a deux pas de la chambre de l’infirmerie. Le rat quand a lui avait ouvert la fenêtre pour aérer, et resta un moment à contempler l’une des nombreuse cours de la base sur laquelle s’ouvrait la fenêtre. Lucien s’approcha, et s’appuya sur le rebord de la fenêtre.

Lucien : la voix…
Le rat : oui ?
Lucien : m’a dit que tu aurais rien pu faire pour extraire le spectre du corps d’Eric. A moins de tuer ce dernier.
Le rat : en effet, je ne suis pas un expert en chirurgie mentale, il y’avait pour moi deux solution envisageable si je m’étais retrouvé a ta place.
Lucien : deux ?
Le rat : le premier était de « tuer » Eric et d’essayer de le réanimer une fois le spectre scellé. La seconde est plus complexe mais aussi plus sure, j’aurais réduis le corps d’Eric a l’impuissance et j’aurais du faire appel a une personne qui aurait pu faire ce que je ne sait accomplir.
Lucien : pas bête…
Le rat : bon aller j’ai du boulot, je reviendrais demain pour Noel.

Lucien entendit partir le rat, et soudain quelque chose le choqua :

Lucien : et attend y’a un truc qui va pas dans ce que tu a dis ! Et ton truc faut que je te le refile !

Mais le rongeur avait déjà disparu, laissant Lucien penaud, qui pensa alors qu’il lui demanderait plus tard en lui rendant ce que le rat avait donné.

Fin du chapitre....

_________________

Agenusha : Correction Hachant l'Épuisement Relaté Immédiatement et Stoïquement
Agenusha : soit c.h.é.r.i.s

[14:42:15] Un rat qui rit: ... F5
[14:43:59] Ésaïe Legrand: Particule Oubliée Introvertie Nonchalemment Transformée en Poivron Obsolète Ignare Niais Traitée de Patate Obnubiliée Idiotement Nacrée Texturée Frêlaté Car Impossiblement Nutritive et Quémandée.

Soit : Point Point Point FCinq

Le Rat qui rit
Ancien de l'Ombre
Ancien de l'Ombre

Nombre de messages : 1341
Age : 31
Alliance/Guilde : Samourai
Date d'inscription : 05/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: URQR : Chapitre 9 : En terrain connu....

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum